Projet technopôle Ouaga II : La population dénonce une volonté de passer en force du Gouvernement

jeudi 7 septembre 2017 à 00h10min

Ceci est une lettre ouverte de la population impactée par les travaux de réalisations sur le projet de l’Université Ouaga II au Premier ministre Paul Kaba Thièba.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Projet technopôle Ouaga II : La population dénonce une volonté de passer en force du Gouvernement

Excellence Monsieur le Premier Ministre,

L’actualité au Burkina Faso est marquée par des évènements malheureux de diverses natures que tous les Burkinabè épris de quiétude, de paix, de cohésion sociale, de bonne gouvernance, du devoir de redevabilité déplorent avec consternation. A l’heure où la nation s’engage dans un processus d’apurement de son passif foncier, faut-il créer d’autres pôles de cristallisation ?

En effet, nous formons une grande population de plus de cinq mille personnes regroupées (au sein de la « COALITION POUR LA DEFENSE DES RECENCES DE L’UNIVERSITE OUAGA II : CDR/UO II ») sous les noms de propriétaires et d’acquéreurs de terrains, repartie entre deux communes que sont la commune de Saaba et celle de Loumbila. Nous sommes touchés par le projet technopôle et l’université Ouaga II, brandi par vous-même et votre gouvernement comme un projet d’utilité publique alors que ce qui se passe actuellement sur le site abritant le projet nous inquiète lourdement et certainement aussi tout le Burkina post insurrectionnel. Ainsi, nous dénonçons et désapprouvons avec force et ouvertement l’injustice sociale qui jalonne déjà la tentative de mise en œuvre du projet.

Cette injustice sociale se démembre en plusieurs éléments. Il y a la violence massive faite aux textes en vigueur en matière de projet dit d’utilité publique et devant occasionner une expropriation de domaine – l’oubli intentionnel des populations de la zone, la détresse des acquéreurs de terrains qui y ont investi de lourdes sommes depuis plus d’une dizaine d’années pour certains et – votre volonté manifeste de faire la pression par le fait accompli en y faisant mener des travaux dans l’ombre sans pour autant boucler, ou disons même sans commencer la procédure d’expropriation et d’indemnisation des populations et usagers du site.

Excellence Monsieur le Premier ministre,

1) De la violence massive des textes en vigueur sur le foncier rural au Burkina Faso
La commission interministérielle, constituée par arrêté N°2017 –194/MINEFID/SG/DGI du 12/06/2017 ignore royalement la partie « particuliers » du domaine foncier burkinabè, constituée par les propriétaires et acquéreurs de terrains. Cette commission interministérielle doit travailler sur les opérations d’expropriation de terres et d’indemnisation de la zone de l’Université Ouaga II. La commission interministérielle est justifiée par le décret N°2014-481/PRES/PM/MATD/MEF/MHU et de la loi 034-2012/AN du 02 juillet, quatrième République, quatrième législature, portant réorganisation agraire et foncière au Burkina Faso. Or, pour l’article 6 de ladite loi, le domaine foncier national est composé du domaine foncier de l’Etat, de celui des collectivités territoriales et de celui des particuliers.

Mais comment se fait-il que les particuliers à savoir, pour le présent cas, les propriétaires et les acquéreurs de terrains ne soient pas pris en compte dans cette commission ? Par ailleurs l’article 3 de la loi 034-2012/AN précise explicitement qu’en matière d’expropriation pour cause d’utilité publique, la commission interministérielle devra travailler à créer et à maintenir la paix, la cohésion entre les acteurs du domaine foncier. Comment y parvenir si l’un des acteurs est ignoré ? Ce qui veut dire qu’il y a une injustice notoire.

En outre, l’article 564 du décret 2014-481/PRES/PM suscité sur la procédure d’expropriation des terres indique qu’il doit exister une déclaration de cessibilité et la négociation de cessibilité. Comment négocier la cessibilité si les propriétaires et les acquéreurs de terrains n’ont même pas été informés préalablement par affichage conformément aux textes en vigueur ? Cet article doit être respecté pour prendre en compte le droit des propriétaires et des acquéreurs de terrains sur le site de l’Université Ouaga II.

Pour ajouter, les étapes des opérations doivent être rendues publiques conformément aux articles 301, 302, 303, 304 ainsi que l’article 564 du décret 2014 – 481/Prés. Sur l’expropriation pour cause d’utilité publique, en application de la Loi 034 – 2012/AN, la procédure, allant de la déclaration d’intention de réaliser un projet d’utilité publique à l’opération de négociation de cessibilité en passant par l’enquête d’utilité publique, la déclaration d’utilité publique, l’enquête parcellaire, la déclaration de cessibilité doivent rester affichées. Ce qui signifie par exemple que la liste des propriétaires et des acquéreurs de terrains doive être affichée depuis le recensement (déjà réalisé depuis plus de cinq mois et qui n’est toujours pas rendu public) jusqu’à la fin de l’opération d’expropriation dans les endroits publics comme la mairie et la préfecture.

La mise en œuvre de cette disposition permet aux recensés de connaître leur statut d’une part et évite des insertions (il y a déjà eu des insertions frauduleuses) de personnes qui seraient venues après le recensement d’autre part. Par ailleurs, la procédure ordinaire d’expropriation pour cause d’utilité publique prévoit seize étapes selon un chronogramme précis dans lequel les propriétaires et les acquéreurs de terrains sont régulièrement informés. Il en est ainsi de l’étape 04 qui parle de la Notification du rapport de l’enquête parcellaire aux propriétaires et présumés occupants et usagers notoires. Cette notification doit se faire sans délai. Pourtant, nous ne sommes toujours pas informés.

La conséquence immédiate du non respect par l’administration publique de la procédure d’expropriation pour cause d’utilité publique visé par l’article 564 du décret 2014 – 481/PRES rend difficile voire impossible le droit à la contestation prévue dans l’article 567 du décret 2014 – 481/ PRES pendant les opérations d’expropriation pour cause d’utilité publique prévues dans les articles 300 à 326 de la Loi 034 – 2012/AN. En effet, l’article 567 précise que « pendant la durée de l’enquête, les habitants de la localité concernée peuvent consulter le dossier d’expropriation qui leur permettra le cas échéant de contester, soit le principe de l’opération, soit son importance financière ou encore le lieu de sa réalisation ».

2) L’oubli des populations logées sur le site, la détresse des acquéreurs de terrains
Excellence Monsieur le Premier Ministre,

Devant votre volonté de passer en force comme si vous ignoriez les conséquences locales et nationales de telles actions à moins que vous et votre gouvernement fassiez exprès pour susciter les conséquences. Vous oubliez complètement que les propriétaires terriens se fondent sur leurs terres pour nourrir leurs familles et préparer l’avenir de leurs progénitures et que également les acquéreurs de terrains de la zone y ont déjà investi d’énormes sommes pour la plupart prêtées par leurs banques. Certains même reçu des mises en demeure de paiement.

Par ailleurs, cela est difficilement compréhensible que des marchés soient déjà attribués à des entreprises pour effectuer des travaux sur le site en ce moment même ou encore qu’une ouverture de l’université Ouaga II soit présagée pour octobre 2017 alors que presque rien n’est prêt ? Tout cela est de nature à indiquer que vous êtes vraiment décidé, avec votre gouvernement, à passer en force contre les droits élémentaires des propriétaires et des acquéreurs de terrains. Voulez-vous jeter les étudiants en pâture dans une zone où les populations ne sont pas encore prêtes de les recevoir puisque vous n’y préparez pas sérieusement les conditions pour leur tranquillité ? Avez-vous sérieusement pensé à la sécurité des étudiants ou c’est une confrontation entre eux et les propriétaires et acquéreurs de terrains que vous recherchez ?

Excellence Monsieur le Premier Ministre,

L’ensemble des propriétaires et des acquéreurs de terrains de la zone abritant le projet technopôle Ouaga II voudrait bien vous accompagner, vous conseiller aux regards des ressources coutumières et des compétences humaines diverses qui existent en son sein, mais n’est pas prêt à le faire dans le mépris des textes dont vous et votre gouvernement faites preuve ni dans le faux tel qu’il se façonne ni encore dans le dédain avec lequel vous faites de la justice sociale, encore moins dans le climat de menaces et d’intimidations que le gouvernorat est en train d’orchestrer à l’encontre des autorités coutumières et des dirigeants de notre structure, allant jusqu’à nous denier le droit de nous regrouper pour la défense de nos intérêts.

C’est pourquoi, nous ne ménagerons aucun effort ni aucune ressource coutumière et humaine dont nous disposons pour vous barrer la route, car nous pleurons encore nos martyrs que nous ne sommes pas prêts d’oublier. Nous nous rappelons toujours que c’est le refus de respecter les textes en vigueur ou les mauvaises volontés camouflées dans la conduite des affaires publiques, l’injustice sociale qui ont mis les Burkinabè dehors et ont occasionné les troubles et les morts au Burkina Faso en 2014.

Finalement, face au mépris qui est fait, des textes sur le foncier rural au Burkina Faso – la volonté manifeste pour le gouvernement de passer en force sans aucun égard aux propriétaires terriens qui voient leurs premières et ultimes ressources, leurs terres, à la limite être volées et partant l’avenir de leurs enfants hypothéqué ; et aux acquéreurs de terrains dont les projets, en bonne marche sont brutalement interrompus, face à tout cela disons-nous, nous sommes bien en droit de penser avec toute la population burkinabè que son Excellence Monsieur le Premier ministre et son gouvernement cherchent à retirer, par la force, une zone proche de la zone de l’aéroport de Dossin, pressentie par eux comme une zone d’avenir, pour la remettre à des amis entrepreneurs comme cadeau de campagne politique passée ou à venir, sinon il se comprend difficilement que l’on veuille chasser des investisseurs privés pour mettre d’autres investisseurs privés pour réaliser les mêmes projets.

En effet, OUAGAII n’a qu’une superficie maximale de 400 ha alors que la zone d’expropriation fait au moins 2 100 ha (il se susurre même que c’est 8 000 ha). Le reste d être distribué à des opérateurs économiques. Vous voyez que, nous les propriétaires et acquéreurs, ne connaissons même pas les superficies du projet. Tout ce que nous savons, c’est qu’on doit déguerpir !

Excellence Monsieur le Premier ministre, ceci constitue un cri de cœur de personnes en détresse, mais aussi un conseil pour vous dans la mise en œuvre du projet technopôle Ouaga II et nous vous assurons toujours de notre profond respect dans l’espoir que vous saurez faire prévaloir l’intérêt de tous en respectant les textes.

LE BUREAU

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 6 septembre à 16:58, par Kaba Walakou
    En réponse à : Projet technopôle Ouaga II : La population dénonce une volonté de passer en force du Gouvernement

    L’article est clair et précis. Si les faits relatés sont exacts on peut dire que l’Etat n’a pas respecté ses propres lois. Mieux qu’une simple procédure d’expropriation à appliquer, l’Etat doit réaliser une étude complète d’impact environnemental qui mette en évidence tous les problèmes visibles à l’œil nu comme ceux qui sont latents aujourd’hui mais qui ne manqueront pas d’apparaître au grand jour par la suite.

    Tous les Burkinabès doivent se sentir concernés par le problème et une lutte citoyenne sans merci contre le gouvernement doit être engagée sans perdre du temps. Parce que de la façon dont ce problème sera réglé, de la même façon seront réglés les problèmes similaires qui se poseront dans le futur.

    Et il faut se rendre à l’évidence il y aura beaucoup de problème similaires à régler dans un futur proche, parce que la réalité qui s’impose est que l’Etat n’a pas de réserves foncières hors lotissement. Même les réserves foncières loties ont été morcelées, détournées et vendues par les maires de la mal gouvernance alors que nous savons tous que dans un pays comme le BF, sous équipé en infrastructures de toute nature, le besoin de foncier se posera avec acuité.

    Alors mes encouragements aux personnes à qui l’on pense pouvoir faire la force aujourd’hui alors que nous savons tous que "plus rien ne doit être comme avant". Passer à la vitesse supérieure dans votre lutte pour obliger les nouveaux anciens dirigeants de ce pays à appliquer les textes qu’ils ont eux mêmes écrits et votés.

    Chaque burkinabè doit se sentir concerné par cette lutte. Imaginez un instant que alliez au village rendre visite à papa, maman ou telle tante ou tel grand père sinon même un ami de votre génération promoteur d’une activité du secteur primaire dont il vit avec sa famille ; arrivé vous ne vous retrouvez plus, vous êtes désorientés ; explication : l’Etat a déguerpi les habitants soit disant que c’est pour réaliser tel projet d’utilité publique. Les anciens habitants sont reclus dans je ne sais quel "trou" attendant tout bonnement la fin de leur séjour sur terre qui va s’accélérer à la vitesse grand "V". A côté du "fameux" projet d’utilité publique vous trouver d’autres personnes, nouveaux propriétaires, inconnues dans le village jusqu’à l’expropriation.

    Répondre à ce message

    • Le 6 septembre à 22:33, par Assita
      En réponse à : Projet technopôle Ouaga II : La population dénonce une volonté de passer en force du Gouvernement

      je suis entièrement solidaire avec ces villageois et propriétaires terrien. il faut tout simplement que le Gouvernement TIEBA réfléchie très sérieusement a régler ce litige car nous allons pas envoyer nos enfants aller dans une zone d`insécurité. N`oublier surtout notre slogan commune (plus rien ne sera comme avant). Donc ma proposition est la suivante, il faut donner une diversité et chercher a développé autres provinces car il y a 45 plus des communes. Si non 20100 hectare dans une seule zone franchement sa s`appelle la force.

      Répondre à ce message

  • Le 7 septembre à 09:06, par Un aquéreur de terrain dans la zone de Lombila
    En réponse à : Projet technopôle Ouaga II : La population dénonce une volonté de passer en force du Gouvernement

    Je soutien cette lutte même si je n’étais pas concerné !
    c’est vraiment la réalité qui a été relaté ici.
    Généralement, nos États ont toujours eu du mal à appliquer les textes qu’ils adoptent car les dirigeants exercent leurs fonctions dans le sens de leurs intérêts (caractéristiques des pays sous développés) ! Ce qui fait que nos villes actuelles ne sont pas vivables (pas d’infrastructures de sport, éducatives et socio-culturelles) et comme quelqu’un le relatait plus haut, les espaces réservés ont été morcelés et redistribués entres amis !
    Mais pour revenir à l’affaire de l’Université Ouaga II, on peut retenir que la démarche de l’Autorité est entaché d’un tel amateurisme au point qu’on se demande à quelle période nous nous situons ? (20 ou 21e siècle ?) Surtout après une insurrection aussi historique qui a permis à certains de trouver subitement l’envie de diriger ce pays, chose qu’ils n’osaient pas très récemment, même dans leurs rêves !!! Ils oublient que même le cadre communautaire (CEDEAO, UEMOA et UA) regorge d’instruments pertinents que tout citoyen lambda peut recourir pour se faire justice et je vous assure que les concernés de cette affaire sont prêts et déterminés à aller jusqu’à ce niveau !!
    Je crois que tout le monde gagnerait à ce que la balle soit posée à terre, l’Etat revienne sur les étapes violées et instaure un climat serein pour la suite car tout le monde est vigilant dorénavant et rein ne sera comme avant !!!

    Répondre à ce message

  • Le 7 septembre à 10:16, par Jean Gabriel Yaméogo
    En réponse à : Projet technopôle Ouaga II : La population dénonce une volonté de passer en force du Gouvernement

    Merci pour cet éclairage sur ce problème foncier qui peut entraîner des troubles à l’ordre public. Il serait de bon aloi que le gouvernement se penche sérieusement sur ces récriminations et procède à des redressements, si besoin. Il n’y a pas de honte à reconnaître ses torts.

    Par ailleurs, je suggère aux autorités centrales et décentralisées de procéder à un recensement exhaustif des domaines que certains gourous du défunt régime CDP s’étaient octroyés. Il n’est pas rare de voir des dizaines, sinon des centaines d’hectares clôturés et appartenant à des individus. Des investigations doivent être menées pour voir la régularité de ces propriétés et, le cas échéant, l’Etat doit procéder à des retraits purs et simples, sans indemnités. Les "princes" de l’époque, sous le fallacieux vocable, "d’agro-businessman" s’étaient distribués le Faso au détriment des braves paysans transformés en ouvriers agricoles sur leurs propres terres après en avoir été spoliés.

    Le Burkina post insurrectionnel doit rétablir tous ses fils et toutes ses filles dans leurs droits afin que nous puissions envisager ensemble sereinement, la problématique du développement qui tend à devenir une chimère pour les populations.

    Il n’y aura ni paix ni civisme sans la justice. Or ce sont les deux piliers pour amorcer un développement durable.

    A bon entendeur, salut !

    Répondre à ce message

  • Le 7 septembre à 12:32, par CABRIS MORT
    En réponse à : Projet technopôle Ouaga II : La population dénonce une volonté de passer en force du Gouvernement

    Disons tout simplement non à la forfaiture ! chers GOUROUS du moment, pensez à l’avenir de ce pays que nous souhaitons tous paisible pour la postérité.

    Répondre à ce message

  • Le 7 septembre à 15:06, par Un concerné direct
    En réponse à : Projet technopôle Ouaga II : La population dénonce une volonté de passer en force du Gouvernement

    Si ce n’est pas au Burkina, je n’ai jamais vu cela. 2100ha pour une université ? L’état ne communique pas sur le sujet. Je connais des fonctionnaires qui ont pris un prêt bancaire pour se payer des terrains pour de l’agro business dans la zone. Actuellement ils sont entrain de rembourser ces prêt alors qu’ils ne peuvent pas mener leurs activités puisqu’ils ne savent pas dans quel sauce ils seront manger. De plus, il ya des villages qui risquent de disparaitre avec ce projet bizarre puisque toutes leurs terres cultivables seront engloutis et ca sera bonjour la création de nouveau non-loties à Saaba, lombila, Gampela ; sans compter le banditisme qui pourrai en résulter. Il parrait que c’est la mème chose qui s’est passé à MATOURKOU en son temps. L’Etat a déposseder les paysans de plus de 1000ha depuis belle lurette mais se trouve incapable de réaliser 1/100 tième du projet initialement prévu.

    Répondre à ce message

  • Le 8 septembre à 05:01, par Leziah
    En réponse à : Projet technopôle Ouaga II : La population dénonce une volonté de passer en force du Gouvernement

    Ce sujet étant d’une réelle sensibilité, je me donnerai le temps d’y revenir pour plus amples contributions. Je suis théocrate convaincu et donc comme tel, partisan de la justice sociale. Le Dieu que j’adore (et que nous adorons tous) regarde notre planète non pas comme une foule anonyme de personnes, mais pour ce qu’elle présente vraiment à ses yeux ; un seul ETAT avec les cinq continents pour grandes régions. C’est pourquoi le sentiment universaliste qui m’anime m’oblige à des contributions chaque fois qu’il en est besoin.
    Coutoisement votre,
    Dr Leziah Yror De Pôan

    Répondre à ce message

  • Le 8 septembre à 12:34, par nebié
    En réponse à : Projet technopôle Ouaga II : La population dénonce une volonté de passer en force du Gouvernement

    Les acquéreurs voleurs de terrain ils achètent a vil prix même pas 100 000 frs l’ hectares avec la chefs coutumiers et avec la complicités des maires qui leurs fournis des faux procès verbaux antidatés et voila le tour est joué et les pauvres paysans qui vivaient de la culture sur ces terres restent dans la misère . Le SIGU doit être maintenu et toutes les entreprises qui occupent des terrains a usage autre que d’habitation doivent payer la taxe foncière .

    Répondre à ce message

  • Le 10 septembre à 00:24, par konfe
    En réponse à : Projet technopôle Ouaga II : La population dénonce une volonté de passer en force du Gouvernement

    Je vous supporte mais vous dites bien que le foncier national est composer du foncier de l’état des collectivités territoriale et des particuliers n’ oubliez pas que c’est le foncier des particuliers qui ont un titre foncier qu’il s’agit ici que apparemment vous n’en avez pas d’où la nullité de votre démarche

    Répondre à ce message

  • Le 28 septembre à 22:23, par Pullo
    En réponse à : Projet technopôle Ouaga II : La population dénonce une volonté de passer en force du Gouvernement

    Cher Gouvernement du Burkina, au nom de la paix, s’il vous plait veuillez renoncer a ce "projet d’utilite publique". 400ha suffisent largement pour une universite meme elle decide d’elever des elephants. S’ils vous plait pensez paix, paix, paix. A bon entendeur salut.

    Répondre à ce message

  • Le 28 septembre à 22:24, par Pullo
    En réponse à : Projet technopôle Ouaga II : La population dénonce une volonté de passer en force du Gouvernement

    Cher Gouvernement du Burkina, au nom de la paix, s’il vous plait veuillez renoncer a ce "projet d’utilite publique". 400ha suffisent largement pour une universite meme elle decide d’elever des elephants. S’ils vous plait pensez paix, paix, paix. A bon entendeur salut.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés