Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les gens qui doutent d’eux-mêmes n’ont qu’un vide au centre d’eux-mêmes.» John Maxwell Coetzee

Cinéma : Idrissa OUEDRAOGO repose désormais au cimetière municipal de Gounghin

Accueil > Actualités > Culture • LEFASO.NET | Par Dimitri Ouédraogo • mercredi 21 février 2018 à 09h00min
Cinéma : Idrissa OUEDRAOGO repose désormais au cimetière municipal de Gounghin

Le réalisateur Idrissa OUEDRAOGO a été conduit à sa dernière demeure ce mardi 20 février 2018 au cimetière municipal de Gounghin. Mais bien avant, le maestro du cinéma africain a été conduit à la place du cinéaste et au siège du FESPACO. Au cimetière, Il a été élevé à la dignité de grand officier de l’ordre national à titre posthume. Des nationaux tout comme des étrangers, ils étaient nombreux ces personnes venues dire au revoir au cinéaste le plus talentueux de sa génération.

15h, la dépouille de Idrissa OUEDRAOGO quitte à jamais son domicile. Le corbillard qui le transporte se dirige vers le cimetière municipal de Gounghin. Devant et derrière, c’est un long cortège de véhicules et de motos qui l’accompagne. Après quelques minutes de route, le cortège s’immobilise au pied du monument des cinéastes. Tout juste en face de l’hôtel de ville de Ouagadougou. Sur l’avenue des cinéastes, Idrissa a sa statue. Il y reçoit les honneurs de la commune de Ouagadougou. Le maire de la ville du cinéma africain lui rend hommage pour le travail qu’il a fait pour la culture.

Le maestro fait grand officier de l’ordre national à titre posthume

Quelques instants après, la colonne reprend la route. Elle s’immobilise pour la seconde fois devant le portail du FESPACO. Là, le délégué général du FESPACO salue l’artiste pour ses œuvres. L’actrice Fatou Traore est chargée de lui présenter son trophée d’étalon d’or de Yennenga. Trophée qu’il a remporté avec brio en 1991 au FESPACO avec son film « Tilai ». Il reçoit aussi les acclamations de la foule. Le cortège se dirige enfin vers le cimetière.

La cuvette du cimetière refuse du monde. Les autorités politiques, coutumières et religieuses, les artistes comédiens étaient bien présents. Des délégations étrangères venues d’Afrique et d’Europe étaient là aussi. Il reçoit les honneurs militaires avec à la clef une distinction. Il a été élevé à la dignité de grand officier de l’ordre national par le haut représentant du président du Faso, Cheriff Sy.

Idrissa OUEDRAOGO le Baobab du cinéma

De son vivant, une de ses enfants retiendra que c’était un homme plein de simplicité et d’humilité. « Il nous a appris à donner sans rien attendre en retour », raconte-t-elle en prenant la parole au nom de la famille. Elle rassure son père, « tes souvenirs et tes conseils seront toujours là ». Pour le président des cinéastes, Emmanuel Sanon, Idrissa OUEDRAOGO les quitte au moment où le cinéma burkinabè avait besoin de son talent. « Idrissa, tu seras toujours gravé présent dans nos esprits », a-t-il ajouté.

Pour le ministre de la Culture, « Idrissa nous quitte physiquement mais restera à jamais gravé dans nos mémoires ». Avant d’être mis sous terre, ses camarades ont repris ce qu’il savait faire le mieux, la réalisation. A la formule consacrée « Ça tourne », son cercueil a roulé sur des rails avant d’atteindre le point de chute. Autour de la tombe, une caméra, une perche et une lampe. Ses camarades prennent l’engagement de continuer son combat. C’est sous un tonnerre d’applaudissements, que le baobab a été enseveli.

Dimitri OUEDRAOGO
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Culture : ‘‘Statut’’ ou ‘‘statue’’ de l’artiste au Burkina Faso ?
Reprise des grandes funérailles bôbô : Bientôt le bout du tunnel pour les chefs coutumiers
11 mai 1981 : il y a 39 ans disparaissait Bob Marley, le roi du reggae
Culture : « Les gens qui veulent m’épouser me disent d’arrêter la musique », dixit Kady Wendpouiré, artiste musicienne
Lutte contre le Covid-19 : Des acteurs culturels initient Covid’live, des concerts live en ligne, sans public
Lutte contre le Covid-19 : Le Collectif Plumes résilientes apporte sa contribution
Musique : Watt Millo, l’operateur géophysicien qui s’essaie avec brio à la musique
COVID-19 : Quel (s) modèle (s) de relance pour le secteur des Arts et de la culture au Burkina Faso ?
La presse et le cinéma burkinabé en deuil : Clément Tapsoba n’est plus
Culture : L’artiste Bass Mandelson officiellement installé comme représentant de la communauté dioula en France
Grand prix de poésie Thomas Sankara 2020 : Tristell Mouanda Moussoki du Congo sacré lauréat
JAZZ A OUAGA : l’édition 2020 du festival est annulée
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés