Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La vraie noblesse s’acquiert en vivant, et non раs еn nаissаnt.» Guillaume Bouchet

Ablassé Ouédraogo : « Et si le Burkina Faso renonçait à présider le G5-Sahel ? »

Accueil > Actualités > Politique • • mardi 5 février 2019 à 23h45min
Ablassé Ouédraogo : « Et si le Burkina Faso renonçait à présider le G5-Sahel ? »

Dans cette tribune, Dr Ablassé Ouédraogo, président du parti Le Faso autrement, se pose des questions sur la pertinence pour le Burkina de présider actuellement le G5-Sahel. Pour lui, il fallait attendre un autre moment plus propice pour « assumer cette charge noble et délicate ».

Dans le contexte de dégradation catastrophique et effrayante de la sécurité que vit le Burkina Faso, deux questionnements me taraudent l’esprit et certainement que je ne suis pas seul dans ce cas :

 Est-ce raisonnable et logique que le Burkina Faso accepte d’assurer la présidence du G5-Sahel aujourd’hui ? Cette responsabilité demande certainement des moyens en ressources humaines, des moyens financiers et matériels et énormément de temps en ce moment précis où c’est ce qui manque le plus à notre pays. Dans ce contexte, il est fort à craindre que le Burkina Faso préside avec peu d’efficacité le G5-Sahel et ne soit pas en mesure de produire les résultats escomptés.

Aussi, n’aurait-il pas été plus sage pour le président du Faso de demander à ses pairs d’accepter par solidarité de passer son tour et d’attendre un autre moment plus propice pour assumer cette charge noble et délicate ? A chaque chose son temps.

 Le Burkina Faso vient à peine de renouveler son équipe gouvernementale et trois des ministres en charge des départements concernés par le G5-Sahel , à savoir la Défense, la Sécurité et l’Economie et les Finances sont désormais gérés par des nouveaux venus, qui ont besoin de temps pour apprendre et maîtriser les contours de leurs responsabilités en interne, avant de pouvoir assumer pleinement leurs responsabilités au niveau du G5-Sahel . Le ministre des Affaires étrangères, de son côté, connaît très bien le G5-Sahel, mais l’on constate que son activisme et son enthousiasme sont émoussés depuis le début de l’année 2019.

 Dans la situation de quasi-guerre ouverte que vit le Burkina Faso, caractérisée par la recrudescence des attaques terroristes, ayant contraint le gouvernement à déclarer, à compter du 1er janvier 2019, l’état d’urgence dans six régions et quatorze provinces, est-ce raisonnable et logique de continuer à maintenir des troupes dans les opérations de maintien de la paix à l’extérieur du pays, quand le besoin de renforcer les capacités de nos Forces armées nationales s’impose. Il est difficile d’honorer des engagements quand les conditions ne s’y prêtent pas.

 En outre et il faut être pragmatique. Le Burkina Faso, président du G5-Sahel, produira une nouvelle situation d’intérêt qui poussera les ennemis de notre Nation à redoubler la pression et éventuellement les représailles contre les populations et l’intégrité du territoire burkinabè.

 Le G5-Sahel est une initiative régionale généreuse et pertinente pour la sécurité et le développement durable de la région. C’est pour cela que tous les efforts doivent converger vers la réalisation urgente de ces objectifs que nous partageons. Sachons reculer pour mieux sauter quand cela est nécessaire.

Nous savons tous que « GOUVERNER C’EST PREVOIR » et « PREVOIR C’EST SAVOIR AUSSI ETRE REALISTE ». Le moment que nous vivons n’est pas au rêve et le risque est bien réel et grand pour que l’on se pose la question sur l’opportunité pour le Burkina Faso de prendre la présidence du G5-Sahel en ce moment précis de notre histoire.

Que Dieu protège le G5-Sahel !

Dr Ablassé OUEDRAOGO

Vos commentaires

  • Le 6 février à 04:44, par Mafoi En réponse à : Ablassé Ouédraogo : « Et si le Burkina Faso renonçait à présider le G5-Sahel ? »

    A part un passage qui relève du bon sens mais tout de même discutable à savoir :"est-ce raisonnable et logique de continuer à maintenir des troupes dans les opérations de maintien de la paix à l’extérieur du pays,quand le besoin de renforcer les capacités de nos Forces armées nationales s’impose",pour le reste,ce sont encore des ablasseries comme d’habitude.Et une fois de plus,notre Ablassé n’est pas en harmonie avec lui-même et toujours à côté de ses pompes sinon en analysant sa sortie du jour,s’il était logique avec lui-même,il aurait dû aussi renoncer à la présidence de son micro parti "le Faso autrement" lorsqu’il avait été infichu de se faire élire comme simple petit député dans son propre fief du plateau central.Mais ne tirant aucune conséquence de son incurie politique,il est toujours là à débiter chaque jour des âneries dans la presse.C’est quand même triste

    Répondre à ce message

  • Le 6 février à 05:47, par Nabayouga En réponse à : Ablassé Ouédraogo : « Et si le Burkina Faso renonçait à présider le G5-Sahel ? »

    Voilà un monsieur tout comme toute l’opposition qui jubile a chaque fois que les terroristes font du mal a notre pays ,pensant ainsi discrediter le pouvoir en place. Cher monsieur du plateau central , l’humilité et l’honneur commendent que vous vous taisiez. Le burkina gagnera cette bataille que les amis de kouassi blaise compaore ont imposé au pays pour que les citoyens se retournent contre leurs dirigeants. Le president a la légitimité pour assurer la présidence du g5 sahel..

    Répondre à ce message

  • Le 6 février à 05:48, par Nabayouga En réponse à : Ablassé Ouédraogo : « Et si le Burkina Faso renonçait à présider le G5-Sahel ? »

    Voilà un monsieur tout comme toute l’opposition qui jubile a chaque fois que les terroristes font du mal a notre pays ,pensant ainsi discrediter le pouvoir en place. Cher monsieur du plateau central , l’humilité et l’honneur commendent que vous vous taisiez. Le burkina gagnera cette bataille que les amis de kouassi blaise compaore ont imposé au pays pour que les citoyens se retournent contre leurs dirigeants. Le president a la légitimité pour assurer la présidence du g5 sahel..

    Répondre à ce message

  • Le 6 février à 07:03, par sidbala En réponse à : Ablassé Ouédraogo : « Et si le Burkina Faso renonçait à présider le G5-Sahel ? »

    Merci Ablassé l’analyse est juste et vraiment très pertinente, seulement si vous avez des populistes qui vous gouvernement, il ne faut plus demander aux réalisme et au pragmatisme de vous accompagner.

    Il faut maintenant vous attendre de tout voir, même si ça sera une situation intenable. Dans les cas chaque burkinabé à son niveau assumera sa responsabilité, le régime COMPAORE avait mis en place une stratégie qui nous épargnait de ces souffrances pendant longtemps, mais comme beaucoup pensent que ce n’était pas la bonne, maintenant on en trouvera mieux.

    Courage à tout le monde.

    Répondre à ce message

  • Le 6 février à 08:31, par changeons En réponse à : Ablassé Ouédraogo : « Et si le Burkina Faso renonçait à présider le G5-Sahel ? »

    Monsieur le mossi musulman du plateau central, c’est bien pertinent de prendre cette responsabilité.

    Répondre à ce message

  • Le 6 février à 09:24, par Zanwa En réponse à : Ablassé Ouédraogo : « Et si le Burkina Faso renonçait à présider le G5-Sahel ? »

    Cela fait longtemps que je lis et écoute cet homme politique et le constat est qu’il est très sujectif dans ses positions et très égocentrique. Toutes les raisons évoquées sont à mon avis des justificatifs de la présidence du Burkina au G5 Sahel.C’est un mandat tournant, tous les pays connaissent les memes difficultés face au terrorisme, la presidence du Burkina est une occasion de féderation des énergie pour lutter contre le terrorisme. Mr Ablasserie vous me decevez beaucoup, taisez vous espèce de ventru affamé. Tu n’auras aucun poste. Vous etes tous des terroristes cachés. Si ce n’est pas nous ce n’est quelqu’un d’autres.Chrrrr

    Répondre à ce message

  • Le 6 février à 09:25, par sniper En réponse à : Ablassé Ouédraogo : « Et si le Burkina Faso renonçait à présider le G5-Sahel ? »

    Mon gros nez me dit que si le PREKA avait renoncé à présider ce G5 Sahel, le même Ablassé se serait insurgé pour le stigmatiser et argumenter sa soi-disant incompétence et une raison supplémentaire de rendre le tablier. Politique politicienne, quand tu nous tiens. On a vraiment envie de respirer à pleins poumons, déjà que l’air de Ouaga est suffisamment pollué par la poussière ambiante. Vraiment quoi ….

    Répondre à ce message

  • Le 6 février à 10:24, par @Opportunisme En réponse à : Ablassé Ouédraogo : « Et si le Burkina Faso renonçait à présider le G5-Sahel ? »

    Dr. vous cherchez des consultations, sinon vous savez que ce G5 n ;est qu’un G de la misère et la détresse pour nos populations, une continuation de la domination ;

    Coupez le cordon ombilical - Alphon Condé - si non vous allez demeurer des éternels vulnerables

    Répondre à ce message

  • Le 6 février à 15:09, par BIG DATA En réponse à : Ablassé Ouédraogo : « Et si le Burkina Faso renonçait à présider le G5-Sahel ? »

    Oui en effet M OUEDRAOGO, le moment est mal choisi pour prendre la présidence de cette institution,vu la situation que nous vivons.C’est fort se demander si nos gouvernants réfléchissent avant de prendre de telle initiative ???Ils sont formatés par le trin trin quotidien qu’ils n’arrivent pas à trouver une solution pour les nouvelles situations sécuritaires que nous vivons. Ne sacrifier pas la vie de vos concitoyens dans cette affaire. Il faut plutôt se concentrer sur la situation qui nous concerne "désolé". "Il faut sauver le soldat RAYAN....."
    Que Dieu Protège le BURKINA FASO.

    Répondre à ce message

  • Le 6 février à 15:59, par Alexio En réponse à : Ablassé Ouédraogo : « Et si le Burkina Faso renonçait à présider le G5-Sahel ? »

    Au lieu de s assoir dans sa zone de confort et pleurer la defaillance notre securite au nord du pays. Il pouvait s engager dans l armee nationale au lieu de s assoir sur les fesses et nous racontons des baubards.

    La securite au Burkina Faso est l affaire de tous. Pas seulement notre armee nationale. La presidence du Burkina Faso pays le plus touche en ce moment est bien merite.

    Cela ne depemds pas des ressources humaines. Nous sommes plus de 17 millons sous menaces terroristes(apatrides qui collaborent avec eux). Si tout burkinabe etait a la hauteur de son sens civique, le terrorisme allait fuir de nos cieux.

    Avec cette garde pretorienne que l ancien dictateur et sa clique ont taille a mesure comme couverture securitaire qui deveriat lui tenir au pouvoir a l eternite. On sait comment cela sest terminer en 2014.

    La gerance des G5 par notre pays n est pas une responsabilite de trop, mais a lancer a ses delinquants en signal fort de notre determination ales combattre la ou ils trouverons. Quel opportunist.

    Au lieu de proposer une vision strategique a ceux qui sont aux fronts de ce terrorisme jours et nuits notre politcards veut que notre pays fuit ses responsabilite.

    Si ces terroristes avaient le rapport de force-pourquoi se cachent ils en attaquants lachement des innocents pour des causes hors de la logique humaine ?

    Répondre à ce message

  • Le 6 février à 19:24, par Sigry En réponse à : Ablassé Ouédraogo : « Et si le Burkina Faso renonçait à présider le G5-Sahel ? »

    Je demande au PF de trouver un poste pour Ablassé. Mes oreilles, mes yeux commencent à faire mal.

    Répondre à ce message

  • Le 6 février à 19:58, par Ahmed En réponse à : Ablassé Ouédraogo : « Et si le Burkina Faso renonçait à présider le G5-Sahel ? »

    Un Homme qui a perdu la raison ou est fou quelqu’un qui parmi 1000 personnes est le seul à avoir un avis differant des 999 autres personnes. Sacré ABLASSÉ. Grand idéologue dans sa case. Docteur en économie dans sa case. Ministre dans sa case. Député dans sa case dont le parti se résume en lui seul. Il a eu vraiment raison de vouloir invalider la candidature de Rock pour éviter de mourir de jalousie. Rock préside le G5 parce qu’il est le président du Faso. point barre. Ablassé personne ne vous suis dans vos Ablasseries.

    Répondre à ce message

  • Le 6 février à 23:27, par Babec En réponse à : Ablassé Ouédraogo : « Et si le Burkina Faso renonçait à présider le G5-Sahel ? »

    Et si Ablassé se taisait ça fait quoi ? Fatigué de vos sorties approximatives

    Répondre à ce message

  • Le 7 février à 02:05, par Un Burkinabê En réponse à : Ablassé Ouédraogo : « Et si le Burkina Faso renonçait à présider le G5-Sahel ? »

    Dans ce cas dites aux Africains de ne plus occuper des postes de directions dans les instances de l’ONU.
    1- FAO (les africains ont faim et n’ont toujours pas eu une solution à l’auto-suffisance alimentaire)
    2- Unicef (seule une langue africaine est enseignée à l’école et reconnue comme telle ; le Kiswahili)
    3- Pnud (là-bas c’est le comble)
    4- OMC (les africains sont terrorisés. Ne fixent pas les prix de leurs propres produits agricoles ou resources minières).
    La liste est longue. Pourtant Ablassé était à l’OMC et à Seattle.

    Répondre à ce message

  • Le 7 février à 10:53, par Mme Yaméogo En réponse à : Ablassé Ouédraogo : « Et si le Burkina Faso renonçait à présider le G5-Sahel ? »

    On constate que ce Monsieur fatigue plus les gens qu’ils ne les rende service par ses idées. Il oublie qu’il n’est pas le seul intellectuel au Faso. Il ferait mieux de poser des actes concrets pour prouver aux uns et aux autres qu’il est un fils digne du Pays. C’est très facile de critiquer, mais il faut surtout agir. Chers compatriotes passons maintenant aux actes forts qui construisent dans nos familles, nos services et dans nos lieux de prière. Que dieu nous aide. Amen.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février à 17:23, par M.TRAORE En réponse à : Ablassé Ouédraogo : « Et si le Burkina Faso renonçait à présider le G5-Sahel ? »

    Sincèrement chaque jour qui passe ce fameux docteur me déçoit .comment quelqu’un peut peindre tout ce qui se passe dans son propre pays en noir ? Chers docteur revoyez votre copie

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Dysfonctionnement de la Justice : L’UPC dénonce l’inertie du gouvernement
Vie politique : Moussa Traoré, président de l’ADD, est décédé
Soutien à KDO : Appelé à s’expliquer, Léonce Koné crache ses vérités à Eddie Komboïgo
Simon Compaoré répond au CFOP-BF : « Le MPP n’a jamais, ni de près ni de loin, prêché pour la division dans ce pays »
Burkina Faso : Le MPP s’offre une « robe à sa taille »
Lettre de Blaise Compaoré à Roch Kaboré : Le CDP salue la réaction du gouvernement burkinabè
Concertations politiques : La CODER veut un dialogue « intégral, inclusif et ouvert »
Burkina : Le président Kaboré a pris acte de la correspondance et de la disponibilité de Blaise Compaoré
Opération d’authentification des diplômes : « Nos hautes autorités doivent se plier à cet exercice pour se montrer elles-mêmes irréprochables », estime l’opposition politique
Kossi : L’UPC dément toute démission dans ses rangs
Lettre de Blaise Compaoré au président Kaboré : Un acte de grande sagesse, selon Ablassé Ouédraogo
Employabilité des jeunes : Le patronat burkinabè chez le Premier ministre
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés