Indicateurs de performances économiques au Burkina : Le CAPES outille les acteurs en charge de la mise en œuvre des politiques

LEFASO.NET | Par Nicole OUEDRAOGO • mardi 1er août 2017 à 18h21min

Ouagadougou abrite du 1er au 4 Août 2017, un atelier de formation des acteurs sur la formulation des indicateurs d’effets et d’impact des politiques publiques et techniques de collectes des données. Initiée par le Centre d’analyse des politiques économiques et sociales (CAPES), la présente rencontre vise entre autres, à réviser la batterie des indicateurs proposés dans certains documents de référence comme le PNDES , à définir les modalités de renseignement des indicateurs par les acteurs en fonction de leur responsabilité dans le calcul de l’indicateur , et de partager les bonnes pratiques entre participants.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Indicateurs de performances économiques au Burkina : Le CAPES outille les acteurs en charge de la mise en œuvre des politiques

Les enjeux et défis de l’évaluation d’impact, la collecte des données dans le processus d’évaluation d’impact, les divers types d’indicateurs selon le résultat, la publication des résultats de collecte dans le cadre d’une évaluation d’impact. Ce sont des questions sur lesquelles, les acteurs de suivi évaluation des projets et programmes de développement au sein des organisations, vont se pencher durant quatre jours.
Et le directeur exécutif du CAPES, Daniel Kaboré, de s’interroger sur la manière de mesurer les progrès accomplis dans le cadre du développement. « Le développement est un processus participatif qui nécessite l’implication de tous les acteurs ; il est le résultat d’un ensemble d’initiatives (…) en vue d’atteindre des buts communs », a noté Daniel Kaboré.

A l’en croire, l’une des contraintes que connaissent les acteurs dans la mise en œuvre des programmes de développement, réside dans la formulation des indicateurs selon les critères CREAM+ (clair, pertinent, économique, adéquat et pouvant faire l’objet d’un suivi régulier à partir de données valides) et la précision de cibles SMART (Spécifique-mesurable-atteignable-réalisable-temporel), afin de les rendre bien accessibles en termes de mise en œuvre et de collecte des données.

A ce sujet, le directeur exécutif du CAPES soutient que la démarche de son institution à travers cette rencontre, vise à outiller les acteurs en charge de la conception et de la mise en œuvre des politiques et programmes. Il s’agit de les rendre opérationnels dans la mise en œuvre de la matrice de reformes stratégiques et des investissements structurants du PNDES.

JPEG - 50.7 ko
André Richard Ouédraogo expert en suivi évaluation

« Nous avons relié ces deux thématiques parce que nous avons très souvent des contraintes liées à une formulation souvent difficile à interpréter au moment de la mise en œuvre », a soutenu André Richard Ouédraogo, économiste, par ailleurs expert en suivi évaluation au CAPES. D’où l’objet de la présente rencontre, en vue d’une meilleure mesure des performances dans la mise en œuvre des différents projets. Selon lui, il s’agira pour le Centre d’analyse des politiques économiques et sociales, dans son rôle de renforcement des capacités, de contrer cette problématique, en donnant aux acteurs, les rudiments qui permettent d’échanger sur les indicateurs, les objectifs et les programmes, en vue de faciliter par la suite, les renseignements et la collecte des données.

A cet effet, il est prévu un exercice d’application qui sera conduit sur le Plan stratégique décennal de modernisation de l’administration (PSDMA). Il sera question d’évaluer les performances de l’ensemble des structures de la Présidence du Faso dans le cadre de la mise en œuvre du plan de travail et le budget annuel 2016 PSDMA, de réaliser le rapportage semestriel des activités inscrites dans le plan de modernisation de l’administration, et de renseigner le canevas de collectes de données.

De ces travaux, il est attendu entre autres, une définition des indicateurs pertinents non pris en compte dans les documents de référence, le suivi de la mise en œuvre des politiques au niveau sectoriel à partir des outils de collectes appropriés. Notons qu’à l’issue de cet atelier, il est prévu une rencontre sur d’application de la mise en œuvre de la stratégie nationale de bonne gouvernance.

Nicole Ouédraogo
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés