Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «L’amour, c’est être toujours inquiet de l’аutrе.» Marcel Achard

Soumane Touré : Erreurs de stratégie et de casting

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Présidentielle 2005 • • vendredi 25 novembre 2005 à 08h08min

Soumane Touré

La Commission électorale nationale indépendante (CENI) a livré son verdict le 18 novembre dernier. Le moins qu’on puisse dire ,c’est que les différents scores réalisés par les leaders de l’opposition ne sont pas fameux. Celui du PAI et de son candidat Soumane TOURE l’est encore moins.

Le PAI et son candidat Soumane TOURE occupent la 8e place avec un taux de 1,12%. En tout 23 433 électeurs ont voté en faveur du candidat syndicaliste. Un tel score pour un parti qui a 5 députés à l’Assemblée nationale n’est pas du tout reluisant. De plus le Parti Africain de l’Indépendance (PAI) est un parti qui existe depuis longtemps dans le Landerneau politique burkinabé et pour rien que ça, il devrait engranger encore plus de points mais hélas. Il faut dire que le parti a souffert du bicephalisme qui existait au niveau de sa direction et même continue d’en souffrir aujourd’hui encore.

Dans la région de la boucle du Mouhoun qui aurait pu être considérée comme le fief électoral du candidat du PAI, il faut le signaler, Soumane TOURE a fait une piètre performance ; ce n’est que dans la province des Balés qu’il a occupé la seconde place derrière Blaise COMPAORE avec 1 4 77 voix soit 5,21%.

Il faut aussi dire qu’il a pris la deuxième place, toujours derrière Blaise COMPAORE , dans les provinces de la Léraba, du Koulpélogo, du kénédougou et du Noumbiel avec des taux très faibles qui varient entre 4,57 et 2,39. C’est dire que même dans ces zones où le PAI a semble t-il relevé la tête, la différence n’est pas aussi nette ce qui démontre qu’il n’a pas en ces lieux une base électorale assez solide à même de faire basculer l’issue d’un scrutin, ce qui est fort dommageable pour ce parti.

Comme Soumane l’a toujours soutenu, cette élection devrait permettre au parti de bien préparer les municipales de 2006. Encore faut-il que le parti tire les leçons des insuffisances constatées lors de cette consultation et ait le courage de remettre en cause toutes les stratégies déployées pour convaincre les électeurs.

Soumane TOURE devrait comprendre que cette débâcle du PAI est aussi un échec personnel dans la mesure où il n’a pas su remettre le parti sur de bons rails pour un nouveau départ après le séisme qui l’a secoué. Philippe OUEDRAOGO pourrait là aussi utiliser cette situation pour démontrer qu’il peut être l’homme qu’il faut au PAI surtout que lui aussi était engagé dans la compétition et s’est classé 4e avec 2,27% de suffrage, une position somme toute assez acceptable pour le parti.

Le PAI se trouve à la sortie de cette élection dans une position indélicate et si Soumane ne prend garde, cette défaite pourrait laisser pour lui un goût très amer. Il faut aussi dire que les 5 députés du parti ont une responsabilité non moins négligeable dans cette situation. Ils n’ont pas eux aussi rempli entièrement leur contrat car ils devaient pouvoir mobiliser autant d’électeurs dans leur circonscription d’origine ce qui aurait été bénéfique pour le parti.

Le candidat syndicaliste paie aussi là l’inorganisation dont il a fait preuve au cours de ce scrutin : le PAI n’était même pas représenté dans tous les bureaux de vote ce qui est très dommage car avec ne serait-ce qu’un représentant dans chacun des 12 000 bureaux de vote, cela aurait fait autant de voix pour le parti qui aurait vu son score nettement s’améliorer.

Soumane TOURE dans cette débâcle ne devra s’en prendre qu’à lui-même plutôt que de jouer les mauvais perdants en récusant les chiffres qui sont sortis des urnes. Il faut savoir être fair-play et faire contre mauvaise fortune bon cœur, tirer tous les enseignements possibles de cette humiliante défaite et se remettre sérieusement au travail si le PAI veut retrouver la place qui est la sienne dans le gotha politique burkinabè.

Par Frédéric ILBOUDO
L’Opinion

P.-S.

Voir notre dossier :
Présidentielle 2005

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Election présidentielle : Le satisfecit de la JUNA, du RAJS et de CERVO d’Afrique
Groupe des cinq : Savoir raison gardée
La gueule de bois des lendemains électoraux !
Les leçons d’un scrutin
Présidentielle 2005 : Ce qui devait arriver arriva
L’opposition burkinabè : Les causes d’une défaite
L’après élection du 13 novembre : Tentatives maladroites d’atténuer une défaite cuisante
Analyse des résultats : On récolte ce qu’on a semé
Analyse des votes : Pourquoi certains ont voté blanc ou nul ?
Burkina : "Une démocratie chancelante, balbutiante, frileuse"
Présidentielle au Nahouri : Le PAI analyse sa défaite
Election présidentielle : L’AJCBC dit merci à la jeunesse
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés