Déclaration du Front des Forces Sociales (F.F.S.) à l’occasion du 34ème anniversaire de la RDP

COMMUNIQUE • vendredi 4 août 2017 à 00h47min

Ce vendredi 04 août 2017 nous donne une fois de plus l’occasion de nous souvenir de la date historique du 04 août 1983. En effet, le 04 août 2017 marque le 34ème anniversaire de l’avènement de la Révolution démocratique et populaire (RDP) au Burkina Faso, sous la conduite du Conseil national de la Révolution (CNR) avec à sa tête le Camarade Thomas SANKARA.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Déclaration du Front des Forces Sociales (F.F.S.) à l’occasion du 34ème anniversaire de la RDP

Ce jour-là même, le Président SANKARA appelait le peuple entier de la Haute Volta de naguère, à se mobiliser massivement pour soutenir la Révolution naissante. L’appel, lancé par un homme profondément patriote et intègre, déjà très populaire et charismatique, fut reçu avec enthousiasme par le peuple, qui s’organisa dès lors autour des objectifs majeurs de la Révolution, à savoir :

-  organiser la lutte contre les classes conservatrices modernes ;

-  lutter contre les survivances patriarcales et toutes les formes de domination ;

-  rompre la dépendance économique, financière et culturelle ;

-  réaliser l’autosuffisance alimentaire ;

-  mettre l’éducation, la santé, le logement et l’emploi à la portée de tous ;

-  revaloriser nos richesses nationales.

En quatre (4) années de révolution seulement, le Président Thomas SANKARA qui s’est affirmé dans l’extraordinaire personnalité comme un homme d’action incomparable, tout en étant un homme d’une pensée profonde et d’une intelligence visionnaire a su et pu avec notre peuple, dans la ferveur de la mobilisation populaire, réaliser de grandes œuvres notamment sur les plans économique et social. Point n’est besoin ici de faire un listing exhaustif des réalisations concrètes, qui étaient palpables et dont du reste les retombées sont toujours visibles.

Des retenues d’eau aux postes de santé primaire, en passant par les nombreuses écoles et autre bataille du rail, l’on peut avec certitude, affirmer que le peuple burkinabé a su prendre en main son propre destin. La moralisation de la vie publique, grâce à une lutte sincère et efficace contre la corruption, les vols et les détournements, avec un auto-ajustement conséquent au plan économique, permirent au Burkina révolutionnaire de donner un bel exemple de bonne gouvernance à la communauté nationale et internationale, forçant ainsi l’admiration des institutions de Breton Wood. Si l’on ajoute à cela les grands efforts consentis pour l’éveil des consciences et la prise en main de soi, il est évident que la tâche fut porteuse.
Hélas ! Il y’eut le 15 octobre 1987 et un certain fumeux Front « populaire » avec l’instauration d’un pouvoir vampirique instrumentalisé par l’impérialisme et ses valets locaux.

Puis les portes de la misère, de la pauvreté et de la terreur s’ouvrirent pour notre vaillant peuple…

C’est donc un 4 août que nous commémorons sans Thomas depuis 30 ans. Trente ans de longues et pénibles années de lutte des amis et camarades de SANKARA, de contradictions profondes et d’une crise de confiance que le peuple s’est résolu à mettre fin à un ordre politique, économique et social décadent, établi par le régime de Blaise COMPAORE.

C’est aussi avec une irrésistible soif de justice, de liberté et de dignité que le même peuple s’est insurgé les 30 et 31 octobre 2014, et avec la même détermination a mis en échec le coup d’Etat de la soldatesque RSP en septembre 2015.
La transition que d’aucun ont considéré comme une révolution confisquée ou une révolution inachevée a hérité du sacrifice du peuple. De même que le renouveau qui se déroule présentement, a hérité du sacrifice du peuple !

De l’analyse de la situation nationale actuelle, on peut noter que le Burkina est en proie à une campagne d’opinion sans égale, mettant en scène des analystes, des observateurs, des partisans et des contempteurs de tous bords.
Au regard de la profondeur des débats, nous sommes interpelés en tant que fervents défenseurs des idéaux de SANKARA à plus d’un titre sur les attentes persistantes des populations, sur notre capacité organisationnelle, politique et idéologique à y faire face et sur notre devenir à court, moyen et long terme.

Au plan sous régional, les parlementaires de la CEDEAO ont récemment proposé la limitation du nombre de naissance à trois enfants par femme ! Ainsi, cela s’apparente à un aveu d’incapacité à relever le défi du développement car le problème ne saurait être le nombre de naissance dans une Afrique sous peuplée. Nous osons croire que nos illustres élus ne se sont pas faits le relai du Président Français Emmanuel Macron !

Nous les invitons plutôt à s’atteler à la création de la richesse qui devrait conduire à l’épanouissement des populations au lieu de chercher des raccourcis contre quelques hypothétiques subsides (les aides au développement…).
Au plan international, nous ne saurons passer sous silence les positions du Président Donald TRUMP sur le climat. Etant un des gros pollueurs de la planète, les Etats-Unis doivent garder à l’esprit que l’Afrique a déjà payé le lourd tribu : l’esclavage, le colonialisme, le néocolonialisme, etc.

La préservation de l’environnement ne saurait être négociable car c’est l’héritage que nous allons laisser aux générations à venir.

Peuple du Burkina Faso,
Camarades militantes et militants,
Le 04 août doit nous permettre de faire une introspection et de réfléchir politiquement, de réfléchir tout court !

Nous commémorons cette année le 04 août 2017 avec l’ensemble des révolutionnaires, des démocrates et patriotes, ainsi que les progressistes d’ici et d’ailleurs sous le signe de vibrants hommages, de devoir de gratitude et du refus de l’oubli.

Il est difficile de parler du Burkina sans marquer une attention à la vie exemplaire et à l’œuvre de Thomas SANKARA, figure historique et emblématique qui aura pesé sur le destin de notre pays et sur celui d’autres nations. Treize jours avant le coup d’Etat au cours duquel il devrait être assassiné, il définissait le sens de son action en ces termes :

« Notre révolution n’aura de valeur que si, en regardant derrière nous, à nos côtés et devant nous, nous pouvons dire que les Burkinabé sont, grâce à elle, un peu plus heureux. Parce qu’ils ont de l’eau saine à boire, parce qu’ils ont une alimentation abondante, suffisante, parce qu’ils ont une santé resplendissante, parce qu’ils ont l’éducation, parce qu’ils ont des logements décents, parce qu’ils ont l’occasion de jouir de plus de liberté, de plus de démocratie, de plus de dignité. (...) La Révolution, c’est le bonheur. Sans le bonheur, nous ne pouvons pas parler de succès ».

Nous demeurons convaincus que des hommes comme lui sont capables, par la force de leur exemple, d’aider à ce surgissement des hommes comme lui. « Tuez SANKARA, des milliers de SANKARA naîtront », avait-il lui-même prédit. De cela, nous pouvons affirmer que, unis, mobilisés et déterminés, nous devons et nous pourrons faire triompher les nobles idéaux pour lesquels Thomas SANKARA a dédié son existence.

Pour nous, militants et responsables du Front des forces sociales (F.F.S.), nous devons jouer notre partition à fond, par une implication réelle et profonde dans les combats à venir pour la démocratie, la défense des idéaux de la révolution d’août 83. Ainsi, nous devons :

-  commémorer avec engagement et solennité les grandes dates marquant la vie et les œuvres du camarade Thomas SANKARA et en lui rendant les hommages mérités ;

-  concourir à la manifestation de la vérité pour une justice pour SANKARA ;

-  créer et promouvoir une dynamique « sankariste » conforme à son modèle d’engagement politique et idéologique et à ses qualités morales et éthiques ;

-  constituer une plateforme et un cadre unitaire d’éveil des consciences et de combat libérateur ;

-  œuvrer à l’instauration d’un contrôle populaire de l’action gouvernementale ;

-  promouvoir des cadres de débats démocratiques et l’esprit de camaraderie.

Pour terminer, nous ne devons pas oublier que la victoire appartient à ceux qui luttent, et que « là où s’abat le découragement, s’élève la victoire des persévérants », comme nous l’a si bien enseigné le Président Thomas SANKARA, dont la commémoration du 30ème anniversaire de l’assassinat le 15 octobre prochain, devra être un autre moment de ressourcement pour tous.

Quand le peuple se met debout, l’impérialisme et ses valets locaux tremblent !
Gloire éternel aux peuples en lutte !

Bonne fête du 04 août à toutes et à tous !
La patrie ou la mort, nous vaincrons !
F.F.S, Parti de l’Avenir !

Ouagadougou, le 04 août 2017

Le Président National
Nebnoma Edouard ZABRE
Chevalier de l’Ordre national

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 4 août à 10:28, par jerkilo
    En réponse à : Déclaration du Front des Forces Sociales (F.F.S.) à l’occasion du 34ème anniversaire de la RDP

    C’est étonnant que ce soit un seul parti sankariste qui se souvienne du 4 août et fasse une déclaration. Où sont les autres prêts à des querelles de chiffonniers idéologique-politiques ou à pourfendre l’opposition politique. Car le 4 août, c’est la naissance populaire ou la révélation au peuple du sankarisme. Il ne faut pas oublier là où on s’est mis debout pour se souvenir seulement de là où on est tombé

  • Le 4 août à 14:28, par faber
    En réponse à : Déclaration du Front des Forces Sociales (F.F.S.) à l’occasion du 34ème anniversaire de la RDP

    Bonne fête de 4 Août à tous mes frères et soeurs Burkinabé. Sachions que nous sommes tous des héritiers du Président SANKARA. Que cette fête nous soit l’occasion d’introspection, car c’est nos actions individuelles qui ont fait du Burkina Faso ce qu’il est aujourd’hui.
    Quittons le carcan de la paresse, l’égoïsme, la mauvaise foi, la méchanceté, l’injustice, la cupidité et façonnons un pays paisible et prospère par le travail et le sacrifice de tous ses fils et filles. Car, il est futile de penser qu’en réservant des milliards à sa progéniture on leur assure un avenir certain, il est plutôt mieux de lui garantir une éducation et une santé de qualité qui en réalité constituent les moyens efficaces d’enrichissement.
    Alors tous ensemble, main dans la main, dans la vigilance, la justice, le travail et et l’amour de la patrie, décidons ensemble d’un nouveau type de Burkinabé pour un nouveau Burkina Faso.
    Merci au FFS pour ce devoir de mémoire !!!

  • Le 4 août à 19:40, par Ditanyè
    En réponse à : Déclaration du Front des Forces Sociales (F.F.S.) à l’occasion du 34ème anniversaire de la RDP

    Merci à vous militants et responsable du FFS pour ce beau message à l’occasion de cette date historique de la Révolution populaire et démocratique. En rebaptisant la nation Burkina Faso, c’était tout un projet politique. Aujourd’hui nous nous appelons Burkinabè mais sérieusement est-ce que nous le sommes vraiment ? Sommes nous intègres nous ? sommes prêt à mourir pour notre patrie ? Où sont rentrées toutes valeurs de probité, de patriotisme, de fierté nationale...? un combat doit être menée pour redonner à cet pays toute la quintessence de son nom. Vivement une révolution des mentalités ! A bas l’égoïsme.
    J’oublie : merci à vous au moins qui vous souvenez qu’il y eut au Burkina une 4 août !

  • Le 5 août à 11:38, par "LE VIEUX"
    En réponse à : Déclaration du Front des Forces Sociales (F.F.S.) à l’occasion du 34ème anniversaire de la RDP

    MAIS TU OUBLIES QUE L’AUTRE SANKARISTE A PLONGÉ SA BARBE DANS UNE SOUPE NOSEABONDE ? ILS SONT A FADA POUR UNE RENCONTRE DES CADRES. "IL YA L’ARGENT DEDANT". IL N’YA PAS LE TEMPS POUR TOM SANK.

  • Le 5 août à 16:57, par SOME
    En réponse à : Déclaration du Front des Forces Sociales (F.F.S.) à l’occasion du 34ème anniversaire de la RDP

    Ah bon parce qu’il y en a ? Montre le moi quand tu le trouveras. Tu parles de chiffonniers, donc pas de sankaristes !!!
    SOME

  • Le 5 août à 22:57, par Bintoa
    En réponse à : Déclaration du Front des Forces Sociales (F.F.S.) à l’occasion du 34ème anniversaire de la RDP

    Bonne fête à tous et que l âme de Thomas repose en paix où qu il soit. Comme le bon Dieu n emprunte pas mais paie les dettes, tout sera payé un jour.
    Ce qui me désole et me décourage c est la désunion des Sankaristes. Si c était vraiment son idéal qu ils défendent pourquoi cette mésentente ? Est-ce parce que chacun veut se montrer plus Sankara que Sankara lui même ou est-ce des intérêts inavouables ?

  • Le 17 août à 15:36, par boudson
    En réponse à : Déclaration du Front des Forces Sociales (F.F.S.) à l’occasion du 34ème anniversaire de la RDP

    BSR N’AYONS PAS LA MÉMOIRE . LORSQU IL S AGIT DE FORMER UN FRONT SANKARISTE POUR LE CHOIX D UN CANDIDAT UNIQUE POUR ALLER AU ÉLECTIONS CONTRE BLAISE COMPAORE ET SON CDP ET AILLIES C’EST LE FAMEUX FFS QUI A TRAHI LA CAUSE EN CLAQUANT LE PREMIER LA PORTE DE L’ UNION. LE FFS N ’EST PAS UN PARTI SANKARISTE. SE SONT DES ARRIVISTES. L’ UNIR/PS EST ALLÉ AVEC LE MPP POUR SAUVER L’INSTABILITÉ DU PAYS.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés