LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Le lion et la panthère sont inoffensifs ; en revanche, les poules et les canards sont des animaux très dangereux, disait un ver de terre à ses enfants” Bertrand Russel

SNC Bobo 2024 : 27 acteurs décorés pour leur contribution à la promotion de la culture

Publié le dimanche 5 mai 2024 à 21h05min

PARTAGER :                          
SNC Bobo 2024 : 27 acteurs décorés pour leur contribution à la promotion de la culture

27 acteurs de la culture burkinabè et nigérienne ont été décorés à l’occasion de la 21e édition de la Semaine nationale de la culture, ce vendredi 3 mai 2023 à la Maison de la culture Mgr Anselme Titianma Sanon de Bobo-Dioulasso.

L’Etat burkinabè est reconnaissant aux acteurs qui se sont illustrés par leur ardeur et dévouement en faveur de la culture. Ils sont 27 récipiendaires à avoir reçu, ce vendredi, des décorations.

Le ministre en charge de la Culture nigérien, Abdourahamane Amadou, a été fait, à titre exceptionnel, Officier de l’ordre de l’Etalon.

Le ministre nigérien de la culture, colonel-major Abdourahamane Amadou, a été élevé à titre exceptionnel au grade d’Officier de l’ordre de l’Etalon

Quant au parrain artistique de cette 21e édition de la SNC, Cheick Tidiane Seck, il a été élevé à titre exceptionnel au grade de Chevalier de l’ordre du mérite, de la communication, des arts et des lettres avec agrafe musique et danse.

Les hommes d’affaires Lassiné Diawara et Alassane Siénou, par ailleurs anciens parrains de la Semaine nationale de la culture, n’ont pas été oubliés. Ils ont également été faits Chevaliers de l’ordre du mérite.

Le représentant des récipiendaires Alassane Siénou a réaffirmé l’engagement des heureux du jour à toujours œuvrer pour le rayonnement de la culture

D’autres visages connus du paysage culturel burkinabè comme la sociologue et activiste des droits humains, Bintou Diallo, Honoré Bambara, promoteur de Miss Universités, Léonce Ki, secrétaire exécutif de l’Association pour la sauvegarde des masques ou encore le comédien Souleymane Koumaré alias “Souleymane.BF” de la série à succès “Les Bobodioufs” ont également reçu des décorations.

Le ministre Jean Emmanuel Ouédraogo a invité les récipiendaires à demeurer des modèles, en incarnant les valeurs de probité et de sacrifice pour la nation

« Cette reconnaissance doit être perçue comme le couronnement du don de soi et de l’ardeur au travail des personnes que nous célébrons aujourd’hui. Elle est le symbole de la satisfaction de l’Etat vis-à-vis des services rendus, en même temps qu’elle interpelle les récipiendaires sur leur engagement futur, pour demeurer des modèles, en incarnant les valeurs de probité et de sacrifice pour la nation », a laissé le ministre d’Etat, ministre de la communication, des arts et du tourisme, Jean Emmanuel Ouédraogo.

La sociologue Bintou Diallo recevant sa décoration

Le ministre a également lancé ceci aux acteurs et partenaires qui accompagnent l’Etat burkinabè depuis toujours et qui mériteraient de faire partie de ces récipiendaires : « Vos contributions à tous les échelons sont suivies avec le plus grand intérêt par nos compatriotes dont les espoirs reposent sur une nation performante et parfaitement consciente des enjeux et du rôle primordial de la culture pour l’édification d’une société de paix, gage d’un développement durable ».
Prenant la parole au nom des récipiendaires, Alassane Siénou a rappelé qu’il est du devoir des acteurs économiques de soutenir la culture et de la valoriser comme un moteur de croissance et d’innovation. « Ces décorations sont un honneur à tous ceux qui œuvrent pour le rayonnement de notre patrimoine culturel, qu’ils soient artistes, artisans, entrepreneurs ou simples passionnés. Nous réaffirmons notre engagement avec tous les acteurs à faire de la culture, un moteur de progrès et de rayonnement de notre pays », a-t-il indiqué.

Fredo Bassolé
Lefaso.net


Réactions des récipiendaires

Binta Diallo
« Je suis une activiste qui croit en la culture, qui œuvre pour le développement et l’authenticité de tous les êtres humains. Quand j’ai su que j’allais être décorée, je me suis dit que c’est une réalité. C’est un sentiment de fierté et de reconnaissance, surtout que je n’ai jamais travaillé pour une institution publique. Savoir que les autorités voient ce que je fais sur le terrain, mon engagement pour la culture dans mon pays, est un sentiment de fierté, surtout un appel à faire mieux, à rester toujours sur la ligne droite et continuer à m’engager pour ce que je fais déjà. Si je dois dédier cette décoration à une personne, ça sera mon grand-père, qui m’a montré l’importance de la culture, l’importance de l’identité, l’importance de valoriser ce que nous sommes. Il m’a fait comprendre que la culture est tout ce qui nous reste quand on a tout perdu. »

Honoré Bambara, économiste de formation et promoteur culturel

« C’est toujours un sentiment de fierté lorsque les plus hautes autorités reconnaissent ton travail. Cela retrace le parcours, tout le travail que vous avez fait pour la communauté proche et pour l’ensemble de la nation entière, c’est une émotion très forte. J’opère sur le plateau culturel du Burkina Faso, il y a plus de 24 ans. Je pense que c’est la somme de toutes ces années d’activité qui ont dû contribuer au choix des autorités, porté sur ma personne pour recevoir cette médaille. Normalement, quand on est une personne qui croit en Dieu, on ne peut que dire merci. Aussi, on pense à ses géniteurs, la famille, les amis, les collaborateurs professionnels, les partenaires professionnels et l’ensemble de tous ceux qui agissent souvent en faveur sans qu’on ne les voit. Cette médaille, c’est la récompense de tous ceux qui sont autour de moi, de manière indirecte ou directe »

Dao Barnabé, président du réseau des acteurs culturels de la région des Hauts- Bassins

« C’est un sentiment de joie et de fierté qui m’anime. Ce que je croyais faire dans l’ombre est vu par les responsables, je ne saurai les remercier. Je dédie cette médaille à tous ceux qui ont contribué à ce que je sois aujourd’hui parmi les récipiendaires et je leur dis que j’ai compris le message, c’est comme un appel à mieux faire et je les ai compris. Je ferai tout pour ne pas les décevoir. Je dédie aussi cette médaille à mes parents défunts, à toute ma famille »

Souleymane Koumaré, comédien et metteur en scène, responsable de centre Sirala

Être chevalier de l’ordre du mérite est un sentiment de joie et de reconnaissance. Lorsque le pays reconnaît nos mérites, nous devons redoubler d’efforts. Je suis vraiment reconnaissant. J’ai mérité cette médaille, c’est vraiment un honneur pour moi. Je la dédie à tous mes collaborateurs et surtout à ma famille qui me soutient beaucoup. J’exhorte mes collègues à travailler pour promouvoir la culture de façon générale afin de mériter ce genre de médaille.

Serge Dabiré, promoteur du festival de la culture Dagara

C’est un honneur pour moi de recevoir cette médaille ce matin. Cela veut dire que tout ce que nous avons abattu comme travail a été suivi de près et aujourd’hui nous en sommes fier, donc c’est un honneur. Tout ce que j’ai à dire c’est vraiment encourager la jeune génération à travailler ardemment, à se faire remarquer par la qualité du travail. Aujourd’hui, nous sommes un modèle pour la jeunesse et tout ce que nous lui souhaitons, c’est vraiment l’abnégation, la détermination et le dur travail. Je dédie cette médaille à ma communauté qui m’a beaucoup encouragé et soutenu.

Propos recueillis par Alex Lankoandé et Latifatou Zougmoré

Portfolio

PARTAGER :                              

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique