Entreprises minières au Burkina : le SYNTRAGMIH, demande l’application des textes

mercredi 25 avril 2018 à 23h50min

Le syndicat des travailleurs de la géologie des mines et des hydrocarbures (SYNTRAGMIH), a tenu une conférence de presse à la bourse du travail de Ouagadougou, ce mercredi 25 avril 2018. Objectif, faire part de l’état de la situation des luttes des travailleurs dans les mines notamment ceux de la Société d’exploitation minière de l’Afrique de l’Ouest (SEMAFO) à Wona, et de Bissa Gold à Sabcé. Toutes deux localités situées dans les provinces du Mouhoun et du Bam.

Entreprises minières au Burkina : le SYNTRAGMIH, demande l’application des textes

« Pourquoi un regain de tension au niveau de ces deux mines ces temps-ci alors que tout allait bien ? », s’est-on questionné du côté du syndicat des travailleurs de la géologie des mines et des hydrocarbures (SYNTRAGMIH), en ce début de conférence de presse. A donc écouter le Secrétaire général (SG) du syndicat, Lassané Simporé, ledit regain de tension perceptible du côté des mines de SEMAFO (Wona), et de Bissa Gold (Sabcé), serait dû à des changements de cédules de travail par les différentes directions des entreprises susmentionnées. Cela, « sans prendre en compte les préoccupations des travailleurs qui se fondent sur le droit positif dans notre pays », a poursuivi le SG. Egalement, la non application des textes serait un autre élément fondateur de ce retour en force de tension.

Précisant alors le cas de SEMAFO, le premier responsable du mouvement syndical avance : « A SEMAFO, la direction a décidé de changer de cédules de travail en 7/7 (7 jours de travaux/ 7 jours de repos) conformément aux préoccupations des travailleurs ». Cependant, le hic se situerait, au niveau de la considération des heures supplémentaires dans cette nouvelle manière de faire, « (…), mais sans la prise en compte des heures supplémentaires qu’engendre cette nouvelle approche dans le travail », a-t-il ajouté. Cette dernière disposition qui ne rencontrerait pas l’assentiment de la direction de l’entreprise figure, de l’avis du SG et de ses collaborateurs, dans le cahier de revendications relatives aux temps de travail et de récupération des travailleurs (à voir au niveau du renvoi, en fin d’article). Revendications, qui seraient aussi conformes à l’arrêté fixant les modalités d’application de la semaine de 40 heures (n°2007-004/MTSS/SG/DGT/DER du 07 mars 2007), ainsi que celui donnant lieu à des heures supplémentaires (au-delà des 40heures) et des modalités de rémunération (l’arrêté n°2007-003/MTSS/SG/DGT/DER du 07 mars 2007).

En ce qui concerne la mine de Bissa Gold, le syndicat avoue que les travailleurs ont pratiqué de janvier 2012 jusqu’à avril 2013, date à laquelle la direction a « imposé » le 4/4 (4 jours de travaux et 4 jours de repos), le 7/7 « dans les conditions légales de payement des heures supplémentaires et de la prime de quart ». Se sentant maintenant épuisés, les travailleurs réclameraient le retour du 7/7 de même que l’application des textes y afférents.

Des licenciements abusifs ?

Secrétaire général (SG) du syndicat, Lassané Simporé

Il est par ailleurs avancé en cette conférence de presse, des cas de licenciements abusifs au sein de certaines entreprises minières. En effet, selon les conférenciers, la société de recherche High River Gold/Jilbey Burkina, a licencié la majeure partie de ses travailleurs sans le respect des procédures. Deux représentants du personnel, actuellement en fonction, se voient également refuser tout avancement d’échelon ; ce qui serait en déphasage avec la pratique en cours. « A Komet (ex Stremco), les employés ne sont pas totalement déclarés à la CNSS. « Pourtant, les précomptes sont effectués », déplore pour terminer le SG du syndicat.

Autre remarque faite par le mouvement syndical, c’est bien la vision des ‘’patrons’’. Vision, qui bloquerait les travaux pour l’adoption de la convention collective des mines. De l’argumentaire du syndicat, l’on note : « des ‘’ténors’’ de la chambre des mines rejettent dans les faits, les textes et lois du travail du Faso, parce que selon eux, ces textes et lois ne sont pas adaptés aux mines.

Au regard de ce qui précède, et estimant que dans d’autres sociétés minières (Essakane, Iam Gold), lesdites revendications sont des acquis pour ceux qui y travaillent, le SYNTRAGMIH, dit alors s’insurger contre ces disparités et autres iniquités observées et observables dans le secteur des mines. Il met à cet effet en garde tous esprits divisionnistes et dissidents, qui tenteraient de mettre à mal les actions « de ceux qui pose les problèmes et qui sont soucieux de l’avancée de la mine dans le respect environnemental des textes et loi du Burkina ». Il indique somme toute, « les travailleurs ne demandent que l’application correcte des textes en la matière. Ce n’est même pas une nouvelle revendication, mais une réclamation dont la solution réside dans l’application correcte des textes du travail en vigueur, contenue dans le droit positif burkinabé », s’est finalement exprimé le syndicat.

Tambi Serge Pacôme Zongo
Lefaso.net


Renvoi sur le cahier de revendications relatives aux temps de travail et de récupération des travailleurs de SEMAFO (Wona)

 Changement de cédule de travail en 7/7 pour tous les travailleurs de la mine à Mana ;
 Appliquer la majoration (rémunération) pour les heures supplémentaires de nuit et les heures de nuit des jours fériés ;
 Pour les lundis fériés qui suivent les dimanches de jours de fête, appliquer la majoration à 160% ;
 Revoir le mode de répartition des heures supplémentaires entre 115, 135, et 160%.

TSPZ
Lefaso.net

Messages

  • Pathétique, quand l’entreprise SEMAFO est dite une entreprise citoyenne se refuse de payer des heures supplémentaires... Pourquoi lamgold respecte nos textes pour le même prix d’or. Il faut que le ministre du travail et des mines disent à ces investisseurs qu’ils ne sont pas en pays conquis... Il y a des lois et textes. Il faudrait les respecter !!! Point barre.

    • Qui vous a dit que Essakane respecte les textes en matières de calcul des heures supplémentaires ? Demandez bien a leurs employés et délégués, ils vous le diront. Qd la loi dit de payer 115% ou 135%, Essakane payent juste 15% et 35% en surplus. C’est ça la respecter la loi ? De tous les façons les employés attendant tranquillement. Le jour ou cette société sera prête pour fermer, elle sera contrainte de payer tous les droits abusivement retenus dans le calcul des heures supplémentaires.

  • Pain et liberté pour le peuple.
    L’Etat doit simpliquer et arbitrer.
    Les textes doivent être appliqués.
    Si les textes ne sont pas adaptés ils doivent être révisés.
    Ne soyons pas une république bananière qui se plie à tous les diktats des multinationales.
    Les travailleurs doivent être protégés ; le profit des compagnies aussi est garanti par L’Etat et un cadre réglementaire non biaisé et socialement responsable.
    Sinon, ce serait comme dans les années Compaoré ..... :pillage et spoliation des travailleurs.
    La Patrie ou la mort nous vaincrons !

  • Il n’est pas normal que les sociétés minières n’appliquent pas les loi du travail au BF. Il n’est pas normal non plus que les syndicats ne renouvellent pas leurs bureaux. Des syndicalistes admis à la retraite continue de trôner à la tête de nos structures syndicales. Pourquoi ? Pourquoi des personnes comme le SG du SYNTRAGMIH et sa suite ne pensent pas au renouvellement du bureau ? Le monsieur est à la retraite depuis 2015 et c’est lui qui pense mieux défendre les intérêts des travailleurs !

  • C’est vraiment très décevant de voir que le Ministère du travail reste immobile et laisse les parties se disputer sur le temps de travail et les modalités de calculs des heures supplémentaires dans les mines.
    De toutes les façons le gouvernement et les travailleurs sont prévenus. L’employé qui va s’amuser a se faire berner par des vieux syndicalistes a la retraite, sera purement et simplement remis a ses parents pour emploi. C’est a croire que bcp ne retiennent pas la leçon.
    Il y’a bcp de jeunes qualifiés en quête d’emploi.
    Vous avez signer vos contrats pour avoir un salaire mensuel ou bien c’est pour cumuler des heures supplémentaires ?
    Quel est le texte au Burkina Faso qui dit que vous pouvez travailler deux semaines dans le mois et vous reposer deux semaines ? Et malgré tout vous avez le salaire mensuel ?

    • internaute Abs tu es sure que tu as traversé une cours d’école un seul jour ?

    • Internaute abs,c est vraiment très décevant d’entendre des gens raisonnés de cette facon. Si tu ne connais pas il faut te renseigner. Les heures supplémentaires existent et c est légale que cela soit rémunéré comme telle. C’est pas parce qu’il ya chômage qu’il faut piétiner la loi. C’est pour cela que ces societes nous exploitent et épuisent nos resssources sans que nous n’en profitions.
      Quand au temps de travail et celui de repos saches que chaque domaine a son mode de fonctionnement. Dans les mines c est ainsi informes toi avant de parler ainsi.

    • Renseigne toi bien mon frère avant de s’exprimer de la sorte ! Merci .

  • Il y’a trop de société hors la loi dans ce pays. Il est temps que le gouvernement porte sa culotte.
    Merci

  • Soyons sérieux quand mm les honnêtes travailleurs n revendik mm pas mè reclam just kon respect la loi. C nes pas sérieux

  • Chers frères travailleurs de Semafo, nous vous souhaitons beaucoup de courage. Que Dieu vous vienne en aide.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés