ENAM : 1974 compétences mises à la disposition de la fonction publique

LEFASO.NET | Justine BONKOUNGOU (Stagiaire) • samedi 22 juillet 2017 à 02h20min

C’est sous le thème « L’ENAM, creuset de formation de ressources humaines qualifiées pour la mise en œuvre du PNDES » qu’a eu lieu la cérémonie officielle de clôture de l’année académique 2016-2017 de l’Ecole nationale d’administration et de magistrature. C’était ce vendredi 21 juillet 2017, en présence du Premier ministre Paul Kaba Thiéba et de Salifou Diallo, parrain de la promotion.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
ENAM : 1974 compétences mises à la disposition de la fonction publique

Ce sont au total 1974 élèves, dont 612 du cycle A, 970 du cycle B et 389 du cycle C qui ont achevé leur formation à l’Ecole nationale d’administration et de magistrature (l’ENAM) et dans ses instituts régionaux. Ils sont donc désormais aptes à servir dans la fonction publique burkinabè. Et pour ce faire, la promotion a choisi comme nom de baptême « Renouveau de la fonction publique burkinabè ». Un nom de baptême qui traduit la mission qu’elle s’est assignée, celle de « marquer de son sceau la vie professionnelle qui s’ouvre à elle (…) Participer activement à la préparation et à la recherche des solutions aux problèmes de ses concitoyens. », à en croire Pascal k. Ilboudo délégué général des élèves.

Salifou Diallo, Parrain de la promotion a aussi salué le choix de ce nom de baptême. Il souligne en effet que face à une fonction publique gangrenée par l’incivisme, le corporatisme, l’affairisme, la corruption, le népotisme et l’absentéisme, il faut un sursaut de patriotisme pour faire d’elle une fonction publique qui s’acquitte de sa mission de service publique. Il félicite donc ses filleuls d’avoir à cœur le renouveau de la fonction publique.

Pour donc mener à bien leur mission, il n’a pas manqué de leur prodiguer quelques conseils. Il les a notamment exhorté à se soucier en premier de l’intérêt général, à respecter la déontologie et à faire respecter l’autorité de l’Etat quel que soit le poste qu’ils occuperont. « Vous devrez surtout incarner les vertus d’une administration républicaine, débarrassée des tares qui ont justifié et conféré toute la pertinence à votre nom de baptême. », leur dira-t-il en substance.

Conseils qui ne sont pas tombés dans l’oreille de sourds. « Nous prenons l’engagement de travailler dans le respect des principes de service public, de la déontologie de l’administration publique pour rendre service au peuple burkinabè qui n’attend de nous que le service public. »

Le Premier ministre Paul Kaba Thiéba, qui a présidé la cérémonie a pour sa part salué le choix du thème « L’ENAM, creuset de formation de ressources humaines qualifiées pour la mise en œuvre du PNDES ». Et ce, parce que la mise en œuvre du PNDES requiert l’implication de tous les Burkinabè et des agents de l’administration en particulier.

Pour ce qui est du nom de baptême de la promotion, Paul Kaba Thiéba a rappelé qu’il est en parfaite adéquation avec l’axe 1 du PNDES qui est de « réformer les institutions et moderniser l’administration » C’est pourquoi il appelle les impétrants à travailler continuellement pour l’amélioration de la productivité dans le secteur public tout en bannissant la corruption. « Nous avons besoin d’un nouveau type d’administrateurs. Des administrateurs qui sont ponctuels, assidus et qui produisent un travail de qualité. Des administrateurs qui ont le sens de l’autorité et du travail bien fait. », lance-t-il.
La cérémonie a aussi été l’occasion pour les autorités présentes de remettre aux majors de chaque cycle et de chaque filière de formation leur diplôme de fin de formation et à l’ENAM de décerner à M. Tenrébsom Boniface Zango le prix de de la personnalité énarque 2017.

Justine Bonkoungou (Stagiaire)
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 25 juillet à 15:19, par DAO
    En réponse à : ENAM : 1974 compétences mises à la disposition de la fonction publique

    il y a quelque chose qui détonne entre le faso danfani des officiels de la céremonie et le perpétuel costume de nos énarques ! je pense que le Faso danfani est plus symbolique que le costume et la cravate ; pourquoi, ne serait-ce que lors cette grande ceremonie de sortie, nos énarques diplômés ne seraient-ils pas en Danfani ?
    en tout cas il y a quelque chose qui détonne dans cette affaire !!!!!!

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés