« Contrôle spécial ramadan » : Des cas de pratiques illicites de prix et saisie de produits périmés

COMMUNIQUE • mardi 20 juin 2017 à 10h00min

Ceci est un communiqué de presse du Ministère du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
« Contrôle spécial ramadan » : Des cas de pratiques illicites de prix et saisie de produits périmés

Dans le cadre de la lutte contre la vie chère, et pour une maitrise des prix des produits de grande consommation en ce mois de ramadan, le ministère en charge du commerce à travers la Direction Générale du contrôle économique et de la répression des fraudes (DGCRF) a effectué du 29 mai au 09 juin 2017, un contrôle des magasins et boutiques dans la ville de Ouagadougou.

La mission de contrôle de la DGCRF avait pour but de lutter contre l’inflation des prix en cette période de forte demande, en s’assurant de la disponibilité en quantité et en qualité des huiles alimentaires, du riz, de la farine de froment, du lait, du sucre, du savon et des sucreries.

Au total, 462 infrastructures marchandes ont été contrôlées. Il en a constaté des infractions de pratique illicite de prix, de défaut de publicité, de non présentation de documents, et d’atteinte à la sécurité du consommateur.

Au cours de l’opération, divers produits périmés ont été aussi saisis. Ils feront l’objet de destruction au cours des semaines à venir. Toutes ces infractions ont fait l’objet de sanctions. Les amendes recouvrées s’élèvent à près de six millions de F CFA.
Le contrôle spécial ramadan est en cours dans les autres régions du Burkina. Le Ministère du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat invite les consommateurs à la vigilance et à dénoncer tout cas de pratique illicite aux numéros verts 80 00 1184/85 à Ouagadougou et 80 00 11 86 à Bobo-Dioulasso.

DCPM/ Ministère du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 20 juin à 14:31, par ispo
    En réponse à : « Contrôle spécial ramadan » : Des cas de pratiques illicites de prix et saisie de produits périmés

    Moi je veux juste savoir à combien vend t-on le kilo de sucre car à Gaoua particulièrement on se retrouve avec sept cents(700) voire sept cent cinquante (750) le sucre en poudre et neuf cents (900) celui en carreaux

    Répondre à ce message

  • Le 20 juin à 15:16, par Vraiment
    En réponse à : « Contrôle spécial ramadan » : Des cas de pratiques illicites de prix et saisie de produits périmés

    Contrôle special Ramadan ! S’il vous plait penser à la cohesion nationale à la place de la politique. Vous pouvez faire vos contrôles sans avoir à dire que c’est à cause du Ramadan. Tout çà pour bien se faire voir des musulmans. Pensez vous qu’ils ne consomment pas tous ses produits en dehors du Ramadan ? Avez vous fait cette Com durant le careme chrétien ? Ou durant la sortie des masques ?
    À voir, nos chers musulmans avaient déjà fait des reserves et la Com devait porter sur les marques des produits et la localisation des boutiques incriminées pour que chaqu’un soit sur ses gardes. Mais non, c’est l’argent recouvré qui vous interesse !

    Vraiment !

    Répondre à ce message

  • Le 20 juin à 19:39, par KOBINABA
    En réponse à : « Contrôle spécial ramadan » : Des cas de pratiques illicites de prix et saisie de produits périmés

    Tout cela rien que de la publicite.En dehors du sucre dites nous bonne gens vos prix homologues.Pour plus de justice controlez egalement les pharmacies.Pcq eux ils sont lettres et ont leur Ordre,ils ne sont pas soumis a un controle.Vous etes plus que injustes.

    Répondre à ce message

  • Le 21 juin à 10:41, par mate
    En réponse à : « Contrôle spécial ramadan » : Des cas de pratiques illicites de prix et saisie de produits périmés

    L’inflation des prix des produits de grande consommation s’est vraiment accentuée pendant ce mois de ramadan. Elle concerne notamment le sucre, le mil, l’huile.......et même les ingrédients pour les jus maison pour la rupture du jeun le soir.
    Nous savons qu’avec la vie chère, le burkinabè lamda ne peut faire de provision pour le mois de ramadan. Nous savons aussi que musulman ou non musulman, chacun consomme lesdits produits, seulement, le mois de jeune est le seul mois de grande consommation de ces produits.
    Pourtant, c’est pendant cette période que beaucoup de vendeurs pensent pouvoir tirer le maximum de profits sur le dos des clients en faisant de la surenchère sur le prix des produits. Alors,il était opportun qu’il y ait ce contrôle pour ne serait que rappeler ces personnes là à l’ordre.
    Il est souhaitable que cet acte soit renouveler à chaque fois qu’il le faut.

    Répondre à ce message

  • Le 21 juin à 17:24, par soyons sérieux !
    En réponse à : « Contrôle spécial ramadan » : Des cas de pratiques illicites de prix et saisie de produits périmés

    On est soit disant dans un pays libéral où chacun peut fixer ses prix et régulièrement, on nous bassine que l’on fait contrôle des prix chez les boutiquiers, les supermarchés, etc. Sur quelle base ? Quand le sac de maïs coûte 5 ou 10.000 F à la récolte et 3 fois plus cher 6 mois, on dit quoi ? rien. Il serait temps de savoir une fois pour toute si on est dans une économie de marché ou pas. Par contre, si l’état doit travailler tous les jours, c’est le contrôle de la qualité des produits alimentaires, des chinoiseries dans tous les domaines qui nous tuent. Malheureusement, tout le monde s’empoisonne avec les produits chimiques sur nos salades, notre gonré, etc. et l’état ne fait rien ! Pour les prix, j’en ai rien à cirer car chacun est libre d’aller payer son sachet d’eau à 50, 100 ou 500 F mais par contre la qualité du produit (respect des normes) n’est pas négociable !!! Au Burkina, plus qu’ailleurs, nous sommes en train de développer une population où les 3/4 seront des malades chroniques par intoxication et le reste seront mort prématurément par intoxication/empoisonnement. NE NOUS TROMPONS PAS DE COMBAT ! LA POPULATION EST MENACEE DE MORT et non par la vie chère ! à bon entendeur, salut ! Un sankariste éclairée.
    NB : pour les sceptiques, allez sur un marché dans un village, vous serez surpris par le nombre de marchands de la mort qui vendent des produits toxiques, interdits et prohibés au vue et au sue de tous. Alors, j’invite le ministère du commerce de ne pas se tromper de combat et revoir sa copie, car, demain, je suis prêt à porter plainte contre eux pour génocide par empoisonnement massive de la population et pour non assistance à personne en danger de morts.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés