Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La forêt pour grandir a besoin d’arbres. Frédéric Titinga Pacéré» 

Lutte contre l’insécurité : Les Dozos apportent leurs appuis aux Forces de défense et de sécurité

Accueil > Actualités > Culture • LEFASO.NET | Haoua Touré • lundi 7 mai 2018 à 23h27min
Lutte contre l’insécurité : Les Dozos apportent leurs appuis aux Forces de défense et de sécurité

Pour la septième fois, l’Union Nationale des Dozos du Burkina a organisé la rencontre annuelle des Dozos les 04 et 05 Mai 2018 à Bobo avec pour thème « Quelle contribution des auxiliaires de sécurité DOZO aux côtés des Forces de Défense et de Sécurité pour relever les défis sécuritaires des populations ». A cette occasion, le ministre de l’environnement Nestor Batio Bassière a au nom du patron de la cérémonie le président du Faso Roch Christian Kaboré, salué cette initiative qui s’inscrit dans la lutte contre l’insécurité.

Ce sont au total 8252 Dozos dont ceux du Mali, de la Côte d’Ivoire, de la Guinée et de nombreux invités dont les autorités politiques, les chefs de cantons, les sages dépositaires des valeurs traditionnelles et bien d’autres qui ont participé à la septième cérémonie annuelle des Dozos qui s’est déroulée à Bobo les 4 et 5 Mai 2018. Cette cérémonie, placée sous le Haut patronage du chef de l’Etat et le parrainage du ministre de la sécurité a eu pour thème cette année « Quelle contribution des auxiliaires de sécurité DOZO aux côtés des Forces de Défense et de Sécurité pour relever les défis sécuritaires des populations ? » Comme à l’accoutumée, des tirs ont fusé à chaque arrivée ou intervention d’un chef Dozo couramment appelé Dozoba ou encore lors du passage d’une autorité civile.

Dozoba Ali Konaté

L’une des principales activités des Dozos est la chasse. Cependant le Dozoba Ali Konaté président de l’Union Nationale des Dozos du Burkina a aussi indiqué que le Dozo est avant tout un grand serviteur doté d’un esprit de sauvegarde de l’espèce animale, un acteur d’intégration, de développement, un assistant médical…Par ailleurs, Ils collaborent également avec les Forces de Défense mais entendent renforcer cette collaboration afin de relever les défis contre l’insécurité grandissante au Burkina.
Le Ministre de l’environnement Nestor Batio Bassière en tant que porte-parole du président du Faso a adressé ses messages de félicitations et d’encouragements aux dozos qui ont opté pour le thème de la contribution des Dozos aux côtés des forces de l’ordre dans la lutte contre l’insécurité, répondant ainsi favorablement à l’appel du président à tous les Burkinabè qui est de lutter ensemble contre l’insécurité.

Le ministre de l’environnement Batio Basssiere

Aussi, selon Nestor Bassière, cette collaboration entre Dozos et forces de l’ordre qui date d’antan ne ferait que se renforcer étant donné que les Dozos ont déjà une certaine compétence et connaissance conséquente du terrain pour apporter leur concours et combattre l’ennemi.
Le Dozoba Ali Konaté a également justifié le choix de ce thème sur la sécurité en ces termes :« Chaque année nous organisons la rencontre pour faire des bénédictions et formuler des vœux pour la population. Cette année, vu que nos pays traversent une période d’insécurité, nous avons interpellé le gouvernement pour lui prêter main forte et avons fait appel aux confrères de la sous-région. Le message est clair pour tous les Dozos : S’unir pour lutter contre l’insécurité dans nos Etats. Nous allons multiplier la collaboration avec les forces de sécurité pour les différentes techniques mais attendons du gouvernement une franche collaboration ».

Le représentant Dozo du Mali

Les représentants des Dozos du Mali et de la Côte-d’Ivoire ont réitéré leurs remerciements aux Dozos du Burkina pour l’accueil et la fraternité et ont appelé au maintien de cette solidarité comme une seule famille.
Quant au représentant des chefs de cantons Santa Ernest Traoré chef de canton de Guena, ce dernier a fait l’éloge des Dozos pour leur contribution aux plans sanitaire, social, environnemental… et comme il le précise, n’est pas Dozo qui le veut car être Dozo est une question d’honneur. Quant à leur contribution au plan sécuritaire, il reste convaincu que ce sens de l’honneur constitue un véritable atout car toutes les fois où les Dozos ont arrêté un bandit, ils l’ont toujours remis aux autorités conformément à la loi.
Au cours de la cérémonie, les participants ont eu droit à des démonstrations telles la danse guerrière des Gourounsi, la danse des masques Dozos de Dakoro, des tours de magies d’ Anders, lauréat du grand prix africain de la magie noire en Gambie. Ce magicien a tenu la foule en haleine en direct en se faisant enchainer et enfermer dans une caisse également scellée mais réapparaissant quelques secondes après, se tenant debout sur la même caisse et de surcroit dans une autre tenue. Il a également montré d’autres tours de magie en transformant une corde en sabre…
Un trophée d’honneur en hippopotame a été décerné au président du Faso et celui de reconnaissance le Kiwara remis au Dozoba Ali Konaté par la célèbre voyante Djinatigui (propriétaire de génies) Nana Zerbo.

Haoua Touré
Lefaso.net

Portfolio

Messages

  • Tout ça montre bien que l’état est en état de décomposition avancée pour le malheur de notre pays.Comment comprendre que dans un pays normal un ministre de la république célèbre les milices comme forces régulières et légale ?En fait en matière de sécurité et de défense du territoire qu’est ce que la loi (constitution)dit ?Puis,cela fait presque 60 ans qu’ on entretient l’armée et la police à coup des milliards par an sauf que le rendement est.....

    • Si les dozos sont des milices, donc il y en a dans tout le pays car je ne connais pas de communauté au Burkina qui n’a pas de chasseurs, ou bien c’est l’appellation dozos en dioula qui t’intrigue ?

  • Du bruit pour rien. Si c’est pour danser et faire des trucs bizarres pour montrer que vous êtes forts (prestidigitation magiques enfantine) et épater les femmes, là, les dozos sont forts. A plusieurs reprises les terroristes ont frappé allègrement à l’ouest du Burkina mais rien. Aucune réaction des soi disants chasseurs dozos. Aucun rat de terroriste attrapé. C’est honteux. J’ai honte.

    • Monsieur . pour toi là ,c’est la jalousie . quittes dans ça .

    • Mon frère, toi tu as peut-être des problèmes particuliers avec un dozo, car tu ne fais que des déclarations sans fondements. Depuis l’attaque de Samorogouan en 2015 dis où les terroristes ont tapé encore à l’ouest.C’est la-bas qu’ils ont commencé et puis plus rien encore, nous qui y sommes ne parlons pas au hasard car nous voyons la réalité. Tu aurais pu te taire au lieu de tenir de telles aberrations.

    • Djibi, tu es au Burkina ? Qui a dit qu’après Samorogouan ils n’ont plus attaqué dans l’ouest ? c’est faux ! tu as oublié les commisssariats depuis la vallée du Sourou à Nouna ? le douanier tué ? Mais tu te moques du monde !
      Depuis quand les dozos ont signalé ou arrêté un terroriste ? pas même au Mali où les terroristes font la pluie et le beau temps ; c’est des fanfarons inutiles ! tonneau vide font trop de bruit ! Même les vols et braquages rien de concret ! la dernière fois c’était sur l’axe Sidéradougou-Gaoua ou Banfora où les braqueurs ont tué 2 agents des eaux et forêts, mais nos supers dozos légalistes n’y ont rien pu faire. Qu’ils viennent braquer à Boulsa, Pouytenga, Bogandé ou Léo ; ils laisseront leurs plumes.
      Des kogléweogos ont même réussi l’exploit d’arrêter des éléments du fameux RSP !
      Même si tu n’aimes pas le lièvre, il faut avoir l’honnêteté de reconnaître qu’il court !

    • c’est encore du pur esprit régionaliste.arrêtez de vous dénigrer car chacun de nous a besoin de l’autre pour s’épanouir.

    • pourquoi vouloir forcement comparer à chaque occasion l’action DOZO et celle KOGLWEOGO ? tous les deux complètent nos FDS

  • Mr YAKO, je n’épouse pas votre idée car chaque burkinabé a le devoir d’apporter sa contribution dans cette lutte. Par contre je suis doublement déçu de lefaso.net car il y’a a peine une semaine des terroristes ont été appréhendé par les koglweogo et ce média n’a pas daigné évoqué cette information. Paradoxalement fasonet vient célébrer les dozos ici.
    Je vois que l’information est sélective et porte gravement atteinte l’image de ce media

    • Oui mon frere cher, je suis d’avis avec toi que toutes les communautés à travers le Burkina, voire toute l’Afrique entière possède jusqu’alors ses groupes, formes d’éléments d’autodéfense.
      Je suis même pour ma part plus confiant en ces formes qui sont AUTHENTIQUES, d’inspiration de nos forces CULTURELLES réelles ;
      Aussi, je n’aime pas lorque l’on va mettre dans la balance les capacités réelles de ces forces et celles IMPORTEES, IMPOSEES par un système colonial qui veut vous dicter tout ce qu’il veut depuis son avènement.
      Je suis sûr que des boucliers vont se lever ici pour me rappeler que l’ORDRE ETABLI ET CELUI QUE NOUS CONCEVONS COMME ETANT LE NORMAL, est celui des FDS, de la gendarmerie, des CRS et j’en passe.
      Mais tenez bien que ce fussent les kolgweogo, les dozos, j’aurai souhaiter avoir les termes consacrés de l’appelation de nos forces de forces de defenses telles qu’elles le sont dans toutes nos sociétés africaines pour dire leur plus grande LEGITIMITE sur celles que j’ai cité par ailleurs issues du fait colonial.
      C’est pour avoir détruit (la colonisation s’y est atelée ardument) pour DEMOLIR CE SOCLE CULTUREL DE NOTRE DEFENSE et c’est le fruit de notre domination mentale qui nous impose de voir dans les DOZOS, les KOLGWEOGOS etc. de formes subversives de defense ! !
      Jusqu’où nous n’allons pas continuer de repondre à leur critères d’appréciations de nous mêmes par eux etablis, ces critères qui ne sont que la NEGATION de tout ce que nous avons été, que nous sommes et qu’ils forgent en certains (car je ne m’y reconnais point parce que je denonce toute cette manipulation ! ! ) ce qu’ils deviendront ?
      Pour un petit temps, apprenons à NOUS AIMER nous mêmes parce que les autres nous HAISSENT TR .OP pour que nous les suivions si MOUTONNEMENT dans cette demarche ! !
      Vous savez que nos vaillants HEROS comme Samory Touré, Behanzin, les Chaka Zulu, pour la force d’organisation et la puissance de leur opposition à leur penetration, ils les ont presenté dans tout ce qui est ouvrages ou histoire ENSEIGNEE dans nos ecole, par leur système, je disais qu’ils ne les ont depeint comme ETANT SES SANGUINAIRES.
      Selon vous, qui sont les vrais sanguinaires entre eux qui sont venus de chez eux chassés par la MISERE, la famine, la PESTE et tout ce que vous ne pouvez pas imaginer (car c’est ce que tout le monde ne sait pas parce que soigneusement caché par eux), qui sont les sanguinaires quand ils sont venus nous envahir en Afrique et les peaux rouges sur le continent americain où ils en sont venus à bout de ces pauvres APPACHES et AMERINDIENS, ces peuples autochtones qui ne sont plus que parqués dans des réserves pour être regardés par les touristes ?
      Quittez leurs livres d’une histoire FALSIFIEE, quittez leur système d’enseignement dans lequel l’histoire qui nous est contée est FALSIFIEE pour nous presenter sous les plus SOMBRES JOURS tandis que ce sont leurs barbaries et leurs EXPLORATEURS sanguinaires qui sont les SAINTS.
      Des saints dont nous avons encore les stigmates et les tristes souvenirs imposés à travers tout le continent avec les villes encore en leurs noms (Brazzaville, Bingerville, Saint-Louis au Sénégal.....etc.) et la liste est si longue où cette HONTE pour l’Afrique demeure.
      Nous africains nous ne pouvons pas celebrer les hauts faits de la resistance FAROUCHE des CHAKA ZULU SAMORY TOURE etc. en debaptisant ces villes qui ne sont pas de bons SOUVENIRS pour nous.
      Elles ne sont que la triste realité perpetuée de la domination de la colonisation.
      VIVEMENT QUE CELA CHANGE.
      Le système est si pervers, si pernicieux qu’il apparaît comme difficile à deboulonner ;
      mais je suis confiant car petit à petit il se construit à travers le continent, une PRISE DE LA CONSCIENCE AFRICAINE de cette perversité.
      Vivement que nous arrêtions de celebrer nos BOURREAUX et de traiter nos HEROS comme ils le veulent.

  • Famille, vous voyez bien que c’est le ministre de l’environnement qui a représenté le Président du Faso. C’est par ce que c’est son domaine. Les dozo en tant que chasseurs et connaisseurs de la brousse (plantes et animaux) sont donc important pour la SECURITE DE L’ENVIRONNEMENT. C’est tout.
    Il va falloir que les dozo traitent beaucoup plus avec les douaniers et les forestiers afin de mettre fin à la fraude par les frontières, à la destruction des espèces animales et forestières. C’est sous ce angle que les dozo sont importants pour la sécurité.
    Pour ceux là qui parlent de terroristes, c’est mieux de vous adresser AUX KOGLEWEOGO. Tout le monde a vu dans les réseaux sociaux ces derniers jours ce qu’ils ont fait comme capture. La sécurité physique des personnes et des biens a donc un sous responsable qu’on le veuille ou non et c’est le KOGLEWEOGO.

    • Toi, c’est sur que tu n’as jamais vu un dozo,
      tu ne sais rien du tout d’un dozo, mais continue dans ta jalousie, Je sens que tu as peur sans l’avouer,
      si tu n’est pas propre dans ta tête, tu vas souffrir beaucoup dans la vie, ne ramène pas tout à toi et aux
      tiens. Tu fait fausse route. J’aurai aimer que tu dises à fasonet de faire un écrit sur les Kolwéogos qui font également
      un bon boulot pour la quiétude des populations où ils se trouvent, ça je confirme !!!!! Mais toi tu es un régionaliste, un diviseur
      Les dozo sont contituées de toutes les ethnies ainsi que les Kolwéogos !!! qu’est-ce que tu vas chercher dans des comparaisons
      bizares...... Arête Arête,,, le burkina faso c’est tous la main dans la main que nous y parviendrons, autrement nous resterons
      toujours le dernier des pays dans ce monde, si ça, ça te fait honneur, moi je pense que le burkina peut mieux faire, mais avec
      des raisonnements comme ça, ça vas être compliquer voir impossible....

  • On na pas besoin de trop taper allez y à l’acte seulement. il ne fallait pas attendre l’exploit de nos vaillants koglwéogo pour dire que vous lutter contre le terrorisme. allez y danser et cherché votre gibier.
    *

  • Autodéfenses des Kolg wéogo et Dozos en appui de nos forces de l’ordre d’accords : Mais à condition que ça soit les Dozo et les kolg-Wéogo de Mané, dont depuis la nuit des temps dans notre pays, sont formés de l’ancêtre au grand-père, et de père en fils pour surprendre les voleurs et bandits, en les remettant par la suite aux autorités compétentes. Bonne initiative cette rencontre internationale de nos Dozos dont la présence de nos autorités nous prouve le sérieux de leurs actions. Ce que le Burkina ne mérite pas, ce sont des Kolg-Wéogo économiques mal formés qui salissent les noms des vrais Dozos et les vrais kolg-Wéogo à travers le pays. Bon vent aux Dozos du Burkina

  • C,est plus raisonable ces dozos a Côte des forces de l,ordre que de vouloir jouer aux zero comme font d,autres fanfanrons c,est bien mr kronate et freres l,anarchie et l,incivisme ne servent a rien courage rester toujours en Union avec nos forces de defense

  • "Tole c’est pas tole".Restez toujours dans la legalité dans vos faits et gestes.Ne cherchez pas a ressembler aux autres.

  • Les dozos n’ont jamais pu rien faire contre les terroristes qui endeuille nos pays jusqu’à présent, pas même le renseignement !
    C’est du bluff pour rien, comme disait l’autre. Ce que les dozos du Burkina peuvent, c’est de vouloir coûte que coûte s’opposer aux koglwéogos alors qui’ils ne font pas mieux qu’eux !
    quels sont vos hauts faits ? Mais pour les koglwéogos, allez-y demander aux populations que les braqueurs et voleurs terrorisaient ; elles vous diront que cela relève du passé !
    Tout dernièrement, ils ont même arrêté des terroristes dans le Centre-Nord ! Cela mérite reconnaissance, mais comme c’est les koglwéogos, on s’en moque !
    Aux dozos de faire de même, depuis le sourou jusqu’à Nouna, le long de la frontière, samorogouan, aucun n’a osé levé le petit doigt !
    Laissez les gens tranquilles !

    • Idi, arrêtez de vouloir créer des problèmes où il yen a pas. L’ouest dit qu’il ne veut pas de kogleweogo, y a t’il un problème à ça ? Et puis les dozos, contrairement aux kogleweogo relèvent d’une longue tradition, peut être centenaire. Loin de moi une quelconque sympathie à l’endroit des dozos, mais reconnaissez avec moi qu’à part quelques actions positives, ça et là, les kogleweogo sont une source de division pour le pays. Ils commettent en plus des bavures.
      Respectez l’autre c’est de ne pas lui imposer ce qu’il ne veut pas. L’ouest ne veut pas des kogleweogo, la seule chose à faire pour toi, c’est d’en prendre acte, c’est tout !
      Pas d’amalgame : ils ne veulent pas des kogleweogo, selon l’l’un de leur chef Konate, ne signifie pas qu’ils ne veulent pas de mossis à l’Ouest qui y sont d’ailleurs fortement installés.
      Sawadogo

  • Je suis ni pour ni contre les forces d’auto-dépenses car la défaillance du système légale ne peut que profiter à de telles initiatives.
    Par ailleurs je dis que les Dozos jusqu’à présent faut plus de brouille, mais peu d’actes concrets. Je suis les kolkoweogo, tu peux ne pas les aimer mais reconnait qu’ils ont pu sécurisés les régions tels à FADA, le NAHOURI, le ZIRO et j’en passe où l’insécurité était vraiment développée.
    Alors poser des actes et laisser le tapage et la propagande aux politiques et vendeurs d’illusions.

  • Je suis ni pour ni contre les forces d’auto-dépenses car la défaillance du système légale ne peut que profiter à de telles initiatives.
    Par ailleurs je dis que les Dozos jusqu’à présent faut plus de brouille, mais peu d’actes concrets. Je suis les kolkoweogo, tu peux ne pas les aimer mais reconnait qu’ils ont pu sécurisés les régions tels à FADA, le NAHOURI, le ZIRO et j’en passe où l’insécurité était vraiment développée.
    Alors poser des actes et laisser le tapage et la propagande aux politiques et vendeurs d’illusions.

  • La lutte contre le terrorisme ne peut être gagnée sans la participation à un niveau ou a un autre, dune manière ou une autre de tous. Ou est le mal qu un groupe de personnes organisées dise donne a l autorité son soutien dans cette lutte. Il est dit que les prétendus djihadistes ont coutume de fixer leurs camps dans les forêts. Dans ces conditions il y a t il meilleurs collaborateurs des FDS que les dozos ?. Évitons a chaque circonstances des commentaires négatifs. Il n y a pas a faire de parallèle entre deux organisations culturelles au risque de froisser les tenants de l une ou l’autre de ces cultures .La nation burkinabè naitra du respect reciproque que nous aurons vis a vis des valeurs culturelles de l autre.

  • Ce qui est sur, les kogleweogo ne sont pas assis sur les exploits des ancêtres. Concrètement, chaque jour ils font leur preuve sur le terrain.
    Cette rencontre relatée ici , n’est ni plus ni moins qu’une rencontre entre un politicien et ses électeurs au rythme du gimbé dans les saveurs du dolo.
    les kogleweogo sont utiles et ils le prouvent

  • Il faut que les dozos s’investissent davantage dans les opérations de sécurisation du pays (Bandits, terroristes,...). Cela nous fera plus utile à l’mage des prouesses des koglweogos

  • LES KOGLWEOGO ont montré leur preuve sur le terrain

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Musique : Kheops présente son 2e album aux mélomanes de Gaoua
Industries culturelles : Des journées portes ouvertes pour renforcer la visibilité du secteur
Cinéma numérique : La 4e édition du « Festival écran à ciel ouvert » aura lieu du 5 au 9 décembre 2018
Institut des peuples noirs : Le ministre de la Culture milite pour sa réhabilitation
Récréâtrales 2018 : Quand la pièce « Formidable » de Wilfrid Ouédraogo fait parler d’elle !
Cinquantenaire du FESPACO : « On sera obligé de casser certains codes pour la bonne cause » (Yacouba Traoré, président du comité d’organisation)
SIAO 2018 : Le pavillon de la créativité porte désormais le nom Thomas Sankara
Festival feu de bois de Niou : A la découverte du mystère « des choses et des êtres »
Société : Moussa Sinon décortique le monde de l’invisible chez les Mossi
Récréatrales 2018 : Quand le chef de l’Etat "tresse son courage" à Gounghin
15e édition du SIAO : « Entreprendre au féminin » valorise les produits locaux
SIAO 2018 : Les réfugiés maliens font de bonnes affaires
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés