Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «On veut toujours que l’imagination soit la faculté de former des images. Or elle est plutôt la faculté dе défοrmеr lеs imаgеs fοurniеs раr lа реrсерtiοn, еllе еst surtοut lа fасulté dе nοus libérеr dеs imаgеs рremières, de changer les images. » Gaston Bachelard

Résultats provisoires : des acteurs politiques apprécient

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Présidentielle 2005 • • lundi 21 novembre 2005 à 08h37min

A l’issue de la proclamation officielle des résultats provisoires, nous avons
tendu notre micro à des représentants de quelques candidats.

Salif Diallo, directeur national de la campagne du CDP : "Ce n’est pas un score gênant pour nous"

"Je voudrais féliciter tous les électeurs du Burkina qui ont élu notre candidat
Blaise Compaoré pour cinq ans. Le score est large, 80,30%, et cela témoigne
de l’adhésion du peuple à la politique du président Blaise Compaoré. C’est
largement gagné. Ce n’est pas un score gênant pour nous. En vérité, ce qui
l’est, c’est la faiblesse de notre opposition qui est mal organisée et mal
structurée".

Norbert Michel Tiendrébéogo, candidat du FFS : "Nous prenons acte"

"Nous nous attendons à un tel résultat. Nous ne sommes pas surpris. De
toutes façons si nous avons choisi de venir assister à la présente cérémonie,
c’est parce que nous voulons aller jusqu’au bout. Nous avons débuté un
processus et il était tout à fait normal que nous soyons à sa fin. Le résultat
d’aujourd’hui ne fait donc que couronner quelque chose qui a été enclenché
depuis un certain nombre de mois.

A commencer par les différents sondages
qui ont été annoncés. Du reste, des sondages qui ne faisaient qu’annoncer
ce que nous avons vu aujourd’hui. Ceci dit, nous ne sommes pas du tout
amer. C’est ça aussi la démocratie africaine. Nous devons faire avec. Les
plus riches ont mis en branle leur argent, les plus fraudeurs ont mis en branle
leur système de fraude. Il n’y a donc pas de raison d’être amer. Nous prenons
acte que Blaise Compaoré continuera d’être le président du Faso. Chapeau
bas au CDP et pour tous ceux l’ont mis en branle.

Quel que soit ce qui a été concocté par-ci et par-à, nous pensons qu’il
appartient à l’opposition de se réorganiser afin de poursuivre le processus
démocratique. L’essentiel pour nous, c’est que l’élection s’est surtout passée
dans la paix. Il n’y a pas eu de guerre dans le pays à cause de celle-ci. Nous
souhaitons que tout puisse se poursuivre, dans ce climat et dans cette bonne
ambiance, quels que soient les résultats obtenus par les uns et les autres.

Roch Marc Christian Kaboré, président de l’Assemblée nationale, président du CDP : "La victoire est bel et bien méritée"

Nous sommes fier pour le candidat que notre parti a choisi pour ce scrutin.
La victoire est bel et bien méritée, dans la mesure où le parti s’est vraiment
investi et les militants également. C’est l’occasion pour moi de féliciter tous
ceux qui ont contribué à ce succès. Maintenant, c’est des grandes tâches qui
nous attendent ainsi que le président du Faso pour les cinq ans à venir. Nous
lui apporteront tout le soutien indispensable pour réussir sa mission".

Gilbert Noël Ouédraogo, président de l’ADF/RDA : "Nous ne pouvons que nous réjouir du score de 80%"

C’est l’occasion pour nous de nous réjouir de ce résultat de notre candidat au
premier tour de l’élection. Cela a toujours été le credo de l’ADF/RDA et de
tous ceux qui soutiennent la candidature du président Blaise Compaoré.
Aujourd’hui, nous ne pouvons que nous réjouir du fait qu’il a été élu avec un
score de plus de 80%. Il ne pouvait, au regard des forces en présence, en
être autrement. V

ous pourrez même faire une comparaison entre les actuels
scores des différents candidats et ceux qu’ils ont eus lors des dernières
législatives, vous verrez que les choses se recoupent bien. Maintenant, le
candidat va se mettre certainement au travail pour le programme pour lequel
il a été élu. C’est l’occasion pour nous de remercier les militants du parti pour
avoir suivi nos mots d’ordre et tous ceux qui ont oeuvré à l’élection de notre
candidat.

Maintenant, nous attendons tous de nous mettre à l’ouvrage pour
l’application de son programme. Quant à l’opposition, elle devrait tirer les
leçons de ce scrutin, les analyses de façon sereine et s’organiser davantage
pour pouvoir, si elle le souhaite réellement, offrir une véritable alternance.
Tout cela ne se fait pas au hasard. C’est le fruit d’un travail. Il faut construire
les choses patiemment, lentement et à long terme.

Abraham Nignan :
président du Rassemblement patriotique du Faso (RPF)
" Blaise ne doit pas se réjouir de ce résultat"

Je remercie le peuple burkinabè d’avoir épousé mes idées. Depuis plus de 7
mois, j’ai fait connaître ma position sur cette présidentielle. J’ai demandé à
l’opposition de se mettre à l’écart, et aux populations de ne pas voter. Les
premiers n’ont pas écouté mon discours. Ils ont répondu à l’invitation de
Blaise Compaoré. Et voici les résultats.
Cette élection présidentielle est une gifle pour Blaise Compaoré. Le nombre
de personnes qui l’ont voté n’est pas significatif. Sur 13 millions de Burkinabè,
seulement 1 million l’ont voté. Le cinquième de ceux qui ont l’âge de voter ne
l’a pas voté.

Cela veut dire que le peuple attend qu’il s’en aille. Il ne doit pas
se réjouir de ce résultat. Blaise est essoufflé et on ne veut plus de lui. Il doit le
comprendre.
L’opposition burkinabè a déçu le peuple. Elle a trahi le peuple en
accompagnant Blaise Compaoré et en l’aidant à se légitimer. Mais elle s’est
trahie elle-même. Pour le Rassemblement patriotique du Faso, il n’y a pas eu
d’élection présidentielle au Burkina. Blaise Compaoré a choisi ses amis pour
le légitimer. Le peuple burkinabè les a tous griffés.

La démocratie est en train de s’étouffer au Burkina. Nous ne reconnaîtrons
pas la victoire de Blaise Compaoré. Nous les mettrons, lui et ses opposants,
dans le même sac. Ils n’ont fait que piller l’argent du peuple. Les subventions
reçues appartiennent au peuple burkinabè.

Propos recueillis par AD, DPS et GBB

Le Pays

P.-S.

Voir notre dossier :
Présidentielle 2005

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Election présidentielle : Le satisfecit de la JUNA, du RAJS et de CERVO d’Afrique
Groupe des cinq : Savoir raison gardée
La gueule de bois des lendemains électoraux !
Les leçons d’un scrutin
Présidentielle 2005 : Ce qui devait arriver arriva
L’opposition burkinabè : Les causes d’une défaite
L’après élection du 13 novembre : Tentatives maladroites d’atténuer une défaite cuisante
Analyse des résultats : On récolte ce qu’on a semé
Analyse des votes : Pourquoi certains ont voté blanc ou nul ?
Burkina : "Une démocratie chancelante, balbutiante, frileuse"
Présidentielle au Nahouri : Le PAI analyse sa défaite
Election présidentielle : L’AJCBC dit merci à la jeunesse
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés