Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le bien se fait , mais ne se dit pas. Et certaines médailles s’accrochent dans l’âme et pas sur la veste» Jino Bartoli

Culture : Les acteurs des Centres de lecture publique et d’animation culturelle consolident leurs capacités

Accueil > Actualités > Culture • LEFASO.NET |Issoufou Ouédraogo (stagiaire) • lundi 17 septembre 2018 à 11h30min
Culture : Les acteurs des Centres de lecture publique et d’animation culturelle consolident leurs capacités

Le ministère de la Culture, des Arts et du Tourisme, et ses partenaires, ont lancé la formation des animateurs des Centres de lecture publique et d’animation culturelle (CELPAC), ce 17 septembre 2018 à Ouagadougou. Cet atelier de formation prévu du 17 au 21 septembre, vise à raffermir les capacités des acteurs culturels et des animateurs du Réseau national de lecture publique. La Coopération française, présente à cette formation, désire remettre en selle le partenariat franco-burkinabè dans le domaine du livre et des bibliothèques.

Il faut le rappeler, « la lecture est une fenêtre ouverte sur le monde ». Et pour mieux offrir cette fenêtre vers d’autres horizons, le ministère de la Culture, des Arts et du Tourisme, avec le soutien de ses partenaires techniques et financiers, dans le souci de promouvoir la lecture publique, renforce les capacités des acteurs culturelles, précisément les animateurs du Réseau national de lecture publique.

Jouant un rôle de premier plan dans la promotion des valeurs endogènes, de la cohsésion sociale et l’éducation, les animateurs du Réseau national de lecture publique vont consolider, durant ces quatre jours, leurs acquis et se mettre au diapason des nouvelles méthodes de gestion des Centres de lecture publique et d’animation culturelle (CELPAC) à travers des modules de formation théoriques et pratiques.

Le ministère, au regard des missions qui lui sont assignées et dans le but d’atteindre ses objectifs, veut accroître les chances de réussite professionnelle en créant les conditions « du pouvoir lire » dans des cadres d’épanouissement comme les bibliothèques communales pour permettre à des milliers de citoyens d’accéder à l’information, à la formation et à l’éducation. Le chef de département de la Culture, Abdoul Karim Sango, a réitéré son engagement à apporter sa contribution et à soutenir les CELPAC pour leur bon fonctionnement.

Dans la mise en œuvre de la politique nationale de lecture publique, le Burkina Faso est accompagné par la Coopération française qui, à travers la mise en place du nouveau Fonds de solidarité prioritaire et d’innovation (FSPI), compte redynamiser et renforcer le partenariat franco-burkinabè dans le domaine du livre et des bibliothèques.

L’ambassadeur de la France au Burkina, Xavier Lapeyre de Cabanes, a exprimé sa satisfaction d’être associé à cette formation qui, selon lui, est d’une importance capitale pour les deux pays, d’où cette nécessité de consolider le partenariat dans le domaine du livre. « Cette formation bénéficie de l’appui de la France à travers la participation de certains formateurs venus apporter leurs expériences aux animateurs du Réseau national de lecture publique », a-t-il indiqué.

La mairie de Ouagadougou, quant à elle, a témoigné son attachement à la promotion de la lecture publique et de la culture. Le bourgmestre de la ville, Armand Béouindé, a salué l’initiative de cette formation qui entre en droite ligne du programme de la commune dans la promotion de la lecture publique, avant d’ajouter que « la ville de Ouagadougou demande le soutien de tous pour sa candidature pour être la ‘capitale du livre’ en 2021 ».

Les participants ont été exhortés à mettre à profit les quatre jours de formation pour acquérir de nouvelles compétences afin de faire des centres de lecture publique, des cadres d’épanouissement et de réussite sociale et professionnelle.

Avant de prendre congé des participants, les autorités ont visité les locaux de la Médiathèque municipale pour s’imprégner de son fonctionnement et voir dans quelle mesure elles peuvent apporter un accompagnement pour accroître l’offre de la structure.

Issoufou Ouédraogo (stagiaire)
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
15è édition de Ciné droit libre : « Nous travaillons avec une démocratie égarée et avariée qui nous vient directement de l’Europe », Dr Boubacar Ly
Musique : Le Juvénat garçons Saint-Camille dédicace « Je t’ai choisi 3 »
Politiques culturelles au Burkina : L’association Citoyen du renouveau fait le diagnostic
11 décembre à Tenkodogo : des artistes de la région produisent un clip
Cinéma : Rencontre avec Viviane Yanogo, Soutigui du public burkinabè, édition 2019
2e édition du Carrefour gospel : Une soirée de rencontre inter-générationnelle de la musique chrétienne
15e édition de Ciné droit libre : Questionnements autour de la démocratie
Musique burkinabè : Nathanaël Minoungou veut bâtir la "Maison du possible"
1re édition des Yilsomyan Awards : Alain Gires, sacré Yilsomyan d’or
Musique : Le chanteur Oum’c présente « Bema », son troisième album
Musique burkinabè : Rapaogwende Abel signe un nouvel opus baptisé « L’homme intègre »
Musique : A la rencontre de Nourat, l’artiste qui chante « Burkina Soldats »
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés