Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il y a deux façons de faire face aux difficultés : soit on les transforme, soit on se transforme en les affrontant» P. Bolton

Révocation des agents du Ministère de l’Economie et des finances : La Coordination des syndicats va saisir la justice

Accueil > Actualités > Economie • LEFASO.NET • samedi 6 juin 2020 à 12h25min
Révocation des agents du Ministère de l’Economie et des finances : La Coordination des syndicats va saisir la justice

Les syndicats du Ministère de l’économie et des finances sont très remontés contre le Ministre Lassané Kaboré pour la révocation de trois de leurs camarades. Afin d’obtenir l’annulation de la décision qu’ils jugent politique, les syndicats prévoient de faire recours à la justice. La décision a été prise ce vendredi 5 juin 2020 au cours d’une rencontre qui a réuni plus de 160 délégués venus de toutes les régions du Burkina Faso. Retour sur l’affaire.

C’est l’histoire d’une affaire parue banale au départ mais aux conséquences lourdes. Le 20 mars 2020, les syndicats du Ministère de l’Economie, des Finances et du Développement (MINEFID), pour protester contre l’imposition de l’IUTS aux agents de la Fonction publique, appellent leurs militants à suivre le mot d’ordre de grève lancé par l’Unité d’action syndicale. Seulement une caissière stagiaire, pourtant militante du Syndicat national des agents des impôts et des domaines (SNAID) décide de ne pas respecter le mot d’ordre et se rend au service.

Sa collègue, Fatimata Soudré/Bandaogo, aussi membre du SNAID, qui faisait le piquet avec d’autres camarades, se rend dans le bureau de la stagiaire. Les explications tournent au pugilat. La suite, on la découvre dans une vidéo des caméras de surveillance publiée sur les réseaux sociaux. On y voit une dame administrer une gifle à une autre. Puis, deux messieurs qui assistaient à la scène s’interposent pour les séparer. Dès le lendemain de l’altercation, la vidéo est publiée sur la toile. Puis est diffusée par la télévision nationale.

Une réconciliation a été obtenue entre les deux belligérantes

Le SNAID engage une médiation entre les deux protagonistes et obtient la réconciliation. Selon les responsables syndicaux, un procès verbal de ces négociations a été dressé et remis aux autorités du Ministère. La Coordination des syndicats du Ministère demande une audience auprès du Ministre Lassané Kaboré afin de vider le dossier. « Mais jusqu’aujourd’hui, nous n’avons pas eu l’audience », soutient Mohamed Savadogo, président du Mois de la CS-MEF et Secrétaire général du Syndical national des finances (SYNAFI).

Dans une note adressée aux autorités du Ministère, la caissière stagiaire demande que l’incident s’arrête juste à l’agression. « Pour une relation de bonne collaboration de travail entre collègues ou camarades, et afin de ne pas constituer une source d’approfondissement de la crise sociale déjà difficile entre les organisations syndicales et le gouvernement, j’aurai souhaité que l’affaire reste là et ne pas avoir dans la conscience d’être à l’origine de sanctions éventuelles à l’encontre de la camarade », aurait-elle écrit.

Mais les responsables du MINEFID font fi de cette note et engagent des procédures contre les trois personnes dont les deux messieurs qui s’interposaient entre les dames. Les politiques s’invitent aussi dans l’affaire. En effet, l’Alliance des partis politiques de la majorité présidentielle (APMP) publie un communiqué dans lequel elle demande de prendre des sanctions exemplaires contre les personnes qui ont agressé la stagiaire.

« Les trois camarades étaient déjà condamnés par l’APMP avant d’être entendus… »

« Lorsque les partis de l’APMP ont appelé le gouvernement à prendre des sanctions qui vont servir d’exemples, nos camarades étaient déjà condamnés avant même d’avoir été entendus », a indiqué Zakaria Bayiré secrétaire général adjoint du Syndicat national des agents des impôts et des domaines (SNAID). Les procédures suivent leur cours. Et le 27 mai 2020, la décision du Conseil des ministres tombe. Les trois agents sont révoqués pour avoir commis des faits « d’extrême gravité ». Il s’agit de Fatimata Bandaogo Soudré, Jean Pierre Yonli et Ardjouma Traoré.

Pour les syndicats, cette décision est « arbitraire, injuste et politique ». Pour eux, le gouvernement veut profiter d’un incident mineur pour casser du syndicat. « Le fait que la vidéo se retrouve sur les réseaux sociaux est déjà un fait. Puisque nous avons su que dès le lendemain de l’incident, la vidéo a été extraite et envoyée à Kossyam (Ndlr, la présidence du Faso) et à Ouidi, au siège du parti MPP. Le Ministère et le gouvernement ont vu là une occasion d’intimider les camarades et casser les syndicats. Mais c’est peine perdue. C’est comme dans un match de football. A cause du Corona, on décide de tout suspendre. Nous avons tout suspendu mais le gouvernement a profité de l’occasion pour nous inscrire deux buts en situation d’hors jeu. Mais il y a une remontada », a rassuré Mohamed Savadogo.

Des faits plus graves qui n’ont pas été sanctionnés…

Pour appuyer leur position, les syndicats expliquent que l’incident s’est produit en dehors des heures de service, qu’il n’y a pas eu de destruction de bien, qu’il n’y avait pas d’usager dans le service. « Ce sont entre autres éléments qui rentrent en ligne de compte dans la qualification des faits d’extrême gravité », explique Zakaria Bayiré.

Selon les conférenciers, d’autres faits plus graves se sont produits sans que rien n’ait été entrepris contre les auteurs. « Le 18 juillet 2017, deux chauffeurs ont failli ouvrir le feu sur des militants du SNAID dans la cour de la DGI sous le regard bienveillant du DGI et de la CRS qui avait été déployée pour empêcher le sit-in du SNAID. Cette agression s’est faite dans une enceinte truffée de caméras de surveillance. Jusqu’à ce jour, aucune vidéo n’a circulé sur cet incident d’extrême gravité. Une plainte a été déposée à cet effet. A ce jour, aucune suite n’a été donnée à l’affaire par la hiérarchie malgré les multiples relances du syndicat », a ajouté Mohamed Savadogo avant de relever cet autre fait d’une singularité sans pareilles : « Dans une vidéo qui a fait le tour du monde, un ministre de la sécurité, portant une arme de guerre et habillé en django menaçait de chicoter le Chef de file de l’opposition politique (CFOP). Il s’en est suivi une plainte depuis 2018. Cette faute lourde a-t-elle été sanctionnée ? », s’interroge le président du mois de la CS-MEF.

Pour Mohamed Savadogo et ses camarades, il n’est pas question d’en rester là. Ils vont saisir la justice dans les prochains jours afin de faire annuler la décision de révocation contre les trois agents. « Nous allons demander l’annulation de la décision de révocation de nos trois camarades », a indiqué Mohamed Savadogo, Président du mois de la Coordination des syndicats du Ministère de l’économie et des finances. Mais en attendant, ils ont décidé de lancer à l’échelle du MINEFID une souscription afin de soutenir les trois camarades et assurer les frais du procès.

Cette affaire va certainement connaitre des rebondissements dans les prochaines semaines. Car comme les agents de la Garde de sécurité pénitentiaire (GSP), de l’Alliance Police Nationale (APN), ils nourrissent l’espoir que le droit sera dit que leurs camarades vont retrouver leurs postes au sein du Ministère de l’Economie, des Finances et du Développement.

Jacques Théodore Balima
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 6 juin à 00:19, par Bonjour En réponse à : Révocation des agents du Ministère de l’Economie et des finances : La Coordination des syndicats va saisir la justice

    Messieurs les syndicats corporatistes, si vous estimez que gifler quelqu’un dans son lieu de travail pour une différence d’opinion est un incident mineur, cela signifie que la demande de réconciliation que vous avez entreprise n’était pas sincère.
    Et ce n’est pas au syndicat de se substituer à l’administration pour résoudre ce genre de débordement et conduite inqualifiables.
    Et vos exemples de cas restés sans suite vous infantilisent. Avec votre raisonnement, l’administration serait une jungle....

    Répondre à ce message

    • Le 6 juin à 12:14, par Très Intrigué En réponse à : Révocation des agents du Ministère de l’Economie et des finances : La Coordination des syndicats va saisir la justice

      @Bonjour, je suis entièrement du même avis que vous. Nous sommes arrivé à un niveau de bêtise et d’amalgame sans précédent au Burkina. Nous nous plaignons des enfants qui se donnent des rendez-vous pugilistiques mais nous tentons de minimiser des pugilats de bureau. Ce qu’est la jeunesse aujourd’hui est le reflet de ce que sont la plupart des adultes Burkinabè. Toujours a trouver des excuses et des effets miroirs pour prouver que le mal est bien ou tout au moins pour le minimiser.
      Ces syndicalistes là nous sortes une lettre de conciliation de la stagiaire pour disent-ils qualifier la décision du ministre d’abusive. Moi je suis convaincu sauf preuve du contraire que cette stagiaire n’a pas pris l’initiative d’écrire ladite lettre. Et même si c’était le cas, je crois que les mots tels que formulés ne viennent pas d’elle.
      A un moment donné, je crois que les syndicats devraient arrêter de faire dans la chicanerie. C’est honteux de vouloir faire passer la décision de révocation des fouetteurs (pour moi, il y a un seul agent qui essayait de séparer la bagarre) pour politique. Il n’y a pas que les parties de la majorité présidentiel qui ont appelé a prendre une décision ferme. Ils ont été nombreux les anonymes sur les réseaux sociaux à dénoncer cet acte d’un autre age. Si la décision est politique comme disent les syndicalistes, elle est aussi civile du fait de ces nombreux Burkinabè qui se sont offusqué. Qu’on arrête de faire croire à nos enfants que tout est permis. On ne casse pas la figure d’un collègue dans l’enceinte du service, fusse-t-il un stagiaire, que se soit pendant ou en dehors des heures de service.
      J’invite aussi les syndicats à arrêter les amalgames tordus. L’affaire Simon Compaoré en est une, l’affaire des chauffeurs (si vraiment se sont des chauffeurs pour être armé) qui ont faillit ouvrir le feu sur x en est une autre, l’affaire des frappeurs de collègue en est aussi une autre. Elles ne sauraient être des pièces d’un même puzzle. Vouloir les mélanger c’est faire comme cet élève qui dit : je suis médiocre parce que mon voisin l’est aussi. Alors que chaque affaire soit traité séparément.
      Je rappel également au syndicaliste que nul n’est obligé de suivre un mot d’ordre de grève. Quand vous dites que la stagiaire est venue travailler malgré le mot d’ordre de grève, c’est prouver a souhait que vous ne supportez pas la contradiction.
      Quand une action est justifié, nous vous soutenons, mais quand c’est tordu et injustifiable, SVP ne jouez pas une ridicule remontada.

      Répondre à ce message

  • Le 6 juin à 00:46, par Indjaba En réponse à : Révocation des agents du Ministère de l’Economie et des finances : La Coordination des syndicats va saisir la justice

    C’est vrai que les magistrats ont pris part aux meetings, aux marches, aux conférences de presse, à la frappe chirurgicale auprès de basolma et des autres frondeurs mais nous espérons qu’ils seront rigoureux dans le jugement.

    Répondre à ce message

  • Le 6 juin à 07:09, par caca En réponse à : Révocation des agents du Ministère de l’Economie et des finances : La Coordination des syndicats va saisir la justice

    Je ne partage pas l’acte des syndicats, mais la sanction du conseil des ministres, j’ai de sérieux doute sur la cohérence juridique de nos textes dans la matière. Dans les pays sérieux en démocratie, c’est toujours suite à une enquête judiciaire et de condamnation du juge que quelques sanctions peuvent frapper sur une infraction d’un agent du public.

    Répondre à ce message

  • Le 6 juin à 09:43, par ta kiga En réponse à : Révocation des agents du Ministère de l’Economie et des finances : La Coordination des syndicats va saisir la justice

    Bonjour,Messieurs du syndicats.
    Vraiment c’est le chaos que vous voulez pour ce pays.
    Cette scène ne vous honore pas.
    Un syndicaliste doit commencer par respecter l’opinion de son collègue travailleur avant de dire à l’autorité de l’état de respecter ses engagements et d’être démocrate.
    Soyons sérieux ,et éduquez vos militants,pour qu’ils soient de bons syndiqués.
    Bonne suite

    Répondre à ce message

  • Le 6 juin à 09:54, par billy billy En réponse à : Révocation des agents du Ministère de l’Economie et des finances : La Coordination des syndicats va saisir la justice

    Mr du syndicat personne ne souhaite le malheur de son prochain mais je pense que vous êtes partis sur de mauvaises bases. revoyez votre copie. merci

    Répondre à ce message

  • Le 6 juin à 15:28, par DABIRE En réponse à : Révocation des agents du Ministère de l’Economie et des finances : La Coordination des syndicats va saisir la justice

    La faute des frappeurs est objective, violer le droit du travailleur qui est à son poste de travail, en le molestant.

    Répondre à ce message

  • Le 6 juin à 16:34, par Absent@yahoo.fr En réponse à : Révocation des agents du Ministère de l’Economie et des finances : La Coordination des syndicats va saisir la justice

    Pour ma part taper un collegue dans la rue peut passer a la police mais sur le lieu de travail, c est l indiscipline bien sanctionnee pour servir d exemple, il. Faut se maitriser ca ne sert a rien de frapper une personne qui sait que gagner le boulot rst tres complique
    Pour cela elle ne suit pas des grevistes nantis mais en tant que stagiaire elle veut un rendement pour esperer reussir
    Pourquoi la gifler ?
    Soyons serieux et respectons le choic et le droit de chacun
    Je peux decider de ne pzs grever pourquoi m obliger ?
    Et pire ce nest pas sur quelle est syndiquee

    Répondre à ce message

  • Le 6 juin à 18:12, par citoyen LAMBDA En réponse à : Révocation des agents du Ministère de l’Economie et des finances : La Coordination des syndicats va saisir la justice

    Ces syndicalistes sont-ils vraiment sérieux ? C’est consternant et incroyable ce que j’ai entendu et suivi à la télé de la part de ces responsables syndicaux . Ils ont été formés dans quelle école professionnelle pour venir débiter des stupidités pareilles ? N’ont-ils jamais lu le statut général de la fonction publique burkinabè ? Quel que soit le motif, d’abord il est strictement interdit de se bagarrer dans une administration publique .
    Même le fonctionnaire de l’Etat qui n’a pas le CEPE connait cette règle élémentaire .
    Ensuite ,appartient-il aux syndicalistes de juger de la gravité d’un incident de ce genre dans une administration publique ? Même la personne agressée ne peut empêcher l’administration publique de prendre des sanctions contre les fauteurs, sous peine de transformer le service public en ring où pourraient se résoudre les divergences à coups de poings .
    On n’a même pas besoin de conseil de discipline pour licencier un fonctionnaire qui agresse son collègue au travail même pour des motifs privés à plus forte raison pour ce genre de motif qui touche à la liberté et aux droits de chacun .
    L’Etat burkinabè est-il si tombé à terre, pour que des syndicalistes se permettent ce genre de comportements pour ce genre de motifs idiots .
    On aurait même compris que le syndicat sollicite la clémence du gouvernement plutôt que de se lancer dans ces menaces débiles qui seront contreproductifs à terme.
    Certes ,il y a beaucoup de choses à reprocher à ce gouvernement, mais là franchement, ça dépasse les limites du raisonnable et du tolérable .
    Et si jamais des syndicats engageaient des actions pour cette affaire ,non seulement il faut licencier sans état d’âme tous les responsables syndicaux du ministère des finances ,mais aussi tous les travailleurs et travailleuses du ministère des finances qui les auraient suivi dans la bêtise .Trop c’est trop . Personne dans ce pays n’est sorties de la cuisse de Jupiter .
    Tout de même un peu de bons sens . On est où là !

    Répondre à ce message

  • Le 6 juin à 18:53, par Gohoga En réponse à : Révocation des agents du Ministère de l’Economie et des finances : La Coordination des syndicats va saisir la justice

    Indjaba ne vous inquiétez pas. Si les juges estiment qu’il est normal ďe frapper un collègue, c’est une jurisprudence qui peut se retourner contre eux. Certains justiciables ne manque pas l’envi de régler les comptes a certains acteur de la justice si c’est légale.

    Répondre à ce message

  • Le 6 juin à 19:02, par ARMAND En réponse à : Révocation des agents du Ministère de l’Economie et des finances : La Coordination des syndicats va saisir la justice

    Mrs les Syndicalistes vous voyez que la frappe chirurgicale de Bassolma a fait comme degats. Pour certains il faut frapper par des coups de poingts. Même vous les responsables trouvez qu’une gifle n’a rien de grave surtout avec des demandes de pardon. Vous aussi ??? La lutte Syndicale on ne gifle pas. Tout le monde est libre de gréver ou pas. Vos menaces et intimidations ne passeront pas . En tout cas pour cette revocation votre frappe chirurgicale ne sera pas suivie. Il vaut mieux changer de strategie. Vous politisez et vous incriminez le pouvoir. Heureusement que Sankara est mort. Il savait gérer les luttes politiques se cacher derrière le syndicalisme au lieu de créer un parti pour 2020

    Répondre à ce message

  • Le 6 juin à 23:37, par Lom-Lom En réponse à : Révocation des agents du Ministère de l’Economie et des finances : La Coordination des syndicats va saisir la justice

    Et ils osent continuer de qualifier ça de simple incident ? Quelle indignité et quelle malhonnêteté ! Avec des comportements aussi irresponsables, on est entrain de discréditer les mouvements syndicaux et voire les affaiblir durablement ! Nos.emfants nous regardent et rien ne peut les empêcher de nous juger ! Pauvres malhonnêtes !!

    Répondre à ce message

  • Le 6 juin à 23:40, par Lom-Lom En réponse à : Révocation des agents du Ministère de l’Economie et des finances : La Coordination des syndicats va saisir la justice

    Et ils osent continuer de qualifier ça de simple incident ? Quelle indignité et quelle malhonnêteté ! Avec des comportements aussi irresponsables, on est entrain de discréditer les mouvements syndicaux et voire les affaiblir durablement ! Nos.emfants nous regardent et rien ne peut les empêcher de nous juger ! Pauvres malhonnêtes !!

    Répondre à ce message

  • Le 7 juin à 08:44, par SIDPAYETE En réponse à : Révocation des agents du Ministère de l’Economie et des finances : La Coordination des syndicats va saisir la justice

    A mon humble avis, la réconciliation entre les agents est un acte qui n’engage que les agents impliqués mais n’enlève en rien les prérogatives de l’Administration à sanctionner les auteurs de tels actes qu’ils soient membres ou pas d’un syndicat. Malheureusement il me semble au Burkina que le ’’Syndicat’’ est devenu un parti Politique qui ne dit pas son nom dans l’Administration publique.

    Répondre à ce message

  • Le 7 juin à 09:13, par TANGA En réponse à : Révocation des agents du Ministère de l’Economie et des finances : La Coordination des syndicats va saisir la justice

    Hey vous ne pensez pas que les militaires et les policiers en fonction peuvent exiger la reprise des leurs aussi ? Si votre force c’est la grève, la leur sera quoi ? Laisser nos frontières aux assaillants, laisser la surveillance du territoire et enfin utiliser leur matériel de travail Poir se faire entendre.
    Écoutez, vous n’êtes pas plus que les hommes de tenues qui eux ont été formé plus cher que vous. Alors sa nez vous taire !

    Répondre à ce message

  • Le 8 juin à 11:33, par lewang En réponse à : Révocation des agents du Ministère de l’Economie et des finances : La Coordination des syndicats va saisir la justice

    Quand la tête d’un syndicat raisonne comme cela, ne soyez pas étonné que les membres soient des pugilistes. Au lieu de reconnaitre le tord et négocier des circonstances atténuantes avec l’administration on bande les muscles comme si l’administration c’est votre champ privé. Me me à la CPI je doute fort que vous ayez raison. Démocratie là a amené du n’importe quoi dans notre pays !

    Répondre à ce message

  • Le 11 juin à 12:36, par AHMED En réponse à : Révocation des agents du Ministère de l’Economie et des finances : La Coordination des syndicats va saisir la justice

    ARRETONS CETTE MECHANCETE INUTILE VIS A VIS DES AUTRES PAR PURE JALOUSIE. ILS ONT DECIDE DE RECOURIR A LA JUSTICE POUR REGLER LE PROBLEME. MALGRE TOUT VOUS VOUS ACHARNEZ CONTRE LES BRAVES FINANCIERS. COMMENT PEUT ON REVOQUER QUELQU’UN POUR AVOIR SEPARE DEUX BAGARREUSES ?
    ARRETONS DE SEMER LA HAINE DANS NOTRE PAYS. SNOUS SOMMES DANS UN ETAT DE DROIT. LAISSONS LA JUSTICE DIRE LE DROIT

    Répondre à ce message

  • Le 12 juin à 15:40, par Yamsoba En réponse à : Révocation des agents du Ministère de l’Economie et des finances : La Coordination des syndicats va saisir la justice

    Une fois de plus et encore c’est la même chose. Quand un citoyen ne rentre pas frapper un fonctionnaire de ce service et on rentre en grève, on crée une situation à l’interne pour prendre le pays en otage. Trop c’est trop, chaque fois c’est chez vous que les problèmes sortent. A force de se croire incontournable et on veut semer le bordel les choses vont vous rattraper et de la plus sale manière et personne ne se plaindrait de votre sort. Laissez le pays respirez SVP

    Répondre à ce message

  • Le 19 juin à 22:36, par Nick En réponse à : Révocation des agents du Ministère de l’Economie et des finances : La Coordination des syndicats va saisir la justice

    La persone qui a inflige la giffle merite cette sanction et meme quelques mois en prison. Mais si les deux autres persones se sont seulement interposees, alors on doit revoir leur cxas.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Mines : Endeavour Mining devient le premier producteur d’or du Burkina Faso et d’Afrique de l’ouest et entre dans le top 15 mondial
Loi de finances rectificative 2020 : Les recettes budgétaires connaissent une baisse de 194,46 milliards de FCFA
Côte-d’Ivoire : Le gouvernement ordonne à QNET et autres entreprises de placements illégaux d’argent de cesser leurs activités
Economie : Comprendre la dette du Tiers-Monde
Economie : Le Comité de pilotage passe en revue la mise en œuvre du PNDES
Lassané Kaboré, ministre de l’Economie : « L’économie du Burkina se porte bien, malgré le Covid-19 »
Fonds Pananetugri : Les dossiers de candidatures sont attendus du 1er au 31 juillet 2020
Lutte contre la fraude fiscale et le blanchiment d’argent : Les pays africains réaffirment leurs engagements dans la transparence fiscale
Développement rural : Plus de 5 milliards de francs CFA prévus pour 481 microprojets
Burkina Faso : Le ministère du Commerce dévoile le dynamisme des investissements
28ème Assemblée générale des sociétés d’Etat : Les dirigeants des sociétés, invités à cultiver la rigueur dans leur gestion
Déclaration de monsieur le ministre du commerce à l’occasion de la journée mondiale des micros, petites et moyennes entreprises
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés