Crise à l’UPC : « La mobilisation va même au-delà de l’UPC », Léonard Bouda

LEFASO.NET | Par Oumar OUEDRAOGO • vendredi 27 octobre 2017 à 00h54min

Suite à la reconnaissance de la création du groupe parlementaire Union pour le progrès et le changement UPC/Renouveau démocratique (UPC/RD) par l’Assemblée nationale, les militants de l’UPC ont animé, ce jeudi, 26 octobre 2017 au siège national du parti, Ouagadougou, une conférence de presse pour exiger ‘’leur’’ mandat aux treize députés dissidents.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Crise à l’UPC : « La mobilisation va même au-delà de l’UPC », Léonard Bouda

« Le second groupe (parlementaire, UPC/RD, ndlr nous a été imposé par la majorité mécanique de la conférence des présidents de notre Assemblée nationale. Les militants n’ont pas été surpris par cette décision », ont situé les conférenciers dans leur déclaration liminaire. Pour eux, les députés en cause ont été élus par les militants de l’UPC et non par le bureau de la conférence des présidents.

Par voie de conséquence, décident-ils, « la poursuite de la mobilisation et le maintien de la pression sur les députés traitres par tous les comités de base et dans toutes les localités du Burkina et à l’étranger, singulièrement dans les provinces concernées par les trahisons, pour arracher les mandats », « le relèvement de leur fonction dans les instances du parti », « l’interdiction des traites aux réunions des instances du parti et à l’accès au siège du parti ».

A en croire les animateurs de la conférence, il y a une mobilisation de plus en plus grandissante contre la forfaiture des treize députés. « La mobilisation va même au-delà de l’UPC, et concerne désormais tous les citoyens attachés à la démocratie, à la bonne gouvernance et à la morale politique », affirme le porte-parole, Léonard Bouda, dans la déclaration liminaire. Les militants de l’UPC marquent leur indignation face à ce qu’ils ont qualifié d’achat de treize députés par le MPP en vue de fragiliser leur parti, citant de passage des propos du ministre de la sécurité, par ailleurs président par intérim du parti au pouvoir, Simon Compaoré.

« Eh bien, la mise en ligne d’une vidéo vient confirmer une fois de plus que le MPP est bel et bien l’instigateur de la trahison la plus sotte du monde. Cette vidéo a été reprise par des médias comme Netafrique et France 24 », ont-ils pointé avant de déclarer, après description de l’élément : « nous n’avons pas oublié qui distribuait les gourdins pour bastonner les personnes intègres qui manifestaient suite à l’assassinat de Norbert Zongo ».

Les conférenciers appellent le procureur du Faso à faire valoir l’article 537 du Code pénal burkinabè ‘’qui punit les agissements de Simon Compaoré à une peine d’emprisonnement d’un à cinq ans et d’une amende pécuniaire’’. Pour eux, de tels comportements n’honorent pas le Burkina.

« Nous suggérons qu’une expertise psychiatrique soit effectuée sur ce monsieur avant qu’on n’en arrive au pire. La sécurité d’un pays ne doit pas être dans les mains d’un monsieur qui a perdu les pédales », ont-ils dit, appelant le président du Faso et le Premier ministre à prendre les « mesures idoines ».

« Si sa kalachnikov crépite sur un seul Burkinabè, même les habitants de l’enfer seront surpris de son arrivée », ont-ils averti avant de signer : « A partir de ce soir, nous allons rendre visite à tous les députés. Que le ministre se prépare à nous croiser ce soir. Nous voulons faire comprendre à ces députés frondeurs qu’on ne peut pas s’amuser avec nos voix ».

Oumar L. Ouédraogo
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 27 octobre 2017 à 03:28, par Indiga
    En réponse à : Crise à l’UPC : « La mobilisation va même au-delà de l’UPC, et concerne désormais ... », Léonard Bouda

    Si le Burkina Faso doit plonger à causes de treize (13) individus, convenez avec moi que c’est vraiment manquer de repères et même de vision politique.

    Le MPP à mon humble avis devra plutôt analyser avec leadership ladite situation :

    - Accepter ce nouveau groupe parlementaire peut-il apporter une valeur ajoutée au fonctionnement de l’hémicycle ?

    - Accepter ce nouveau groupe parlementaire est-il vraiment un acte à mesure de renforcer la démocratie au Burkina Faso ?

    - Avons-nous réellement mesuré les conséquences à court, moyen et long terme en acceptant ce nouveau groupe parlementaire ?

    - Quelle leçon politique pouvons nous léguer à la génération politique montante, si nous acceptons ce nouveau groupe parlementaire même si cela fragilise un parti politique adverse ?

    Des réponses pertinentes à ces questions peuvent nous permettre de reconsidérer la situation qui prévaut actuellement.

    Meilleures salutations

    Répondre à ce message

  • Le 27 octobre 2017 à 04:31, par Que dit la loi ?
    En réponse à : Crise à l’UPC : « La mobilisation va même au-delà de l’UPC, et concerne désormais ... », Léonard Bouda

    En pareille situation les vrais républicains devront d’abord utiliser la voie judiciaire pour ppréserver la cohésion sociale. C’est ça la démocratie.

    Répondre à ce message

  • Le 27 octobre 2017 à 06:47, par Moctar Philippe
    En réponse à : Crise à l’UPC : « La mobilisation va même au-delà de l’UPC », Léonard Bouda

    La polémique sur les réseaux sociaux relative au ministre d’Etat en charge de la sécurité, Simon Compaoré vise essentiellement à le provoquer. Le ministre estime que ses images ont été volées et déformées pour des exploitations visant à le traiter de ce qu’il n’est pas. Il ne reconnaît pas avoir tenu des propos déplacés, contrairement à ce que d’aucuns insinuent. Les gens doivent comprendre, que le ministre est libre de rassurer des citoyens en situation d’insécurité, qu’ils peuvent rester tranquilles. Peu importe qu’il utilise le français, l’anglais, l’espagnol ou toute autre langue pour exprimer cette assurance. Ce qui s’est passé, relève d’une violation de la vie privée, que la Commission de l’informatique et des libertés(CIL), le Conseil supérieur de la communication(CSC) ne cessent de dénoncer comme étant des abus de l’internet et des réseaux sociaux. La preuve de cette dérive est clairement établie dans une des images sur Facebook, où le ministre de la sécurité est présenté avec de gros muscles de lutteur, savamment montée avec 2 pistolets et un chapeau noir sur la tête. Tous ceux qui connaissent Simon Compaoré, savent que même pendant sa jeunesse, il n’a jamais eu des biceps aussi costauds comme présentés sur Facebook. Toute personnalité se rendant sur un lieu de conflit avec des risques d’affrontements, a le droit de se protéger avec des gilets pare -balles. Le ministre qui a eu de bons réflexes en faisant sécuriser les domiciles de députés frondeurs de l’UPC, a su ainsi parer à des drames de morts d’hommes, vue la violence des propos et actes de vandalisme qui ont été perpétrés contre certains de ces députés et leurs domiciles. Ceux qui qualifient le ministre de la sécurité de guerrier ,font un abus de langage par adversité politique et pure animosité ,qui ne sauraient tenir la route devant les réflexes sécuritaires du ministre pour protéger des citoyens qui auraient pu être victimes d’une vindicte populaire. Le président du Faso est également l’objet d’attaques malsaines sur les réseaux sociaux. Mais ces deux personnalités ne sauraient se laisser ébranler par ces adversités pour ne pas assumer pleinement leurs responsabilités partout et en tout temps quand cela s’avère nécessaire.

    Répondre à ce message

  • Le 27 octobre 2017 à 06:54, par idi
    En réponse à : Crise à l’UPC : « La mobilisation va même au-delà de l’UPC », Léonard Bouda

    Bonjours mes parents, je vous demande d’aller doucement. Vous savez, c’est comme ça la politique : ruse, trahisons, complots, corruption,... Mais surtout, gardez à l’esprit que le SEUL BIEN COMMUN qui nous permet de faire cette politique c’est la paix. Si tout le monde se lève pour créer le chaos, eh bien, sachez que les SIMON ou ROCK ne seront nullement touchés ! ils s’échapperont à la première occasion et nous laisseront dans les les flammes et les braises ! Et puis, est-ce que la loi vous autorise faire ces pressions et intimidations ?
    Laissez les avec Dieu ! Lui saura leur régler les comptes et ne perdez pas votre raison svp !
    Laissez aussi Simon tranquille, car il n’a pas commencé aujourd’hui ! le monsieur c’est son comme-ça ! Soignez intelligents et tolérants.

    Répondre à ce message

  • Le 27 octobre 2017 à 06:55, par Bougoumbarga
    En réponse à : Crise à l’UPC : « La mobilisation va même au-delà de l’UPC », Léonard Bouda

    Ceci n’est vraiment pas juste de la part, ni de l’Assemblée Nationale, ni du Parti au Pouvoir. Chacun devrait rester et prêcher dans sa Chapelle surtout que les Textes organisationnels même de l’Institution interdit le Nomadisme Politique d’ailleurs par vous-même à l’époque sous votre chapeau passé (Ancienne Assemblée Nationale par vous gérée) Cette approbation de la création du Groupe Parlementaire "UPC/RD" vient corroborer les informations divulguées et dispatchées sur le fait que les 13 concernés sont des "Achetés", sinon des "Taupes" du MPP au sein de l’UPC. Et si oui que cela s’avérait, il y a quelque chose qui ne va pas, même si en Politique "tous les coups sont permis pour casser l’adversaire" . Plutôt que de tomber à bras raccoucis sur l’UPC, vous ferez mieux de vous retourner contre le CDP qui est et doit être votre Adversaire premier. A moins que ce ne soit encore l’application de ce qui se disait et se dit toujours d’ailleurs à savoir, "Que le MPP n’est qu’une transfuge déguisée du CDP pour qui vous avez à un moment donné, tourné le dos pour des raisons d’organisation/réorganisation interne qui mettait de coté certains anciens caciques qui s’estimaient indispensables". Ceci permettra et autorisera de déduire que la création du MPP avait pour mission et objectif de "déplacer quelqu’un pour s’asseoir" sans plus. Si oui, vos camarades d’hier n’auront que raison de reconnaître et dire que vous êtes pour eux, des "Traîtres". Si comme par vous (MPP) planifié ce coup contre l’UPC (votre collaborateur d’hier, initiateur et instigateur premier de l’Insurrection qui a amené la chute de Blaise Compaoré et son clan) venait à réussir, le retour du boomerang vous sera cinglante et fatale dans les temps à venir. Si échouer est votre aspiration, personne ne saurait vous y empêcher car comme on le dit si bien, "on ne saurait réveiller quelqu’un qui ne dort pas", puis, "que lorsqu’une bonne volonté se prête à vous aider en lavant votre dos, faites l’effort de laver votre ventre". Des actions fracassantes telles les présentations de vos Responsables en "Gilet Parre-balles armés de Kalachnikov" ou encore, des déclaration du genre "un tel est qui même, pour qui il se prend etc. ne sont pas de nature à vous présenter sur le plus beau des visages. On se comprend j’espère ?

    Répondre à ce message

  • Le 27 octobre 2017 à 06:59, par Z
    En réponse à : Crise à l’UPC : « La mobilisation va même au-delà de l’UPC », Léonard Bouda

    Allons seulement. On ne les lâchera jamais tant que leur mandat ne sera pas retiré ou qu’ils démissionnent de l’UPC.Que cela serve de leçon a tout nos députés traitres.

    Répondre à ce message

  • Le 27 octobre 2017 à 08:40, par sidpayété
    En réponse à : Crise à l’UPC : « La mobilisation va même au-delà de l’UPC », Léonard Bouda

    Vous n’êtes pas responsables ni toi leonard ni ton président qui a perdu la boule (tête). Mr Simon Compaoré est du MPP mais il n’est pas le parti je te le signale. Blaise Comp n’est plus au B-F mais le parti demeure. Comment est-ce que jusqu’à treize députes peuvent démissionner d’un groupe parlementaire comme cela s’il n y a pas de raison fondé ? Comprenez ou souffrez que leur personne a mobilisé des voix pour l’UPC dans leur province respective, les citoyens on cru en eu et ils travaillent d’arrache pied pour l’avancer du peuple Burkinabè mais par pour un individu votre traitre de Zeph Diabl qui ne sera plus rien au Faso il le sait deja , voila pourquoi il fait des tapages. Un enfant peut a un certains moment décider de se prendre en autonomie mais garde le nom de famille si la politique du père est dérisoire....Soyez démocrates et laisser ces gens en paix l’avenir nous diras s’ils avaient raison ou pas de quitter le navire !

    Répondre à ce message

  • Le 27 octobre 2017 à 08:43, par madjer
    En réponse à : Crise à l’UPC : « La mobilisation va même au-delà de l’UPC », Léonard Bouda

    Je vous soutiens la preuve est belle et bien là. Sincèrement je tombe des nus et je me pose la question est ce que c’est vraiment mon beau pays qui vit ce comportement aujourd’hui ? Imaginez un seul instant le discrédit que cela posera sur le Burkina suite à la diffusion de cette vidéo sur une chaîne internationale comme "FRANCE 24" Monsieur le président du Faso sincèrement si vous ne prenez pas vos responsabilités lorsque les gens vont s’insurger cela sera plus grave que l’insurrection des 30 et 31 octobre 2014. Pour terminer je demande aux décideurs de ce pari qu’est le MPP de ne pas écouter les passionnés car pour eux cette vidéo est un montage et ils disent même qu’il ne peut plus avoir de soulèvement ici et que c’est eux qui gèrent ce pays. C’est cette désinvolture qui a fait chuté le CDP. Donc attention et attention prenez vos responsabilités pour ne pas être surpris. A bon entendeur salut !

    Répondre à ce message

  • Le 27 octobre 2017 à 08:55, par SOOKE
    En réponse à : Crise à l’UPC : « La mobilisation va même au-delà de l’UPC », Léonard Bouda

    Il me semble bien que le gouvernement a été très maladroit, malhabile sur ce dossier des députés dissidents de l’UPC. La connivence saute aux yeux au regard du comportement de Mr. Simon COMPAORE qui aurait vraiment dû faire l’économie de cette sortie nocturne hasardeuse et compromettante.
    Toute personne éprise de paix, de justice et démocratie ne devrait tolérer cette traitrise de la bande à SIMBORO. C’est honteux tout simplement !
    Que Dieu bénisse le Faso !
    SOOKE

    Répondre à ce message

    • Le 28 octobre 2017 à 18:34, par Légalité !
      En réponse à : Crise à l’UPC : « La mobilisation va même au-delà de l’UPC », Léonard Bouda

      Si chacun s’informait suffisamment à chaque fois qu’il y a une nouvelle affaire les débats gagneraient en qualité.
      - Les forces de securités doivent protéger les deputes menaces. Là la posture de Simon n’est pas une posture MPPiste.
      - Un ensemble de deputes a le droit de créer un groupe parlementaire. Les procedures ont été suivies (Vérifiez la légalité)

      Il faut dépassionner les débats. L’UPC a des problèmes internes, certes mais pour remplacer les 13 deputes les conditions légales sont connues. UPC le sait !

      Répondre à ce message

  • Le 27 octobre 2017 à 09:43, par BARKBIGA
    En réponse à : Crise à l’UPC : « La mobilisation va même au-delà de l’UPC », Léonard Bouda

    Ces 13 deputés ne sont pas mures politiquement.Sinon au jour d’aujourd’hui on ne quitte pas un parti qui a vraiment de l’avenir pour aller dans un parti MPP décomposition.
    Daouda Simboro n’est pas visionnaire. Tu avait de l’avenir radieux devant toi en étant président de l’UPC. Hélas tu viens de signer ta mort politique.

    Répondre à ce message

  • Le 27 octobre 2017 à 09:57, par matinal
    En réponse à : Crise à l’UPC : « La mobilisation va même au-delà de l’UPC », Léonard Bouda

    Ci c’est 13 députés traites sont là pour le pays et non pour s’enrichir, ils n’ont qu’a démissionné.

    Répondre à ce message

  • Le 27 octobre 2017 à 10:08, par BORODOUGOU
    En réponse à : Crise à l’UPC : « La mobilisation va même au-delà de l’UPC », Léonard Bouda

    ils veulent que les dirigeants de l’UPC les exclu.Non ils vont s’exclure eux même comme ça c’est la fin de leur carrière politique car aucun parti ne voudra d’eux.Pas au CDP ni au MPP car beaucoup n’ont pas eu de place voilà il y a la bagarre voilée . Créer un nouveau parti c’est là qu’ils sauront qu’ils ne sont rien.Comment des grandes personnes peuvent se laisser acheter par l’argent au détriment de l’honneur et la dignité.

    Répondre à ce message

  • Le 27 octobre 2017 à 10:29, par AMAD
    En réponse à : Crise à l’UPC : « La mobilisation va même au-delà de l’UPC », Léonard Bouda

    TAHIROU a raison. Nous attendons qu’il crée un nouveau parti " LE BURKINA EN MARCHE" pour combler le vide. Aucun parti n’est crédible au FASO. L’UPC a recommencer à faillir comme aux élections. Pendant qu’ils étaient entrain de dénoncer des fraudes massives a OUAGA INTER le MPP était entrain de transformer toutes les structures de CDP en MPP. Résultat ce fut un coup KO. Zeph a été le premier à féliciter ROCK. Actuellement encore l’UPC est entrain de perdre le nord. Ressaisissez vous car même le CDP peut vous infiltrer pour renaître des cendres que vous avez contribuez a les embaumer. Serrez vos coudes. Pardonnez vous. Restructurer votre parti. Du reste vous voyez le CDP et l’ADF sur la piste de danse. Pendant que eux ils s’apprêtent pour sortir des phases de danse vous vous êtes entrain de vous casser les pieds.

    Répondre à ce message

  • Le 27 octobre 2017 à 11:14, par en verité je vous le dis
    En réponse à : Crise à l’UPC : « La mobilisation va même au-delà de l’UPC », Léonard Bouda

    Quelle honte pour les militants de l’UPC pourquoi vous n’avez pas le courage de les exclure prenez vos responsabilité un point barre.Arrêtez de nous rabattre aux oreilles vos comportements anti démocrates .vous avez voulu forcer le PAN pour votre coup d’état contre les treize mais en bon démocrate il a appliqué la loi et vous vous indignez .Prochainement avant de choisir vos candidats prenez le soin de mener une enquête de moralité.Quand vous cherchez des militants vous voyez dans une région quelle personne peut mobiliser un grand nombre de militants sans chercher à savoir qui il est quelles sont ses ambitions et vous venez pleurer comme des enfants.Depuis quand en Afrique quelqu’un fait la politique pour le peuple la preuve est que vous ne pouvez pas imaginer perdre vos privilèges en voulant aussi remplacer vos soit disant par leur suppléants.Vous vous que le ministre se tait pour vous laisser aller jusqu’au pire avec vos jeunes drogués pour sortir dire que vous demander pardon
    Monsieur le Ministre faites votre boulot mème les voleurs sont protégés des vandales que ceux qui ne sont pas content nomment leur ministre de la sécurité dans leur pays.On en a marre le Burkina ne se limite pas aux treize députés.arrêtez de prendre l’argent du contribuable pour sillonner le pays pour vos conneries car il y a de plus urgent envoyez vos militants qui sont forts au nord et au sahel pour montrer leur capacité face aux terroristes au lieu de vouloir troubler la quiétude des gens car si vous persistez ce sont les voisins de ces députés qui vont finir avec vous.vos députés ne vivent pas retranchés de la société donc laisser tranquille les voisins.Si vous voulez allez y vous planquer devant l’assemblée pour les empêcher de rentrer.Vous êtes incapable d’écouter votre leader qui vous a appelé au calme en vain.Lui aussi son jeu est connu il fait semblant de vous appeler au calme devant les media après il vous dit de faire la pression tout cela les gens sont au courant.Quand vous parlez de dignité depuis quand en politique on parle de dignité.Si le MPP peut prélever des militants chez vous vous aussi user des ruses pour les avoir car 2020 n’est plus loin au lieu de crier votre échec avant l’échéance vous devez retenir une fois de bon que seul les amis peuvent trahir et nos les ennemis car pour les derniers c’est de bonne guerre de vous combattre .On vous a prévenu en vain que CDP et MPP c’est mème chose vous vous êtes laisser piéger par le CDP ils vont vous étrangler ensemble attendez de voir

    Répondre à ce message

  • Le 27 octobre 2017 à 11:23, par Héi !
    En réponse à : Crise à l’UPC : « La mobilisation va même au-delà de l’UPC », Léonard Bouda

    Les militants de l’UPC doivent revenir à de meilleurs sentiments pour s’inscrire sur la voie judiciaire pour le règlement de leur différend avec les 13 députés frondeurs. Car, en persistant dans les menaces et pression de foule, s’il en résulte des blessés et morts d’hommes, les responsables du parti et autres militants qui seraient à l’origine des violences feront face à la justice. Le Burkina a suffisamment souffert des violences politiques avec des conséquences judiciaires de justice et vérité pour X ou Y. Il ne faut pas en rajouter.

    Répondre à ce message

  • Le 27 octobre 2017 à 11:30, par KAF
    En réponse à : Crise à l’UPC : « La mobilisation va même au-delà de l’UPC », Léonard Bouda

    Mes chers député faite comme le ministre BARRY :Dans un post qu’il a publié sur sa page Facebook, le Ministre Tahirou annonce sans détours une déception très profonde de sa présence au gouvernement. Il n’y trouvait plus de sens à sa présence. Tout le débat est là. Il va donc dans une logique cartésienne qui consacre ceci : Quand on est en désaccord avec la manière de faire dans une équipe, on la quitte. Il a effectivement quitté le gouvernement.
    Mais vous ne voulez pas perdre les avantages liés au logo du UPC pourtant vous n’être pas d’accord avec la ligne du parti. Ça c’est la malhonnêteté et la politique du ventre sans conviction.
    Rien que cela, j’admire son courage et son honnêteté Il vous manque chers députés seulement le courage et la volonté de quitter pour sauver la situation et ne pas ternir l’image de famille.

    Répondre à ce message

  • Le 27 octobre 2017 à 11:41, par Georges
    En réponse à : Crise à l’UPC : « La mobilisation va même au-delà de l’UPC », Léonard Bouda

    Simon Compaoré a raison, si vous avez des plaintes contre les députés démissionnaires, vous saisissez la justice. Vous ne rendez pas visite aux députés incriminés à domicile pour les menacer ou pour brûler leurs domiciles. C’est pas la jungle, le Burkina Faso. Il y a la loi ici, n’importe qui ne peut pas se lever pour se rendre justice.

    Si vous faites ça, vous serez poursuivis, mais aussi vos commanditaires, comme Zéphirin Diabré et tous ceux de son bureau qui auront excité les jeunes à aller casser les domiciles. Ils seront également poursuivis, punis et condamnés à réparer les dégâts causés aux députés, à leurs familles, domiciles et autres biens.

    Et pourquoi, Simon Compaoré devrait il démissionner pour cela ? Il ne démissionera pas. Ceux qui doivent démissionner, ce sont les autocrates portant masque comme Zéphirin et ses copains du Bureau politique de l’UPC qui excitent leurs militants à violer la loi et l’ordre au Burkina. Ils se servent la loi quand cela les arrange et ils excitent à la violer quand cela n’est pas de leurs intérêts. C’est ceux là qui doivent rendre le tablier.Pas Simon.

    Répondre à ce message

  • Le 27 octobre 2017 à 11:44, par myl
    En réponse à : Crise à l’UPC : « La mobilisation va même au-delà de l’UPC », Léonard Bouda

    Mobilisation et lutte contre ces 13 traites de la République. Pris individuellement ils n’ont aucun poids politique. Pendant que les gens commencent à quitter la soupe, les vauriens la rejoigne. Vive l’UPC et l’homme du vraiment changement. Qu’il le veuille ou pas, tu seras le Président du Faso en 2020. Paraît-il que l’autre est devenu un "Vieux cow-boy désespéré" et ’’dirigeant en crise initiatives’’. Mon Faso devient de plus en plus intéressant.

    Répondre à ce message

  • Le 27 octobre 2017 à 11:56, par ouedraogo isa
    En réponse à : Crise à l’UPC : « La mobilisation va même au-delà de l’UPC », Léonard Bouda

    Le boucher a peur du couteau. ZEPH récolte ce qu’il a semé. Il a été le premier à trahir. Ex opposition politique avait décidé de s’unir en cas de victoire d’un des leurs. Pourquoi a-t-il trahit pour se retrouver avec le CDP. Si l’UNIR PS avait accepté sa proposition on se retrouverait avec un du CDP comme président de l’assemblé et lui comme premier ministre. Il a pris la décision pour trahir l’insurrection ignorant l’opposition des députés qu’il appel traitres aujourd’hui. Il devrait avoir le courage de reconnaitre qu’il récolte les résultats de sa forfaiture. Qu’il reconnaisse son erreur et fasse son auto critique car il est aussi un des acteurs du mandat actuel du MPP (pour avoir conduit la victoire du peuple à l’insurrection populaire). Le pouvoir actuel a aussi intérêt à aider pour qu’il reste la deuxième force politique du Burkina. Monsieur le président ZEPH si vous n’aviez pas voulu trahir vous seriez la deuxième personnalité après le décès de SALIF DIALLO. QU’ALLAH fasse que tous les fils du Burkina s’unissent pour notre bonheur. Je demande à ALLAH le tout puissant de protéger ZEPH. Qu’il le bénisse, le guide ainsi tous ceux qui lui son cher. Je vous pris de n’excuser sans rancune ni de méchanceté.

    Répondre à ce message

  • Le 27 octobre 2017 à 13:08, par Hampathe Barry
    En réponse à : Crise à l’UPC : « La mobilisation va même au-delà de l’UPC », Léonard Bouda

    La démocratie a ses exigences et chacun d’entre nous devrait les respecter. Des députés d’un parti ont le droit de créer un autre groupe parlementaire selon leurs sensibilités.
    On ne saurait les exclure du parti pour cela, ni surtout leur exiger de rendre leurs mandats.
    Le président de l’UCB que je respecte, devrait jouer au rassembleur des différents courants de pensées qui traversent son parti. c’est aussi cela, être chef et être démocrate.

    Répondre à ce message

  • Le 27 octobre 2017 à 13:35, par Républicains de tous les bords
    En réponse à : Crise à l’UPC : « La mobilisation va même au-delà de l’UPC », Léonard Bouda

    Que la loi départage les protagonistes ! On ne vas pas mettre le Faso en mal à chaque mésentente. Si la loi leur reconnaît le droit de constituer un groupe ce n’est pas la peine d’aller plus loin. On s’en tient aux dispositions légales pour l’intérêt supérieur de notre Faso commun.

    Répondre à ce message

  • Le 27 octobre 2017 à 14:54, par loss
    En réponse à : Crise à l’UPC : « La mobilisation va même au-delà de l’UPC », Léonard Bouda

    Je pense qu’au sein de UPC les gens doient se retenir ojordi ca n sert a rien d’engager des rapports de force.cette larme de crocodile cs parck les demissionnaire cs les vrais leader de UPC ce ki crient voulant entreprnd des actions pense k ces 13 leaders nont ps de base pr contrecarrerctte minorite ki st contre les 13deputépersonnes ne sortira pr vs soutenir ds vos action bidon.

    Répondre à ce message

  • Le 27 octobre 2017 à 15:29, par MNINDA
    En réponse à : Crise à l’UPC : « La mobilisation va même au-delà de l’UPC », Léonard Bouda

    Est ce c’est à dire que même le CDP a cautionné cette bêtise politique ? Le CDP doit s’exprimer clairement sur cette création d’un deuxième groupe parlementaire UPC AVEC SON AVAL puisque le président du groupe parlementaire CDP participe à la conférence des présidents

    Répondre à ce message

  • Le 27 octobre 2017 à 16:49, par raogo
    En réponse à : Crise à l’UPC : « La mobilisation va même au-delà de l’UPC », Léonard Bouda

    L ’UPC a intérêt à régler ce problème dans la paix en utilisant les voix de recours légales sinon il va se créer des problèmes. Celui qui va autoriser le désordre sera responsable des conséquences.

    Répondre à ce message

  • Le 27 octobre 2017 à 16:50, par s
    En réponse à : Crise à l’UPC : « La mobilisation va même au-delà de l’UPC », Léonard Bouda

    les 13 députés n’ont qu’à aussi mobiliser leurs militants pour rendre visite à zephirin diable pour qu’il démissionne pour incapacité de gérer le parti.

    Répondre à ce message

  • Le 27 octobre 2017 à 16:52, par La vieille
    En réponse à : Crise à l’UPC : « La mobilisation va même au-delà de l’UPC », Léonard Bouda

    Cette histoire orchestrée par Daouda SIMBORO et sa clique, mais, qu’ils sachent qu’ils en ont fait une histoire aussi ténébreuse que rocambolesque. Les hommes de ce pays ne répondent pas au vrai nom du pays. La corruption ne fait que grandir seulement.

    Répondre à ce message

  • Le 27 octobre 2017 à 17:39, par Attention
    En réponse à : Crise à l’UPC : « La mobilisation va même au-delà de l’UPC », Léonard Bouda

    Militants de l’UPC, occupez-vous de votre cuisine interne par une gestion rationnelle des démissions de vos députés et autres membres de votre parti. Il ne vous appartient pas de demander les démissions de militants d’autres partis. Vous traitez d’autres citoyens et personnalités de fous, alors que de par vos agissements violents de saccages de domiciles de vos députés, vous vous comportez en hooligans, pires que des fous. Votre comporte est aux antipodes de la démocratie dont vous prétendez être le reflet.

    Répondre à ce message

  • Le 27 octobre 2017 à 19:52, par Silowé
    En réponse à : Crise à l’UPC : « La mobilisation va même au-delà de l’UPC », Léonard Bouda

    Je dis aux militants de l’UPC de tout mettre en oeuvre pour récupérer les mandats des 13 traîtres. De manière légale, ne leur permettez point d’avoir le moindre moment de repos jusqu’à ce qu’ils rendent leur mandant respectif. Ensuite, vous n’avez qu’à les chasser comme des vauriens qu’ils sont, de l’UPC.
    J’ai toujours dit que Salif Diallo conduisait notre pays vers un mur. Ces 13 prétendus députés ne mettent-ils pas en pratique les leçons de ce Salif D ? Utiliser les moyens et outils de l’Etat pour détruire ses compatriotes et leurs organisations politiques officielles ; et ensuite faire croire qu’on est un stratège politique. Il y a de quoi gerber ici...

    Répondre à ce message

  • Le 28 octobre 2017 à 16:11, par wende ya wendé
    En réponse à : Crise à l’UPC : « La mobilisation va même au-delà de l’UPC », Léonard Bouda

    Je tiens simplement à souligner que ce probleme ne devrait pas aller aussi loin si le chef du Parti décidait de jouer carte sur table en convoquant les 13 Honorables et les écouter avant de dire que le problème est individuel.Nous désirons la paix et la quiétude dans le pays.

    Répondre à ce message

  • Le 28 octobre 2017 à 17:13, par Attention
    En réponse à : Crise à l’UPC : « La mobilisation va même au-delà de l’UPC », Léonard Bouda

    Militants de l’UPC, occupez-vous de votre cuisine interne par une gestion rationnelle des démissions de vos députés et autres membres de votre parti. Il ne vous appartient pas de demander les démissions de militants d’autres partis. Vous traitez d’autres citoyens et personnalités de fous, alors que de par vos agissements violents de saccages de domiciles de vos députés, vous vous comportez en hooligans, pires que des fous. Votre comportement est aux antipodes de la démocratie dont vous prétendez être le reflet.

    Répondre à ce message

  • Le 28 octobre 2017 à 19:35, par warzat
    En réponse à : Crise à l’UPC : « La mobilisation va même au-delà de l’UPC », Léonard Bouda

    Je ne sais pas comment ça se passe chez les autres, mais il n’est pas certain que dans les familles des députés qui ont formé le nouveau groupe parlementaire, tout le monde soit d’accord et donc vous risquez de vous en prendre à des gens qui pensent comme vous. Attention, on ne choisit pas sa famille. Il y a des familles où, les parents et enfants sont tous des bac+ des années universitaires, chacun a ses lectures et les débats politiques ou des faits sociaux sont houleux.

    Répondre à ce message

  • Le 30 octobre 2017 à 12:52, par boudson LE FILITOXER
    En réponse à : Crise à l’UPC : « La mobilisation va même au-delà de l’UPC », Léonard Bouda

    LA DÉMOCRATIE INTERNE C’ EST CELA. CHACUN PEUT A L’ INTÉRIEUR DU PARTI CRITIQUER LES FAITS ET GESTES MAIS A CRÉER AU SEIN DU MÊME PARTI UN AUTRE GROUPE PARLEMENTAIRE CELA RELÈVE DE LA JURISPRUDENCE.A CE IL FAUDRA SE RÉFÉRER AUX TEXTES DE L ’ASSEMBLÉE NATIONALE SUR CETTE QUESTION POUR TRANCHER DÉFINITIVEMENT AU LIEU DE VOULOIR SE RENDRE JUSTICE

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés