Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Aucune cause juste ne peut être servie par la terreur. Kofi Annan» 

Député Nicolas Koumbaterssour Dah : « Ma retraite politique ne tardera pas »

Accueil > Actualités > Politique • LEFASO.NET | Edouard K. Samboé • vendredi 9 novembre 2018 à 23h00min
Député Nicolas Koumbaterssour Dah : « Ma retraite politique ne tardera pas »

Derrière cette petite taille à la démarche pleine d’assurance, au regard vif, à la voix modérée et aux cheveux blanchis par l’âge, se cache « l’homme au chapeau » du parlement burkinabè. Son nom, Nicolas Koumbaterssour Dah ; un homme politique pétri d’expérience.

Dans le sérail politique burkinabè, le député Nicolas Koumbaterssour Dah n’est plus à présenter. Elu maire en 2006, puis député en 2007 sous la bannière de l’ADF/RDA, il quittera ce parti pour créer avec d’autres camarades, l’Union pour le Progrès et le Changement (UPC), patronnée par Zéphyrin Diabré. Réélu député de la province de la Bougouriba (Diébougou) en 2012, il sera balayé par l’insurrection populaire. C’est sous les couleurs du parti du lion qu’il sera de nouveau élu en 2015.

Le député Dah est actuellement président du groupe parlementaire de l’UPC, suite à la fraction de ce parti qui a donné naissance à l’UPC/RD. Alors que son parti politique est toujours sur le chantier de la conquête du pouvoir, Nicolas K. Dah, 61 ans, après plusieurs années d’expérience politique, éprouve aujourd’hui une déception de la politique qu’il qualifie « de politique à l’africaine ».

Le parcours scolaire de l’enfant de Sévrégane dans la commune de Diébougou, est couronné de succès. En effet, après ses études primaires et secondaires au Burkina Faso, de 1963 à 1978, Nicolas Koumbaterssour Dah est orienté à Strasbourg (France) pour des études en hôtellerie. Nanti d’un Brevet de Technicien Supérieur (BTS) en gestion hôtelière, il regagne son Burkina natal en 1982, où il travaille comme maître d’hôtel successivement à l’hôtel Silmandé et à l’hôtel Mikael.

Découragé du traitement salarial proposé par ces chaines hôtelières, il démissionne et intègre l’administration générale à la suite d’un concours de la fonction publique organisé en 1983, avec le statut d’administrateur civil. Nicolas Koumbaterssour Dah occupera alors le poste de préfet dans plusieurs localités du Burkina Faso.

« Je suis venu à la politique de façon fortuite. J’étais plus un syndicaliste »

Militant syndicaliste, Nicolas Koumbaterssour Dah s’est retrouvé dans le sérail politique comme par hasard : « c’est un ami du parti politique ADF/RDA qui m’a conseillé de militer dans ce parti et de postuler sous sa bannière au poste de maire de la commune de Diébougou. Ce que j’ai fait et ça a marché. Puis en 2007 aux élections législatives, j’ai été élu député de la province de la Bourguiba. Et comme les gens me soutenaient, j’ai donc fait carrière en politique ».

Mais pour une question d’orientation politique, « j’ai dû quitter l’ADF/RDA de Maître Gilbert Norbert Ouédraogo et on m’a retiré mon mandat... C’est ainsi que j’ai rejoint Zephyrin Diabré pour « accoucher » l’UPC afin de continuer la lutte pour la conquête du pouvoir. Aux élections législatives de 2012 sous les couleurs de l’UPC, « je suis élu député ».

Au-delà du Burkina Faso, Nicolas Koumbaterssour Dah a occupé un poste de parlementaire de la CEDEAO, un parlement qu’il trouve « trop budgétivore ». Il est même de ceux-là qui ont proposé un droit de regard du parlement de la CEDEAO sur la gestion du budget de la commission.

Tout compte fait, c’est l’insurrection populaire de 2014 qui viendra mettre fin à son mandat de député sous la bannière de l’UPC. Mais il n’abandonne pas pour autant le parti. Mieux, il est confiant que son parti pourrait conquérir le pouvoir en temps opportun pour faire avancer les choses. Car pour lui, la politique loin d’être un moyen de faire fortune, doit être la mise en œuvre d’une vision au profit du développement de son pays.

« La politique en Afrique mérite d’être repensée »

Après plusieurs années dans la vie politique, Nicolas Dah n’a qu’un seul message aux hommes politiques : « Si la politique n’est pas changée en Afrique, il arriverait un jour où personne ne pourrait faire de la politique parce que personne ne voudrait faire de la politique. La perception que les gens ont des hommes politiques vont en se dégradant. Ils sont considérés comme des fautifs, des voleurs et des pillards. Si on ne change pas la visison de la politique en Afrique, cela serait difficile pour les pays d’Afrique, car les gens ne veulent plus être gouvernés comme des animaux ».

Par ailleurs, il invite les jeunes à plus de responsabilité s’ils aspirent à la vie politique : « Si quelqu’un veut venir en politique, il doit beaucoup réfléchir, car il n’y a pas d’argent en politique... En Afrique, la politique est une sorcellerie pure et dure, surtout quant tu es membre d’opposition. Il faut s’attendre à tout ».

« L’Insurrection était un aboutissement heureux mal récupérée »

Alors qu’il s’apprête à prendre sa retraite politique, il n’a qu’une seule idée en tête : « le repos ». Il garde à l’esprit que « l’insurrection est un aboutissement heureux mal récupéré ».[ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Edouard K. Samboe
Ledeputemetre.net

Vos commentaires

  • Le 10 novembre à 09:35, par Indjaba En réponse à : Député Nicolas Koumbaterssour Dah : « Ma retraite politique ne tardera pas »

    C’était l’occasion pour faire son bilan avant d’aller à la retraite. C’est l’homme qui a le plus longtemps dirigé la commune de diebougou. Qu’est ce qu’il a pu transformer ? Apparemment rien à part dénoncer et toujours dénoncer même quand il dirigeait. L’an passe J’ai traversé diebougou pour aller voir un ami enseignant à gaoua mais j’ai pas été édifié par le développement de la localité dont l’u p c se vante tant d’avoir le remède. Bonne retraite quand-même mais on retiendra à travers ton parcours qu’il est plus facile de critiquer que de diriger. Pour un ancien syndicaliste ça ne pouvait pas être autrement.

    Répondre à ce message

  • Le 10 novembre à 12:43, par Kpièrou En réponse à : Député Nicolas Koumbaterssour Dah : « Ma retraite politique ne tardera pas »

    "La vie appartient à ceux qui luttent". On lui reconnaît le mérite d’avoir lutté et de savoir s’arrêter en prenant sa retraite politique.
    Bonne chance à lui et qu’il sache conseiller les jeunes en politique.

    Répondre à ce message

  • Le 10 novembre à 17:34, par Bonne retraite En réponse à : Député Nicolas Koumbaterssour Dah : « Ma retraite politique ne tardera pas »

    " c’est un ami du parti politique ADF/RDA qui m’a conseillé de militer dans ce parti et de postuler sous sa bannière au poste de maire de la commune de Diébougou. Ce que j’ai fait et ça a marché" : Je croyais qu’on faisait de la politique par conviction... Enfin, même si c’est pas le cas, flatter nous quand-meme ! Faites comme tout bon politicien, mentez !

    Répondre à ce message

  • Le 10 novembre à 18:58, par jeunedame seret En réponse à : Député Nicolas Koumbaterssour Dah : « Ma retraite politique ne tardera pas »

    C’est maintenant à la retraite que Mr DAH commence à lancer des appels au changement de l’image politique pour les jeunes. Moquerie ou excuse ?! Rentrer en politique de façon fortuite ; et ressortir sans indice de façon gratuite. Encore un aspect du mot politique qui désenchante. Pauvre Fasomen cyniques ; qui dépêchent leur propre victimisation !!

    Répondre à ce message

  • Le 10 novembre à 21:28, par sibnaba En réponse à : Député Nicolas Koumbaterssour Dah : « Ma retraite politique ne tardera pas »

    Un homme politique fade qui a sérieusement retardé le développement de la ville de Diébougou par ces choix politiques très discutables voir dommageables pour le sud Ouest. En effet que peuvent apporter des partis de l’opposition comme ADF/RDA et UPC à la ville de Diébougou et le sud ouest en général !!!!! Rien de concret en développement. Pire ceux qui rêvent au sud ouest et particulièrement à Diébougou, Dano, Koper et autres localités que ce machin de UPC viendra développer leur ville n’est qu’illusion. A supposer que l’UPC ait le pouvoir d’Etat demain ce qui est impossible en 2020, vous croyez que ZEPH va laisser son GOUMBOUSGOU et ZABRE pour venir développer le sud ouest !!! Ne soyez pas si naïfs à croire que vous aurez le développement avec l’UPC mais plutôt davantage de misère avec ce parti. Bon repos au Vieux DAH mais le sous développement du sous ouest aura eu raison de sa politique sans vision. A bon entendeur, salut.

    Répondre à ce message

    • Le 12 novembre à 18:56, par Dosso En réponse à : Député Nicolas Koumbaterssour Dah : « Ma retraite politique ne tardera pas »

      Internaute SIBNABA, vous avez raison je suis de KOPER, ce machin UPC gère la mairie, avec quel projet de société, aucun. Je ne suis pas politicien, mais j’ai dit aux villageois, l’opposition ne peut pas gérer une mairie, le parti au pouvoir a un programme de société pour les mairies.

      Répondre à ce message

    • Le 12 novembre à 21:15, par GOMERA En réponse à : Député Nicolas Koumbaterssour Dah : « Ma retraite politique ne tardera pas »

      Internaute Zidnaba
      Voyez vous vous n’êtes pas objectif ? Qu’est- ce que Zeph vient faire dans cette histoire ? Pourquoi ce monsieur vous hante tant ?
      Grâce à vous Zeph sera bientôt au pouvoir. En effet vos écrits me rappellent étrangement ceux de certains ivoiriens lorsque Ouattara se présentait à la présidentielle ivoirienne de 2010. Que de propos malveillants !!! Mais au finish il est dpuis cette date Président de la république de CI.
      Ton Roch ne connait pas le sud -ouest plus que Zeph qui a été en 2015 le seul candidat a avoir parcouru les trefons du sud ouest (djassala à qlq km de Iolonioro).
      Zeph n’a pas de programme pour Zabre ou Gombousgou en particulier mais il a un programme pour le Burkina Faso. Malheureusement les burkinabè n’ont que faire des programmes sinon tous les spécialistes ont démontré que Zeph avait le meilleur prpgramme pour le Faso. Helàs ! Mille fois hélas !
      Dah Nicolas a apporté ce qu’il a pu. Demandez aux habitants de Diebougou (parce que visiblement vous n’en êtes pas un) ce que Dah a réalisé en comparaison avec le regretté Hervé Magloire Kam....La gouvernance sous son magistère est actuellement regretté.
      " A connait pas à demander"

      Répondre à ce message

  • Le 11 novembre à 08:25, par Titi En réponse à : Député Nicolas Koumbaterssour Dah : « Ma retraite politique ne tardera pas »

    Eh vous aussi !!! Laissez le papa aller a sa retraite tranquille. Vous qui aviez la vision il fallait l approcher pour l aider à développer la localité. Une seule main ne ramasse pas la farine. Est ce que les gens paient les taxes communales comme il faut. Est ce que les fils nantis de la localité l ont accompagné ? Sans moyens, pas de résultats.

    Répondre à ce message

    • Le 12 novembre à 12:54, par jeunedame seret En réponse à : Député Nicolas Koumbaterssour Dah : « Ma retraite politique ne tardera pas »

      Héééé TITI…, ne nous inspire pas la résignation ou le laisser-passer. Si une seule main ne peut pas ramasser farine, soit elle appelle pendant le ramassage, soit elle se retire avant la pluie pour éviter le tort. Sinon elle donnerait raison aux autres médiocrités. Il faut éradiquer le mal. Le papa est rentré banalement sans culture en politique pour manger et sortir. Encore une tâche noire aux politiciens.

      Répondre à ce message

  • Le 12 novembre à 09:54, par Paulin En réponse à : Député Nicolas Koumbaterssour Dah : « Ma retraite politique ne tardera pas »

    Internaute Indjaba, ce n’est pas exact de dire que"C’est l’homme qui a le plus longtemps dirigé la commune de diebougou". En rappel, le regreté Hervé KAM a dirigé la mairie de 1995 à 2006, soit 11 ans, Nicolas DAH de 2006 à 2014, soit 8 ans.
    En outre, il faut se souvenir qu’au moment où DAH prenait service, la mairie était pratiquement en "cessation de paiement" au point que la fourniture d’électricité et de téléphone était interrompue.
    Je me souviens encore de la révolte des jeunes de Diébougou en 2006 pour protester contre la cession de la maison des jeunes à l’onatel parce que la mairie devait 19 millions à cette société.
    Je ne dis pas tout ça pour dedouaner M. Nicolas, mais juste pour restituer les choses dans leur contexte

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Bobo-Dioulasso : Des jeunes outillés sur l’analyse des politiques publiques et la stratégie de plaidoyer
Les députés frondeurs ont cessé l’utilisation du sigle "UPC"
Appel de citoyens à la candidature de Kadré Désiré Ouédraogo : « Une vieille stratégie politique démodée », selon Adama Yasser Ouédraogo du CDP
Nouveau règlement de l’Assemblée nationale : Le format du discours du Premier ministre devant le parlement sera réduit
58è anniversaire de l’indépendance : Le Burkina a revisité son histoire à Manga
Message à la nation du président du Faso : Les Burkinabè sont-ils réellement disposés à l’unité et à la cohésion nationale ?
Sondage d’opinion « Présimètre » : Roch Kaboré obtient 4,91 sur 10 pour sa 3e année de gouvernance
Demande d’extradition de François Compaoré : Les commentaires du gouvernement burkinabè sur la décision de la Cour d’appel de Paris
Crise au conseil municipal de Gourcy : « Nous serons désormais obligés de nous défendre contre nos agresseurs » (Responsable provincial des jeunes du MPP)
Loi sur le vote des Burkinabè de l’étranger : Les Burkinabè d’Espagne s’insurgent contre les missions d’explication
Politique : Le PDS/Metba se prépare pour les élections de 2020
Réseau des femmes Leaders : Projecteurs sur la participation politique de la jeunesse féminine burkinabè
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés