Mise en œuvre du PNDES’EA : Le ministre Ambroise Ouédraogo satisfait des travaux

mardi 17 octobre 2017 à 22h02min

Le ministre de l’Eau et de l’Assainissement, Niouga Ambroise Ouédraogo a effectué une tournée dans la région du Nord, les 12 et 13 octobre 2017. L’objectif était de constater de visu la mise en œuvre des activités du département dans la région.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Mise en œuvre du PNDES’EA : Le ministre Ambroise Ouédraogo satisfait des travaux

Les activités de la composante « Eau et Assainissement » du Plan national de développement économique et social (PNDES ‘EA) ont un taux d’exécution satisfaisant dans la région du Nord. C’est ce que le ministre de l’Eau et de l’Assainissement Niouga Ambroise Ouédraogo et son équipe ont constaté les 12 et 13 octobre 2017 dans principalement deux localités de la région Nord. Le premier ouvrage visité est le barrage de Guitti dans la commune de Séguénéga.

Après la présentation du chantier par les techniciens de l’Agence d’exécution des travaux eau et équipement rural (AGETEER), suivie de la visite guidée de l’ouvrage, M. Ouédraogo s’est réjoui du travail abattu, et a félicité tous les acteurs qui ont contribué à sa réalisation. ´´Nous avons atteint une grande étape dans l’objectif qui a contribué à la construction de ce barrage. Dans notre pays, tous les barrages sont à usage multiple ; ce barrage va servir à l’agriculture, à l’alimentation de la région en eau potable, à la production halieutique, à l’abreuvage du bétails etc. ´´ a-t-il signifié.

Selon le directeur général de l´AGETEER, Ousmane Nacro, à ce jour tous les problèmes techniques ont été résolus, et les travaux de construction du barrage sont totalement achevés avec la fermeture de la brèche. Il a ajouté que la réception provisoire des travaux a eu lieu le 24 aout 2017, une route alternative a été réalisée par le ministère en charge des infrastructures pour maintenir le trafic entre Ouahigouya et Séguénéga et 98% des populations ont été indemnisées pour un montant de plus de 2 milliards de FCFA.

À la question de savoir ce qui a retardé l’exécution du barrage dont les travaux ont débuté depuis mai 2009, M. Nacro a mentionné plusieurs difficultés. Elles sont, entre autres, liées à l´insuffisance du dossier d’études qu’il a fallu actualiser, au problème de budget à l’interruption du chantier face à l’inondation de la route nationale RN15, et les manifestations des populations en ce qui concerne le Plan de gestion environnemental et social (PGES). « Au regard de tous ces phénomènes, nous pouvons justifier le temps qui a été mis depuis mai 2009 au 30 juin 2017 pour la réception provisoire » a dit le DG de l´AGETEER.

Le lendemain, le cap a été mis dans le Zondoma où la mission a visité deux blocs de latrines VIP du CSPS de Bangassé, dans la commune de Boussou, prévu pour être réception en fin octobre . Aux dires du ministre en charge de l’assainissement, le CSPS de Bangassé n’avait pas de latrines, alors que la question de l’assainissement est une question de santé. ´´Nous sommes venus constater l’état d’avancement des travaux, encourager l’entrepreneur, l’écouter et lui faire les suggestions afin que les travaux aboutissent. On tient à ce que cette entreprise puisse au moins nous livrer les infrastructures à bonne date. En effet la première a été défaillante nous avons donc dû résilier son contrat. ´´, a-t-il indiqué.

Echanges à bâtons rompus avec les populations

Le premier responsable de l’eau et de l’assainissement s’est également entretenu avec les populations des localités sillonnées sur leurs préoccupations. Pour lui, l’expression des besoins des populations est tout à fait légitime, et il est toujours important que l’exécutif soit proche des populations pour les écouter. A Séguénéga, les populations demandent la réalisation d´une route pour leur faciliter l’accès à la ville de Ouahigouya. Selon elles, la déviation de la route les oblige à contourner le barrage, et parcourir désormais le double du trajet initial.

Aux difficultés exprimées par les populations, Ambroise Ouédraogo a expliqué que tout ouvrage construit sur le domaine foncier national a toujours un impact sur les populations. Toutefois, il a rassuré que les préoccupations exprimées seront prises en compte. ´´ Nous pensons qu´à terme, tous ces impacts vont être pratiquement réduits par les avantages économiques et sociaux que le barrage va induire. Il y a tout un programme de valorisation de ce barrage qui va se dérouler sur plusieurs années´´, a-t-il informé. [ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Correspondance particulière de
Bakouan Bayama Ernest

Imprimer l'article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés