Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Luttez pour vos opinions, mais ne croyez pas qu’elles contiennent toute la vérité ou la seule vérité» Charles A. Dana

Affaire Justin Zongo : L’Etat a-t-il bradé les policiers pour sauver sa peau ?

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Affaire Justin L. Zongo • • lundi 29 août 2011 à 21h10min

Comme un couperet, le verdict du procès de l’affaire Justin Zongo est tombé le 23 août dernier. La sentence de la chambre criminelle de la cour d’appel de Ouagadougou est claire : il y a eu coups mortels et complicité de coups mortels sur feu Justin Zongo. En conséquence, l’officier principal de police, Narcisse R. Kaboré, à deux ans de sa retraite, écope de 8 ans de prison ferme, les assistants de police Belibi Nébié et Bema Fayama, 10 ans fermes chacun. Si ce verdict est bon pour un apaisement social au Faso, il est aussi et surtout pédagogique à quatre titres essentiellement. D’abord, ce procès, paradoxalement, est venu remettre en cause la notoriété de l’Etat.

En effet, en rendant coupables les agents de la police qui étaient pourtant dans l’exercice de leur fonction, quoiqu’il ait eu de l’abus, on est parvenu à infirmer l’adage qui dit : « la crainte du gendarme est le début de la sagesse ». Encore faut-il qu’on reconnaisse à l’homme de tenue le pouvoir que la loi lui a conféré ? C’est un secret de polichinelle de dire aujourd’hui que l’autorité des hommes de tenue est mise à rude épreuve. Et ce n’est pas pour rien que la Police a mis suffisamment du temps avant de reprendre de services.

On se rappelle qu’à la barre, l’assistant Bema Fayama a déclaré avoir administré une gifle à Justin Zongo pour refus d’obtempérer, car estime-t-il, « force doit rester à la loi ». C’est bien dit, les forces de l’ordre ont souvent recours à la violence légale pour asseoir l’autorité de l’Etat. Lors des grèves et autres mouvement de rue, par exemple. Si en voulant faire respecter l’autorité de l’Etat, il y a eu des erreurs professionnelles, il devrait avoir des situations atténuantes pour les coupables. Toute chose qui galvanisera les autres agents des forces de sécurité. Mais dans l’affaire Justin Zongo, on a comme impression que l’Etat a bradé les policiers pour sauver sa peau. Du coup, le discrédit tombe sur ce corps aux missions combien nobles et très souvent incompris.

Et au-delà de la police, les autres corporations de sécurité. La conséquence est que les citoyens auront tendance à banaliser les instructions des forces de sécurité qui, elles-mêmes risquent de ne pas fournir grand effort pour faire respecter la loi (parce que personne ne protège au cas où il y aurait problème). C’est cela le hic de ce procès. La deuxième leçon qu’il faut garder à l’esprit comme un verset, c’est le professionnalisme dans l’exercice de ses fonctions. Les forces de sécurité ont, au fait, appris que maintenant, les anciennes méthodes sont obsolètes et qu’il faut accomplir ses missions avec rigueur et professionnalisme, sinon, voilà les sanctions.

Le lycée et la famille de Justin Zongo fautifs

Dans le récit de l’affaire Justin Zongo, il ne ressort nulle part, ou du moins nous n’avons pas à notre connaissance d’éléments qui expliquent les démarchent de réconciliation entreprises par la famille de feu Justin auprès de celle de Ami Zongo. Peut être que la solution allait venir de là, si l’on admet qu’un mauvais arrangement vaut mieux qu’un bon procès. Mais non, rien ne fut fait. Ce qui est une remise en cause de la médiation légendairement reconnue à la société burkinabè. C’est donc dire que nos canaux traditionnels de résolution de conflit sont en train de s’effriter et il va falloir véritablement y songer, si non...

Et ce n’est pas seulement la famille du regretté Justin qui a échoué. C’est aussi son lycée. En effet, il n’a pas été fait cas de sanction disciplinaire à l’encontre des contrevenants qui ont gravement violé les franchises scolaires. Et pourtant, le règlement intérieur des établissements secondaires est sans équivoque en cas de bagarre entre élèves. A supposé que le lycée avait joué correctement sa partition, peut-être que beaucoup d’eau n’allait pas couler sous le pont. Maintenant que le mal est fait, il ne reste qu’à tirer les enseignements nécessaires afin que plus jamais une telle situation ne se reproduise au pays des « Hommes intègres ».

Konwoman Rufin PARE (Pekker4@yahoo.fr)

Pour Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 29 août 2011 à 20:26, par Tapsoba En réponse à : Affaire Justin Zongo : L’Etat a-t-il bradé les policiers pour sauver sa peau ?

    Votre analyse m amène à vous poser un certain nombre de questions,entre autres:Quel est le role de la police ? Quelles sont les procédures à utiliser dans une arrestation ? L exercice de l autorité de la police se passe-t-il de la dignité humaine ? N y-a-t-il pas autre moyens légaux pour se faire respecter en tant que « détenteur legal de la violence » ? À propos de violence legale,s agit-il ici,selon vous, de chatiements corporels ? Renseignez-vous bien et vous saurez que les chatiements corporels ne font aucunement partie des prérogatives d une police qui se respecte.

    Répondre à ce message

    • Le 31 août 2011 à 13:58, par Dambé En réponse à : Affaire Justin Zongo : L’Etat a-t-il bradé les policiers pour sauver sa peau ?

      L’écrit de mr PARE a fait couler beaucoup d’encres et de salives. Que de commentaires. Chaque internaute s’est exprimé, qui pour blâmer les policiers, qui pour blâmer le journaliste, etc.
      Mais nous mêmes, où nous nous plaçons, nous les parents ? nous les premiers éducateurs de nos enfants ? Quelqu’un l’a dit en d’autres termes, l’éducation agonise au pays des hommes intègres, et... surtout l’éducation familiale. qu’est ce que nous apprenions à nos enfants à la maison avant qu’ils ne sortent pour aller à l’école. Rien. Nos enfants n’ont aucune éducation familiale aujourd’hui. enfants de pauvres comme enfants de riches, rien. que de gros mots seulement, des insultes, de l’impolitesse.
      Si les policiers sont des bandits, des brigands, nous responsables de leurs comportements. Ils sont issus de notre société.
      je pense que nous devons mieux éduquer nos enfants à respecter les valeurs sociales et republicaines. A force de centrer nos efforts sur les droits des enfants, nos enfants sont devenus des monstres qui ne respectent aucune norme sociale. Veillons à faire de nos enfants des hommes et des femmes de l’honneur.
      Merci monsieur PARE.

      Répondre à ce message

  • Le 29 août 2011 à 20:41, par leclair En réponse à : Affaire Justin Zongo : L’Etat a-t-il bradé les policiers pour sauver sa peau ?

    Mr PARE, c’est la famille de Ami Zongo qui aurait entreprendre les démarches d’apaisement et pas le contraire. Chez nous les mossi c’est comme ça

    Répondre à ce message

  • Le 29 août 2011 à 20:45, par Jbk ( le toossida en allemagne) En réponse à : Affaire Justin Zongo : L’Etat a-t-il bradé les policiers pour sauver sa peau ?

    Bien sur que les hommes au pourvoir on brades les policiers pour se couvrir , mais ,ce qu ils oublient c est que nul ne peut cacher le soleil avec sa main. Le peuple vous regardent de près, mais , quant il se mettra debout ça sera vos malheurs .

    Répondre à ce message

  • Le 29 août 2011 à 22:32, par JCroie En réponse à : Affaire Justin Zongo : L’Etat a-t-il bradé les policiers pour sauver sa peau ?

    cette fois -ci je dit bravo au régime compaoré afin la police vont maintenant savoir leur r¸lent a joué au sein de la population .

    Merci encore a la justice

    Répondre à ce message

  • Le 29 août 2011 à 22:48, par Malick En réponse à : Affaire Justin Zongo : L’Etat a-t-il bradé les policiers pour sauver sa peau ?

    La problématique est intéressante mais je la perçois autrement. Au plan strict du droit pénal, la relation irréfutable n’a pu être établi entre les sévices corporels et le décès. Les policiers auraient donc pu être condamnés pour tout autre chose, mais pas pour le meurtre.
    Par ailleurs, et toujours en tentant de ne pas voir la question sous l’angle sentimental, le père Zongo a fait obstruction a justice en s’opposant à l’autopsie. La justice a donc manqué d’informations nécessaire pour rendre une décision éclairée. Je pense que le juge devait renvoyer le dossier pour complément d’information.
    La paix ne se bâtie pas pour la durée en instrumentalisant la justice.

    Évidemment, c’est claire que nos policiers vont désormais réfléchir autrement sur le sens de leur mission ; trop de gens sont violentés dans nos commissariats. Mais fallait il nécessairement tordre le coup aux principe élémentaires du droit pour y parvenir ?

    Que dieu sauve le Burkina (même si je crois qu’un jour il se lassera de nos irresponsabilités)

    Répondre à ce message

  • Le 29 août 2011 à 22:52, par Simpore depuis Hollywood aux Etats Unis d"amerique (USA) En réponse à : Affaire Justin Zongo : L’Etat a-t-il bradé les policiers pour sauver sa peau ?

    Meme dans les pays developpes si tu resiste lors d’une arrestation on utilise la force. c’est ca qui est la verite. qui lui il etait pour defier la police. bravo. maintenant la police va negocier avec les voleurs, les inviter dans des bars et leur donner des matelas pour qu’ils acceptent de se faire arreter

    Répondre à ce message

  • Le 29 août 2011 à 23:42, par Jamanatigui En réponse à : Affaire Justin Zongo : L’Etat a-t-il bradé les policiers pour sauver sa peau ?

    Bradés ou pas il faut admettre que ces policiers n’ont pas traité l’affaire zongo avec équité et il doivent assumer. Ils doivent s’estimer heureux car ils sont susceptibles de bénéfier de la grâce présidentielle. Et justin ? A part la grâce divine, rien d’autre ne l’arrangerait.
    L’autorité des hommes de tenues, ils dovent l’acquérir dans la justice et l’équité et non par la violence et la barbarie. Un commissariat ça doit inspirer la confiance et non crainte. ça doit être un lieu d’asile et non un centre de torture.
    Dire que ce verdict va demotiver les agents de securité, je ne partage pas ce point de vue dans la mésures où ils peuvent exercer sans violence et avec professionalisme.
    Autre aspect qu’il faut soulever, c’est de savoir que l’inaction d’un élément de sécurité peut le conduire egalement en prison pour n’avoir pas agit.
    En somme on ne leur demande que de savoir agir et c’est aussi le rôle de cette nomble institution qui doit travailler à extraire les brébis galeuses à son sein

    Répondre à ce message

    • Le 30 août 2011 à 11:14, par TS En réponse à : Affaire Justin Zongo : L’Etat a-t-il bradé les policiers pour sauver sa peau ?

      Laissons le cadre de l’affaire Justin Zongo (Et même ça, jusqu’à preuve de contraire, personne, même le juge qui a rendu la décision ne peut dire avec le coeur tranquille que justin est mort des suites de traitements des policiers), vous qui condamnez les policiers vous pensez que la police peut caresser les délinquants et lutter efficacement contre le grand banditisme au BF ici ? En tout cas il en sera ainsi désormais et on vera. Quant il ya braquage et j’entends des gens dirent qu’il faut mieux armer nos forces de l’orde pour lutter efficassement contre les délinquants, ça me fait rire. Aucun policier ne va abattre un délinquant même en flagrant délit de braquage ; parce que ce dernier est toujours présumé et il suffit qu’un autre délinquant incite la population et ce policier sera condamné.

      Si nous avons des résultats positifs dans l’administration en générale, c’est que les gens se surpassent ; ils ne se limitent pas seulement à ce que les textes les recommandent de faire. C’est parce qu’il ya des initiatives personnelles que le Burkina avance.

      Je suis farouchement contre les bavures policières ; mais je suis également contre les condamnations par plaisir.

      QUE DIEU NOUS GARDE !

      Répondre à ce message

  • Le 30 août 2011 à 03:01, par IBRAHIM ILBOUDO de PARIS En réponse à : Affaire Justin Zongo : L’Etat a-t-il bradé les policiers pour sauver sa peau ?

    Les pouvoirs pulics ou les forces de l’ordre ne sont nullement "les détenteurs de la violence légale".Dans un Etat de droit céla n’a pas de sens.C’est le peuple qui est plutôt le détenteur de la violence légale qu’il délégue aux pouvoirs publics.Les forces de l’ordre sont donc simplement les dépositaires de la force publique qu’elles doivent utiliser conformement aux textes qui régissent l’application de cette force publique.Mais dômmage, car la plupart de nos forces de l’ordre n’ont une hauteur de vue suffisante pour comprendre ce principe élémentaire de l’exercice de leurs fonctions.Le professeur BADO Laurent a dit un jour à l’amphithéatre B de droit à OUAGADOUGOU qu "on demande pas à un aveugle de se prononcer sur les couleurs".Ces policiers ne comprennent donc pas pourquoi on les blàme tant voire pourquoi on les condamne.

    Répondre à ce message

  • Le 30 août 2011 à 03:14, par IBRAHIM ILBOUDO de PARIS En réponse à : Affaire Justin Zongo : L’Etat a-t-il bradé les policiers pour sauver sa peau ?

    Les pouvoirs pulics ou les forces de l’ordre ne sont nullement "les détenteurs de la violence légale".Dans un Etat de droit céla n’a pas de sens.C’est le peuple qui est plutôt le détenteur de la violence légale qu’il délégue aux pouvoirs publics.Les forces de l’ordre sont donc simplement les dépositaires de la force publique qu’elles doivent utiliser conformement aux textes qui régissent l’application de cette force publique.Mais dômmage, car la plupart de nos forces de l’ordre n’ont une hauteur de vue suffisante pour comprendre ce principe élémentaire de l’exercice de leurs fonctions.Le professeur BADO Laurent a dit un jour à l’amphithéatre B de droit à OUAGADOUGOU qu "on demande pas à un aveugle de se prononcer sur les couleurs".Ces policiers ne comprennent donc pas pourquoi on les blàme tant voire pourquoi on les condamne.

    Répondre à ce message

  • Le 30 août 2011 à 11:37, par Lucie En réponse à : Affaire Justin Zongo : L’Etat a-t-il bradé les policiers pour sauver sa peau ?

    C’est un journaliste ça ? un français pathétique... Il s’agit d’autorité de l’Etat et non de notoriété de l’Etat

    Répondre à ce message

  • Le 30 août 2011 à 11:41, par Le paysan En réponse à : Affaire Justin Zongo : L’Etat a-t-il bradé les policiers pour sauver sa peau ?

    Je pense qu’il y a un problême de recrutement et de formation qui se posent au niveau de la police. Les policiers que nous recrutons sont pas souvent digne de confiance. Certains malgré leur situation douteuse de brigand, chomeur sachant galoper ont fait leur entrée dans la police. Ils ne peuvent pas oublier leur ancien métier ’’le vol ’’. Pire quand ils portent la tenue ; ils se croient automatiquement au délà de la loi. Pour l’affaire Justin ZONGO ; une condamnation même pour 20ans ne pourrait remplacer la vie de ce jeune élève. Cette condamnation de 08ans, 10ans est même atténuante ; car ils méritent pire. Maintenant que par l’action du peuple ; ce dosier a été vite examiné ; il faut que la justice ouvre le bon oeil pour dire la justice des justes et non la justice des lois modifiables. J’ai été victime d’un vol direct et forcé par un ami policier à qui j’ai rendu de grands services. Ce Mr a pu le faire parce qu’il se croit policier.Aujourd’hui il faut que nos dirigeants donnent l’exemple, et leurs serviteurs n’hésiteront pas à leur emboiter le bon pas. Sinon le peuple finira par se révolter à cause du cumul des crimes impunis que connais plusieurs familles. Bravo à la Justice

    Répondre à ce message

  • Le 30 août 2011 à 12:21, par Mannn En réponse à : Affaire Justin Zongo : L’Etat a-t-il bradé les policiers pour sauver sa peau ?

    Que veulent les gens finalement ? la population met toujours une pression aveugle ,inutile sur l´etat meme quand il ne le faut pas...Si ces policiers n´avaient pas eté condamnés , ces meme gens qui pensent que l´etat les a sacrifiés sortiraient marcher dans la rue et crier à qui veut l´entendre : Justice pour Zongo ou des choses de ce genre.. Aux vues des dire lors du proces, refus d´autopsie par exemple par les parents, il n´etait pas juste de condamner ces 3 monsieurs.. Mais combien de ces gens qui cherchent la moindre aucasion pour manifester comprennent meme le sens de cette autopsie ? si ce proces a eté inequitable la faute revient à une grande partie de la population qui manque de dicernement dans certaines situations.

    Répondre à ce message

  • Le 30 août 2011 à 12:31, par Bénéwindé En réponse à : Affaire Justin Zongo : L’Etat a-t-il bradé les policiers pour sauver sa peau ?

    Et ce n’est pas seulement la famille du regretté Justin qui a échoué. C’est aussi son lycée. En effet, il n’a pas été fait cas de sanction disciplinaire à l’encontre des contrevenants qui ont gravement violé les franchises scolaires.
    Vous êtes mal renseigné monsieur le journaliste, le Collège Guesta Kaboré où fréquentaient les deux protagonistes (Ami et Justin) a bien convoqué les parents des deux ; ceux de Ami se sont présentés à la direction de l’établissement tandis Justin n’a pu faire comparaître les siens pour la simple raison que ceux ci résident à Ralo, à une vingtaine de km de Koudougou. Et c’est pendant que le censorat du collège relançaient les deux familles que Mlle Aminata est allé au commissariat porter plainte auprès de son oncle policier et secrétaire du DR de la police.
    Autre détails non relevé est que la fondatrice du collège (une expatriée) aurait porté plainte contre la police pour le viol de ses franchises scolaires.
    Mais suis d’accord avec vous que les trois poulets, pardon les trois policiers ont été sacrifiés sur l’autel de la paix sociale, et le procès a laissé un goût d’inachevé. On devait nécessairement entendre l’ex DR de la police, le procureur, l’ex gouverneur, le médecin traitant,l’ex ministre de la santé. Mais comme il y a d’autres procès en vue sur les répressions meurtrières des manifestations contre la mort de Justin, on pense qu’ils ne vont pas échapper.

    Répondre à ce message

    • Le 31 août 2011 à 15:01, par bogui En réponse à : Affaire Justin Zongo : L’Etat a-t-il bradé les policiers pour sauver sa peau ?

      Je suis d’avis si vous pensez que je ne suis pas suffisamment renseigné sur le dossier. Cependant, je persiste et je signe que le collège n’a pas sanctionné les contrevenants au reglement intérieur. C’est cela ma préoccupation et non la convocation de leurs parents. A moins qu’on me dise que cette convocation était le préalable de la sanction. J’estime par ailleurs, que c’est parce que le collège ne jouait pas suffismment sa partition que Ami a préféré autre cadre de reglement ! Somme toute, je vous remercie d’avoir lu mon article et surtout de me critiquer, toute chose qui me permet de m’améliorer pour mieux vouxs servir.

      Répondre à ce message

    • Le 31 août 2011 à 16:52, par bogui En réponse à : Affaire Justin Zongo : L’Etat a-t-il bradé les policiers pour sauver sa peau ?

      Je suis d’avis si vous pensez que je ne suis pas suffisamment renseigné sur le dossier. Cependant, je persiste et je signe que le collège n’a pas sanctionné les contrevenants au reglement intérieur. C’est cela ma préoccupation et non la convocation de leurs parents. A moins qu’on me dise que cette convocation était le préalable de la sanction. J’estime par ailleurs, que c’est parce que le collège ne jouait pas suffismment sa partition que Ami a préféré autre cadre de reglement ! Somme toute, je vous remercie d’avoir lu mon article et surtout de me critiquer, toute chose qui me permet de m’améliorer pour mieux vouxs servir.

      Répondre à ce message

  • Le 30 août 2011 à 15:05, par Nayala En réponse à : Affaire Justin Zongo : L’Etat a-t-il bradé les policiers pour sauver sa peau ?

    Bla, bla, bla ! Qu’ ils fassent Appel ! Ils sont certe coupable de coup et blessure mais pas de meurtre, jusqu’a ce quel’ on nous le prouve. Il est peut être mort de meningite aussi !
    Il nous faut la vraie justice, pas celle qui est partisante ! On a vu des gens malades mourrant, qui sont mort par accident de la circulation.
    Quand aux policiers apprennez à respecter votre métier et vos concitoyens.

    Répondre à ce message

  • Le 30 août 2011 à 15:43, par onclo En réponse à : Affaire Justin Zongo : L’Etat a-t-il bradé les policiers pour sauver sa peau ?

    bien dit !heureusement que les policiers ne revendiquent pas les décisions de justice.je suis persuadé que les policiers ne vont plus se donner dans leur travail. Ce sera du pain béni pour les délinquants.Que Dieu veille sur mon pays !

    Répondre à ce message

  • Le 31 août 2011 à 01:27 En réponse à : Affaire Justin Zongo : L’Etat a-t-il bradé les policiers pour sauver sa peau ?

    Je pense que Mr Paré doit revoir sa définition de l’Etat. L’Etat doit-il être la source d’insécurité de ses citoyens ? Je pense que la définition la plus banale, c’est contrôle du territoire et sécurité des citoyens, qu’ils soient policier, de l’armée ou simple citoyen. Nul par au monde, la loi peut autorisé un chantimeent corporel avant même le procès. Dans les pays où la peine de mort est autorisé, ce n’est qu’après le verdict que la peine peut être appliquée.Je demande simplement à M. Paré de corriger ses égaramments. Plus aucun être humain dans le monde n’a droit sur la vie ou la mort d’autrui.

    Répondre à ce message

  • Le 31 août 2011 à 10:36, par Maguid En réponse à : Affaire Justin Zongo : L’Etat a-t-il bradé les policiers pour sauver sa peau ?

    Notre police est à l’image de son Gouvernement, elle n’a pas les pleins pouvoir que la loi lui confère. Et très souvent elle abuse de son autorité. Je pense que cela, lui servira de leçon. Mais très sincèrement cette condamnation est juste pour faire croire à une justice indépendante et surtout pour sauver la peau de nos gouvernants devant une population assoiffée de justice. Nous avons vu en Angleterre, la police a tué un individu, le Premier Ministre a été catégorique car dit-on le linge sale se lave en famille. La version donnée par le gouverneur n’a pas changé malgré les enquêtes. Notre police se sentira orphelin et bonjour à la lassitude. Plus de N fois des policiers sont morts dans l’exercice de leurs fonctions jamais le Président du Faso ne s’est recueilli sur leurs dépouilles.

    Répondre à ce message

  • Le 31 août 2011 à 11:47, par Lepenseur En réponse à : Affaire Justin Zongo : L’Etat a-t-il bradé les policiers pour sauver sa peau ?

    Pour ma part qui ai suivi ce procès au Palais, l’Etat est allé trop loin dans cette affaire de condamnation. Voici les raisons :
    Rien ne prouve que ce sont les coups de policiers qui ont entraîné la mort de Justin. Pourquoi ?
    a - Il n’y a pas eu d’autopsie pour situer les causes réelles du décès. Vu l’importance de l’affaire, le corps devait être exhumé et analysé par des bons experts.
    b - Il ressort que Justin avait été reçu dans des centres de santé pour coups et blessure avant le contact avec les policiers. L’avocat de Justin devait chercher à élucider l’origine de ces coups et leurs impacts. Conclusion : Justin est est bagarreur !
    c- Justin admis dans les centres de santé n’a pas suivi les prescriptions médicales. Pire, il s’évade contre l’avis des traitants. Il s’est soigné avec des feuilles de nyme et d’eucalyptus administré par son compagnon. A quel dosage ???
    Les conséquences de ce traitement ? Silence !
    d - Cause de décès : méningite traumatique. Soit, quel est l’origine de ce traumatisme pour un bagarreur, qui prend des coups un peu partout et en donne aux filles ?
    EN RÉSUMÉ POUR MOI, JUSTIN EST MORT DE SON INDISCIPLINE ET DE SA PROPRE BÊTISE. Alors qu’il repose en paix.
    Si Justin était un élève calme et docile, à 24 ans, il serait entrain de finir une maîtrise ou de travailler déjà, quelque part, il n’y aurait pas eu de bagarre à l’école, il ne refuserait pas de répondre aux 5 convocations de la police, il se laisserait tranquillement embarqué par la police, il marcherait tranquillement pour aller "au violon", ... En fait JUSTIN EST UN ENFANT BANDIT. Il a cherché et voulu sa propre mort. Malheureusement en mourant, il a voulu déranger la quiétude des honnêtes citoyens.Qu’il repose en paix. A bon entendeur, salut !

    Répondre à ce message

  • Le 31 août 2011 à 11:51, par Lepenseur En réponse à : Affaire Justin Zongo : L’Etat a-t-il bradé les policiers pour sauver sa peau ?

    Pour ma part qui ai suivi ce procès au Palais, l’Etat est allé trop loin dans cette affaire de condamnation. Voici les raisons :
    Rien ne prouve que ce sont les coups de policiers qui ont entraîné la mort de Justin. Pourquoi ?
    a - Il n’y a pas eu d’autopsie pour situer les causes réelles du décès. Vu l’importance de l’affaire, le corps devait être exhumé et analysé par des bons experts.
    b - Il ressort que Justin avait été reçu dans des centres de santé pour coups et blessure avant le contact avec les policiers. L’avocat de Justin devait chercher à élucider l’origine de ces coups et leurs impacts. Conclusion : Justin est est bagarreur !
    c- Justin admis dans les centres de santé n’a pas suivi les prescriptions médicales. Pire, il s’évade contre l’avis des traitants. Il s’est soigné avec des feuilles de nyme et d’eucalyptus administré par son compagnon. A quel dosage ???
    Les conséquences de ce traitement ? Silence !
    d - Cause de décès : méningite traumatique. Soit,mais quelle est l’origine de ce traumatisme pour ce grand bagarreur, qui prend des coups un peu partout et en donne aux filles ?
    EN RÉSUMÉ POUR MOI, JUSTIN EST MORT DE SON INDISCIPLINE ET DE SA PROPRE BÊTISE. Alors qu’il repose en paix.
    Si Justin était un élève calme et docile, à 24 ans, il serait entrain de finir une maîtrise ou de travailler déjà, quelque part, il n’y aurait pas eu de bagarre à l’école, il ne refuserait pas de répondre aux 5 convocations de la police, il se laisserait tranquillement embarqué par la police, il marcherait tranquillement pour aller "au violon", ... En fait JUSTIN EST UN ENFANT BANDIT. Il a cherché et voulu sa propre mort. Malheureusement en mourant, il a voulu déranger la quiétude des honnêtes citoyens.Qu’il repose en paix. A bon entendeur, salut !

    Répondre à ce message

  • Le 1er septembre 2011 à 14:56, par OBAMAsarko En réponse à : Affaire Justin Zongo : L’Etat a-t-il bradé les policiers pour sauver sa peau ?

    Moi j’ai appelé ça une mascarade judiciaire ! Un verdict prémédité peut être même les condamnés étaient avisés ! Les Burkinabé ont pris l’habitude d’enfreindre aux lois et les Burkinabé ont pris l’habitude de ne pas rendre justice ! N’importe quoi !

    Si vous avez quitté les bancs il ya longtemps vous ne pouvez pas comprendre qu’actuellement dans les lycées c’est du n’importe quoi ! Quand des élèves redoublent 3 fois la même classe ! Pendant que d’autres sont exclus pour des faits divers ! Je vous conseils d’aller constater sur le terrain ! Mais ce n’est pas étrange, car ce n’est pas le seul milieu pourri ! C’est à l’image de notre société sur toute sa ligne ! Il suffit d’avoir un protégé et tes règles sont différentes de celles des autres quelque soit le niveau où l’on se trouve. Si non comment au décès de Justin des médecins attestent « cause =méningite » ? Ils sont tellement idiots, ils auraient du penser un peu pour savoir que dans son carnet d’admission au soin, il apparaissait aussi « coups et blessures ». L’habitude de la manigance, d’enfreindre les lois, corruption, tout ce qui est vice !!!!!! En plus des autorités (administrations scolaires et hospitalières, procureur, gouverneur, ministres,) qui ont aussi cette même habitude, je disais que c’est à tout les niveaux, emboîtent le pas ! C’est lamentable triste et pitoyable ! Quand je pense qu’il suffisait dès les premières heures de regarder le dossier médical initial et d’admettre qu’il a été admis à l’hôpital aussi pour coups et blessures, diligenter une enquête ! Vous savez ce qui a provoqué les colères et vous tournez en rond : « il est mort de méningite » ! Alors je me demande, aujourd’hui que la justice a admis le décès suite aux coups administrés par des pauvres policiers, est ce que tous ceux qui ont menti (car il s’agit d’un mensonge quand on se réfère au verdict), seront jugés aussi ? Les chefs d’accusation contre ces derniers doivent être plus graves que les policiers : entrave à la justice, faux et usage de faux, défaillance professionnel, déclaration calomnieuses qui peuvent être qualifié d’atteinte à la sureté de l’Etat vue les conséquences, etc……..

    JE NE DIS PAS QUE LAS POLICIERS NE SONT PAS FAUTIFS, MAIS ON DEVAIT ALLER ENCORE PLUS LOIN ; AUTORITES (ADMINISTRATIONS SCOLAIRES ET HOSPITALIERES, PROCUREUR, GOUVERNEUR, MINISTRES,) SONT AUSSI FAUTIFS ! s’ils en ont pris aussi, tant mieux,

    Répondre à ce message

  • Le 5 octobre 2011 à 20:10, par ZAS En réponse à : Affaire Justin Zongo : L’Etat a-t-il bradé les policiers pour sauver sa peau ?

    Qu’est ce que Monsieur Paré appelle violence légale ? Il n’y a jamais eu de violence légale ; il s’agit ni plus ni moins que d’abus de pouvoir. C’est un problème récurent qui dure depuis bien longtemps et je pense que la condamnation des ces policiers va calmer un peu le zèle de certains agents.
    Ce sont des forces de l’ordre et il faut qu’ils se comportent comme tel ; ils auront ainsi le respect des populations.

    Répondre à ce message

  • Le 1er septembre 2012 à 11:09, par THEO En réponse à : Affaire Justin Zongo : L’Etat a-t-il bradé les policiers pour sauver sa peau ?

    la justice a bien tranché cette affaire..............................................................

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés