Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le courage n’est pas l’absence de peur, mais la capacité de vaincre ce qui fait peur.» Nelson Mandela

Présidentielle de 2020 au Burkina : Le triple axe d’un projet politique

Accueil > Actualités > Opinions • • samedi 1er août 2020 à 11h17min
Présidentielle de 2020 au Burkina : Le triple axe d’un projet politique

Dans la perspective de l’élection présidentielle du 22 novembre 2020, des candidats s’affichent publiquement pour solliciter le vote des Burkinabè. Les attentes des populations sont diverses et complexes. Les candidats promettent, à travers de beaux discours, des changements en profondeur. Dans le fond, les propositions ne sont pas en rupture avec celles déjà proposées depuis les années 1960 malgré des mutations sociales en profondeur. Peu importe l’idéologie de gauche ou de droite, libérale ou communiste, le projet politique qui pourrait sortir le Burkina Faso se résume à une case en trois parties : la fondation, les piliers et la toiture. Ces parties sont indispensables et complémentaires. Aucune proposition politique ne peut apporter un changement durable sans une prise en compte de ces trois dimensions de la case.

La fondation de l’émergence du Burkina Faso : l’économie et les infrastructures

Toute proposition politique digne devrait intégrer la valorisation du potentiel économique du Burkina Faso. Chaque région comporte son avantage comparatif et une vision politique de changement pourrait contribuer à la transformation véritable du potentiel régional. Le renforcement des infrastructures existantes est une condition de pérennisation des acquis et de promotion du progrès. Les programmes régionaux de développement constituent des sources pertinentes pour l’identification des potentiels locaux à valoriser.

Une approche de conception de projet politique qui privilégie la participation, l’inclusion, la transparence et l’imputabilité est gage de réussite. Seule une politique bâtie sur un engagement local et régional pourrait entraîner un véritable développement du Burkina Faso. C’est pour cela qu’il faut des piliers forts afin que la fondation ne reste pas à l’état de potentiel.

Les piliers de l’émergence du Burkina Faso : la sécurité, la santé et l’éducation

Pour se développer, le Burkina Faso a besoin de relever les multiples défis sécuritaires, sanitaires et éducatifs. Si depuis des années, des efforts sont faits par les différents régimes et gouvernements mais les attentes en matière de sécurité, de santé et d’éducation demeurent importantes. Tout projet politique qui vise l’émergence du Burkina Faso devrait se focaliser sur le renforcement du dispositif sécuritaire, la consolidation des acquis sanitaires et l’innovation du secteur éducatif. Au-delà des positions idéologiques et partisanes, toute proposition politique devrait apporter des réponses concrètes aux problèmes sécuritaires, sanitaires et éducatifs en s’inspirant de modèles pertinents aussi bien en Afrique, en Occident et dans certains pays asiatiques.

En plus de ces initiatives extérieures, les Burkinabè ont également des exemples de succès dans leur passé et dans le présent. Certaines initiatives non gouvernementales en matière de santé et d’éducation peuvent bien inspiré tout candidat soucieux d’apporter un changement en profondeur. Pour ce faire, il faut s’entourer des meilleurs cadres capables de chercher et de trouver les recettes qui marchent ici et ailleurs. La conséquence d’une telle politique de rupture qui se met au service du changement devrait contribuer à bâtir une protection solide qui préserve des tempêtes.

La toiture de l’émergence du Burkina Faso : la dignité, les droits humains et le genre

Le meilleur candidat pour l’élection présidentielle du 22 novembre 2020 sera celui qui, après avoir pris en compte la fondation et identifier les piliers, opte pour une toiture infaillible pour la paix et la prospérité. Ce candidat devrait se départir de la posture d’humiliation, d’insulte et de dévalorisation des autres en proposant un projet axé sur la préservation de la dignité, de la protection et de la promotion des droits humains et du genre.

Pour restaurer la cohésion sociale, pour bâtir la paix et pour promouvoir la prospérité, le candidat idéal devrait incarner les valeurs d’humilité, de partage, de vérité et de consensus. Il ne sera pas un candidat solitaire mais accompagner par une équipe à même de Comprendre les situations, d’Analyser les problèmes majeurs, de Proposer des solutions réalistes et d’Agir pour le changement.

La compréhension, l’analyse, la proposition et l’action (CAPA) forment la meilleure approche pour une véritable rupture. Plus que le discours, il faut montrer le chemin par l’exemple de vision, d’objectif et de réalisation. La case Burkina Faso ne peut tenir que si les occupant-e-s se préoccupent de sa fondation, de ses piliers et de sa toiture. Il faut une véritable synergie pour relever ce défi tridimensionnel au service de la paix et du développement.

Dr Poussi SAWADOGO
Diplomate, Enseignant-chercheur
Conseiller andragogique/IACDI
Président de l’UACOACHS
Auteur de : Jus de fruits pour l’esprit (juin 2020)

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
« Je veux débattre avec Patrice Talon » : Le constitutionnaliste, Pr Frédéric Joël Aïvo veut confronter le président à la réalité du Bénin lors de la présidentielle de 2021
Et si on parlait archives !
Un écrivain au ministre Aboul Karim Sango : « J’ai un sérieux contentieux avec votre ‘’Chargé de mission’’, Koba Boubacar Dao »
Burkina : La Parenté à plaisanterie autour de la politique agricole et de la sécurité alimentaire
Charte de la Transition du Mali : Compromis dynamique ou dynamique compromise
Santé du journaliste Damiss : Le réquisitoire de Me Paul Kéré contre le président Roch Kaboré
Burkina : La mauvaise gouvernance altère la qualité des infrastructures, déplore le REN-LAC
9 septembre 2020 : Défis et enjeux d’une rentrée sociopolitique peu ordinaire
Fondements et dynamique de la rénovation de l’action politique en Afrique : Leçons apprises de la situation au Burkina Faso
Laissez les enfants cascader à moto !La nature a horreur du vide
Le Futur des enfants du Mali : Esclaves des terroristes
Mauvais accueil de la clientèle à la Caisse de la Poste Burkina : Daouda Emile Ouédraogo satisfait de la portée de son alerte
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés