CASEM du ministère de l’Energie : Le département examine son rapport d’activités

LEFASO.NET | Par Nicole Ouédraogo • vendredi 22 décembre 2017 à 03h42min

« Quelles stratégies de mise en œuvre des grands projets structurants du sous-secteur de l’énergie, pour l’atteinte des objectifs du Plan national de développement économique et social (PNDES) ? ». C’est sous ce thème que s’est tenue ce jeudi 21 décembre 2017, la deuxième session ordinaire du conseil d’administration du secteur ministériel de l’Energie (CASEM). La rencontre a été présidée par le premier responsable du département, Alpha Oumar Dissa.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
CASEM du ministère de l’Energie : Le département  examine son rapport d’activités

Au cours de cette traditionnelle rencontre sur les grandes orientations et le pilotage des actions du département, il a surtout été question d’examiner et d’adopter le rapport de mise en œuvre du rapport d’activités 2017. Et de ce rapport, l’on retiendra que le taux d’exécution physique se situe à environ 58%, au 30 septembre 2017. A ce propos, on enregistre, entre autres, au titre des acquis : la transformation du Fonds de développement de l’électrification en Agence Burkinabè de l’électrification rurale(ABER), l’adoption de la loi portant règlement générale du secteur de l’énergie au Burkina Faso, et la création d’un Secrétariat permanent de la commission nationale de la planification du secteur de l’énergie (SP /CNPE).

« Le train a démarré »

L’année 2017, soutient le ministre Alpha Oumar Dissa a « permis de planter le décor de la plupart de nos grands projets. C’est une année qui nous a permis de mettre les choses sur les rails. Le train a démarré, il va atteindre sa vitesse de croisière en 2018 et sa destination est prévue pour 2020 » a-t-il noté, citant notamment la centrale de Zagtouli, le projet de 100 mégawatts thermique en producteur indépendant, les mini-réseaux dans les villages.

Si des acquis ont été engrangés, il n’en demeure pas moins que des défis restent à relever. Mais avant, il faudrait lever un certain nombre d’obstacles dans la mise en œuvre des projets et programmes. « Nous faisons face à une lenteur dans la gestion des dossiers d’appels d’offres. Cette lenteur est due aux contentieux des dossiers d’appels d’offres. On en a vu aussi bien au niveau de la SONABEL, de la FDE sur le projet d’électrification rurale, en l’occurrence, le projet de la BID et le projet de la banque mondiale pour les 79 localités » a signifié le ministre de l’Energie, soulignant que « Les lenteurs observées ne dépendent pas souvent de nous, mais plutôt des contentieux des appels d’offres ». Et Alpha Oumar Dissa de renchérir qu’ « Il y a aussi le fait que les entreprises rencontrent des difficultés, notamment lorsque que le matériel utilisé pour la plupart du temps n’est pas disponible sur le marché. Il y a le temps de commande, les retards qui peuvent être occasionnés par ces commandes, les retards liés au transit ».

En attendant d’entamer les grands chantiers de 2018, le ministre Alpha Oumar Dissa a exhorté ses collaborateurs à redoubler d’efforts, pour l’amélioration des résultats de l’année 2017, d’ici fin décembre.

Nicole Ouédraogo
Lefaso.net

Imprimer l'article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés