Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il y a des temps où l’on ne peut plus soulever un brin d’herbе sаns еn fаirе sοrtir un sеrреnt.» Marceline Desbordes-Valmore

Christophe Dabiré, directeur régional de la campagne CDP du Sud-Ouest : “Nous n’avons pas peur des autres candidats”

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Présidentielle 2005 • • mercredi 9 novembre 2005 à 07h35min

La direction régionale de la campagne CDP du Sud-Ouest couvre les provinces du Poni, du Noumbiel, de la Bougouriba et du Ioba. Son premier responsable est Christophe Dabiré. Nous l’avons rencontré à Gaoua. Dans l’entretien qui suit, il dresse l’état de la campagne dans sa région.

Sidwaya (S.) : M. le directeur régional, quelles sont les différentes activités que vous avez menées après le passage de votre candidat dans le Sud-Ouest ?

Christophe Dabiré (C. D.) : Après le passage du candidat Blaise Compaoré dans notre région les 22 et 23 octobre, nous avons mis quelques temps avant de démarrer de façon active, la campagne dans le Sud-Ouest parce que le dispositif mis en place n’était pas suffisamment huilé. Le passage du candidat a pratiquement « tué le match » parce que les gens ont pensé qu’avec son passage, la campagne était finie alors que c’était en fait, son lancement. Mais aujourd’hui, nous pouvons être satisfaits du travail qui est en train d’être abattu. J’ai effectué plusieurs sorties dans les départements du Noumbiel. Dans ces départements, la campagne est lancée et la mobilisation est bonne. Il reste maintenant à développer les campagnes de proximité pour expliquer aux populations comment voter. Dans le Poni, il faut tirer le chapeau aux femmes qui se sont mobilisées dans les villages pour sensibiliser les autres sur les méthodes de vote.

La stratégie au Poni porte beaucoup plus sur les assemblées générales que sur les meetings. Dans la Bougouriba, les camarades ont développé une stratégie particulière. Ils ont rencontré l’ensemble des communautés vivant dans la province. Leur objectif est de demander à ces communautés ethniques de s’associer au travail de mobilisation en faveur de notre candidat. Le résultat est très porteur. Dans le Ioba, les camarades ont développé la stratégie des grandes rencontres. La mobilisation y est également satisfaisante.

Au final, nous sommes satisfaits de ce qui se fait. Mais comme nous ne sommes pas à la date fatidique de l’élection, nous ne pouvons pas tirer de conclusion.

Au niveau de retrait des cartes d’électeur, les différentes prévisions sont au-delà de 85% de taux de récupération. Cela est significatif de la volonté des camarades à faire un travail de mobilisation de l’électorat. Ce travail doit être approfondi avec l’explication de la méthode de vote et surtout, de la persuasion pour que le jour du vote, les électeurs puissent choisir notre candidat. On ne peut pour l’instant, qu’être satisfait et on espère que les résultats seront à la hauteur des efforts que les camarades sont en train de déployer à l’heure actuelle.

S. : Etes-vous confiant quant au résultat que votre région va réaliser ?

C. D. : Il sera prématuré de parler de résultats et de score. Je suis convaincu que l’électorat de la région du Sud-Ouest va voter massivement notre candidat. Lors de son passage, Blaise Compaoré a fait une prestation qui a convaincu la population du Sud-Ouest. Elle a tiré la conclusion selon laquelle Blaise Compaoré est l’homme qu’il faut. Ce qui me fait dire que notre région va se mobiliser derrière notre candidat et son programme. Maintenant, les résultats seront fonction d’un certain nombre de paramètres parce que nous sommes dans une région où les pesanteurs sociologiques sont très lourdes. Mais je suis convaincu qu’avec le travail qui se fait, les gens sont de plus en plus persuadés qu’il faut aller voter. Le résultat, à mon avis, sera bon et même très bon.

S. : Que comptez-vous faire pour le suivi des différents engagements que votre candidat a pris dans votre région ?

C. D. : Je pense qu’il faut s’organiser pour un meilleur suivi des engagements pris par le candidat lors de ses différents passages dans la région du Sud-Ouest. Il est plusieurs fois venu au Sud-Ouest. A chacune de ses venues, il a reçu les notabilités et les personnes-ressources.

Il a pris un certain nombre d’engagements. Nous qui avons la responsabilité de suivre l’action politique sur le terrain, devons nous organiser pour que le suivi de ces engagements soit effectif. Le commissaire politique doit organiser autour de lui une équipe qui va pouvoir rappeler régulièrement aux autorités, les différents engagements pour qu’ils puissent être menés à bien.

Ce ne revient pas seulement au chef de l’Etat, mais à l‘ensemble de son gouvernement en fonction des responsabilités de chacun pour qu’ils sachent que le chef de l’Etat avait pris des engagements et qu’il est de leur responsabilité de travailler à traduire son engagement en acte. Avec des députés, des personnes-ressources, on pourra constituer une petite équipe qui travaillera à concrétiser cette action de suivi des engagements.

S. : N’avez-vous pas peur des autres candidats qui sillonnent, eux aussi, votre région ?

C. D. : Nous avons souhaité que tous les autres candidats puissent passer dans la région du Sud-Ouest. Après leur passage, nous allions leur démontrer que le meilleur choix au Sud-Ouest reste le candidat Blaise Compaoré. Nous n’avons pas peur des autres candidats.

S. : Avez-vous un message à l’endroit de la population de votre région en cette période électorale ?

C. D. : Le message que j’ai à l’endroit des électeurs de notre pays surtout, est de leur dire que le Burkina Faso est aujourd’hui à la croisée des chemins. Notre processus démocratique est en train de s’enraciner. Il faut que l’action menée par le chef de l’Etat, Blaise Compaoré, notre candidat et par le CDP puisse avoir des effets réels sur cet enracinement de la démocratie. La grande satisfaction que nous aurons alors, sera de constater que les citoyens participent au jeu démocratique par une mobilisation effective le jour des votes. Je souhaite que l’ensemble de la population en âge de voter et ayant une carte d’électeur puisse sortir, ce jour-là, pour voter.

En tant que directeur régional de la campagne dans le Sud-Ouest, j’appelle la population à sortir voter notre candidat Blaise Compaoré. Le travail qu’il a fait et les résultats obtenus pendant le septennat et les septennats antérieurs et le programme qu’il soumet à la sanction du peuple nous convainquent que Blaise Compaoré est le meilleur choix. J’invite l’ensemble de la population du Sud-Ouest à voter massivement le candidat Blaise Compaoré, le meilleur de tous les candidats qui se sont présentés.

Adaman DRABO
Sidwaya

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Election présidentielle : Le satisfecit de la JUNA, du RAJS et de CERVO d’Afrique
Groupe des cinq : Savoir raison gardée
La gueule de bois des lendemains électoraux !
Les leçons d’un scrutin
Présidentielle 2005 : Ce qui devait arriver arriva
L’opposition burkinabè : Les causes d’une défaite
L’après élection du 13 novembre : Tentatives maladroites d’atténuer une défaite cuisante
Analyse des résultats : On récolte ce qu’on a semé
Analyse des votes : Pourquoi certains ont voté blanc ou nul ?
Burkina : "Une démocratie chancelante, balbutiante, frileuse"
Présidentielle au Nahouri : Le PAI analyse sa défaite
Election présidentielle : L’AJCBC dit merci à la jeunesse
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés