Activités minières au Burkina Faso : Le CGD outille les parlementaires et élus locaux à Bobo-Dioulasso

mardi 25 juillet 2017 à 01h14min

Le lundi 24 juillet 2017 a eu lieu à Bobo-Dioulasso, la cérémonie d’ouverture de l’atelier sur l’impact des activités minières au Burkina Faso. Organisée par le Centre pour la Gouvernance Démocratique (CGD) avec l’appui financier du Programme d’Appui au Développement du Secteur Minier (PADSEM), du 24 au 28 juillet 2017, cette formation permettra le renforcement des capacités des acteurs que sont les parlementaires et les élus locaux, pour une meilleure prise en compte des préoccupations des populations qui subissent les effets de l’activité minière et une bonne gestion des retombées de l’or.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Activités minières au Burkina Faso : Le CGD outille les parlementaires et élus locaux à Bobo-Dioulasso

Deuxième atelier du genre en moins d’un mois, cette formation fait partie d’une série d’activités du CGD avec l’appui technique et financier du PADSEM. En effet, du 24 au 28 juillet 2017, la ville de Bobo-Dioulasso accueille les élus nationaux et les élus locaux, pour la tenue d’un atelier en leur faveur sur l’impact des activités minières au Burkina Faso.

Notre pays regorge de beaucoup de potentialités en matière minière. A en croire Anselme A. Somda, chargé de programme du CGD, c’est depuis les années 2000 que le Burkina Faso connaît un véritable essor de son secteur minier. Ce qui s’explique surtout par l’adoption d’une législation minière dite attractive. En effet, « le code minier adopté le 08 mai 2003, avait pour objet essentiel d’attirer les investisseurs miniers. Cependant, cela n’a pas été à mesure d’apporter un véritable développement structurant au niveau central ainsi qu’au niveau des populations qui subissent l’impact de l’activité minière. C’est pour cette raison qu’en 2015 sous la transition, un nouveau code fut adopté pour pallier les insuffisances du code minier de 2003 dans ses aspects économiques, fiscaux et environnementaux », a-t-il expliqué.
Ainsi, ce nouveau code minier est un instrument qui vise à promouvoir le secteur minier au service du développement économique et social durable de notre pays.

Certes, l’industrie extractive occupe une place importante dans l’économie nationale et locale, mais force est de constater qu’elle a un impact environnemental potentiellement énorme, sans un encadrement juridique et technique adéquat.

En effet, après l’exploitation minière, c’est souvent la désolation qu’on laisse aux populations et souvent la restauration de l’environnement pose problème. C’est pour pallier toutes ces difficultés que le CGD a voulu outiller l’ensemble des acteurs que sont les parlementaires et les élus locaux, notamment des communes qui subissent l’impact de l’activité minière, pour une meilleure prise en compte des préoccupations des populations et une bonne gestion des retombées de l’or. [ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Romuald Dofini
Lefaso.net

Imprimer l'article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés