Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Et puis, il y a ceux que l’on croise, que l’on connaît à peine, qui vous disent un mot, une phrase, vous accordent une minute, une demi-heure et changent le cours de votre vie.» Victor Hugo

Agressions de journalistes : Où sont passés les gens bien ?

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Affaire Justin L. Zongo • Opinion • vendredi 18 mars 2011 à 18h14min

Voilà bien un autre couteau planté dans le dos de l’affaire Justin L. Zongo. Si l’on veut tuer dans l’œuf ce dossier brûlant on ne s’y prendrait pas mieux. Agresser des femmes et hommes de médias est tout aussi un crime qui mérite d’être condamné. En rappel, le célèbre dossier Norbert Zongo, n’a pas connu un tel dérapage. Et pourtant, il y avait de quoi !

Après la récupération politicienne de la mort de Justin L. Zongo, qui suscite des analyses controversées et traine comme un boulet difficilement supportable par les citoyens et citoyennes, voilà que la traitrise se manifeste par des agressions de journalistes. Aucune raison ne peut justifier cet acte anarchiste au contenu fort communisant.

Et comme l’a dit Norbert Zongo : « Méfions-nous du silence des gens bien » Où sont passés le Mouvement Burkinabé des Droits de l’Homme (MBDHP), le Syndicat National des Travailleurs de l’Information et de la Communication (SYNATIC), l’Association des Journalistes Burkinabé (AJB) et toutes ces associations de la société civile ? Félicitations à Reporter du Faso pour son « Non à l’agression des journalistes ».

Le manichéisme dans lequel certains veulent plonger le Burkina Faso ne triomphera jamais. Pourquoi s’en prendre à des médias publics ? Croyez-vous réellement que tous les journalistes attaqués sont forcement des défenseurs du pourvoir ? Combien sont-ils les employés de l’Etat qui animent les marche-meetings et organisent les casses ?

Pourquoi ne sont-ils pas suspectés ? En agressant les journalistes, vous vous attaquez à la liberté et sans liberté il n’y a point de justice. Car les médias constituent une arme pour la conquête de la justice. Ainsi, vous avez tourné contre vous une arme fatale.

C’est pourquoi, il ne serait pas de trop que les organisateurs de la marche-meeting (ANEB et associés politiques) présentent leur « EXCUSES SINCERES » aux journalistes, aux médias et au peuple burkinabè pour leur forfaiture et remettent après toute honte bue le matériel technique sauvagement confisqué.

Si des étudiants censés être la relève de demain se comportent tels des « voyous » de grands chemins, alors vive l’impunité et l’injustice. Dans ce même élan, le MBDHP, le SYNATIC, la société civile, les communautés religieuses sont invités à condamner cette dérive anarchiste contre les médias. Se taire c’est cautionner cette agression des libertés fondamentales. Se prononcer c’est choisir le camp de la liberté donc de la Justice. A chacun selon.

Raphaël NIKIEMA
Conseiller social

Vos commentaires

  • Le 18 mars 2011 à 19:25, par tekre En réponse à : Agressions de journalistes : Où sont passés les gens bien ?

    avez vous la preuve que vous aviez ete agresse parceque vos agresseurs penseaient que vous roulez pour le pouvoir en place ?Etes vous convaincu que cela etait l’acte d’un elves ou etudiants ?Ces journalistes se sont ils identifies a leurs agresseurs en tant que journalistes.Si je pose toutes ses questions c’est parceque j’ai vu des marche infiltree par des individus qui n’avaient d’autre but que de salir l’image de la marche.Faites la remarque,quand les etudiants demarrent du terrain DABO pour la marche personne ne tient un caillou de l’essence de pneu ou des barricades.Dans tel caffouillage c’est difficile d’indexer quelqu’un comme responsable de surcroit lui coller l’etiquette d’etudiant(vous avez ete etudiant aussi,prenez le temps et analysez).Qui a interet a ce que le travail de journalisme se passe bien,c’est bien les etudiants,vous etes comme l’oeil du peuple alors pourquoi ce peuple va t’il chercher a se creuver l’oeil.De toute facon nous tous on sait qui agresse les journalistes dans ce pays et pourquoi.Bon retablissement aux journalistes blesses nos prieres sont avec eux,continuez votre combat pour la verite,supportez ceux qui y adhereent et vous verrez que un jour cela ferait partie de l’histoire.Que Dieu benisse le BURKINA et tous les BURKINABE

    Répondre à ce message

    • Le 18 mars 2011 à 21:12, par Africain En réponse à : Agressions de journalistes : Où sont passés les gens bien ?

      On se conait tous mon type ;c’est pas la premiere fois. l’ANEB n’a jamais organise une marche pacifique. Meme au campus tu ne peux jamais debattre un point de vue different de celui de l’ANEB sans etre vu en quelqu’un, soit qui est pour le regime et autre et risque de te faire passer a tabac pour avoir oser.Well, c’est un comportement propre a cette organisation pour qui tout doit se passer comme elle veut ou ne passe pas et cela depuis des annees. Certains hommes politiques en ont profite et en paie le prix. La violence devenue un caractere propre a l’ANEB qu’il sera difficile de stopper.

      Répondre à ce message

  • Le 18 mars 2011 à 20:00, par Laïla En réponse à : Agressions de journalistes : Où sont passés les gens bien ?

    LES CAUSES ET LES EFFETS SONT CONFONDUS. LA RAISON N’HABITE PLUS LE COEUR DES HOMMES INTEGRES. SI LES JOURNALISTES S’ETAIENT AUTANT MOBILISES POUR L’ABOUTISSEMENT DU DOSSIER NORBERT ZONGO, ON N’EN SERA PAS LA, ENCORE MOINS LA MORT DE JUSTIN ZONGO NI CES MANIFESTATIONS A LA PELLE. INFORMER DU TRAIN EN RETARD PERMETRA A COUP SÛR DE REGLER SA PONCTUALITE.

    Répondre à ce message

  • Le 18 mars 2011 à 23:49, par Malick En réponse à : Agressions de journalistes : Où sont passés les gens bien ?

    merci pour cette interpellation. Car, faut il le rappeler, l’Etat de droit exige le respect des droits, même quand elles sont à votre désavantage. c’est le seul moyen pour légitimement les revendiquer à votre profit.
    Les Sieurs Barry, comme Tékré, tente de justifier l’injusrifiable ; ils tente de trouver des excuses à ceux qui ont agresser des journalistes, c’est à dire, à des gens qui auraient pu attenter à la vie de Norbert Zongo dont il se disent pourtant les défenseur et héritiers.

    Il y a une petite mafia qui a pris en otage l’AJB et le Synatic ; prompts à parler d’alternance, ils sont là depuis des dizaine d’années et ne peuvent qu’aller dans le sens du vent (c’est à dire jouer à l’hypocryte) car c’est la seule manière de préserver leur gombo.

    Pour l’AJB et le Synatic, dénoncer l’agression des journalistes, c’est quitter le populisme, c’est ce mettre à dos une catégorie de personnes qui peut leur cracher à la face un "vous là même, on sait comment ça se passe chez vous".

    Et c’est pour ça qu’une révolution sérieuse ne peut aboutir au Faso. Tout le monde triche, surtout ceux qui disent être les adversaires acharné du système. N’oubliez pas : Halidou OUédraogo est devenu l’avocat de Oumarou Kanazoé. Halidou Ouédraogo, en qualité de président du Cllectif, a conduit de marche où OK était stigmatisé comme esclaviste des temps modernes et peut être impliqué dans la mort de norbert Zongo.

    Aujourd’hui, je crois qu’il faut exiger du Collectif, du MBDHP, du Synatic, de l’AJB et de tous ceux qui se prennent pour des défenseurs des droits humains, une condamanation sans réserve de l’agression de journalistes lors de manifestations organisé pour "reclamer le respect de la regle de droit"

    Répondre à ce message

  • Le 19 mars 2011 à 09:43 En réponse à : Agressions de journalistes : Où sont passés les gens bien ?

    Quand on parle d’un métier que l’on ne connait pas c’est dangereux et c’est le propre du Burkinabé. il faut savoir que sur les camera du la télé, il y a des autocollant RTB ainsi que sur le micro. en plus, les étudiants ont dit qu’ils ne veulent pas voir la RTB c’est simple à comprendre leur acte. pas besoin d’un marabout pour se faire expliquer.
    laisser les journalistes faire correctement leur travail. si tout le monde devait poser un tel acte, il y a des journaux dit de l’opposition (et ils sont nombreux) qui ne seraient pas admis dans certaines sphères, ni couvrir certains reportage. Ouvrez les yeux !

    Répondre à ce message

  • Le 19 mars 2011 à 11:13 En réponse à : Agressions de journalistes : Où sont passés les gens bien ?

    Un peu de bémol dans votre plaidoirie Mr le conseiller ; Comme l’a si bien dit les internautes précédents, l’ANEB avait le souci d’organiser une marche pacifique et surtout responsable mais dans ce tohu-bohu on ne sait pas qui est qui et on ne contrôle pas tout. Et ne faites pas dans la désinformation car les auteurs de ce forfait ont été rappelé à l’ordre sur le champ et le matériel confisqué a été restitué.
    En outre, sans condamner gratuitement les journalistes de la RTB, sachez que nul n’est au dessus des reproches et des remontrances fut-il journaliste. Car sincèrement la RTB fait du deux poids deux mesure dans le traitement de l’information en faveur des hommes au pouvoir. Les "pourritures" ne se recrutent pas seulement dans les autres corps mais dans tous les corps ; de même que les "gens biens". Mais à la décharge des travailleurs des médias publics et de tous les autres secteurs publics, ils n’ont pas la main libre pour agir à leur guise. Et c’est justement cette confiscation de la liberté que nous devons TOUS COMBATTREque l’on soit élève, étudiant, ouvrier, fonctionnaire, journaliste et j’en oublie.

    Répondre à ce message

    • Le 19 mars 2011 à 15:47, par Malick En réponse à : Agressions de journalistes : Où sont passés les gens bien ?

      C’est de quel bemol tu parles ? Prends une position claire et ensuite tu seras en paix avec toi même : es-tu oui ou non contre l’agression des journalistes ?
      Les fait que nul ne soit au dessus de reproche donne t-il le droit de s’en prendre physiquement à ces journalistes ?
      C’est un acte d’intolérance grave, un mépris de la démocratie pour laquelle on prétend pourtant se battre.

      La différence de ligne éditoriale signifie que chaque média a sa façon de voir les choses.

      Comme l’autre, on se connait bien dans ce pays. L’intolérance est une marque de fabrique dans certains mouvement qui revendique l’Etat de droit démocratique pour perpétuer des visions communisantes et propagatrices de violence.

      Répondre à ce message

  • Le 19 mars 2011 à 16:06, par wendlasida En réponse à : Agressions de journalistes : Où sont passés les gens bien ?

    je pense qu’il faut beaucoup de responsabilité intellectuelle dans nos démarches et dans nos propos .
    Quels Journaliste a été agresse ? De quel type d’agression, quel est le degré. Il faut travailler à aller au dela de nos emotivités qui nous rabat souvent a certains instincts de survie.
    Les faits
    certains étudiants ont retirer la camera d’un de nos confrères de la RTB# de l’ANEB a molesté un Journaliste de la RTB, un journaliste comme vous le prétendez.
    les armes de l’agressions
    retirer # frapper, molester "CF JT de 13 h de la RTB d
    Laurent BADO disait que les Burkinabe confonde torchons et serviettes , c’est vrai . Je dis qu’ils confondent (certains) l’ane et le coq
    Rien d’etonnan : Informer et instruit par les mass medias , sans formations politique de Base solide, nombreux sommes nous qui avons du mal a savoir que le message c’est le médium.
    l’ANEB n’est pas conduits par des sénégalais, ni des tunisiens , ni des chiliens : ce sont des enfants du peuple. par contre soyons plus responsable dans nos Propos.
    De plus ceux pense que l’ANEB n’est pas démocratique, doivent chercher à savoir l’orientation idéologique du mouvement, ses démarche......Bref il faut redoubler d’effort dans notre formation politique et idéologique. (s’il ya en ).Avant de critiquer il faut comprendre et savoir ce qu’on a en face.
    pensez que vous que l’ANEB doit fonctionner comme un groupement de secteur . Permette à n’importe qui de n’importe quel niveau de compréhension des situations de prononcer sur tout et rien . non je pense pas.
    Tout burkinabe est mon frère . le policier , le gendarme,Bref tout fonctionnaire quel que soit son affiliation politique est mon frère. Mais ceux qui sement désolation et crime au nom du fait qu’ils occupent ses fonctions sont ennemis du peuple.
    un fonctionnaire doit servir et non sévir.
    "tout étudiant sans formation politique et idéologique est un danger ambulant"
    l’ANEB A fait preuve de maturité :recenser toutes lesorganes de presses afin de les proteger contre tous soupcons. Si on empeche cetains journalistes........poser vous la question pourquoi ? si on permet certains (prives comme publics) poser vous la question pourquoi c’est plus sage.
    Dieu benisse le Burkina Faso

    Répondre à ce message

    • Le 21 mars 2011 à 09:55 En réponse à : Agressions de journalistes : Où sont passés les gens bien ?

      bonjour a tous
      je ne sais pas de quel droit on peut empêcher un organe de presse fut il pour un bord opposé au votre de couvrir une activité publique. si l’ANEB organise une marche elle doit être en mesure d’assurer la sécurité des participants et des journalistes.
      je ne suis donc pas d’accord avec vous quand vous justifier l’acte posé sur un agent de la RTB en disant de s’interroger à savoir pourquoi d’autres n’ont pas été agressés. réfléchissez un instant sur cette idée et nous pourrons discuter a nouveau !
      et puis ayant été étudiants ne nous voilons pas la face sur les méthodes pas toujours démocratiques employées par l’ANEB.
      paix au BURKINA

      Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés