Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Un gagnant est un rêveur ,qui n’a jamais abandonné.» Nelson Mandela

Retour sur deux semaines de fièvre sociale

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Affaire Justin L. Zongo • • vendredi 18 mars 2011 à 02h04min

La brusque montée de la température sociale ces derniers jours dans notre pays, conséquence de la mort le 20 février dernier de l’élève Justin Zongo, dans des conditions suspectes, appelle quelques observations. Le limogeage du gouverneur du Centre-ouest, du directeur régional de la police de la région, l’arrêt et l’inculpation des policiers mis en cause et l’engagement du ministre de la Justice à faire la lumière sur cette affaire n’ont pas suffi à rassurer les manifestants quant à la volonté du gouvernement d’arrêter, juger, punir ou acquitter les éventuels coupables à l’issue d’un procès libre et équitable.

Il y a manifestement un gros déficit de confiance des gouvernés vis-à-vis des gouvernants et cela est très inquiétant dans une démocratie encore fragile comme la nôtre.

Conséquence de ce qui précède, la parole publique est discréditée et l’autorité des représentants de l’Etat terriblement affaiblie.
A Koupéla, face à la détermination des élèves d’incendier des bâtiments publics, notamment le haut commissariat, la mairie et le commissariat de police, seule l’autorité traditionnelle a réussi-le maire et l’évêque ayant échoué- à les dissuader de renoncer partiellement à leur projet. Les deux premiers édifices ont été épargnés, mais le commissariat de police est parti en fumé après que les délinquants qui y étaient détenus aient été libérés, et cela en présence des policiers assistant impuissants, à la destruction de leur lieu de travail.

A Diabo, dans les environs de Fada N’Gourma, c’est littéralement à genoux que le préfet de la localité a supplié les élèves d’épargner la mairie, couvrant son désarroi en invoquant la parenté à plaisanterie qui existerait entre lui et les natifs du coin. A Ouahigouya, le lieutenant Julien Zongo a préféré s’adresser aux manifestants prêts à mettre le feu au palais de justice, non en tant que gendarme, mais en tant que père. D’après « Le Pays » qui rapporte le récit des évènements du 9 mars dernier, l’homme de tenu a ôté son béret avant de lancer à la foule ivre de violence : « Regardez très bien mes cheveux. Ils sont bien blancs n’est-ce pas ?

Donc j’ai parmi vous mes enfants. Je vous demande pardon, ne brulez pas le palais de justice ».
Ceux qui ont tenté un soir d’aller voir un film au Ciné Burkina pendant le dernier Fespaco ont pu constater le manque d’autorité des policiers à faire respecter l’ordre. « Monsieur, je n’y peux rien, je me cherche », a lâché, désemparé, l’un deux, quand un cinéphile lui a demandé de mettre fin à la pagaille qui régnait devant la porte d’entrée.
Il y a urgence. L’autorité publique doit, au plus vite être, restaurée, c’est un impératif catégorique de sauvegarde de la paix sociale.

Cela passe par une révolution de type épistémologique, c’est-à-dire démocratique, dans le comportement des corps habillés avec la population, de plus en plus instruite, mieux informée et consciente de ses droits et devoirs. On ne s’adresse pas à un citoyen comme si on avait à faire à un simple habitant. La nuance est de taille. Peu après son interpellation, l’élève Justin Zongo n’a-t-il pas déposé une plainte auprès du procureur du Faso ? Une démarche qui relevait de l’exception dans un passé pas aussi lointain.

L’image du policier inspirant la peur, la crainte et incarnant la répression et la brutalité, doit changer ; il doit être désormais perçu comme le protecteur des citoyens et garant de leur sécurité. Pour cela, la formation de base qu’il reçoit à l’école doit être renforcée par des formations continues afin de le mettre à niveau des exigences d’un état de droit.

Au plan politique, faut-il absolument croire à la thèse selon laquelle « des forces occultes à l’affût se sont saisies de cette situation que nous déplorons pour déstabiliser notre pays en accord avec leurs alliés extérieurs », comme le soutient le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) ? Rien n’est moins sûr !

Si Hermann Yaméogo, -puisqu’il s’est senti suffisamment morveux et s’est mouché- est capable de mobiliser des milliers de manifestants dans plusieurs provinces du pays en l’espace de quelques jours, le CDP devrait sérieusement se faire du souci pour les prochaines échéances électorales.

Au mieux, cette thèse est une fuite en avant et au pire, une tentative de camoufler les contradictions qui minent la majorité présidentielle. Dès les premières manifestations des élèves à Koudougou, les leaders locaux de CDP ont été sollicités pour jouer les médiations auprès des associations des élèves et des membres de la famille de la victime pour apaiser les esprits. En vain ! Ceux-là même qui paradaient le jour du meeting de Koudougou lors de la campagne présidentielle ont manqué de courage et failli à leur mission.
S’il faut absolument trouver une main invisible qui manipulerait les élèves, est-il interdit de la chercher du côté de la majorité présidentielle ?

Sinon, comment explique t-on le fait que c’est à Ouahigouya que les manifestations aient été les plus violentes en terme de destruction de biens publics, une ville où pourtant l’opposition est quasi inexistante ? Tous ceux qui observent la vie politique burkinabè savent bien qu’une partie du CDP voit d’un mauvais œil la création et la montée en puissance de la Fédération associative pour la paix et le progrès avec Blaise Compaoré (FEDAP/BC).

Cette association s’est illustrée lors des inondations de septembre 2009 par des dons et autres soutiens aux sinistrés et a partagé avec le CDP l’organisation des meetings de Blaise Compaoré en novembre 2010. Au présidium, son président Gaston Soubeiga, côtoyait le patron du CDP, Christian Roch Kaboré, ce qui a agacé de nombreux cadres du parti au pouvoir, contraints d’accepter que « le président d’une association apolitique soit logé à la même enseigne que les leaders de partis politiques ».

Le CDP n’est plus le seul lieu de pouvoir et il n’est pas difficile de rencontrer des caciques de cette formation dénonçant en « off », des nominations qui leur échappent. Faut-il le rappeler, le CDP est composé pour l’essentiel de groupuscules politiques ayant animé la période révolutionnaire et qui disposent d’un savoir faire dans l’agit-prop, ce que n’a pas la FEDAP/BC. Même dans un contexte démocratique, ça peut servir ! Du côté de l’Alliance pour la démocratie et la fédération/Rassemblement démocratique africain (ADF/RDA), on crie à voix basse à l’arnaque politique, estimant n’avoir pas obtenu assez de postes dans le dernier gouvernement conformément au deal qui aurait été conclu avec le CDP durant la campagne présidentielle.
Peut-on exclure qu’autant de frustrations aient trouvé, dans les manifestations récentes, l’occasion de s’exprimer sans se dévoiler ?

Joachim Vokouma

Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 18 mars 2011 à 05:49 En réponse à : Retour sur deux semaines de fièvre sociale

    Très très bel article Joachim. Une très bonne analyse comme tu sais le faire. Le fruit pourrit toujours de l’intérieur et rien n’est en effet moins sûr que ce ne soit pas les blaisistes entre euxx qui se mettent la peau de banane sous les pieds.

    La crise de confiance et d’autorité est réelle. On a promis justice et vérité pour Norbert Zongo et après la crise et les manif, dossier classé sans suite (non lieu) et tentative de remise en cause des accords politiques qui avaient favorisé l’arrivée en masse de l’opposition à l’assemblée et agitation de la modification de l’article 37. A ce rythme là, comment voulez que l’on fasse confiance à l’autorité ou aux politiques. Pour rappel, la crise 1998 a fait suite à une réelection de Blaise et idem celle de maintenant. La campagne donne l’impression que tout le peuple vous adore, mais la vérité se fait immédiatement jour. Il n’y a que quelques griots qui chantent au chef ce qu’il veut entendre... Le réeveil sera douloureux un jour si on n’y prend garde !

    Répondre à ce message

  • Le 18 mars 2011 à 10:05, par kekovana En réponse à : Retour sur deux semaines de fièvre sociale

    Je voudrais tout d’abord vous féliciter pour votre analyse qui est pertinente ,et réitérer le fait que les CDP doit se remettre plutôt en cause et non voir le diable partout ce parti à fais son temps mais ne répond plus à la vision actuelle .

    Répondre à ce message

  • Le 18 mars 2011 à 10:13, par kekovana En réponse à : Retour sur deux semaines de fièvre sociale

    Je voudrais tout d’abord vous féliciter pour votre analyse qui est pertinente ,et réitérer le fait que les CDP doit se remettre plutôt en cause et non voir le diable partout ce parti à fais son temps mais ne répond plus à la vision actuelle . En ce qui concerne la politique sur la jeunesse le CDP est passé à côté au lieu de pencher sur les vrai problèmes de celle-ci ont se déporte ça et là pour des prétendu forum de la jeunesse où le seul attrait c’est de dire après qu’on était avec le PF et ces prétendu jeunes n’apportent aucune contribution positive à la résolution de leur vrais problèmes .

    Répondre à ce message

  • Le 18 mars 2011 à 13:33 En réponse à : Retour sur deux semaines de fièvre sociale

    Vous racontez n’importe quoi et on voit bien que vous voulez foutre la zizanie ; nous on reste soudé et mobilisé derrière le PF

    Répondre à ce message

  • Le 18 mars 2011 à 18:49, par Koutou En réponse à : Retour sur deux semaines de fièvre sociale

    Merci M. Vokouma pour cette analyse. Le problème du CDP c’est de tjrs refuser de reconnaitre que ce qui se passe aujourd’hui est la somme des frustrations vécues : Tertius Zongo l’a au moins reconnu lors de sa DPG du 17 mars : "Au-delà des événements, nous devons également réfléchir aux problèmes de fond dont ces événements ne sont que les révélateurs. Ils concernent aussi bien le fonctionnement des services de l’Etat y compris ceux du maintien de l’ordre, que les relations entre les citoyens et le système judiciaire...". Mais qu’y pourra-t-il le pauvre ? Si "les relations entre les citoyens et le système judiciaire" étaient bâties sur la vraie justice, si l’impunité n’avait pas été érigée en système de gouvernance, aucune main invisible, aucune force extérieure (si tant est qu’elles y sont pour quelque chose) n’aurait pu prosperer. Et le CDP le sait bien. Mais peut-on réveiller quelqu’un qui ne dort pas ?

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés