Conseil municipal de Saponé : Une session extraordinaire dans un climat équivoque

LEFASO.NET | Par Oumar OUEDRAOGO • mardi 12 décembre 2017 à 22h06min

Le Conseil municipal de Saponé a tenu ce mardi, 12 décembre 2017, une session extraordinaire. Cette rencontre s’est tenue dans les locaux du CPL (Centre populaire et loisir) de Saponé, les locaux de la mairie étant tenu par les Forces de l’ordre. De son côté, le camp adverse tient et défend sa position. Le « problème de Saponé est plus profond qu’on ne le pense », apprond-on de ce dernier.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Conseil municipal de Saponé : Une session extraordinaire dans un climat équivoque

« Ce matin nous avons constaté que l’accès à la mairie nous a été interdit par la police, la CRS précisément, dont le chef a dit avoir reçu des instructions d’empêcher l’accès au domaine de la mairie », a expliqué le maire, Abdoulaye Compaoré. Motif de l’interdiction ? « Ils ne nous ont pas donné les raisons. Mais nous avons été touchés hier, au cours de la nuit, par une correspondance datée d’hier 11 décembre disant de ne pas tenir la session parce qu’il y avait des risques d’affrontements. C’est certainement pour cette raison que la CRS (compagnie républicaine de sécurité) nous a empêchés d’accéder à la mairie », a-t-il exploré, précisant que la note est signée par le haut-commissaire (tutelle hiérarchique).

Le maire a-t-il bravé l’interdiction ? « Les raisons qui ont été invoquées dans la correspondance pour dire de ne pas tenir la session n’existent, en réalité pas. Nous avons remarqué que toutes les fois qu’on nous dit de suspendre la tenue d’une session, ce sont toujours les mêmes raisons qui sont évoquées, à savoir qu’il y a un risque de troubles, un risque d’affrontements. C’est dire que, si on doit aller dans ce sens-là, il n’y aura de session à Saponé. Alors que ces risques dont on parle sont, j’allais dire, des feux de pailles ; sur le terrain, il n’y a en réalité pas ce risque. Nous avons tenu la session la dernière fois, il n’y a pas d’affrontements et cette session également, nous l’avons tenue et il n’y a pas eu affrontements. Mieux, le nombre de conseillers à la session a augmenté ; la dernière fois, nous étions à 54 conseillers plus une procuration et aujourd’hui nous sommes à 60 conseillers, qui étaient physiquement présents (sur 80 conseillers). Et même là, c’est parce que, justement, on a dit à certains de ne pas venir, qu’il n’y aura pas de session, qu’elle a été annulée ; c’est pour cela que nous sommes à ce nombre, sinon on aurait pu dépasser la soixantaine », a confié Abdoulaye Compaoré.

Le maire ne craint-il pas d’éventuelles sanctions à son encontre ? Sur cette question, M. Compaoré exprime : « dire que je les crains, ce serait mentir, dire que je ne les crains pas aussi, ce ne serait pas juste. En tous les cas, quand un acte est posé, il faut donc s’entendre à assumer les conséquences ; parce que, ce n’est qu’hier nuit que nous avons été touchés par correspondance pour nous dire de ne pas tenir la session. Mais les gens étaient déjà fin prêts et les populations étaient-là (il y aurait eu mobilisation des deux camps dans la nuit de lundi à mardi 12 décembre devant la mairie ; une initiative dissuadée par les éléments des Forces de l’ordre sur place, ndlr). Nous avons préféré donc la tenir et d’envoyer les documents aux services destinataires (autorités, ndlr) qui vont en tirer toutes les conséquences. Si nous ne tenions pas cette session, nous nous mettions à dos les populations, qui s’étaient préparées pour que cette session se tienne ».

Sur l’incendie de la mairie (intervenu dans la nuit de jeudi 7 au vendredi 8 décembre 2017), le maire soutient qu’il s’agit de l’œuvre de gens qui se sont donné pour objectif d’empêcher la mairie de fonctionner comme il se doit. « C’est un incendie criminel, comme je l’ai dit, c’est un acte prémédité ; parce qu’il y avait des bidons d’essence qui ont servi à asperger les bureaux et ensuite, le feu a été mis. C’est dire donc que, ce sont des gens qui se sont fixé comme objectif d’empêcher la mairie de fonctionner. Mais, nous n’allons pas aller dans ce sens, nous allons plutôt inviter les uns et les autres à laisser tomber les querelles, parce que dans cette situation, personne ne gagne », a-t-il soutenu avant de lancer une invite à la tempérance.

Première session extraordinaire de l’année, cette entrevue avait à son ordre du jour, entre autres, l’adoption du procès-verbal de la session passée, l’adoption du budget primitif de 2018, la création d’un service foncier rural et des divers. La session a aussi adressé une ‘’motion de recommandation aux autorités administratives et judiciaires à mettre leurs compétences en exergue pour démasquer et traduire devant les tribunaux les auteurs de cet incendie afin qu’ils soient sanctionnés à la hauteur de leur forfaiture’’ ; ‘’une motion de condamnation des actes de violence sur les personnes et les biens publics et privés’’. Les conseillers participants ont également lancé une ‘’quête’’ publique pour la ‘’réfection’’ de la mairie.

Dans l’autre camp, l’on est également sur sa position et scrute la situation. « En réalité, c’est un problème qui nous dépasse, c’est une question qui date d’il y a plus de cinquante ans », ont confié un groupe de jeunes protagonistes à Saponé-marché. Selon leurs explications, c’est une difficulté qui trouve sa source dans la chefferie. Ils appellent donc à résoudre le problème, une bonne fois pour toute. « Nous sommes nés trouver le problème, mais nous ne souhaitons pas qu’il nous survive jusqu’à nos enfants », ont-ils émis.

A en croire les interlocuteurs, c’est pour minimiser cette ‘’profonde’’ préoccupation qu’il a été ‘’institué’’ une sorte de rotation dans la gestion de la mairie entre les grandes zones de la commune. « Ils ont tout fait pour créer des problèmes à Idrissa Ouédraogo (maire sorti) parce qu’il est de Saponé-marché et ils se sont appropriés la mairie. Dès lors, nous ne pouvons pas rester les bras croisés, parce que dans la gestion de la mairie, c’est prévu qu’il y ait une rotation entre les zones », défendent-ils, soutenant également que Saponé-marché a toujours été favorisé (écoles, électrification, infrastructures sanitaires, etc.).

Relevons au passage que la mairie de la commune est située à Saponé-centre sur la route départementale N°39 à environ sept kilomètres à l’ouest de Saponé-marché qui, elle, est traversée par la route nationale 6. Se sentant donc brimés dans la situation actuelle, les interlocuteurs de Saponé-marché n’émettent qu’un seul appel : placer la commune sous délégation spéciale et entamer des démarches sérieuses entre ces deux zones aux fins de trouver une solution définitive à cette situation lointaine.

Sur l’incendie de la mairie, les protagonistes ont une autre lecture … ‘’Nous encourageons la police criminelle à poursuivre ses investigations et à vite faire éclater la vérité ; parce qu’il y a des interrogations sur cette affaire. La mairie a deux gardiens. Alors, comment se fait-il qu’à 4 heures du matin (l’incendie serait survenu autour de 4h, ndlr), les deux aient déserté les lieux pour, disent-ils, aller se doucher à la maison ? Comment se fait-il également que ce soient les services importants (bureau du maire, celui de la secrétaire et la comptabilité) qui ont été brûlés ? Dieu merci, les bidons d’essence qui a servi à asperger ont été retrouvés sur place ; je pense qu’à l’aide des empreintes digitales, la police pourra aboutir à la vérité. C’est tout ce que nous attendons avec impatience… ’’, contredisent-ils ainsi les propos du maire.

De leur analyse, cet incendie, intervenu à l’approche de la session à laquelle s’opposait leur camp, visait à faire arrêter des leaders de leur mouvement aux fins de casser la lutte engagée. Et puis, « nous avons été surpris, parce que le 8 décembre (2017), nous avions convié les journalistes pour une conférence de presse ici même (Saponé-marché) et c’est quand nous nous attelions à cette activité que nous avons appris l’incendie de la mairie. Du coup, nous avons décidé de surseoir à la conférence, à quelques minutes de sa tenue. Nous étions donc choqués d’entendre le maire dire, quelques heures seulement après le sinistre, que la session se tiendra, sans même se préoccuper de ce qui s’est passé à la mairie ».

Pour ces mécontents, en plus de la volonté de faire arrêter des leaders de leur camp, l’incendie de la mairie pourrait aussi être motivé par la partie adverse pour faire disparaître des traces de dossiers accablant des proches. A en croire ces protagonistes, de nombreux dossiers de malversations et de pillages dans la commune existent et attendaient d’être clarifiés… Là-dessus, ils citent en exemples des personnes qui se seraient bâties une fortune par des pratiques pernicieuses.
Ainsi, peut-être posé comme problème à résoudre à Saponé, dira-t-on.

Oumar L. Ouédraogo
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 12 décembre 2017 à 23:44, par PAK
    En réponse à : Conseil municipal de Saponé : Une session extraordinaire dans un climat équivoque

    Mes frères et soeurs de SAPONE sont en train de rentrer de manière sombre dans l’histoire en pensant être si particuliers. Partout au Burkina Faso, les mêmes problèmes existent mais les fils et les filles, acteurs du développement savent s’élever au-delà pour s’en tenir qu’aux intérêts majeurs de leurs localités.
    Pour le cas de SAPONE, le problème c’est la complicité de piètres autorités politiciennes qui, confondant leurs rôles de militants à leur statut d’autorités et au lieu d’être des hommes d’État, préfèrent laisser les populations aller à leur perte sur des débats stériles moyen-âgés. Même si le maire actuel n’a pas suivi la discipline du parti pour son avènement à la tête du conseil municipal, le verdict faisant de lui le président du conseil municipal est sans appel. Le maire n’a pas de problème de quorum pour tenir les sessions. Et à chaque fois, une autorité s’en presse de dire de suspendre leur tenue pour risques d’affrontements en lieu et place de faire respecter l’autorité du Maire en prévenant ou en réprimant tout délinquant/récalcitrant perturbant la session. La population elle-même voudrait que l’Etat ait un langage de fermeté pour que le conseil municipal puisse travailler après cette reprise d’élections. Ceux qui ont des problèmes de chefferie ou avec l’histoire n’ont que se rendre chez le Mogho Naba dont la juridiction territoriale couvre bien SAPONE.

    Répondre à ce message

  • Le 12 décembre 2017 à 23:49, par PAK
    En réponse à : Conseil municipal de Saponé : Une session extraordinaire dans un climat équivoque

    Mes frères et soeurs de SAPONE sont en train de rentrer de manière sombre dans l’histoire en pensant être si particuliers. Partout au Burkina Faso, les mêmes problèmes existent mais les fils et les filles, acteurs du développement savent s’élever au-delà pour s’en tenir qu’aux intérêts majeurs de leurs localités.
    Pour le cas de SAPONE, le problème c’est la complicité de piètres autorités politiciennes qui, confondant leurs rôles de militants à leur statut d’autorités et au lieu d’être des hommes d’État, préfèrent laisser les populations aller à leur perte sur des débats stériles moyen-âgés. Même si le maire actuel n’a pas suivi la discipline du parti pour son avènement à la tête du conseil municipal, le verdict faisant de lui le président du conseil municipal est sans appel. Le maire n’a pas de problème de quorum pour tenir les sessions. Et à chaque fois, une autorité s’en presse de dire de suspendre leur tenue pour risques d’affrontements en lieu et place de faire respecter l’autorité du Maire en prévenant ou en réprimant tout délinquant/récalcitrant perturbant la session. La population elle-même voudrait que l’Etat ait un langage de fermeté pour que le conseil municipal puisse travailler après cette reprise d’élections. Ceux qui ont des problèmes de chefferie ou avec l’histoire n’ont que se rendre chez le Mogho Naba dont la juridiction territoriale couvre bien SAPONE.

    Répondre à ce message

  • Le 13 décembre 2017 à 05:37, par palingba.
    En réponse à : Conseil municipal de Saponé : Une session extraordinaire dans un climat équivoque

    Le fait d’être un parfait idiot n’a jamais tué quelqu’un. Ainsi le camp de la mairie brûlerait la mairie pour protéger des proches du maire. Vraiment ? Les proches du maire sont-ils ceux cités dans leurs pancartes ? Alors c’est qui barricadent la route menant à Léo. Qui a cassé des maisons a sapone marché. Qui jette des pierres sur les CRS. Non si vos amis Simon, Siméon et Jean Claude ne vous soutenaient pas malgré l’évidence de vos crimes tout serait fini. Mais le.temps est un autre nom de Dieu. Étant donné votre leader a dit que si la police par les enquêtes retrouvent ceux qui ont brûlé qu’ils subissent la rigueur de la loi, et ce sera tout de suite. Dans le village tout se sait. Et le même jour les 3 personnes qui ont mis le feu ont été identifiées et ils ont commencé a parlé. Même un policier un’ jour concluera l’enquête en un jour.

    Répondre à ce message

  • Le 13 décembre 2017 à 07:11, par le meme
    En réponse à : Conseil municipal de Saponé : Une session extraordinaire dans un climat équivoque

    ya quoi dans cette localité depuis plus d’une décennie il y’a toujours des problèmes.
    est ce réellement un problème socio- politique ?
    une petite localité un problème politique assez énorme qui peut se résoudre par le dialogue.
    les ancêtres n’ont ils pas quelque chose à dire ?
    je pense que le problème va au delà de la politique.
    quand on brule un édifice administratif, a qui réellement nous faisons du tort ? aux populations.

    Répondre à ce message

  • Le 13 décembre 2017 à 08:15, par yerbanga henri joel
    En réponse à : Conseil municipal de Saponé : Une session extraordinaire dans un climat équivoque

    IL FAUT UNE DELEGATION SPECIAL A SAPONE ET LES RENVOYER A MANGA POUR LES QUESTIONS D’ETAT CIVIL LES SAPONEENS SANS SCRUPULES. YA ! YA ! BOIN BALA !

    Répondre à ce message

  • Le 13 décembre 2017 à 08:34, par sandokan
    En réponse à : Conseil municipal de Saponé : Une session extraordinaire dans un climat équivoque

    Le Burkina Faso ne connaîtra jamais de développement avec cette omniprésence de la chefferie moaga ultra conservatrice dans la politique. Sinon qu’est-ce que des problèmes de chefferie ont à voir avec la gestion d’une commune dans laquelle on peut être certain que ce ne sont pas uniquement des mossi qui y vivent ? Quand on veut parler de la nuisance de la chefferie traditionnelle dans la politique, les gens ont les nerfs à fleur de peau s’ils n’y trouvent pas un crime de lèse majesté. Dans ce Burkina moderne la chefferie traditionnelle gagnerait à résoudre ses problèmes en dehors de la gouvernance de la République. La royauté a existé e France mais elle a aujourd’hui disparu pour faire place à la République et la France fait partie des grandes puissances mondiales. La royauté existe en Angleterre mais elle a composé avec l’Etat moderne et elle est une grande puissance. Les gens qui composent ces deux pays sont des gens de la même nature que nous. S’ils ont réussi sans trainer la tradition comme un boulet au pied, pourquoi pas nous ?

    Répondre à ce message

  • Le 13 décembre 2017 à 09:15, par ZIDA
    En réponse à : Conseil municipal de Saponé : Une session extraordinaire dans un climat équivoque

    Les élections municipales ont été reprises en 2016 dans des localités telles que Zogoré (Yatenga),Bouroum-Bouroum(sud-ouest),Béguédo(centre -est) ... à cause de la volonté de Salif Diallo d’imposer vaille que vaille ses partisans.Donc,les soubresauts qui agitent certaines communes actuellement reposent généralement sur cette logique.Il faudrait progressivement restaurer la légitimité dans le choix libre des populations pour les maires et conseillers municipaux et sortir du dictat salifiste qui a causé trop de haine et de violence au Burkina durant une vingtaine d’années.

    Répondre à ce message

  • Le 13 décembre 2017 à 09:44, par nikiéma
    En réponse à : Conseil municipal de Saponé : Une session extraordinaire dans un climat équivoque

    Très bon reportage, objectif et bien équilibré. Félicitations monsieur le journaliste, tu fais un bon job depuis que je suis tes articles. Pour ce problème il faut que l’État organise des concertations entre les populations de Saponé.

    Répondre à ce message

  • Le 13 décembre 2017 à 09:51, par L’indigné
    En réponse à : Conseil municipal de Saponé : Une session extraordinaire dans un climat équivoque

    Le conseil municipal precedent etait en nbre pr deliberer valablement mais on l’a dissout pr les mêmes raisons. Pour couper court, une bonne justice doit placer cette commune sous DS.

    Répondre à ce message

  • Le 13 décembre 2017 à 11:23, par Rakisba
    En réponse à : Conseil municipal de Saponé : Une session extraordinaire dans un climat équivoque

    feu François CONSEIGA a dirigé la mairie de Saponé sous deux mandats. Il était de quelle zone ? Saponé marché oui ou non ? L’actuel Maire Abdoulaye COMPAORE est de quel village ? Damzoussi (zone de Saponé Marché) ; alors arrêtons de parler de Zone. Nous savons tous qui est derrière cette crise. Pour votre information dans le bureau actuel du conseil municipal il n’y a que le nommé Edgar seul qui est de Karkuidghin, le 1er adjoint Christophe DOAMBA lui, est de Damkièta. Pourquoi réclamer une délégation spéciale s’il ya plus des 2/3 des conseiller qui prennent part aux différentes sessions ?

    Répondre à ce message

  • Le 13 décembre 2017 à 11:32, par le pauvre de yahvé
    En réponse à : Conseil municipal de Saponé : Une session extraordinaire dans un climat équivoque

    Je pense particulièrement que l’affaire communale de sapone, c’est l’autorité compétente démocratique qui ne fait pas son travail. Les populations ont voté leurs conseillés qui à leurs tour ont voté le maire. Le problème est où ? Ce sont des oiseaux qui gouvernent le pays. Où est le ministre de la sécurité Pour protéger le maire et sont conseil afin qu’ils puissent travailler en toute quiétude pour le bonheur des populations de sapone ? Où le ministre de la sécurité pour chicotter les troubleurs ? Votre silence culpabilisateur sens mauvais messieurs les hautes autorités démocratiques et judiciaires du burkina.

    Répondre à ce message

  • Le 13 décembre 2017 à 12:45, par lafji
    En réponse à : Conseil municipal de Saponé : Une session extraordinaire dans un climat équivoque

    C’est DOMMAGE pour vous, des personnes qui se disent croyantes (mosquées et églises sont pleines), mais qui ne veulent pas se voir, se sentir alors que vous êtes nés ensemble, PARDON, arrêtez vos bêtises et votre incompréhension de la D2MOCRATIE qui nous crée tous ces problèmes.
    S’il vous plait, ARRETEZ et TRAVAILLEZ

    Répondre à ce message

  • Le 13 décembre 2017 à 13:03, par Pigmé
    En réponse à : Conseil municipal de Saponé : Une session extraordinaire dans un climat équivoque

    La solution est simple avec nos coutumes moaga : le chef de village donne un délai de 7 jours et s’il y a pas de déclarant, il va à la place de la mairie et il sacrifie un poulet sur la terre libre de saponé contre celui qui a brûlé et tous ses complices que si jamais ils s’appui leurs pieds sur le sol de saponé. Ils vont trouver l’autre si celui-ci veut vivre et continuer à manger son tôt. Je crois c’est plus rapide et plus simple. En pays moaga je crois que c’est le dernier danger pour résoudre un problème profond.

    Répondre à ce message

  • Le 13 décembre 2017 à 13:17, par bigbalè
    En réponse à : Conseil municipal de Saponé : Une session extraordinaire dans un climat équivoque

    Mr Zida et consorts doivent arrêter de salir la mémoire de Feu Salifou Diallo s’ils n’ont rien à dire. Affirmer que c’est le défunt président de l’Assemblée qui a fait reprendre les élections à Zogoré, Bouroum-Bourom, Beguédo pour avoir une main-mise sur ces Communes. Arrêtez ces bassesses et mettez au travail car la recherche du raccourci qui vous anime ne vous mènera nulle part ! .

    Répondre à ce message

  • Le 13 décembre 2017 à 13:22, par Maiga Ali Karimoun
    En réponse à : Conseil municipal de Saponé : Une session extraordinaire dans un climat équivoque

    Il faut reconnaitre la nuisance de la chefferie coutumière et de la religion en politique . Ces deux forces n’ont rien à foutre de la démocratie .Si elles ne s’imposent pas pour imposer au reste ,il y a problème . C’est cela qui frappe Saponé . Les autorités administratives les utilisent et prennent le plus souvent leurs partis en cas de conflit , contre même le droit . C’est ce qui semble se sentir dans le cas de Saponé . Si non , comment prendre les FDS qui bloquent l’entrée de la mairie aux élus et pire , interdire une session sous le prétexte fallacieux de risque d’affrontement . Le pouvoir joue au mouta mouta et c’est pas du tout difficile à comprendre . Si c’est son camp qui doit tenir la session , ces même FDS seraient déployés pour ’’chicoter’’ les hors la loi . comme le CDP , le MPP au pouvoir compose avec ces forces ci- dessus citées pour satisfaire au même instinct de ’’tuk jili’’ .

    Répondre à ce message

  • Le 13 décembre 2017 à 13:51, par faber
    En réponse à : Conseil municipal de Saponé : Une session extraordinaire dans un climat équivoque

    Le BURKINA avec ses politicards, vraiment ça fait pitié !! Que Dieu aie pitié de mon pays à la croisée des chemin !!!
    Je me demande très souvent comment certains dirigeants(qui au lieu d’être des guides) peuvent-ils être si cyniques, si bornés et si idiots pour monter des populations mal instruits à se faire la guerre pour des raisons farfelues. Qu’une infrastructure se trouve sur une zone A ou sur une zone B, l’essentiel est que ça se trouve sur le territoire BURKINABE.
    Chers autorités ressaisissez vous ! chers populations faisons preuve de discernement et ne nous laissons plus manipulés par individus malhonnêtes aux âmes tordues !!

    Répondre à ce message

  • Le 13 décembre 2017 à 14:00, par soucieux pour mon pays
    En réponse à : Conseil municipal de Saponé : Une session extraordinaire dans un climat équivoque

    Dans cette affaire, il faut que les FDS refusent de venir garantir les troubles à ceux qui ne veulent pas le conseil. Ces derniers sont minoritaires et c’est encore eux qui lapident les FDS et crèvent les pneus de leurs véhicules. Et dans tout ça, les FDS ne peuvent rien faire parce que la tête les en empêche. Il faut que les FDS disent NON, soit en refusant de faire le déplacement inutile et humiliant, soit en dénonçant l’ordre anti-républicain qu’un appatride leur donne. Les FDS appartient-ils à un ministre ou à la république ? Ou bien on choisit la démocratie, ou bien on choisit la dictature et pas les deux en même temps.

    Répondre à ce message

  • Le 13 décembre 2017 à 14:04, par Kôrô Yamyélé
    En réponse à : Conseil municipal de Saponé : Une session extraordinaire dans un climat équivoque

    ’’Alors, comment se fait-il qu’à 4 heures du matin (l’incendie serait survenu autour de 4h, ndlr), les deux aient déserté les lieux pour, disent-ils, aller se doucher à la maison ?’’.

    - Voilà des gardiens qu’il faut licencier avec poursuite judiciaire ! Au Burkina tout le monde commande, mêmes les trouffions de petits agents. Je suis sûr qu’ils ont été recrutés par affaire sinon ils allaient mieux se comporter. Il faut les licencier et les poursuivre !!!

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 13 décembre 2017 à 17:05, par ZOOM PID NOR PAK MOGDA
    En réponse à : Conseil municipal de Saponé : Une session extraordinaire dans un climat équivoque

    Erasme, humaniste chrétien de la Renaissance, disait : « Aujourd’hui, il arrive qu’essayant d’ébranler ce qui est à autrui, nous faisons s’écrouler de fond en comble ce qui est à nous ». Nous créons par notre intelligence un enfer humain sur la terre, de sorte qu’il est difficile de vouloir faire entendre raison. Notre intelligence s’amenuise, s’ankylose et prend petit à petit la forme de la bêtise, de la folie, de la vanité infantile, de la méchanceté, de la soif de destruction puérile et de l’ignorance. Empêcher des honnêtes citoyens de circuler librement sur une voie nationale construite sur la sueur de leur front, incendier les locaux d’une mairie abritant la mémoire d’une communauté traduirait inéluctablement le degré de la bêtise humaine.Sans vouloir prendre parti j’analyserai d’une façon lucide ce qui se passe à Saponé. Le conseil municipal passé a été dissout pour faute de quorum car toutes les trois sessions convoquées par l’ex maire n’ont jamais eu 41/80 des conseillers municipaux quoique son parti avait relativement cette majorité. Pourquoi une telle situation ? Primo, l’on tentera de dire qu’il ne fait pas l’unanimité même dans son propre parti qu’est le MPP. Secundo qu’il n’a pas un esprit de rassembleur sinon en quelques mois il aurait pu réconcilier les divergences et cela pour le seul intérêt de la commune. Hélas, l’hypocrisie et l’intérêt partisan et égoïste ont pris le dessus. Autrement dit la panse a devancé la pensée pour certains acteurs de la scène politique et évidemment la commune est tombée sous une délégation spéciale. La reprise des élections le 28 mai 2017 devrait mettre fin à cette crise qui a crée tant de préjudices à la brave population de la cité du "chapeau" car le parti au pouvoir c’est à dire le MPP grâce aux achats de conscience et aux multiples promesses ( dépôt de sacs de ciment par-là, les tôles par-ci) a eu la part belle avec 44 conseillers contre 36 pour l’UPC et le CDP. A analyser ces résultats on se convainc aisément que la crise à Saponé relèverait du passé. Erreur pour vous qui croyez à la démocratie sous nos tropiques. Comme je le soulignais précédemment, certains mentors du parti ont choisi le maire de Saponé sans se soucier du verdict des urnes. Une délégation de Ouagadougou, conduite par le ministre de la sécurié a séjourné à Saponé et avait pour message : " sapon dâmba, y nong ti y ka nonge, yâmb maire yaa Idrissa" pour dire qu’elle imposera l’ex maire malgré son impopularité à la tête de la commune.Quelle a été leur surprise, le jour des élections du bureau du conseil municipal, leur protégé a été battu par un du même parti mais rassembleur, humble et soucieux du développement de la commune plus que ses intérêts personnels. 45 ont trouvé en la personne un homme capable de conduire la cité vers un lendemain meilleur tandis que 35/80 Pensent que l’ex maire grâce aux soutiens sans failles de certaines autorités peut revenir aux commandes de la commune.Depuis cet élection, chaque fois que le maire convoque une session, l’autorité envoie une correspondance la veille pour un report de ladite session et aux mêmes motifs :" il y a risque d’affrontements". Il a fallu attendre la quatrième convocation de session et cela sur une décision unanime des 37 villages sur les 40 que compte la commune pour tenir la session pour prouver à la communauté nationale et internationale qu’il n’ y a aucun risque et il n’y aura jamais de risques d’affrontement à Saponé car 3 villages ne peuvent jamais oser affronter 37 villages. La première session s’est bien déroulée sans couac ni heurt pour le grand bonheur des filles et fils de saponé. Une victoire d’étape est acquise mais pas totale car des criminels hostiles aux succès que le maire vient de remporter passeront à l’étape supérieure en incendiant les locaux de la commune la nuit du 8 au 9 décembre occasionnant d’énormes dégâts cela à l’approche d’une session extraordinaire convoquée pour les 12 et 13 décembre 2017.La construction d’une cité, havre de paix et de bonheur étant une œuvre difficile et de longue haleine, le maire a maintenu sa convocation pour la session. Et comme d’habitude et avec la même chanson " risque d’affrontement", l’autorité a voulu que la session soit reportée. Elle dépêcha 2 cargots de CRS pour occuper le domaine de la mairie dans le seul but d’éviter la tenue de la session. Les milliers de la population sortis pour suivre la session qui est publique et 60/80 des conseillers se sont retrouvés au centre populaire et Loisir de Saponé pour une session qui s’est bien déroulée sans incidents.La loi est dure mais reste la loi. Est-ce légal de mettre une commune qui tient correctement ses sessions et avec un quorum sans équivoque sous délégation spéciale ? Est-ce légitime d’ignorer le vœu des 37 villages pour satisfaire à celui des 3 ? Pourquoi comparer celui qui n’a jamais réunir 41 conseillers à celui qui arrive à réunir une soixantaine ? S’il est admis qu’une autorité quoique super puissant peut imposer son protégé pour la gestion locale, pourquoi perdre des millions des contribuables pour organiser des élections ? Pourquoi le ministre de la sécurité ne peut pas sécuriser les sessions d’une commune mais peut sécuriser les domiciles des "députés". Je suis persuadé en terme de population, la commune de Saponé dépasse celle du député objet de la vidéo. Y’ a t-il des supers hommes et des sous-hommes ? Je suis convaincu que le développement local est avant tout une affaire de la communauté de base et non une imposition. En résumé, je dirai que la crise à Saponé trouvera solutions si et seulement si celui ou ceux qui tirent les ficelles, ceux là qui veulent mettre le feu et puis venir jouer aux pompiers prendront conscience que le plus fort ne restera toujours pas fort s’il ne transforme sa force en droit.Je crois avoir joué mon rôle de tocsin. La roue tourne, oui elle tourne pour tout le monde.
    Méditons la pensée d’ Anatole France « La paix ! De tout temps le monde en eut soif. Ne rougissons pas de la souhaiter : les plus braves l’on souhaité avant nous. Fondre les épées pour en faire des socs de charrues, c’est le voeu des prophètes d’Israël comme des poètes d’Athènes à Rome ; c’est le voeu des âmes les meilleures et les plus hautes des temps modernes. Disons mieux. On n’a jamais fait la guerre pour obtenir la paix. C’est donc la destinée de la guerre de périr dans son triomphe. Qu’elle périsse à jamais ».

    Répondre à ce message

  • Le 13 décembre 2017 à 17:08, par El Pistolero
    En réponse à : Conseil municipal de Saponé : Une session extraordinaire dans un climat équivoque

    Il faut repenser l’élection des maires. Un scrutin direct recoudrait le probleme

    Répondre à ce message

  • Le 13 décembre 2017 à 18:52, par MAXWEL
    En réponse à : Conseil municipal de Saponé : Une session extraordinaire dans un climat équivoque

    Tout ce qui se passe à Saponé est vraiment honteux pour notre pays. Il faut quand même que l’Etat affirme enfin son autorité. Comment on peut continuer à barrer les routes parce qu’on est pas content ? Les usagers de la route ont été patients jusque là mais à écouter les gens , on est vraiment fatigué de telles pratiques. Et puis, si on décide de la délégation spéciale à Saponé, on va pénaliser inutilement la majorité de la population de Saponé qui n’a rien à avoir avec cette pagaille. La démocratie doit pleinement s’appliquer et il faut l’imposer à Saponé comme cela se passe partout ailleurs au Burkina. On ne peut plus continuer à tolérer ces déstabilisations pilotées par certains acteurs égoïstes et hypocrites et qui ne font que retarder dangereusement le développement de nos communes. Et puis nos populations là aussi !!!Comme dit un ancien président de la sous région, même si on t’envoie, il faut savoir toi même t’envoyer. Brûler vos propres infrastructures avec documents et archives et être obligés d’aller dans la commune des autres pour établir vos actes civils. Vraiment je ne trouve pas de mot pour qualifier cette attitude.

    Répondre à ce message

  • Le 14 décembre 2017 à 06:40, par Modeste Citoyen
    En réponse à : Conseil municipal de Saponé : Une session extraordinaire dans un climat équivoque

    à mon humble avis, je pense que l’Etat laisse la situation s’empirer et voilà déjà une situation malheureuse. Comment une mésentente au sein d’un même parti fût-il le méga parti au pouvoir peut engendrer des dommages pour toute la nation ? barrage de voie nationale, incendie d’infrastructure publique, déstabilisation de la cohésion sociale, blocage de l’économie locale, etc. L’Etat doit restaurer son autorité à tous les niveaux car, nul n’est au-dessus de la loi !

    Répondre à ce message

  • Le 14 décembre 2017 à 08:52, par Abdoul Salam OUEDRAOGO
    En réponse à : Conseil municipal de Saponé : Une session extraordinaire dans un climat équivoque

    Quelle honte ! C’est où il n’y a pas ça ? Ayez le courage de lever le regard et de tourner la tête, vous verrez qu’un peu partout des fils et filles ont su taire les rancœurs et rechercher les intérêts supérieurs de leur localité.
    Et vous croyez que NABA KOUDA ne vous voit pas tous. Heureusement qu’il est impuissant ; sinon il écourterait cette mauvaise exhibition de sa nudité, lui ’’qui sait taire les garçons courageux et satisfaire les femmes en mal d’enfants’’. Il aurait du vous remplacer tous à sa manière et vous qui vous réclamez de lui, vous vous imaginez la formule qu’il aurait utiliser.

    Répondre à ce message

  • Le 14 décembre 2017 à 11:32, par Soakda
    En réponse à : Conseil municipal de Saponé : Une session extraordinaire dans un climat équivoque

    Intervenant 10 Rakisba.
    Le défunt maire Conseiga François tout comme l’actuel sont tous de la zone de Pissy. Renseignez-vous bien.
    Le problème est bien plus profond.
    Chers frères de Kalkuidighin, repondez-moi svp
    1) Celui même qui a créé Saponé a vécu où ? à Kalkuidighin ou à Saponé Marché ? (délocalisation de Saponé)
    2) Pourquoi avez-vous en 1975 dispercé les jeunes de Saponé (Saponé regroupait Komsilga, Kayao, Ipélcé) qui voulaient construire une Maison des Jeunes à Saponé Marché pour se rencontrer et discuter du développement de Saponé ?
    3) Pourquoi vous opposer farouchement à la construction d’une école à Saponé Marché en 1975 ? (actuelle école de Saponé Marché A)
    4) Pourquoi vous opposer à la construction de la gendarmerie à Saponé Marché ?
    5) Pourquoi n’avez pas voulu que la RN6 passe par Saponé Marché (ancienne voie) mais plutôt la dévier pour la faire passer par Kalkuidighin ?
    6) Pourquoi vous opposer à la pose de la haute tension (qui venait de la centrale de Komsilga) au niveau de Saponé Marché ?
    7) Pourquoi ne voulez-vous pas qu’un fils de Saponé Marché soit Maire de la commune ?
    8) Pourquoi, pourquoi et pourquoi voulez-vous tant enclaver Saponé Marché terre digne de Naba Kouda votre origine ?
    Je cherche à comprendre le motif du premier chef à déménager à Kalkuidighin. Eclairez-moi chers historiens

    Répondre à ce message

    • Le 14 décembre 2017 à 15:06, par f sokame la f na bangue
      En réponse à : Conseil municipal de Saponé : Une session extraordinaire dans un climat équivoque

      Et ainsi tu veux que des historiens répondent a un anonyme. Les gens de karkuidighin ont effectivement quitté sambsin pour karkuidighin a cause de la maladie du sommeil. La preuve est qu’ils sont propriétaire des terres et sacrifient sur la tombe de leur ancêtre. Si tu penses que c’est faux achete une poule chez Parate et va l’égorger sur la tombe de l’ancêtre. Et puis quand le Naaba Ghoogho négociait la fondation de la mission certainement tu n’étais pas encore né.

      Répondre à ce message

    • Le 14 décembre 2017 à 15:49, par pas historien mais
      En réponse à : Conseil municipal de Saponé : Une session extraordinaire dans un climat équivoque

      1) Lieu de vie du fondateur de Sapone. Sambsin. Il a créé son marché. Sapondaaga. En migrant a côté de la colline il n’a pas voulu détruire son marché mais a invité les populations à venir aussi dans un autre nouveau marché tout aussi bon que le premier : watinooma

      2) n’oublie pas le cercle de Sapone regroupait 4 cantons : sapone, kayao, komsilga et baguemnini et non pas Ipelce. Voici les faits. En 1975 j’étais la je ne suis pas au courant d’une telle action. Peut être votre courage nous citerons de noms personnes vivantes pour un témoignage.

      L’école de Sapone marche ainsi que le Csps de Sambsin ont été construit grâce a l’action. De Siméon kabre de watinga et Jules ILBOUDO de karkuidighin. Ils sont décédés (paix). Mais voici la vérité. Christophe doamba feu Casimir ne dirait pas autre chose.

      4. Mais citez des noms qui s’y sont opposés. Au contraire ils ont demandé d’installer la gendarmerie a Sambsin pou s’occuper du grand coupeur de route d’alors qui s’est converti en agro forestier.

      5) vous pensez serieusement que l’on peut empêcher la Sonabel d’implanter des pilones sur un tracé ?

      6) la nationales 6. La route menant avec elle le développement c’est naturel de se battre pour cela. Par exemple beaucoup se sont battus (dont idrissa il faut le reconnaitre par honnete) pour que Sapone deviennent chef lieu de province. Je n’ai pas honte si les gens de kombissiri ne sont pas contents. Exemple. Pour le 11 décembre 2018 toutes je dis bien toutes les infrastructures seront réalisés a Manga. Plaisanterie mis a part. Nous sommes pas contents. Et Po manifeste !!!!

      7) sapone marche n’existant pas comme village il ne peut pas avoir un fils comme Maire. Idrissa ouedraogo dont le père a été banni de son village pour cause de sorcellerie est venu chez ses oncles. Pour dire vrai et comme vous voulez l’histoire idrissa n’est pas de Widin banembato. Est ce que ces révélations vous conviennent ? Voyez il faut arrêtez les bêtises. Vous croyez UE si Idrissa était né a Sapone ou simplement aimait Sapone il allait faire bruler les actes de naissance des enfants de Sapone ?

      8)personne ne cherche a enclaver Sambin. Ce n’est même pas possible. Par contre quand un gangster fait signer par idrissa un don de 100 hectares quand il fait occupée par ce même gangster le terrain de la gendarmerie quand ils vendent nuitamment les parcelles de la cite relais cela revolte les personnes honnêtes. Suis pas historiens mais je connais sapone.

      Répondre à ce message

  • Le 14 décembre 2017 à 22:35, par Soakda
    En réponse à : Conseil municipal de Saponé : Une session extraordinaire dans un climat équivoque

    Vous n’êtes certainement pas historien mais vous savez mentir pour déformer l’histoire ; vous êtes un politicien mal intentionné, remonté et écœuré. J’ai parlé de Saponé Marché en tant que zone et non village. Avez vous bien lu mes questions ?
    Sachez que seule la vérité pourra résoudre le problème de Saponé maintenant et une bonne fois pour toujours. La pierre que vous rejeté est et restera la pierre angulaire sur laquelle les honnêtes et dignes citoyens vont bâtir Saponé.
    Approchez vous de ceux que vous avez cité toujours vivants et vous serez déçu de vos affirmations fortuites.
    Ce n’est la bagarre mon frère !
    En vous lisant je sens que vous êtes remonté. Relevez le niveau du débat.
    Si vous connaissez bien Saponé ; calmez-vous et répondez moi après vous être bien renseigné

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés