Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le meilleur temps pour réparer sa toiture, c’est lorsque le soleil brille.» John Fitzgerald Kennedy

FESPACO : Un nouveau Délégué général nommé en conseil des ministres

Accueil > Actualités > Culture • • mercredi 14 octobre 2020 à 21h53min
FESPACO : Un nouveau Délégué  général nommé en conseil des ministres

Le nouveau Délégué général du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO) a été nommé, ce 14 octobre 2020, en conseil des ministres. Il se nomme Monsieur Moussa Alex Sawadogo.

Il fut, entre autres, membre de la commission du Fonds d’Aides au Cinéma du Monde (ACM), de 2017 à 2019, chargé des affaires culturelles et de la communication à l’Ambassade du Burkina Faso à Berlin en Allemagne (2005-2006), Directeur artistique AFRIKAMERA – African Film Festival in Berlin et de la Biennale de la danse africaine contemporaine de Berlin, ainsi que Consultant du programme Open Doors pour l’Afrique au niveau du Festival international de films de Locarno et du programme pour l’Afrique au niveau de Hamburg Film Fest.

Le délégué général entrant est titulaire d’un Master of Art en Management Culturel et Media, obtenu à l’université du Théâtre et de la Musique d´Hambourg en Allemagne et d’une maîtrise en Histoire de l´Art et Archéologie, université Joseph Ki Zerbo,

Il remplace à ce poste Ardiouma Soma qui a dirigé l’institution durant six ans, de 2014 à 2020, avant de passer la main à monsieur Timibé Gervais Hien, chargé d’assurer son intérim, puisqu’il était admis à la retraite,

Né en 1974 à Grand-Bassam en Côte d´Ivoire, marié et père de deux enfants, monsieur Sawadogo parle couramment l’Anglais et l’Allemand.

DCPM/MCAT

Vos commentaires

  • Le 15 octobre à 05:23, par Yanna Gueswendé Jean-Eric En réponse à : FESPACO : Un nouveau Délégué général nommé en conseil des ministres

    Excellent choix ! En plus cette nomination qui tombe à la veille du 15 octobre, cela à l’allure d’une grande mission mais que Alex saura bien rélever au regard de son expérience et de sa manière de travailler. Bon vent et que le Succès soit avec toi et toute ton Équipe ! G. Jean-Eric Yanna

    Répondre à ce message

  • Le 15 octobre à 08:32, par Iba En réponse à : FESPACO : Un nouveau Délégué général nommé en conseil des ministres

    Félicitations et bon vent à lui. Monsieur le DCPM, il ne se nomme pas "Monsieur Moussa Alex Sawadogo", il se nomme "Moussa Alex Sawadogo". "Monsieur" ne fait pas partie de son nom complet

    Répondre à ce message

  • Le 15 octobre à 11:37, par Mamadou Traore En réponse à : FESPACO : Un nouveau Délégué général nommé en conseil des ministres

    Toutes mes sincères félicitations à toi mon frère Alex Moussa. Je ne doute point que tu seras à la hauteur pour accomplir à bien cette mission noble et exaltante. Bon vent à toi et plein succès sous la protection divine.
    Depuis Hambourg , Allemagne
    Mamadou Traoré

    Répondre à ce message

  • Le 15 octobre à 15:23, par Soul A.T.T En réponse à : FESPACO : Un nouveau Délégué général nommé en conseil des ministres

    Si la DCPM pouvait justifier et motiver chaque nomination comme ça.... Félicitations à l’heureux élu mais on ne nous fera pas avaler une couleuvre.
    Pour ceux qui ne suivent pas, il faut savoir que le ministère a d’abord fait tenir un atelier international le 12/13 octobre autour du prochain fespaco pour recueillir des propositions. Présence de cinéastes africains et nationaux. réflexions intenses. En même temps une autre équipe a "pondu" des propositions qu’on a voulu faire adopter à l’assemblée lors de la clôture mais la salle les as rejeté. ET... qui était derrière ça ? Tout le monde voyait déjà la main de Alex et ses copains, puisqu’il clame depuis longtemps son intérêt pour le poste. Ils proposent le report du FESPACO en octobre 2021, et la privatisation de certains volets de l’organisation. C’est au pied du mur qu’on reconnait le bon maçon, donc , au boulot !
    Sango avant de partir a voulu promouvoir son camarade diaspo. rien d’anormal si l’intéréssé est compétent, et il se dit qu’il connait le domaine. Mais l’humiliation des aînés et des professionnels par une mise en scène déplorable n’était pas necessaire.

    Répondre à ce message

  • Le 15 octobre à 18:33, par caca En réponse à : FESPACO : Un nouveau Délégué général nommé en conseil des ministres

    J’ai des sérieux doutes quand à cette nomination. Mr Moussa Alex a consacré son expertise à l’étranger et ne maitrise la réalité du terrain burkinabé. J’aime bien le retour de la diaspora dans les responsabilités du pays, mais je crains l’égoïsme national. C’est une question d’adaptabilité avec les réalités du terrain.

    Répondre à ce message

  • Le 15 octobre à 20:44, par sagas En réponse à : FESPACO : Un nouveau Délégué général nommé en conseil des ministres

    Qu’est ce que vous avez avec la diaspora ?
    Pendant que d’autres pays comme le Sénégal, le Maroc, le Mali, la Tunisie, sont fiers de leur diaspora et leur fait appel pour certaines expertises , nous au Faso soit disant les pays des hommes intègres , les dénigrons.
    Il faut être né au Faso pour prétendre avoir les compétences pour être aux responsabilités ?
    Quand la diaspora au niveau du foot vient enrichir les rangs des étalons , par contre , çà c’est normal ?
    C’est pas un proverbe africain qui dit : le tronc d’arbre a beau séjourné dans un marigot, il ne deviendra pas un crocodile.
    Laissons nos préjugés et nos jalousies à coté et faisons leur confiance.
    Une nouvelle expertise et un oeil nouveau , jeune ne peuvent que être que bénéfiques.

    Répondre à ce message

  • Le 16 octobre à 00:10, par Yabila En réponse à : FESPACO : Un nouveau Délégué général nommé en conseil des ministres

    Internaute Sagas, le burkinabè est "grave". Aux préjugés et à la jalousie constante s’ajoute le complexe d’infériorité et/ou de supériorité ridicule qui nous enferment dans un égocentrisme qui ne nous rend pas service.
    - Tu es burkinabè de la diaspora, tu as l’esprit ouvert sur d’autres horizons, tu as pu et su d’adapter et te réaliser dans d’autres contextes... Cela sera perçu ici comme une tare par jalousie et complexes au lieu d’être vu et encouragé comme un atout pour le pays.
    - Tu as des aptitudes pour représenter le pays dans les instances internationales, on te bloque. Pendant ce temps, les autres pays occupent les places et s’affirment à l’international.
    C’est parce que les burkinabè de l’intérieur connaissent le terrain que notre pays est dans la merde comme ça ?
    Au lieu de mettre à profit tous nos talents et toutes nos bonnes volontés, on va être là à creuser des clivages entre nous, que diaspora, que burkinabè d’ici et pas de là, que burkinabè comme ci et pas comme ça.
    Pendant ce temps, les autres s’ouvrent au monde, évoluent avec leurs ressources internes et externes ayant compris les réalités du monde d’aujourd’hui dans un contexte mondialisé.
    Nous autres burkinabè sommes encore enfermés dans nos complexes et nos méchancetés serviles. Très dommage.
    Sortons de là car ça nous met très en retard. Ouvrons davantage les yeux sur nous-même et sur le monde.
    Bon vent à Moussa Alex Sawadogo dans son nouveau poste au FESPACO.

    Répondre à ce message

    • Le 16 octobre à 12:19, par caca En réponse à : FESPACO : Un nouveau Délégué général nommé en conseil des ministres

      Il y a un malentendu avec la diaspora. Quand tu travaille dans les pays du Nord, un agent est recruté avec une expérience professionnelle. Il y a des attentes liées à son projet professionnel. Mais dans nos pays les postes proposés sont politiques avec une certaines mentalités archaïques. Tu ne viens pas pour travailler mais pour toujours accorder des privilèges. En plus, on te recrute sans te donner des moyens d’action. Les collègues n’attendent pas un changement pour plus de résultat. Cependant, dans les pays de l’expérience professionnelle les agents travaillent avec les moyens et cherchent à faire valoir leur acquis. Quelqu’un qui fait uniquement une expérience à l’extérieur de son origine quand il revient a plus de difficulté que ceux restés là-bas. La manière de faire ne sont pas les mêmes. Les joueurs du foot parfois sont concernés sur la qualité de prise en charge. En plus, pour eux le contexte professionnel ne pas pareil par rapport à d’autres professionnels. Beaucoup de la diaspora qui viennent publiquement repartent secrètement à cause des cailloux des collaborateurs. Ce phénomène ne pas seulement au Burkina, mais dans toute l’Afrique. Pour être redéployer dans ton pays d’origine, il faut une préparation du retour. Où ceux qui n’ont jamais rompu le pont. Mais si tu fais uniquement carrière à l’étranger et tu reviens prendre les responsabilités l’échec est bien programmé. Tu arrives avec les lunettes de jugement de l’occident en matière du travail et les gens là-bas ont déjà leur manière de vivre et de travailler. Tu touches un sujet tabou, et voilà le tout puisant est vent débout contre toi. Au Burkina par exemple, les agents arrivent avec des retards et s’absentent quand ils veulent, le vol dans le service : chacun prend ce qu’ils veulent, les bon du carburant sont distribués à tous. Certains agents sont recrutés à rien faire et sans parler de la corruption. Il y a autant d’obstacle devant toi quand tu viens de la diaspora et que c’est difficile. En plus, les alaires ne sont pas motivants. C’est dans ce sens que j’ai des doutes pour nouveau DG fespaco. J’ai pas lu son parcours au pays avant ses expériences à l’étranger.

      Répondre à ce message

  • Le 16 octobre à 10:37, par Moumouni Séré En réponse à : FESPACO : Un nouveau Délégué général nommé en conseil des ministres

    Mes respects Mr Sawadogo !
    Toutes mes sincères félicitations ! Que le tout puissant t’assiste et te donne le courage nécessaire pour mener à bien ta mission et surtout promouvoir le cinéma africain au-delà de toutes attentes.

    Répondre à ce message

  • Le 17 octobre à 10:55, par A. L. En réponse à : FESPACO : Un nouveau Délégué général nommé en conseil des ministres

    Trop facile de jouer la politique de l’autruche. On verra et j’écrirai ici pour vous le rappeler. les donneurs de leçons et les gens hautains il y en a partout. Rien contre les diaspo en principe car on est tous né quelque part ou grandi quelque part. Le fait d’être resté au pays ne nous donne droit à rien. Et l’esprit d’initiative de changement et de progrès vient très souvent de gens qui ont oser aller loin. Mais, mais , mais.... Ne pas voir que la plupart des soucis et des problèmes dans notre administration actuelle sont venus de personnes nés en RCI qui sont arrivés en masse dans les années 90, c’est être de mauvaise foi. Par ex chers amis, les faux diplômes ça commencé avec qui ? biens de pratiques frauduleuses et de comportements inhabituels sont venus de là. Désolé.... Ce qui ne veut pas dire qu’il y a des diaspo " clean" et qui peuvent apporter et qui apportent beaucoup au pays (qui n’est pas dans la merde comme le souligne un aigri). Si vous ne voulez pas voir ça, c’est votre ^problème mais c’est connu et courru.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Rencontres musicales africaines (REMA) : C’est parti pour la 3e édition
Burkina Faso : Le ministère de la Culture étudie la question du financement des opérateurs culturels majeurs
25e édition des Nuits atypiques de Koudougou : Se donner une nouvelle vision pour atteindre une nouvelle mission
Orchestre « Les colombes de la révolution » : Fatoumata Diallo N° 2 et Aoua Carole Congo racontent la nostalgie de l’époque
Entreprenariat féminin : La 4e édition d’Africa Mousso se tiendra le 30 octobre 2020
Culture : L’ambassadeur LI JIAN visite le Musée Rayimi de Issouka
Bobo-Dioulasso : Le centre culturel Ankata présente son plus "grand studio"
Bobo-Dioulasso : Les opérateurs culturels majeurs réfléchissent à un mécanisme pérenne de financement de leurs activités
Musique : L’artiste slameur Delfy présente sa "Vision politique"
Festival Ouaga Doré : La culture et le commerce de l’or à l’honneur
Récréâtrales 2020 : Ça promet de beaux moments aux festivaliers
Coopération culturelle et touristique : A l’heure de la redevabilité
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés