Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Aucune cause juste ne peut être servie par la terreur. Kofi Annan» 

Burkina Faso : Les députés de la Vème Législature toujours privés de leurs droits !

Accueil > Actualités > Politique • LEFASO.NET | Par Oumar OUEDRAOGO • vendredi 16 février 2018 à 01h07min
Burkina Faso : Les députés de la Vème Législature toujours privés de leurs droits !

De nombreux députés de la Vème Législature (mandat 2012-2017), interrompue avec l’insurrection populaire de fin octobre 2014, éprouvent encore des difficultés aux plans social, professionnel et politique, à en croire de nombreuses sources internes.

Selon des informations, ils sont nombreux à attendre, jusque-là, la régularisation de leur situation professionnelle pour leur permettre de reprendre service dans leur administration d’origine. Ces anciens élus, dont certains ont vu partir en fumée leur domicile et autres biens, regardent impuissants leur maintien dans la situation actuelle.

C’est sous le poids de ces difficultés qu’ils ont décidé de mettre en place un Collectif dénommé "Collectif Justice pour Tous-Octobre 2014" dirigé par l’ancien homme politique, ancien député, Rasmané Ouédraogo. Reconnu depuis décembre 2016, ce regroupement aurait entamé plusieurs démarches en vue de débloquer cette situation qui pèse sur de nombreuses familles (des enfants qui ne peuvent aller à l’école du fait du blocage au plan professionnel, par exemple...).

"Ce Collectif est composé de députés insurgés, de députés non-insurgés, du pouvoir comme ceux qui n’y sont pas. C’est donc un cadre qui réunit tout le monde, toutes les tendances. Il y a un certain nombre nombre de droits qui ont été privés par le CNT (Conseil national de la transition), par l’actuelle Assemblée nationale et par le pouvoir en place ; ce qui porte des préjudices professionnel, social et politique aux députés de cette législature", ont confié des membres de ce Collectif, insistant sur l’impact de cet acte sur leur famille.

C’est dans cette dynamique de recherche de solutions que l’organisation tient, apprend-on également, ce samedi, 17 février 2018 à Ouagadougou à partir de 10 heures à la Maison des retraités Antoine Nanga (sis à Goughin), une assemblée générale extraordinaire avec l’ensemble de ses membres. Il sera question, selon des membres, d’examiner et d’adopter des points abordés au cours d’une assemblée générale tenue en cotobre 2017, d’analyser des actions menées depuis cette dernière rencontre. Cette instance va également se pencher sur des auditions individuelles à venir avec le HCRUN (Haut conseil pour la réconciliation et l’unité nationale) et bien d’autres sujets en perspectives.

Pour nos interlocuteurs, si l’organisation n’est pas publiquement connue, cela est dû à la volonté de ses membres pour qui, il faut travailler à l’apaisement des cœurs, éviter les actions qui déchaînent les passions, alimentent les divisions entre Burkinabè. "Il faut plutôt faire en sorte que tous les Burkinabè participent à la construction du pays, malgré les difficultés", confient des membres.

Oumar L. Ouédraogo
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 15 février à 16:19, par tchienfô En réponse à : Burkina Faso : Les députés de la Vème Législature, toujours privés de leurs droits !

    Leur situation est déplorable vraiment et je pense qu’il faut vite trouver solution à cette affaire, ce n’est pas du tout bien.

    Répondre à ce message

    • Le 16 février à 10:58, par kwiliga En réponse à : Burkina Faso : Les députés de la Vème Législature, toujours privés de leurs droits !

      Mon dieu, les pauvres gens, comme je compatis à leur peine et à la misère dans laquelle ils se trouvent plongés, ainsi que tous les nécessiteux de leur famille.
      Quand on pense qu’à coté de cela, dans nos campagnes, des millions de paysans vivent en sur-abondance, repus qu’ils sont, de tartines de tô, roulant fièrement leurs vélos ressoudés jusqu’au luxueux cabaret à dolo de leur village, pour dilapider les phénoménales subventions qu’ils perçoivent de la générosité de nos gouvernants.
      Non, vraiment, il faut les obliger à cotiser afin de sortir de leur caniveau, ces anciens députés, qui ont si fièrement défendu la démocratie durant la dictature de Blaise.
      C’est tout à fait le genre d’article et de commentaire qui mettent en lumière le mépris de l’élite de notre pays, à l’égard de plus de 75% de sa population.
      Qui peut croire que ce problème puisse être l’une de nos priorités, quand on constate l’état général du Faso ?

      Répondre à ce message

      • Le 18 février à 01:53, par Richa En réponse à : Burkina Faso : Les députés de la Vème Législature, toujours privés de leurs droits !

        Bien mon frère. Ceux qui racontent ce genre d’ineptie : "Les députés de la Vème Législature, toujours privés de leurs droits !" n’ont vraiment pas conscience du fait que les priorités de ce pays ne se situent pas à ce niveau. S’ils pensent que les députés sont tellement à plaindre, qu’ils sachent que 75% voire 80% de burkinabè croupissent dans la misère et auraient bien voulu avoir le sort de nos députés pleurnichards trop repus par l’argent du contribuable. S’ils voyaient vraiment l’état de délabrement socioéconomique de notre pays, ils mettraient le curseur sur d’autres priorités plutôt que sur "le sort tant à plaindre" de nos élus qui pour beaucoup sont plutôt malades pour avoir trop fait bonne chair avec familles, maitresses et courtisans. Ils ne savent pas qu’il y a des burkinabè qui peinent à manger une fois par jour.

        Répondre à ce message

  • Le 15 février à 16:27, par KOASSA En réponse à : Burkina Faso : Les députés de la Vème Législature, toujours privés de leurs droits !

    PEUPLE INSURGE, tu as brûlé, saccagé tué. Attends toi à être jugé. Tu dois payer pour ce que tu as fait.On ne se fait pas justice. Tu l’apprendras à tes dépens.Vivement que le procès de l’insurrection vienne.

    Répondre à ce message

  • Le 15 février à 16:37, par sylas En réponse à : Burkina Faso : Les députés de la Vème Législature, toujours privés de leurs droits !

    Voilà pourquoi il ne faut pas croire que la politique peut résoudre tous les problèmes. Quelques-uns d’entre vous ont été internés dans des lieux sécurisés et beaucoup ont vendu leurs voix pour le referendum en se moquant royalement des points de vue des populations. Voyez vous comment c’est triste et inconfortable de se souvenir de vos bavures ? Mais au BF, j’en suis persuadé, des solutions seront trouvées pour les enfants surtout lorsque l’humilité et le regret accompagnent votre demande de pardon.

    Répondre à ce message

  • Le 15 février à 17:04, par Amadoum En réponse à : Burkina Faso : Les députés de la Vème Législature, toujours privés de leurs droits !

    De quelle sources internes parlez-vous ? Ce qui se passe peut etre fonction de tous les obstacles cites dans votre artice, mais la realite de ces ancients dignitaires est que tout est prioritaire dans notre pays et tout le monde "tient le diable par la queue". Peut-etre certains plus que d’autres. Vious etes aussi vcitime de ce qu’on appelle la LENTEUR BUREAUCRATIQUE et allez devoir attendre en ligne comme le commun des lamda a l’habitude de faire quand il/elle dispose un dossier.

    Patientez et votre tour arrivera ! En attednant, trouvez un jardin a cultiver.

    Répondre à ce message

  • Le 15 février à 17:38, par warzat En réponse à : Burkina Faso : Les députés de la Vème Législature, toujours privés de leurs droits !

    Vivement que votre situation soit réglée. C’est pourquoi, il est insupportable de voir quelqu’un qui vit de la politique et qui ne connait rien d’autre que cela. Cette génération de politicien doit être éliminée, un politique devra désormais avoir une bonne notoriété dans ce qu’il sait faire d’abord( bon fermier, avocat qui gagne ses procès, juge réputé probe, bon banquier, bon chercheur, bon enseignant, bon ingénieur ou technicien, bon administrateur, bon artiste, bon sportif etc...), il expliquera aux autres députés quand un projet de loi arrive à l’assemblée avant le ministre concerné lui-même. Il y aura plus de collaboration entre députés tout bord confondu pour le bien de ce pays. Ainsi quand ils seront députés la plupart perdront de l’argent par rapport à leurs activités propres, on ne pourra plus dire qu’ils sont venus pour se servir et non pour servir le pays. C’est triste, une suspension et on ne plus honorer les frais de scolarité, vous donnez raison à ce qu’on disait de vous.

    Répondre à ce message

    • Le 15 février à 22:10, par Ka En réponse à : Burkina Faso : Les députés de la Vème Législature, toujours privés de leurs droits !

      Warzart : Ces gens ne méritent aucune pitié. Pourquoi ils n’ont pas en tant que des décideurs de loi, réfléchi deux fois avant d’accepter de l’argent pour tripatouiller le 30 Octobre 2014 un article de loi dont sa lettre et son esprit interdisent tout président prédateur de briguer 3 mandats présidentiels consécutifs ? Dans ce bas monde, chacun récolte ce qu’il a semer : Et ce qui arrivent a ces gens n’est que le fruit de leur semence.

      Répondre à ce message

  • Le 15 février à 19:17, par Agir En réponse à : Burkina Faso : Les députés de la Vème Législature, toujours privés de leurs droits !

    Le moment viendra où les commanditaires et les principaux exécutants de la criminelle insurrection répondront de leurs actes. c’est une question de temps et j’y veillerai personnellement

    Répondre à ce message

  • Le 15 février à 19:39, par Dicko hama En réponse à : Burkina Faso : Les députés de la Vème Législature, toujours privés de leurs droits !

    C’est vraiment deplorable leur situation mais c’est le moindre prix a payer.Neamoin j’exorte l’autorite competante a faire preuve de sagesse et resoudre ne serait ce que de facon partielle pour eviter de mettre en peril l’avenir des enfants qui n’y sont pour rien dans cette affaire.

    Répondre à ce message

  • Le 15 février à 19:44, par Trankilos En réponse à : Burkina Faso : Les députés de la Vème Législature, toujours privés de leurs droits !

    Yaako à vous, chers anciens députés, vous ne méritez pas ça du tout. Il faut que l’État règle vite cette question. Les gars ne sont plus députés, pourquoi les priver de leurs droits, franchement. Mais c’est Dieu qui est fort.

    Répondre à ce message

  • Le 15 février à 19:44, par Trankilos En réponse à : Burkina Faso : Les députés de la Vème Législature, toujours privés de leurs droits !

    Yaako à vous, chers anciens députés, vous ne méritez pas ça du tout. Il faut que l’État règle vite cette question. Les gars ne sont plus députés, pourquoi les priver de leurs droits, franchement. Mais c’est Dieu qui est fort.

    Répondre à ce message

  • Le 15 février à 19:58, par Manu En réponse à : Burkina Faso : Les députés de la Vème Législature, toujours privés de leurs droits !

    Être député n’est pas un emploi. Donc sur le plan social et financière chacun devrait s’occuper à ses habitudes d’avant. À moins que les postes politiques sous nos tropiques ne soient vu comme une source de revenus et une fonction à vie

    Répondre à ce message

    • Le 15 février à 23:39, par Pataarbé En réponse à : Burkina Faso : Les députés de la Vème Législature, toujours privés de leurs droits !

      Manu, tout comme d’autres intervenants, vous n’avez pas du tout compris de quoi il est question ici. Il s’agit de gens qui travaillaient déjà et comme ils étaient élus députés, pour ne pas percevoir deux salaires (là où ils étaient avant d’être élus et le scalaire de député), ils reçoivent un ordre de mise en disponibilité. Normalement, à la fin du mandat celui qui ne veut pas rebelotter ou qui n’a pas réélu est réintégré là où il était avant d’être député. Mais il se trouve qu’ici ils veulent mais on ne leur permet pas parce qu’ils n’ont pas reçu de papier de réintégration. Voilà tout le bas blesse. Au contraire donc, c’est parce qu’ils travaillaient déjà que le problème se pose aujourd’hui, Sinon s’ils avaient la politique pour travail ils n’allaient pas former une association pour défendre leurs droits. Donc, faisons attention parce qu’une situation similaire peut arriver à toit le monde.

      Répondre à ce message

  • Le 15 février à 20:11, par GNISSAN En réponse à : Burkina Faso : Les députés de la Vème Législature, toujours privés de leurs droits !

    Dans tous les cas,mon oncle,lui s’en sort bien dans l’élevage de ses dindons et oies.Je sens que vous lorgnez la CODER.

    Répondre à ce message

  • Le 15 février à 22:10, par Sergen-Chef En réponse à : Burkina Faso : Les députés de la Vème Législature, toujours privés de leurs droits !

    C’est sous le poids de ces difficultés qu’ils ont décidé de mettre en place un Collectif dénommé "Collectif Justice pour Tous-Octobre 2014" dirigé par l’ancien homme politique, ancien député, Rasmané Ouédraogo. Reconnu depuis décembre 2016, ce regroupement aurait entamé plusieurs démarches en vue de débloquer cette situation qui pèse sur de nombreuses familles (des enfants qui ne peuvent aller à l’école du fait du blocage au plan professionnel, par exemple...)
    - Que dire des enfants dont les parents sont des paysans sans aucune ressources, dont leurs mères sont parfois obligées de parcourir des kilomètres et des kilomètres dans la brousse à la recherche des fagots de bois ou des tiges sèches de reste des récoltes dans l’espoir d’acheter les fournirtures et frais scolaires, et pour espèrer assurer un repas quotidien à leurs enfants.
    - Que tous les victimes de votre gouvernance....

    Répondre à ce message

  • Le 16 février à 00:11, par Sekou En réponse à : Burkina Faso : Les députés de la Vème Législature, toujours privés de leurs droits !

    Vivement que le gouvernement résolve le cas de ces pauvres politiciens.

    Répondre à ce message

  • Le 16 février à 04:52, par Direct En réponse à : Burkina Faso : Les députés de la Vème Législature, toujours privés de leurs droits !

    Vous êtes aller dormir à l’hôtel pour voter une loi impolie alors il faut gérer votre situation comme ça. Vous avez jouer et vous avez perdu. Point barrer. Pour ma part vous pouvez reprendre vos services mais vos avantages de Députés. Non non non et non

    Répondre à ce message

  • Le 16 février à 07:55, par Lili En réponse à : Burkina Faso : Les députés de la Vème Législature, toujours privés de leurs droits !

    Il faut résoudre le problème de ces hommes, ils travaillaient déjà avant d’être députés, permettez-leur de réoccuper leur place, c’est simple comme bonjour. Alors pourquoi cette méchanceté ? Vraiment dommage pour cette haine au Burkina.

    Répondre à ce message

  • Le 16 février à 08:13, par Vision En réponse à : Burkina Faso : Les députés de la Vème Législature, toujours privés de leurs droits !

    L’ignorance est vraiment un cancer ! On ignore l’origine du 1er mai, on ignore l’origine du 8 mars, on ignore le propos de l ambassadeur Yong sur la contribution des syndicats aux USA, on ignore comment les censeurs et Proviseurs sont nommés, on ignore comment les agents de la fonction publique sont recrutés et gérés on ignore que l’ambassade des USA est mature et libre dans le choix des personnes auxquelles ils rendent visite etc. Etc.etc.et on vient exposer ses salades voyant s’en prendre ainsi à Bassolma. À être de petit esprit, on honorefinalement pas ses éducateurs ! Grandissons !

    Répondre à ce message

  • Le 16 février à 08:13, par Vision En réponse à : Burkina Faso : Les députés de la Vème Législature, toujours privés de leurs droits !

    L’ignorance est vraiment un cancer ! On ignore l’origine du 1er mai, on ignore l’origine du 8 mars, on ignore le propos de l ambassadeur Yong sur la contribution des syndicats aux USA, on ignore comment les censeurs et Proviseurs sont nommés, on ignore comment les agents de la fonction publique sont recrutés et gérés on ignore que l’ambassade des USA est mature et libre dans le choix des personnes auxquelles ils rendent visite etc. Etc.etc.et on vient exposer ses salades voyant s’en prendre ainsi à Bassolma. À être de petit esprit, on honorefinalement pas ses éducateurs ! Grandissons !

    Répondre à ce message

  • Le 16 février à 08:36, par le citoyen libre En réponse à : Burkina Faso : Les députés de la Vème Législature toujours privés de leurs droits !

    les droits de tout burkinabé ou de tout résident au Burkina Faso doivent être respectés.
    réparons vite cette situation.
    que le gouvernement fasse le point de toutes les violations de ce genre.
    Mais que fait le ministère en charge des des droits humains ?

    Répondre à ce message

  • Le 16 février à 09:11, par Song Naaba En réponse à : Burkina Faso : Les députés de la Vème Législature toujours privés de leurs droits !

    Quelle solutions attendent-ils du nouveau pouvoir ? Ce sont des sacrifices consentis au profit de la nation. Si le gouvernement se met à regler tous ces problemes (victimes de l’insurrection, victimes des attentats, deputés déchus de leur législature, etc.) on ne pourra plus planifer pour un avenir radieux mais plus tot du social. Nous ne devons pas tous attendre du gouvernement. quels sont les moyens de l’Etat ? On doit être imaginatif, creatif et cesser d’être revendicatif, attentistes, plaintif. le gouvernement ne fabrique pas l’argent.

    Répondre à ce message

  • Le 16 février à 09:33, par Belmopan En réponse à : Burkina Faso : Les députés de la Vème Législature toujours privés de leurs droits !

    moi je pense que la retraite anticipé serait la meilleure solution pour ces ex. députés. sinon je ne vois en quoi ces gars pourront servir ce pays encore

    Répondre à ce message

  • Le 16 février à 09:37, par MAURICIE YANKENE En réponse à : Burkina Faso : Les députés de la Vème Législature toujours privés de leurs droits !

    BONJOUR, BRAVE PEUPLE DU BURKINA DES LENDEMAINS DE L’INSURRECTION. MON REGARD DIFFÈRE DE BEAUCOUP, MAIS C’EST CELA AUSSI LA DÉMOCRATIE.
    AUX TEMPS DU ZINIARÉEN, L’HÉMICYCLE BURKINABÉ FAISAIT OFFICE DE FER DE LANCE DES PROJETS DE LOIS RÉTROGRADES. COMBIEN ÉTAIENT-ILS( et ELLES ) À S’OPPOSER D’UNE MANIÈRE OU DE L’AUTRE À LA MODIF - TRUCAGE DE LA CONSTITUTION ALORS ? VA T-ON COULER LE SANG DU CONTRIBUABLE POUR ENSUITE FAIRE CÔCÔ CHEZ LE MÊME CONTRIBUABLE ??
    JE N’ADHÈRE PAS.

    Répondre à ce message

  • Le 16 février à 09:54, par Konaté En réponse à : Burkina Faso : Les députés de la Vème Législature toujours privés de leurs droits !

    A tous ceux qui parlent sans prendre le temps d’analyser et qui s’en prennent à ces députés, vous ferez mieux de défendre le juste, sans considérer la qualité des personnes parce que ça n’arrive pas qu’aux autres(le dossier Denise Auguste Barry nous invite à cette intelligence). Il s’agit de défendre les droits éléments de l’homme, un point et c’est tout. C’est un combat qui doit incomber à toute la société, qu’aucun Burkinabè ne voit son droit brimé. Il faut donc arrêter certaines interventions basées sur la passion et la haine. Attention ! Attention ! Et attention, parce qu’on récolte, tôt ou tard ce qu’on souhaite. Tôt ou tard. Restons donc intègres. Fraternellement !

    Répondre à ce message

  • Le 16 février à 10:26, par la patrie ou la mort nous vaincrons En réponse à : Burkina Faso : Les députés de la Vème Législature toujours privés de leurs droits !

    et ceux qui sont morts par leur faute eux ils deviennent quoi ?

    Répondre à ce message

  • Le 16 février à 10:44, par Compatner En réponse à : Burkina Faso : Les députés de la Vème Législature toujours privés de leurs droits !

    Ceci devra servir de leçon pour nous tous..... Courage à Basolma et tous les autres syndicaliste et syndiqué..... Chacun n’a qu’a bien se comporté au bon moment cda quand il est au affaire....Bonne chance à nous tous

    Répondre à ce message

  • Le 16 février à 10:51, par Ka En réponse à : Burkina Faso : Les députés de la Vème Législature toujours privés de leurs droits !

    Chers internautes aigris a cause de ma première critique fondée : Nous y voilà ! ‘’’De 2013 à 2014, le vieux Ka sur cette même toile criait de toutes ses forces avec ses messages fondées en suppliant ces députés et leurs introverti Blaise Compaoré de ne pas tripatouiller l’avocat du peuple qui est l’article 37 dont sa lettre et son esprit interdisent tout président prédateur de briguer 3 mandats consécutifs, et d’accepter l’alternance politique : Et ces égoïstes ont joué avec le feu. Mes enfants et mes petits-enfants a l’époque comme tant d’autres au Burkina pendant leur gloire, souffraient comme les vôtres aujourd’hui : ‘’’c’est chacun a son tour.’’’

    Vous pouviez revoir les historiques des sites des réseaux sociaux d’information de notre pays de 2013 à l’Octobre 2014, et relire les critiques fondées des internautes de bonne foi comme les miennes, aujourd’hui vous la fermeriez. Le peuple Burkinabé pardonne, mais n’oublie pas, que chacun mette cela dans son crâne.

    Quant à vous autres qui oublient, votre extrémisme exprime la pensée de ceux qui n’admettent pas qu’on leur oppose une autre manière de penser, salors gardez votre égoïsme. Ma question est ou est ce qu’ils ont mis l’argent que Blaise Compaoré les ont donné pour tripatouiller l’article 37 ?

    Répondre à ce message

    • Le 16 février à 13:24, par warzat En réponse à : Burkina Faso : Les députés de la Vème Législature toujours privés de leurs droits !

      Il est possible que vous ayez raison. En vous relisant par rapport à mon écrit, il m’est revenu un proverbe qui dit ceci’’ on ne peut pas dire à quelqu’un qui est malade depuis hier qu’il ne verra pas la journée de demain’’. Est-ce qu’ils ont changé ? Mais je me pose une question : est-ce que les gosses doivent payer pour les actes posés par leurs géniteurs ? Vraiment le bien mal acquis ne profite jamais. Rien qu’hier, ils se la coulaient douce.Pour ceux qui étaient des fonctionnaires que dire...aucune célérité ou début de traitement de leur cas par leurs collègues ? Il m’a été dit qu’ils ne s’aiment pas les uns les autres, se donnent des coups sous la ceinture. Suis de ceux qui font l’effort surhumain de pardonner avec l’aide de ma croyance au divin.

      Répondre à ce message

      • Le 16 février à 17:14, par Ka En réponse à : Burkina Faso : Les députés de la Vème Législature toujours privés de leurs droits !

        Merci de partager certains de mes points de vue, même si par moment certains aspects choquent des nouveaux partisans venus sur le web après l’insurrection pour défendre l’indéfendable comme ces députés qui prennent leurs enfants comme bouclier pour faire chanter le peuple et son gouvernement.

        Ces députés de nos jours ressemblent a des enfants qui savent monter rapidement mais ne savent pas comment descendre. Le problème n’est pas que le vieux Ka ne donne pas un exemple ou de sa sagesse aux jeunes, c’est qu’en pensant a ce que ces gens ont fait à ce pays en une seule journée sur la base de mensonges et paradigmes foncièrement imaginaires pour des intérêts particuliers, la seule conclusion qui s’impose est que tout ce qui les arrive maintenant n’est que la récolte naturelle de leurs semences d’hier. Ces gens ont agi comme les sauvages quand ils veulent avoir du fruit, ils coupent l’arbre au pied et cueillent le fruit en oubliant que l’arbre ne pourra plus produire.

        Quand a premiére critique fondée qui dérange les enfants des deputés tripatouilleurs des loi, c’est qu’on dit souvent quand la goutte d’eau qui tombe sur le rocher le plus dur finit par le percer .Telle est ma philosophie de dénonciation de ces députés qui prennent les Burkinabé pour des nez percés.

        Répondre à ce message

  • Le 16 février à 11:51, par Compatner En réponse à : Burkina Faso : Les députés de la Vème Législature toujours privés de leurs droits !

    Ceci devra servir de leçon pour nous tous..... Courage à Basolma et tous les autres syndicaliste et syndiqué..... Chacun n’a qu’a bien se comporté au bon moment cda quand il est au affaire....Bonne chance à nous tous

    Répondre à ce message

  • Le 16 février à 12:14, par Le Duc du Yatenga Nouveau En réponse à : Burkina Faso : Les députés de la Vème Législature toujours privés de leurs droits !

    Quand j’étais député, les travailleurs ont été licenciés parce que j’ai voté la loi de la privatisation sauvage ; ils ont crié la mort de leurs familles et j’ai encouragé la poursuite de ces privatisations et licenciements de milliers de travailleurs. Lorsque les policiers ont été radiés parce qu’ils avaient osé dire que la vie était chère et lorsqu’ils ont introduit les différents demandes de recours, j’étais Député aussi, mais je m’en fichais. Leurs enfants ont té renvoyés et certaines épouses ont quitté les foyers... lorsque, lorsque... Aujourd’hui, je dois lutter d’abord pour que ces injustement sanctionnés entrent dans leur droits. Vous avez rejeté le système de gestion des Ducs pour servir le capitalisme. Il faut songer à le déboulonner à présent

    Répondre à ce message

  • Le 16 février à 12:16, par Toufado En réponse à : Burkina Faso : Les députés de la Vème Législature toujours privés de leurs droits !

    De quels droits ils parlent ? Si administrativement un fonctionnaire a été rendu indisponible il n’y a pas de raison qu’il ne puisse pas reprendre son travail. Mais si quelqu’un a foulé du pied cette démarche administrative parce que la situation du moment lui est favorable il doit s’en prendre à lui même. Si c’est pour le mandat d’élus qui n’est pas arrivé à son terme il n’y a pas non plus de droits à réclamer. Tout comme un employé pourrait être licencié sans droits avec poursuites judiciaire. C’est un mandat octroyé par le peuple et c’est le même peuple qui a licencié

    Répondre à ce message

  • Le 16 février à 12:49, par Héii En réponse à : Burkina Faso : Les députés de la Vème Législature toujours privés de leurs droits !

    ah bon, vous encore ! gouttez voir ! Des milliers de gens souffrent de nos jours à cause de vos actions, d’autres ont perdu leurs vies. Vous, qui a un certain moment ont bénéficié, ont profité du pouvoir, vous qui narguaient la populations sans états d’âmes. c’est vous qui saviez aujourd’hui ce qui est juste ? Ecoutez bien, dans un village de Broum , un enfant qui souffre de malnutrition juste parce-que quelqu’un a détourné des fonds pour construire un villa à Ouaga 2000, une femme a perdu espoir parce-que vous......., un étudiant dors dans des emphi.... Gouttez voir voir !!!!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 16 février à 13:05, par Ka En réponse à : Burkina Faso : Les députés de la Vème Législature toujours privés de leurs droits !

    Le mal en Afrique, c’est l’égoïsme de nos dirigeants anciens ou nouveaux qui prennent leurs peuples et leurs compatriotes comme des moutons ou leurs maîtresses. Les soulèvements populaires sont les seules armes au Burkina pour faire réfléchir ses ingrats qui ne pensent qu’à leur gosier en oubliant les intérêts du peuple et l’avancer du pays.

    Je suis pour la lutte des classes comme les actions de Bassolma pour des classes opprimés par des décideurs qui se prennent pour des Dieux : Mais des récalcitrants comme ces députés comme un de l’ADF/ RDA m’a dit le 28 Octobre 2014 qu’il se range là où il y a profit, ces personnes n’auront aucune pitié de ma part. Je vois que ce député fait partie des criards, uniquement que pour remplir son ventre en utilisant les pauvres enfants comme bouclier, et de faire chanter le peuple Burkinabé et son gouvernement, un gouvernement qui ne s’en sorte pas à cause des caisses de l’état vidées par Blaise Compaoré pour acheter ces mêmes députés.

    Ce que je reproche à ses vendus qui se prennent pour des victimes, c’est quand ils avaient le pouvoir, ‘’’’ils n’ont eu aucun programme pour rendre leurs peuples heureux et créer la richesse pour eux.’’’’ Ils détournent toutes les opportunités à leurs seuls profits au lieu de penser plus loin comme ce qui les arrive aujourd’hui.’’’

    Je suis pour toute lutte de classe pour ses intérêts naturels, mais rien au monde je cautionnerai cette lutte des députés au gosier large qui ont mis le feu au pays que nous aimons tous.

    Répondre à ce message

  • Le 16 février à 14:51, par député En réponse à : Burkina Faso : Les députés de la Vème Législature toujours privés de leurs droits !

    Quand ces ex. députés se sont comportés comme des cigales en 2014, en mettant en péril la maison Burkina Faso pour quelques millions de F CFA afin de modifier l’article 37 du chef. Maintenant, vous pouvez continuer à chanter et tant pis pour vous. Il faut avoir la décence d’assumer ces actes et les conséquences jusqu’au bout. Le peuple vous regarde. Si j’étais vous, je resterais dans ma misère car j’aurais à votre place, honte de passer devant le bâtiment détruit par les flammes de l’ex. assemblée.

    Répondre à ce message

  • Le 16 février à 15:11, par HIEN En réponse à : Burkina Faso : Les députés de la Vème Législature toujours privés de leurs droits !

    On leur avait dit de "ne pas faire", ils "ont fait". Celui qui sème du maïs, récolte du maïs. C’est la loi de la nature

    Répondre à ce message

    • Le 17 février à 00:30, par alphka17@yahoo.fr En réponse à : Burkina Faso : Les députés de la Vème Législature toujours privés de leurs droits !

      beaucoup ne pensent pas comme vous , et surtout la justice. Qui a le droit de bruler chez l’autre. et si vous leur avez tout confisqué( maisons, argent , vehicules et autres biens que vous avez brulé.

      1. Et si vous les obligez par la loi à revendre tous ces biens . Est ce que d’autres pourraient pas payer ce que vous avez deja justifié comme des biens mal acquis. Certains surrement avaient des biens avant d’aller en politique comme vous citez tous les jours.
      2. Vous etes qui pour decider de bruler des familles ? En brulant une maison, vous dites à toute de famille d’aller habiter àilleurs. Mais où ?
      3. Je m’arrete là , pour vous dire que vous etes joux , mechants, criminels, et dieu vous payera avec chaque fois des bonus.

      peuple insurgé : vous etes pas integres . point barre !

      Répondre à ce message

  • Le 16 février à 17:11, par Ciceron En réponse à : Burkina Faso : Les députés de la Vème Législature toujours privés de leurs droits !

    Je suis assez decu du language de certains internautes, qui a cause de leur haine et de leur ressentiment, ont un jugement complètement biaisé. Prenez la peine de bien lire l’article s’il vous plait avant de cracher votre venin.

    Il est clairement dit que cette coalition de députés comprend des insurgés et des non insurgés. Il y a donc des députés de l’opposition qui ont farouchement lutté contre la modification de l’article 37 qui sont victimes de cette injustice. De plus et en vérité, les députés n’ont meme pas pu voter pour une modification de l’article 37 puisque l’assemblée a été prise d’assaut avant le vote (donc on accuse des gens pour un crime qui n’a en fait pas été commis). Personne aujourd’hui ne sait ce qu’aurait été le résultat du vote mais tout laisse a penser que la modification ne serait pas passée vu le nombre député CDP a l’époque qui était en fait du MPP, sans compter ceux de l’UPC et autres. C’est la raison stratégique qui a justifiée que l’assemblée soit investie avant le vote, sinon si on attendait le résultat final, on n’aurait plus eu de raison valable de faire chuter Blaise Compaore avant la fin de son mandat. Il y a donc vraisemblablement plus de gens opposées a la modification de l’article 37 que de pro-modification dans cette coalition que vous méprisez tant.

    Méritent-ils vraiment cela ? Ces deputes de l’opposition ? Des gens qui se sont battus pour nos convictions qui ne peuvent plus envoyer leurs enfant a l’école ? Quand meme ! Ayez un peu de bon sens et de bienveillance. A cause d’une partie de mauvais individus vous condamner meme les innocents. C’est vraiment dommage.
    Je demande aux gens d’avoir de la hauteur d’esprit et de ne pas sombrer dans les bassesses que nous reprochons a ceux que l’on condamne aujourd’hui. Autrement, nous ne pourrons pas dire que nous sommes meilleurs qu’eux.

    Cordialement,

    Ciceron

    Répondre à ce message

    • Le 17 février à 22:28, par Vérité En réponse à : Burkina Faso : Les députés de la Vème Législature toujours privés de leurs droits !

      Cher Ciceron, nous savons tous comment les choses se passent ou encore se passaient dans le Burkina à la Compaoré. Certains en effet savaient qu’il s’agissait d’un coup de force au peuple meurtri mais personne n’osait s’opposer ouvertement. Il y avait la peur, la crainte pour sa vie et pour ses avantages. Nous savons également que la majorité n.était que des cupides. Peu d’entre eux étaient intègres. Nous demander de faire la part des choses c’est trop pour ceux qui condamnent un système qui n’a fait qu’opprimer son propre peuple depuis plus de vingt ans.Toujours est-il qu’à l’allure où les choses allaient, le vote pour la modification de l’article 37 était imparable. Personne n’est dupe ! Oui, quelques uns se retrouvent dans le même panier mais à qui la faute ?

      Répondre à ce message

    • Le 17 février à 22:28, par Vérité En réponse à : Burkina Faso : Les députés de la Vème Législature toujours privés de leurs droits !

      par Vérité

      Cher Ciceron, nous savons tous comment les choses se passent ou encore se passaient dans le Burkina à la Compaoré. Certains en effet savaient qu’il s’agissait d’un coup de force au peuple meurtri mais personne n’osait s’opposer ouvertement. Il y avait la peur, la crainte pour sa vie et pour ses avantages. Nous savons également que la majorité n.était que des cupides. Peu d’entre eux étaient intègres. Nous demander de faire la part des choses c’est trop pour ceux qui condamnent un système qui n’a fait qu’opprimer son propre peuple depuis plus de vingt ans.Toujours est-il qu’à l’allure où les choses allaient, le vote pour la modification de l’article 37 était imparable. Personne n’est dupe ! Oui, quelques uns se retrouvent dans le même panier mais à qui la faute ?

      Répondre à ce message

  • Le 16 février à 22:14, par Vérité En réponse à : Burkina Faso : Les députés de la Vème Législature toujours privés de leurs droits !

    Je ne sais pas si je dois rire.Tellement j’ai l’impression de rêver. De génération en génération il a été dit que : " tout ce que vous faites vous revient. Bien ou mal". Le peuple se saignait pour vos clim, V8, villas, femmes... Pendant que le même peuple souffrait de ce que vous dites souffrir aujourd’hui. Ce même peuple a crié au secours, vous avez fermé vos oreilles ou monté vos vitres. Ce peuple vous a supplié en vain ! vous avez fumé vos vitres pour voire sans être vus. Vous avez même dit que vous avez modifié et que vous modifierez PIAN !!!. Tout un peuple s’est mis à genoux devant Gilbert, (l’autre Gilbert), celui qui seul à un moment donné dans la vie de la république pouvait arrêter le rouleau compresseur des Compaoré. Mais il a lâché le chien méchant sans aucun brin de compassion. La soupe était trop bonne pour la rater.
    Alors, de grâce, ne vous moquez pas de ceux qui ont souffert, et qui continuent de souffrir ! Nous devons arrêter l’hémorragie de ceux qui saignaient depuis longtemps avant de venir à votre secours s’il nous reste encore de la force. Non seulement vous prenez le peuple pour mouton, mais vous voulez qu’il bêle en plus !

    Répondre à ce message

  • Le 17 février à 07:22, par Franck IDA En réponse à : Burkina Faso : Les députés de la Vème Législature toujours privés de leurs droits !

    Toute victoire obtenue par le canal de la violence équivaut a une défaite. Son effet ne peut qu’être momentané.

    Vous avez brûlé, vous avez saccagé, vous avez violé...Où en êtes vous aujourd’hui ? L’échelle au pied duquel vous aviez déjà pris position est même tombé. En réalité c’est par le travail que vous réussirez. Tant que la jalousie, l’envie de s’enrichir a l’ombre seront vos vertus, la violence sera toujours leur seul moyen d’action et Satan leur guide.

    Dédommagez sans retard ces malheureuses victimes.

    Répondre à ce message

  • Le 17 février à 11:37, par Jean Gabriel Yaméogo En réponse à : Burkina Faso : Les députés de la Vème Législature toujours privés de leurs droits !

    Bonjour à tous,

    Avant tout propos, je voudrais relever que les députés insurgés qui sont dans ce collectif sont des victimes collatérales de leurs collègues véreux. Ils étaient au mauvais endroit au mauvais moment.

    la situation misérables de ces anciens honorables est une leçon de démocratie pour les actuels honorables en particulier et pour nous tous en général. A savoir que l’on récolte ce qu’on a semé. Je suis d’accord qu’il faut trouver une solution heureuse à leur situation déplorable ayant plongé certains dans la mendicité. Seulement la régularisation de leur situation est dépendante de celle de la justice qui doit être rendue aux victimes ou ayant-droits des victimes du fait de leur incurie et leur appétit insatiable pour les "feuilles". Ces gens qui pleurnichent aujourd’hui n’ont pas eu un mot de compassion au début de leurs propos envers les victimes dont ils en sont moralement responsables. Quand on pense que des pères et mères de famille, contre cinq (5) millions, ont accepté de se faire internés à l’hôtel Azalaï (ex-hôtel Indépendance) pour voter cette loi scélérate, on reste estomaqués sur le degré de cupidité ou de "tube digestivisme" de certains hommes et femmes. De plus, le président du groupe parlementaire CDP et affiliés avait requis des procurations de tous leurs députés au cas où. Et ce qui devait arriver, arriva !

    Si ces gens avaient encore une once de dignité, ils auraient du, d’abord demander pardon aux victimes et parents des victimes ainsi qu’à tout le peuple, et ensuite se terrer à jamais. Au lieu de cela, ils ont le culot de crier aujourd’hui à la victime. Ils fallait réfléchir par deux fois avant d’accepter comme des moutons de Panurge d’aller voter mécaniquement contre tout bon sens. Comme l’a dit le Président Laurent Koudou Gbagbo : "quand on t’envoie, il faut savoir t’envoyer toi-même".

    Comme dit l’adage : "nul ne peut se prévaloir de ses propres turpitudes". Vous avez la chance que le peuple des insurgés ne vous ait pas traduit en justice pour imposture, complicité de coups et blessures, crimes de sang et haute trahison. Je vous informe que vos délits ne sont pas encore prescrits ; donc ne réveillez pas les blessures à peine cicatrisées sous peine de subir le courroux du peuple et de rejoindre vos commanditaires sur les bancs des accusés.

    A bon écouteur, salut !

    Répondre à ce message

  • Le 17 février à 14:39, par alvin En réponse à : Burkina Faso : Les députés de la Vème Législature toujours privés de leurs droits !

    Ces anciens élus la sont trop pressé. Leurs dossiers sont dans les circuits. Patience ! Nous ne sommes plus a l’époque ou un coup des file de leur part pouvait tout résoudre. Alors, faite le rang comme tout le monde.

    Répondre à ce message

  • Le 17 février à 19:53, par Ka En réponse à : Burkina Faso : Les députés de la Vème Législature toujours privés de leurs droits !

    Aux Internautes Le Gondoinais et le Citoyen : Je vous demande de parcourir tous les intervenants de cette analyse et jugez maintenant ma réaction. Les 30 et 31 Octobre 2014 ces députés au gosier large ont mis plus de 15 millions de Burkinabé en attente d’un tremblement de terre. Vous deux les enfants de ces députés, n’étaient pas dans l’attente de ce tremblement de terre, car vous croyez à l’époque qu’à partir du 1er Novembre 2014 les Burkinabé seront toujours dans votre prison : Heureusement Dieu était avec ce peuple meurtri en l’aidant dans son soulèvement populaire.

    Tout dont je demande a ces députés qui ont reçu l’argent dans l’intention de tripatouiller l’article 37, de cesser de prendre les Burkinabé pour des idiots et des aveugles. Le jour et la nuit ne sont pas à comparer, car les Burkinabé ont les yeux plus ouverts que ces vendus de députés. Après avoir pillé leur propre pays pour s’enrichir, on veut maintenant se faire passer pour des victimes en utilisant leurs enfants comme bouclier afin de nous faire chanter. C’est de la manipulation tout simplement , car ils ne sont que des pyromanes d’hier qui se prétendent aujourd’hui pour des pompiers.

    Mes chers internautes ’’’Le Gondoinais et le faut Citoyen’’’’ qui me semble la même personne, sachiez qu’il y a aussi une certitude divine qui dit que l’on récolte toujours sur terre ce que l’on a semé, malgré la miséricorde de Dieu, et la foi après le pardon de Dieu. Si tu as semé la mort, attends-toi à la récolter aussi.

    Pour ces vendus de députés, c’est simple maintenant, il faut qu’ils arrêtent les mains obscures, car pour eux, c’est une honte de vouloir accuser les autres de leurs propres bêtises.

    Répondre à ce message

  • Le 18 février à 23:32, par Jean Gabriel Yaméogo En réponse à : Burkina Faso : Les députés de la Vème Législature toujours privés de leurs droits !

    Vous vous plaignez d’être privés de vos droits. Vous semblez ou feignez d’oublier que vous avez privé des jeunes de la vie, les 30 et 31 octobre 2014, pour avoir voulu violer, une fois de plus, la loi fondamentale pour des prébendes. Alors de qui vous vous moquez ? Ayez un peu de décence pour la mémoire de ces jeunes et de leurs famille ainsi que de la nation entière. En fait, la république ne vous doit rien car vos dits droits serviront à dédommager les victimes ou leurs ayant-droits.

    Allez donc cultiver votre jardin et cessez de rêver.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Appel de citoyens à la candidature de Kadré Désiré Ouédraogo : « Une vieille stratégie politique démodée », selon Adama Yasser Ouédraogo du CDP
Nouveau règlement de l’Assemblée nationale : Le format du discours du Premier ministre devant le parlement sera réduit
58è anniversaire de l’indépendance : Le Burkina a revisité son histoire à Manga
Message à la nation du président du Faso : Les Burkinabè sont-ils réellement disposés à l’unité et à la cohésion nationale ?
Sondage d’opinion « Présimètre » : Roch Kaboré obtient 4,91 sur 10 pour sa 3e année de gouvernance
Demande d’extradition de François Compaoré : Les commentaires du gouvernement burkinabè sur la décision de la Cour d’appel de Paris
Crise au conseil municipal de Gourcy : « Nous serons désormais obligés de nous défendre contre nos agresseurs » (Responsable provincial des jeunes du MPP)
Loi sur le vote des Burkinabè de l’étranger : Les Burkinabè d’Espagne s’insurgent contre les missions d’explication
Politique : Le PDS/Metba se prépare pour les élections de 2020
Réseau des femmes Leaders : Projecteurs sur la participation politique de la jeunesse féminine burkinabè
Gestion 2017 du gouvernement : Une « dégradation des indicateurs » dans la gestion financière et comptable
Bonne gouvernance : La présidence du Faso et le Premier ministère donnent l’exemple !
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés