« La première des choses dans la religion, c’est de ne pas déranger quelqu’un », rappelle le Chef missionnaire de la communauté Ahmadiyya, Mahmood Nasir Saqib

LEFASO.NET | Par Oumar OUEDRAOGO • mardi 13 juin 2017 à 22h56min

Arrivé au Burkina pour la première fois en 1997, après des études et des services pendant une décennie au Pakistan, Mahmood Nasir Saqib a servi dans plusieurs autres pays en tant que Chef de la communauté Ahmadiyya, notamment en Côte d’Ivoire et au Mali. En 2016, il est réaffecté au Burkina comme Amir (commandeur, ndlr) et Chef Missionnaire. « L’Islam est une religion de paix. L’islam est une religion de tolérance. L’islam ne veut pas dire aller déranger quelqu’un, tuer quelqu’un ou forcer quelqu’un à faire quoi que ce soit. La religion, c’est un choix personnel », rappelle Mahmood Nasir Saqib, s’appuyant sur le slogan de la communauté Ahmadiyya : « Amour pour tous, haine pour personne ». A la faveur de ce mois de pénitence, nous l’avons rencontré au siège de la Jama’at islamique Ahmadiyya au Burkina sis quartier Somgandé (arrondissement N°4 de Ouagadougou). Dans cet entretien qu’il nous a accordés le dimanche, 4 juin 2017, Mahmood Nasir Saqib revient sur quelques grandes activités de la communauté avant de scruter la vie spirituelle en ce mois de pénitence. Entretien à bâtons rompus !

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
« La première des choses dans la religion, c’est de ne pas déranger quelqu’un », rappelle le Chef missionnaire de la communauté Ahmadiyya, Mahmood Nasir Saqib

Lefaso.net : Après la dernière conférence, 26ème conférence annuelle dénommée Jalsa Salana en mars 2017, quelle est l’actualité de la communauté au Burkina ?

Mahmood Nasir Saqib : Comme on l’a toujours dit, nous prônons le vivre-ensemble. Effectivement, la conférence a enregistré plus de 12 mille participants du Burkina et d’autres pays. Elle a connu la présence d’autres communautés musulmanes, de frères Chrétiens et la présence de plusieurs autorités à la cérémonie d’ouverture. On a mené des réflexions ensemble, tout s’est bien passé, et nous rendons grâce à Dieu pour cela. Après cette convention, nous avions participé à une conférence organisée par une Fondation internationale de frères chrétiens, au CENASA à Ouagadougou, et la communauté Ahmadiyya y a donné son message, message de paix et de fraternité.

Le 27 mai, à Banfora, Ahmadiyya a organisé une conférence inter-religieuse à laquelle ont pris part plus de 250 participants dont les autorités de la région (les Cascades). Toutes les communautés religieuses ont donné des messages de paix. Ça s’est vraiment très bien passé. Nous continuons donc la promotion de prêcher le message et après le mois de Ramadan, nous avons un programme d’organisation de conférence (publique) dans chaque région. Ce sera des conférences inter-religieuses ; Ahmadiyya sera l’initiatrice du cadre, mais ce n’est pas son cadre, c’est celui de toutes les communautés religieuses. Nous allons inviter toutes les religions, et les autorités traditionnelles, pour que le message de paix arrive partout. Nous œuvrons pour que le message arrive partout.

Lefaso.net : Le contexte national (marqué par les attaques terroristes) explique-t-il cette conférence publique dans chaque région ?

Mahmood Nasir Saqib : Oui. D’abord, il faut souligner qu’Ahmadiyya travaille avec l’Etat. Partout où la communauté existe. Même pour la fête de Ramadan, où les musulmans célèbrent la fête parfois à des dates différentes, notre communauté s’en tient à la date annoncée par l’Etat (dans les pays où c’est l’Etat qui annonce, parce qu’il y a des pays où l’Etat n’annonce pas le jour de la fête). Il y a le respect à l’autorité de l’Etat. A la conférence de Banfora par exemple, c’est le gouverneur qui était le parrain. Pour dire que les cadres que nous initions sont nécessaires pour que les populations aient les bonnes informations en ce qui concerne l’islam et sachent faire la différence entre musulmans et ceux qui sont en train d’utiliser le nom de l’islam pour semer le désordre. C’est pourquoi, c’est ensemble, avec les autres communautés religieuses, que nous menons les réflexions.

Lefaso.net : Nous sommes en plein mois de pénitence, quelle est la place de la période du jeûne dans la vie de la communauté ?

Mahmood Nasir Saqib : Le jeûne est une obligation pour ceux qui sont en bonne santé, ceux qui respectent certaines conditions d’âge, etc. Le jeûne fait partie des cinq piliers de l’islam ; le troisième pilier. Nous, Ahmadis, faisons un effort pour expliquer aux gens, quelle est l’importance du jeûne. Chaque année, on fait ce travail d’explications ; sur 31 radios nous passons le message. Cette année également, on a imprimé des brochures, environ 120 mille, qu’on a distribuées partout au Burkina, pour expliquer l’importance du jeûne et tous les détails le concernant.

On a aussi un calendrier des heures de jeûne et de rupture. Le jeûne une sorte de recyclage. Comme l’a dit le prophète, durant ce mois, Satan est enchaîné et les portes du Paradis sont ouvertes. C’est un moment pendant lequel, il faut multiplier les efforts, faire beaucoup de biens. Quand je dis recyclage, cela ne veut pas dire dans ce mois seulement, ce doit être un effort continu. Cela voudrait simplement dire que pendant le mois de jeûne, on doit encore être plus actif.

Lefaso.net : Comment la communauté a-t-elle préparé l’entrée dans ce mois ?

Mahmood Nasir Saqib : Comme le prophète l’a dit : accueille le ramadan comme un étranger qui vient chez toi. Comment fait-on, lorsqu’on annonce l’arrivée d’un important étranger ? C’est-à-dire qu’on commence à se préparer, préparer le lieu d’accueil, tout ce qui est à même de rendre agréable son séjour. Chez nous ici, on a commencé, bien avant, par informer nos membres sur la conduite à tenir (ce qu’il faut, les prières…). Par exemple, un mois avant, on a imprimé des calendriers sur les différents horaires phares du jeûne, les moments de rupture, les prières recommandées, etc.

Lefaso.net : Maintenant qu’on y est, quelles sont les dispositions pour un bon mois de ramadan ?

Mahmood Nasir Saqib : Outre les prières, le ramadan est un moment pendant lequel, on peut tirer beaucoup de leçons. Quelqu’un qui ne connaît pas la faim, ne peut pas savoir la douleur, la difficulté qu’éprouve quelqu’un qui a faim. Les gens qui ne connaissent pas la faim, la soif, ne peuvent pas connaître la douleur et la peine que vivent ceux qui n’ont pas les moyens. Voilà pourquoi Allah, pour la vie spirituelle, nous fait l’obligation de faire le carême ; observer la faim et la soif du matin au soir.

Ce sont des moments qui permettent de mesurer comment vivent les gens qui n’ont pas les moyens. Ça peut réveiller en nous des leçons et nous conduire vers ceux qui n’ont pas les moyens. On peut mesurer par exemple la souffrance de ceux qui n’ont pas accès à l’eau. Et au Burkina aujourd’hui, ils sont des milliers d’hommes et de femmes à ne pas avoir accès à l’eau potable. Le mois de ramadan est donc un moment pour s’interroger sur la vie de tous ces gens qui n’ont pas accès à ces éléments vitaux, qui n’ont pas à manger. Voilà pourquoi nous multiplions les forages dans les différentes localités au profit des populations, sans demander quoi que ce soit. Quand dans une localité, on vient dire qu’il y a un forage en panne, notre équipe part réparer gratuitement. Nous sommes en train de construire également des forages, en fonction de notre capacité.

Lefaso.net : Quelles sont les principales règles auxquelles doit être soumis quelqu’un qui observe le jeûne ?

JPEG - 26.6 ko
Mahmood Nasir Saqib : "Quelqu’un qui jeûne, le fait pour Allah"

Mahmood Nasir Saqib : Quelqu’un qui jeûne, le fait pour Allah. Allah dit que toutes les autres pratiques religieuses, c’est pour l’homme, mais le carême, c’est à Lui. Une personne qui fait le carême ne doit pas faire des bêtises : insulter les gens, faire la bagarre, etc. Observer le jeûne, rester avec la faim et la soif, c’est une obéissance à Allah. Il faut donc être quelqu’un qui ne dérange personne. Même quand quelqu’un te provoque, il faut lui dire que tu as jeûné, c’est-à-dire que tu es dans une situation où tu ne fais pas la bagarre. Donc, la première règle, c’est de ne pas faire les choses qui sont interdites. Le deuxième élément, il faut faire beaucoup de sacrifices pour aider les gens qui sont dans le besoin. Il y a d’autres règles liées aux heures de prières, de rupture, etc.

En dehors de cela, il faut dire que les personnes en voyage ou qui sont malades, ne doivent pas faire le jeûne ; ils se rattrapent après. Une personne qui jeûne ne doit pas manger, mais il peut utiliser le cure-dent, se brosser les dents. Certains disent qu’on ne doit pas utiliser le parfum, ce n’est pas juste, on peut le faire.

Lefaso.net : Si le cure-dent est traditionnellement admis, certains pensent par contre qu’on ne peut pas se brosser les dents avec de la pâte dentifrice par exemple !

Mahmood Nasir Saqib : Ce n’est pas interdit, on peut le faire.

Lefaso.net : Et les douches multiples au cours de la journée, faire la piscine … ?

Mahmood Nasir Saqib : Tout cela n’est pas interdit. L’islam est une religion de nature, il n’est pas une religion difficile. C’est seulement les gens qui le compliquent pour se donner leur propre pouvoir.

Lefaso.net : Quelles sont les catégories de personnes qui ne sont pas astreintes au jeûne ?

Mahmood Nasir Saqib : Les malades (y compris les femmes enceintes, les femmes qui allaitent, …), les voyageurs. Les enfants ne doivent pas être obligés au jeûne (ceux qui ont 15, 16 ans…) ; si vous les forcer, ça peut jouer sur leur croissance. Aussi, les élèves et étudiants, qui sont en train de faire leur examen, ne doivent pas être forcés au jeûne ; parce que ça joue sur leur travail. Mais si la personne décide volontiers d’observer le jeûne, c’est sa décision personnelle, il n’y a pas de problème.

Ceux qui voyagent ne doivent pas faire le jeûne ; ce n’est pas parce que le voyage est facile, vous voyagez par exemple en avion, que vous devez dire que vous allez jeûner. Allah t’a donné la permission, il faut en profiter. Vous n’avez pas à le faire, pour montrer que vous êtes forts. Allah a dit, si quelqu’un est malade, il ne doit pas jeûner, c’est aussi une permission. Mais, si tu es malade et tu te dis qu’Allah ne sait pas que tu es trop fort…Non, il sait, c’est lui qui t’a donné la permission. Pareil pour celui qui est dans le voyage, s’il le fait, c’est une désobéissance à Dieu.

Lefaso.net : Qui peut être considéré comme voyageur ? Celui qui quitte par exemple Ouagadougou pour Bobo, Kaya, Ouahigouya… ou vice-versa, est-il un voyageur ?

JPEG - 26.9 ko
Les voyages ne sont pas interdits dans le carême

Mahmood Nasir Saqib : Il y a une grande discussion sur ça. Mais, nous, nous disons que quelqu’un qui quitte matin et qui revint le soir n’est pas en voyage. Aller à Kaya et revenir, ce n’est pas un voyage. Mais, pour quelqu’un qui a un malaise, quand il rentre par exemple dans un car, qui vomis, et qui doit voyager avec ce moyen de locomotion, il ne doit pas jeûner. Dieu dit de ne pas faire le jeûne au cours des voyages. Mais les voyages ne sont pas interdits dans le carême. Le carême dans le voyage est interdit, mais dans le carême, le voyage n’est pas interdit. Par exemple, vous avez jeûné et le matin, votre service vous dit d’aller rapidement à Kaya. Vous partez et vous revenez simplement.

Mais, si vous arrivez à Kaya et il vous dit de continuer sur Dori, en ce moment, vous êtes dans le voyage (c’est continu). Vous êtes donc dispensé du jeûne. Mais pourquoi les gens ne respectent pas cela, tout simplement parce qu’ils pensent que c’est difficile de rembourser après le carême. Donc, ils veulent forcer pour faire. Or, Allah n’aime pas la force.

Lefaso.net : Et les chauffeurs … ?

Mahmood Nasir Saqib : Ils ne sont pas des voyageurs, c’est leur métier et ils sont soumis au jeûne. C’est la même chose pour les bouchers, c’est leur travail.

Lefaso.net : Quel est le sort des personnes qui vivent en concubinage dans ce mois de ramadan ; peuvent-elles jeûner valablement étant sous le même toit … ?

Mahmood Nasir Saqib : Ça, c’est une question très sensible. Un homme et une fille annoncent qu’ils sont ensemble ; cela peut se faire de diverses manières (à la mosquée, dans leurs familles, aux yeux de la société, etc.). Bref, ça dépend des coutumes ; les sociétés n’ayant pas les mêmes coutumes et c’est cela qu’il faut expliquer aux gens. Donc, si une fille et un homme vivent ensemble, aux yeux de tout le monde, que les gens savent qu’ils sont ensemble et qu’ils sont considérés comme mari et femme, en ce moment, ils peuvent faire le carême, sans problème.

Mais, si leur vie de couple est clandestine, se cacher pour aller faire des adultères, ça, ça ne va pas avec le carême, c’est interdit ; parce que ce n’est pas un couple et ils ne peuvent pas être considérés comme tels. Sinon, si les deux familles sont au courant de leur relation, qu’ils ont eux-mêmes annoncés qu’ils sont ensemble, ils sont considérés comme mari et femme (même si le concubinage n’est pas très bien vu dans la société, ils ne sont pas clandestins, tout le monde les considère comme mari et femme). Mais, l’islam aime ce qui est bien, ce qui est joli. Pour faire un mariage en bonne et due forme, on n’a pas besoin de quoique ce soit, les deux familles se réunissent, accomplissent les actes requis. C’est tout ; pas besoin de s’adonner à des organisations couteuses.

Lefaso.net : Certaines personnes n’hésitent pas à exposer leur jeûne, le démontrent à souhaits par leurs comportements... Quelle est la place de la discrétion dans le jeûne ?

Mahmood Nasir Saqib : Si vous avez jeûné, c’est pour vous. Si j’ai jeûné, c’est pour moi. Montrer aux gens qu’on jeûne, qu’on prie, ce n’est vraiment rien. Dans le Saint Coran, Allah a dit clairement que vont entrer en enfer, ceux qui exhibent leur jeûne, leurs prières. Dans la Bible, c’est écrit que quand on fait le carême, il ne faut pas mettre des signes qui montrent aux gens que vous avez fait carême. Même chose en islam. Montrer aux gens… Non ! En ce moment, vous ne le faites pas pour vous, vous le faites pour les gens. Les gens cherchent l’occasion souvent pour montrer aux autres qu’ils ont jeûné, qu’ils prient. Non ! C’est quelque chose qui se passe dans le cœur. Votre carême n’est rien si Allah ne l’a pas accepté (exaucé).

Dans l’Ahmadyya, rarement vous allez nous voir avec de longs chapelets... Pourquoi ; parce que c’est devenu maintenant des éléments pour se montrer aux gens : long chapelet, gros boubou, etc. Non ! Allah n’a pas besoin de ça, il a simplement besoin de ce qui est dans votre cœur. Vous êtes dans votre chambre, seul, en train de prier, etc. C’est cela qui est important. Mais si vous sortez pour faire du tapage, montrer aux gens que vous priez beaucoup… Que tout le monde prie Allah ou pas, qu’est-ce que ça change en lui ; il demeure toujours Allah ! Donc, vous priez pour vous-mêmes et la meilleure façon, c’est celle que vous faites hors des vues, discrètement. Mais, quand vous êtes en train de prier et que vous vous faites applaudir par les gens, ce n’est pas une prière. C’est mon point de vue.

Lefaso.net : A la faveur de ce mois, les lieux de prières se démultiplient ; les gens se constituent en petits groupes, alors qu’à côté, on a la possibilité de se joindre à un groupe dans une mosquée par exemple. Est-ce des exceptions qui caractérisent aussi le mois de jeûne ?

Mahmood Nasir Saqib : Comme je le dis, la première des choses, dans la religion, c’est de ne pas déranger quelqu’un. Il ne faut pas poser un acte qui dérange quelqu’un. Quand je vois souvent les gens qui barrent la route et ils se mettent à prier. Il y a quel bénéfice en cela ? Pendant que vous avez barré la route en train de prier, il y a des voyageurs, fatigués, qui viennent de loin, vous compliquez leur chemin, l’ambulance qui arrive, quelqu’un est en train de transporter un malade pour joindre un centre de santé. Est-ce vraiment bien ? Vous verrez des gens occuper des terrains de sports, ils disent qu’il n’y a pas sport parce qu’eux, ils veulent prier.

Est-ce normal, tout cela ? Non ! Ce n’est pas juste. Ou des gens, 50 personnes, utilisent des hauts parleurs qui dérangent jusqu’à un kilomètre. Islam n’aime pas ça et ce n’est pas un bon esprit dans le carême. Il faut faciliter les choses aux gens. Ce qui va vous déranger, il ne faut pas le faire aux autres. Imaginez, vous avez barré la route, en train de prier, ok. Mais, le jour où vous êtes en train de circuler et vous arrivez quelque part et la route est barrée, les gens sont en train de prier, quel sentiment ça peut vous laisser ? Ce n’est pas bien, et cela montre que les gens n’ont pas compris l’islam.

Aussi, les gens pensent que lorsqu’on accomplit le mois de jeûne, c’est un boulevard ouvert pour les onze autres mois de l’année, que tous leurs péchés sont effacés. Allah n’a pas besoin de vos prières momentanées pour montrer que vous êtes bons. Non, Allah a besoin de votre sincérité. Soyez toujours avec lui, même si c’est petit. Le mois de ramadan est très important pour se lever très tôt, manger, prier… Mais qu’est-ce que nombre de personnes font ; elles se lèvent, se contentent de manger, se recouchent, font n’importe quoi dans la journée et disent qu’elles ont fait le carême. Allah n’a pas besoin de cela. Il faut aussi travailler, il ne faut pas dire que parce que j’ai jeûné, je ne fais pas d’effort dans mon travail, cela n’est pas bien. Dans le mois de ramadan, il faut aussi faire un effort pour réciter le Coran. Mais les gens ont résumé le jeûne en ‘’ne boit pas, ne mange pas’’.

Lefaso.net : Le jeûne et l’impact sur le travail ?

Mahmood Nasir Saqib : Il y a différents travaux et les moments sont aussi différents. Par exemple, en mars, des gens qui travaillent sur des chantiers, qui font des travaux physique, ça relève de la responsabilité de leur hiérarchie de faire en sorte à aménager le temps pour faciliter les choses (alterner, réaménager les heures, etc.). Allah n’a pas donné la permission à celui qui travaille de ne doit pas jeûner, si on commence comme ça, ça va être une voie ouverte pour ne pas faire le jeûne. Allah a dit, ceux qui sont malades, ceux qui voyagent.

Lefaso.net : Votre message de fin ?

Mahmood Nasir Saqib : Que chaque fidèle fasse un effort pour sortir du jeûne avec une autre vie spirituelle. Le prophète a dit que celui qui voit le mois de ramadan en bonne santé et qu’Allah n’a pas pardonné ses péchés n’a rien fait. Le mois de ramadan est vraiment un mois au cours duquel, on doit profiter pleinement. Chaque ramadan doit nous hisser à un niveau par rapport au ramadan passé (comme un escalier) ; on ne doit plus chuter. C’est le mois où chacun doit faire plus d’effort et qu’Allah soit content de nous. Qu’Allah bénisse le Burkina et toutes ses populations !


Lire aussi : Fête de Ramadan : les musulmans ahmadis appellent à la sensibilisation contre le terrorisme


Entretien réalisé par Oumar L. Ouédraogo
(oumarpro226@gmail.com)
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 13 juin à 17:25, par yameogo
    En réponse à : « La première des choses dans la religion, c’est de ne pas déranger quelqu’un », rappelle le Chef missionnaire de la communauté Ahmadiyya, Mahmood Nasir Saqib

    Alors pourquoi le muezzin me réveille à l’heure de la prière ? Je ne suis pas concerné. Laissez moi dormir s’il vous plait.

  • Le 13 juin à 17:28, par sotigui de bobo
    En réponse à : « La première des choses dans la religion, c’est de ne pas déranger quelqu’un », rappelle le Chef missionnaire de la communauté Ahmadiyya, Mahmood Nasir Saqib

    Que Dieu vous bénisse ! interview très riche en enseignements, pleine de sagesse et très constructive en ces temps qui courent.

  • Le 13 juin à 17:38, par Le citoyen
    En réponse à : « La première des choses dans la religion, c’est de ne pas déranger quelqu’un », rappelle le Chef missionnaire de la communauté Ahmadiyya, Mahmood Nasir Saqib

    Merci beaucoup Amir Mahmood Nasir Saqib pour cette belle intervention, vous avez du mérite. Que Dieu vous donne la force de poursuivre la propagation des messages de paix et du vivre-ensemble.

  • Le 13 juin à 17:52, par afo
    En réponse à : « La première des choses dans la religion, c’est de ne pas déranger quelqu’un », rappelle le Chef missionnaire de la communauté Ahmadiyya, Mahmood Nasir Saqib

    Voilà des explications claires et limpides qui nous fondent à dire que la religion musulmane n’est pas compliquée. Ce sont certaines gens qui l’ont compliquée avec des considérations intenables : haut parleurs trop forts, barrer les voies bitumées, montrer à tous ( habillements et attitudes) qu’on est musulman, détester l’ autre......
    Avec ces explications que je viens de lire, je peux être musulman, simple, discret.

  • Le 13 juin à 18:01, par Afia
    En réponse à : « La première des choses dans la religion, c’est de ne pas déranger quelqu’un », rappelle le Chef missionnaire de la communauté Ahmadiyya, Mahmood Nasir Saqib

    Qu’Allah vous bénisse. Le vrai islam. Merci pour votre simplicité et votre franc parlé pour éclairer les fidèles qui n’ont rien compris en islam. Que Dieu élargisse votre congrégation. C’est parce que je suis mariée et dépend de quelqu’un, sinon je vire chez vous. Que Dieu vous bénisse.

  • Le 13 juin à 18:44, par Bernard Luther King ou le Prophete Impie
    En réponse à : « La première des choses dans la religion, c’est de ne pas déranger quelqu’un », rappelle le Chef missionnaire de la communauté Ahmadiyya, Mahmood Nasir Saqib

    Les yeux fermés, le coeur plein d’assurance, j’affirme que ces musulmans, oui les Ahmadyias sont de vrais croyants en Dieu. Je le certifie. Au Pakistan, ils sont persecutés par la majorité musulmane : des mosquées ont dejà été saccagées, des fidèles tués. Malgré tout, les Ahmadya prêchent Dieu-Allah et appellent à la non-violence. Quoi de plus admirable et authentique !
    1. Le premier prix nobel musulman de Physique dans les années 1975 etait un Ahmadyia. A sa mort, l’epithaphe qui affichait "Premier prix nobel musulman" a été vandalisé et le mot "musulman" a été effacé donnant plutot "Premier prix nobel". Tant la majorité coreligionnaire leur vouait une haine !
    2. Les Ahmadyia sont interdits de pelerinage à la Mecque par l’Arabie Saoudite et autres. Je ne sais pas si la mesure a été levé ou pas. C’est dire combien ils sont rejetés. Malgré tout, ils tiennent fermes parcourant le monde entier pour prêcher un islam de paix et de tolerance.
    Que Dieu auquel vous faites foi vous preserve et vous soutienne .

  • Le 13 juin à 20:23, par Le Fair Play Citizen
    En réponse à : « La première des choses dans la religion, c’est de ne pas déranger quelqu’un », rappelle le Chef missionnaire de la communauté Ahmadiyya, Mahmood Nasir Saqib

    En vérité en vérité, que vivement les uns et les autres se fassent l’autocritique et se demander "est ce que je me vante pa avec ma religion ?" Est ce que j’ai besoin de tenir des chapelets devant et partout en tout lieu ?" Franchement, ils sont nombreux qui veulent montrer que leur religion est la meilleure. Chacun poursuit un même Dieu mais par de manières et méthodes/pratiques différentes. Donc travaillons à bien penser ! Cette interview a tout dit ! Plus jamais d’exhibitionnisme !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!????????

  • Le 13 juin à 22:21, par Ka
    En réponse à : « La première des choses dans la religion, c’est de ne pas déranger quelqu’un », rappelle le Chef missionnaire de la communauté Ahmadiyya, Mahmood Nasir Saqib

    Rares sont mes interventions sur les vendeurs d’âmes et les manipulateurs dits Imams radicaux, ou pasteurs illusionnistes. Mais à travers cette analyses suivies de vos réponses a des questions pertinentes, je cautionne une seule de vos dires qui reste la racine de la croyance. ‘’’’Oui la Croyance est une affaire strictement personnelle et chacun devrait s’accommoder de ses propres relations avec Dieu, ou la conception qu’il a de son ou de ses dieux, sans se laisser influencer par d’autres personnes, éventuellement manipulatrices. Nous sommes au XXIe siècle, dominé par la technologie. On ne devrait plus se laisser guider par des personnes mal intentionnées et qui utilisent le Coran ou la Bible avec des traductions et interprétations volontairement ou non fallacieuses par exemple les imams radicaux ou des pasteurs vendeur d’âmes.’’’’ Oui l’Islam selon les enseignements des sourates du Coran, est une religion de tolérance, de paix, et de l’amour pour son prochain : Malheureusement des fanatiques utilisent cette religion pour tuer au nom de Dieu tout puissant. Ce que je peux confirmer, ces fanatiques ne représentent pas l’Islam dans le monde, et vous venez de le confirmer. Je vous prie de continuer de prêcher ce que dont vous confirmez avec insistance, ‘’’’que la croyance est une affaire personnelle.’’’’

  • Le 13 juin à 23:14, par Et les hauts-parleurs-bordel
    En réponse à : « La première des choses dans la religion, c’est de ne pas déranger quelqu’un », rappelle le Chef missionnaire de la communauté Ahmadiyya, Mahmood Nasir Saqib

    L’appel du "Muezzin passe encoure" mais pourquoi nous deranger avec toute vos prieres les ghautparleur a fond. Ca ca derange. Alors que quel derangement vous parlez ?
    Gerez les hauts parleurs et on vous croira.

  • Le 13 juin à 23:15, par TALIBAN
    En réponse à : « La première des choses dans la religion, c’est de ne pas déranger quelqu’un », rappelle le Chef missionnaire de la communauté Ahmadiyya, Mahmood Nasir Saqib

    Un islam non violent, non haineux, non discriminant et non ségrégationniste est un islam de contrebande contre la volonté d’Allah et de Mohammed car le CORAN et les hadiths de la sunna sont clairs la violence contre les non musulmans (koufars) est un ordre d’Allah imposé à tout vrai croyant

  • Le 14 juin à 06:21, par Amadoum
    En réponse à : « La première des choses dans la religion, c’est de ne pas déranger quelqu’un », rappelle le Chef missionnaire de la communauté Ahmadiyya, Mahmood Nasir Saqib

    Message tres riche a partager avec tous nos freres et soeurs musulmans et non musulmans. Merci et bon mois de Ramadan
    a tous !

  • Le 14 juin à 06:56, par Nopogo
    En réponse à : « La première des choses dans la religion, c’est de ne pas déranger quelqu’un », rappelle le Chef missionnaire de la communauté Ahmadiyya, Mahmood Nasir Saqib

    Au moins, avec un tel pseudo : c’est clair ! Que les autorités chargées de la sécurité via internet surveillent ce "monsieur" qui se revendique "taliban" ! Merci

  • Le 14 juin à 07:42, par Veni vidi vinci
    En réponse à : « La première des choses dans la religion, c’est de ne pas déranger quelqu’un », rappelle le Chef missionnaire de la communauté Ahmadiyya, Mahmood Nasir Saqib

    Ha oui ? Vraiment ? Pourquoi dit-on alors que l’islam est une religion de paix ? Tu es effrayant. Es tu aussi laid que tes idées ?

  • Le 14 juin à 08:35, par Burkinabé
    En réponse à : « La première des choses dans la religion, c’est de ne pas déranger quelqu’un », rappelle le Chef missionnaire de la communauté Ahmadiyya, Mahmood Nasir Saqib

    A l’internaute N°11 (cisse) : Tu ferais mieux de t’occuper des djihadistes qui écument le Mali avant de venir nous faire la leçon au Burkina avec ton français approximatif. C’est justement des gens comme vous qui donniez une mauvaise image de l’Islam. Le Burkina est un pays laïc et souffrez qu’il existent des religions et des cultures qui n’interdisent ni la viande du porc, ni la viande de chien et encore moins la bière ou le tchapalo. Si tu n’aime pas notre manière de vivre au Burkina, reste chez toi et ne mets plus pied au Burkina.

  • Le 14 juin à 08:51, par Unknown
    En réponse à : « La première des choses dans la religion, c’est de ne pas déranger quelqu’un », rappelle le Chef missionnaire de la communauté Ahmadiyya, Mahmood Nasir Saqib

    « L’Islam est une religion de paix. L’islam est une religion de tolérance. L’islam ne veut pas dire aller déranger quelqu’un, tuer quelqu’un ou forcer quelqu’un à faire quoi que ce soit. La religion, c’est un choix personnel » dixit Mr. Mahmood. Oui c’est ca, c’est le Christianisme, l’Animisme, le Boudhisme et autres qui ne le sont pas ; mon oeil.

    Cette affirmation du Mr. est pourtant le contraire de ce qui est imprime dans le coran et qui sert de ligne de conduite en islam. Ne nous voilons pas le visage, c’est pour se faire une certaine image sociale que les repondants musulmans aiment crier a tue-tete que l’islam est une religion de patati patata ; au fond, ils cautionent les violences perpetrees au nom de leur religion qui, d’ailleurs, recommande de combattre les non-musulmans.

    Une ame eclairee sait bien que l’islam est tout sauf une religion de paix et de tolerance.

  • Le 14 juin à 09:27, par la paix
    En réponse à : « La première des choses dans la religion, c’est de ne pas déranger quelqu’un », rappelle le Chef missionnaire de la communauté Ahmadiyya, Mahmood Nasir Saqib

    Réponse du Comité permanent de l’Ifta :
    Le gouvernement du Pakistan rendit un jugement
    déclarant cette secte non-musulmane.
    Un autre jugement pareil à celui-ci fut prononcé par la
    Ligue Islamique Mondiale (LIM) à La Mecque pour la
    déclarer non-musulmane.
    Parallèlement, un troisième jugement fut rendu par le
    Congrès des Organisations Islamiques tenu par la ligue
    en 1394 de l’Hégire.
    D’ailleurs, une étude fut publiée expliquant le principe
    de cette secte, comment et quand elle fut fondée, outre
    les autres détails dont traita cette étude et qui viennent
    élucider la vérité de cette secte.En résumé : Cette secte
    prétend que Mizra Gholâm Ahmad Al-Hindî est un
    Prophète qui reçoit la Révélation et que la foi
    musulmane d’une personne n’est déclarée authentique
    que si celle-ci croit en lui. Il est né pendant le XIII
    siècle.
    Or, Allâh (Exalté soit-Il) indique dans Son Noble Livre
    que notre Prophète Mohammad ﺻﻠﻰ ﺍﻟﻠﻪ ﻋﻠﻴﻪ ﻭﺳﻠﻢ est le
    dernier des Prophètes.
    Ceci fit l’unanimité des savants.
    Par conséquent, quiconque prétend qu’il existe après le
    Messager d’Allâh ﺻﻠﻰ ﺍﻟﻠﻪ ﻋﻠﻴﻪ ﻭﺳﻠﻢ un autre Prophète qui
    reçoit la Révélation d’Allâh (Exalté soit-Il) est jugé
    mécréant car il dément ainsi le Livre d’Allâh (Le Très
    Haut), et il désavoue les Hadiths authentiques du
    Messager d’Allâh ﺻﻠﻰ ﺍﻟﻠﻪ ﻋﻠﻴﻪ ﻭﺳﻠﻢ qui confirment qu’il est
    le dernier des Prophètes et contredit ce qui a fait
    l’objet de l’unanimité des savants de la Oumma
    (Communauté Musulmane).
    Qu’Allâh vous accorde la réussite, que l’éloge et le salut
    d’Allâh soient sur notre Prophète Mohammad, sur sa
    famille et sur ses Compagnons.

    • Le 14 juin à 11:00, par Brotteaux des Illettes
      En réponse à : « La première des choses dans la religion, c’est de ne pas déranger quelqu’un », rappelle le Chef missionnaire de la communauté Ahmadiyya, Mahmood Nasir Saqib

      A te lire, ce type de l’Ahmadiya est dans le faux. Mais avec ce qu’il dit je préfère son discours. J’espère que le tien n’est pas aux antipodes du sien.

    • Le 14 juin à 12:25, par Ka
      En réponse à : « La première des choses dans la religion, c’est de ne pas déranger quelqu’un », rappelle le Chef missionnaire de la communauté Ahmadiyya, Mahmood Nasir Saqib

      Monsieur par la Paix, comme un homme déçu par un Imam manipulateur qui l’a envoyé se battre aux côté des terroristes, et aujourd’hui repenti, nous dit dans un de ses interviews ‘’’’’que ces affaires de religion ne devraient pas exister :’’’’’ Et pour moi, la Foi ou la Croyance est une affaire strictement personnelle et chacun devrait s’accommoder de ses propres relations avec Dieu, sans se laisser influencer par d’autres personnes, éventuellement manipulatrices comme vous, qui croyez en connaître plus que les autres sur l’Islam. Pour moi qui crois et ayons lu le CORAN et la BIBLE, je dis ceux-ci a des personnes comme vous, que nous sommes au XXIe siècle, dominé par la technologie, ‘’’l’internet,’’’’ et on ne devrait plus se laisser guider par les traditions et interprétations volontaires et mal intentionné des textes vieux de plusieurs siècles (voire millénaires) surtout du coran dont les diables de Dieu dits Djihadistes utilisent à leur fin pour tuer les autres. Je préfère une personne comme dans cette analyse qui dit que la croyance est une affaire personnelle, que toi qui veut mettre le monde dans le flou, et les manipuler avec des vielles écritures que toi-même tu ne peux nous dire exactement les provenances, que de citer des affirmations infondées des OSC mange mil mondiale. Que les gens soient belliqueux ou au contraire généreux et philanthropes, ils devraient assumer leurs actions et non chercher quelques fadaises mystiques pour justifier leurs actions ou leurs positions. Avec tes citations pour trahir toi-même et les autres, tout le monde peut consulter sur Internet ce que tu sais, et penser comme ils veulent. En l’occurrence, on voit bien que pour d’autres fanatiques dits Imams radicaux comme vous, que l’Islam ne sert que de prétexte à des actions de brigandage de grande envergure, la plupart de ces Imams étant ignorants en matière religieuse, mais hyper qualifiés en termes de délits de droits commun. Laissez le monde respirer avec vos théorise Islamique a dormir debout.

    • Le 14 juin à 13:34, par TAPSOBA Philippe
      En réponse à : « La première des choses dans la religion, c’est de ne pas déranger quelqu’un », rappelle le Chef missionnaire de la communauté Ahmadiyya, Mahmood Nasir Saqib

      Coran sourate 2 v 26 Certes,
      Allah ne se gêne point de citer en exemple n’importe quoi : un moustique ou quoi que ce soit audessus ;
      quant aux croyants, ils savent bien qu’il s’agit de la vérité venant de la part de leur Seigneur ;
      quant aux infidèles, ils se demandent : « Qu’a voulu dire Allah par un tel exemple ? » Par cela, nombreux
      sont ceux qu’Il égare et nombreux sont ceux qu’Il guide ; mais Il n’égare par cela que les pervers,

      Luc 15 v 11-32
      Un homme avait deux fils. 12 Le plus jeune lui dit : « Mon père, donne-moi ma part d’héritage, celle qui doit me revenir un jour. »
      Et le père fit le partage de ses biens entre ses fils.
      13 Quelques jours plus tard, le cadet vendit tout ce qu’il avait reçu et s’en alla dans un pays lointain. Là, il gaspilla sa fortune en menant grande vie. 14 Quand il eut tout dépensé, une grande famine survint dans ce pays-là et il commença à manquer du nécessaire.
      15 Alors il alla se faire embaucher par l’un des propriétaires de la contrée. Celui-ci l’envoya dans les champs garder les porcsz. 16 Le jeune homme aurait bien voulu apaiser sa faim avec les caroubesa que mangeaient les bêtes, mais personne ne lui en donnait.
      17 Alors, il se mit à réfléchir sur lui-même et se dit : « Tous les ouvriers de mon père peuvent manger autant qu’ils veulent, alors que moi, je suis ici à mourir de faim ! 18 Je vais me mettre en route, j’irai trouver mon père et je lui dirai : Mon père, j’ai péché contre Dieu et contre toi. 19 Je ne mérite plus d’être considéré comme ton fils. Accepte-moi comme l’un de tes ouvriers. »
      20 Il se mit donc en route pour se rendre chez son père. Comme il se trouvait encore à une bonne distance de la maison, son père l’aperçut et fut pris d’une profonde pitié pour lui. Il courut à la rencontre de son fils, se jeta à son cou et l’embrassa longuement.
      21 Le fils lui dit :
      « Mon père, j’ai péché contre Dieu et contre toi, je ne mérite plus d’être considéré comme ton fils... »
      22 Mais le père dit à ses serviteurs :
      « Allez vite chercher un habit, le meilleur que vous trouverez, et mettez-le lui ; passez-lui une bague au doigt et chaussez-le de sandales. 23 Amenez le veau que nous avons engraissé et tuez-le. Nous allons faire un grand festin et nous réjouir, 24 car voici, mon fils était mort, et il est revenu à la vie ; il était perdu, et je l’ai retrouvé. »
      Et ils commencèrent à festoyer dans la joie.
      25 Pendant ce temps, le fils aîné travaillait aux champs. Sur le chemin du retour, quand il arriva près de la maison, il entendit de la musique et des danses. 26 Il appela un des serviteurs et lui demanda ce qui se passait. 27 Le garçon lui répondit :
      « C’est ton frère qui est de retour. Ton père a tué le veau gras en son honneur parce qu’il l’a retrouvé sain et sauf. »
      28 Alors le fils aîné se mit en colère et refusa de franchir le seuil de la maison. Son père sortit et l’invita à entrer. 29 Mais lui répondit :
      « Cela fait tant et tant d’années que je suis à ton service ; jamais je n’ai désobéi à tes ordres. Et pas une seule fois tu ne m’as donné un chevreau pour festoyer avec mes amis. 30 Mais quand celui-là revient, « ton fils » qui a mangé ta fortune avec des prostituées, pour lui, tu tues le veau gras ! »
      31 « Mon enfant, lui dit le père, tu es constamment avec moi, et tous mes biens sont à toi ; 32 mais il fallait bien faire une fête et nous réjouir, puisque ton frère que voici était mort et qu’il est revenu à la vie, puisqu’il était perdu et voici qu’il est retrouvé. »

  • Le 14 juin à 11:00, par Brotteaux des Illettes
    En réponse à : « La première des choses dans la religion, c’est de ne pas déranger quelqu’un », rappelle le Chef missionnaire de la communauté Ahmadiyya, Mahmood Nasir Saqib

    A te lire, ce type de l’Ahmadiya est dans le faux. Mais avec ce qu’il dit je préfère son discours. J’espère que le tien n’est pas aux antipodes du sien.

  • Le 14 juin à 11:09, par Clément
    En réponse à : « La première des choses dans la religion, c’est de ne pas déranger quelqu’un », rappelle le Chef missionnaire de la communauté Ahmadiyya, Mahmood Nasir Saqib

    Bel entretien, je suis ému par ce que j’ai lire sur cette façon de vivre sa foi musulmane qui met l’amour de l’autre au centre de tout ; qui met Dieu au début et à la fin de toute chose. Ce islam tolérant, nous le souhaitons tous.

  • Le 14 juin à 11:32, par TAPSOBA Philippe
    En réponse à : « La première des choses dans la religion, c’est de ne pas déranger quelqu’un », rappelle le Chef missionnaire de la communauté Ahmadiyya, Mahmood Nasir Saqib

    TALIBAN : (membre d’un mouvement islamiste militaire afghan favorable à l’application intégrale de la loi coranique) tu peux avoir raison car les textes coraniques incitent souvent à la violence. j’était aussi musulman comme toi et quant je lisais le coran ça me remontait contre les non musulmans. alors j’ai fais l’expérience avec la bible et là j’ai trouvé que Dieu est tout simplement AMOUR. Dans 1 Corinthiens 13
    …4 L’amour est patiente, elle est pleine de bonté ; l’amour n’est point envieuse ; l’amour ne se vante point, elle ne s’enfle point d’orgueil, 5 elle ne fait rien de malhonnête, elle ne cherche point son intérêt, elle ne s’irrite point, elle ne soupçonne point le mal, 6 elle ne se réjouit point de l’injustice, mais elle se réjouit de la vérité ;…
    Fais en toi aussi cette expérience car si Dieu s’intéresse aux humains c’est parce qu’Il nous aime sinon Il pouvait nous considérer comme les animaux. Je prie pour toi afin que Seigneur t’aide à voir les choses autrement que d’avoir de la haine pour tes semblables. Amen

  • Le 14 juin à 12:03, par paix
    En réponse à : « La première des choses dans la religion, c’est de ne pas déranger quelqu’un », rappelle le Chef missionnaire de la communauté Ahmadiyya, Mahmood Nasir Saqib

    que c’est beau ce message de paix et de tolérance. Que Dieu vous fortifie dans votre mission. Et qu’il inspire beaucoup de gens comme vous dans nos différentes communautés.
    "celui qui aime Dieu ne peut pas haïr son prochain."

  • Le 14 juin à 12:25, par Ka
    En réponse à : « La première des choses dans la religion, c’est de ne pas déranger quelqu’un », rappelle le Chef missionnaire de la communauté Ahmadiyya, Mahmood Nasir Saqib

    Monsieur par la Paix, comme un homme déçu par un Imam manipulateur qui l’a envoyé se battre aux côté des terroristes, et aujourd’hui repenti, nous dit dans un de ses interviews ‘’’’’que ces affaires de religion ne devraient pas exister :’’’’’ Et pour moi, la Foi ou la Croyance est une affaire strictement personnelle et chacun devrait s’accommoder de ses propres relations avec Dieu, sans se laisser influencer par d’autres personnes, éventuellement manipulatrices comme vous, qui croyez en connaître plus que les autres sur l’Islam. Pour moi qui crois et ayons lu le CORAN et la BIBLE, je dis ceux-ci a des personnes comme vous, que nous sommes au XXIe siècle, dominé par la technologie, ‘’’l’internet,’’’’ et on ne devrait plus se laisser guider par les traditions et interprétations volontaires et mal intentionné des textes vieux de plusieurs siècles (voire millénaires) surtout du coran dont les diables de Dieu dits Djihadistes utilisent à leur fin pour tuer les autres. Je préfère une personne comme dans cette analyse qui dit que la croyance est une affaire personnelle, que toi qui veut mettre le monde dans le flou, et les manipuler avec des vielles écritures que toi-même tu ne peux nous dire exactement les provenances, que de citer des affirmations infondées des OSC mange mil mondiale. Que les gens soient belliqueux ou au contraire généreux et philanthropes, ils devraient assumer leurs actions et non chercher quelques fadaises mystiques pour justifier leurs actions ou leurs positions. Avec tes citations pour trahir toi-même et les autres, tout le monde peut consulter sur Internet ce que tu sais, et penser comme ils veulent. En l’occurrence, on voit bien que pour d’autres fanatiques dits Imams radicaux comme vous, que l’Islam ne sert que de prétexte à des actions de brigandage de grande envergure, la plupart de ces Imams étant ignorants en matière religieuse, mais hyper qualifiés en termes de délits de droits commun. Laissez le monde respirer avec vos théorise Islamique a dormir debout.

  • Le 14 juin à 12:56, par cisse
    En réponse à : « La première des choses dans la religion, c’est de ne pas déranger quelqu’un », rappelle le Chef missionnaire de la communauté Ahmadiyya, Mahmood Nasir Saqib

    internaute n12 faut bien lire çe que linternaute n1 a poster avant d’agir OK ? çest genre De personne veulent LA paix ou non ?pourquoi dire que les muezzin te derange ? LA çest pa bonne voici les terroriste qui on envahit le nord du Burkina on cherche a les eleminer toi tu laisse ça et tu parle De muezzin tu nest pa au serieux çest tout

    • Le 14 juin à 16:28, par Horus
      En réponse à : « La première des choses dans la religion, c’est de ne pas déranger quelqu’un », rappelle le Chef missionnaire de la communauté Ahmadiyya, Mahmood Nasir Saqib

      Je vois que le modérateur a apparemment retiré le premier message de Cissé. Ce sont les gens comme toi Cissé justement qui êtes les terroristes dont tu parles dans ton second poste. Celui qui veut boire la bière, boit sa bière, celui qui veut manger du porc ou du chien c’est son problème. Tu es qui pour juger les autres ? Chacun vit sa vie selon ses croyances. Ce qui se passe entre toi et Dieu reste entre toi et Dieu. C’est personnel. Le Burkina Faso, mon pays, est un pays laïc. Les animistes ont existé avant la venue de l’Islam et du Christianisme pourtant ils n’emmerdent personne. Les bouddhistes/Taoïstes sont environs 3 milliards et représentent près de 40% de la population mondiale mais ils n’emmerdent personne. Si l’internaute 1 dit que le muezzin ou le haut-parleur du pasteur ou du prête le dérange c’est son droit et il le dira. C’est toi qui te prend pour l’envoyé de Dieu pour venir imposer tes croyances aux autres ?

  • Le 14 juin à 13:34, par TAPSOBA Philippe
    En réponse à : « La première des choses dans la religion, c’est de ne pas déranger quelqu’un », rappelle le Chef missionnaire de la communauté Ahmadiyya, Mahmood Nasir Saqib

    Coran sourate 2 v 26 Certes,
    Allah ne se gêne point de citer en exemple n’importe quoi : un moustique ou quoi que ce soit audessus ;
    quant aux croyants, ils savent bien qu’il s’agit de la vérité venant de la part de leur Seigneur ;
    quant aux infidèles, ils se demandent : « Qu’a voulu dire Allah par un tel exemple ? » Par cela, nombreux
    sont ceux qu’Il égare et nombreux sont ceux qu’Il guide ; mais Il n’égare par cela que les pervers,

    Luc 15 v 11-32
    Un homme avait deux fils. 12 Le plus jeune lui dit : « Mon père, donne-moi ma part d’héritage, celle qui doit me revenir un jour. »
    Et le père fit le partage de ses biens entre ses fils.
    13 Quelques jours plus tard, le cadet vendit tout ce qu’il avait reçu et s’en alla dans un pays lointain. Là, il gaspilla sa fortune en menant grande vie. 14 Quand il eut tout dépensé, une grande famine survint dans ce pays-là et il commença à manquer du nécessaire.
    15 Alors il alla se faire embaucher par l’un des propriétaires de la contrée. Celui-ci l’envoya dans les champs garder les porcsz. 16 Le jeune homme aurait bien voulu apaiser sa faim avec les caroubesa que mangeaient les bêtes, mais personne ne lui en donnait.
    17 Alors, il se mit à réfléchir sur lui-même et se dit : « Tous les ouvriers de mon père peuvent manger autant qu’ils veulent, alors que moi, je suis ici à mourir de faim ! 18 Je vais me mettre en route, j’irai trouver mon père et je lui dirai : Mon père, j’ai péché contre Dieu et contre toi. 19 Je ne mérite plus d’être considéré comme ton fils. Accepte-moi comme l’un de tes ouvriers. »
    20 Il se mit donc en route pour se rendre chez son père. Comme il se trouvait encore à une bonne distance de la maison, son père l’aperçut et fut pris d’une profonde pitié pour lui. Il courut à la rencontre de son fils, se jeta à son cou et l’embrassa longuement.
    21 Le fils lui dit :
    « Mon père, j’ai péché contre Dieu et contre toi, je ne mérite plus d’être considéré comme ton fils... »
    22 Mais le père dit à ses serviteurs :
    « Allez vite chercher un habit, le meilleur que vous trouverez, et mettez-le lui ; passez-lui une bague au doigt et chaussez-le de sandales. 23 Amenez le veau que nous avons engraissé et tuez-le. Nous allons faire un grand festin et nous réjouir, 24 car voici, mon fils était mort, et il est revenu à la vie ; il était perdu, et je l’ai retrouvé. »
    Et ils commencèrent à festoyer dans la joie.
    25 Pendant ce temps, le fils aîné travaillait aux champs. Sur le chemin du retour, quand il arriva près de la maison, il entendit de la musique et des danses. 26 Il appela un des serviteurs et lui demanda ce qui se passait. 27 Le garçon lui répondit :
    « C’est ton frère qui est de retour. Ton père a tué le veau gras en son honneur parce qu’il l’a retrouvé sain et sauf. »
    28 Alors le fils aîné se mit en colère et refusa de franchir le seuil de la maison. Son père sortit et l’invita à entrer. 29 Mais lui répondit :
    « Cela fait tant et tant d’années que je suis à ton service ; jamais je n’ai désobéi à tes ordres. Et pas une seule fois tu ne m’as donné un chevreau pour festoyer avec mes amis. 30 Mais quand celui-là revient, « ton fils » qui a mangé ta fortune avec des prostituées, pour lui, tu tues le veau gras ! »
    31 « Mon enfant, lui dit le père, tu es constamment avec moi, et tous mes biens sont à toi ; 32 mais il fallait bien faire une fête et nous réjouir, puisque ton frère que voici était mort et qu’il est revenu à la vie, puisqu’il était perdu et voici qu’il est retrouvé. »

  • Le 14 juin à 15:10, par NGONGA
    En réponse à : « La première des choses dans la religion, c’est de ne pas déranger quelqu’un », rappelle le Chef missionnaire de la communauté Ahmadiyya, Mahmood Nasir Saqib

    Allah est amour et paix. Allah nous a crée (Hommes, animaux, plantes, etc.) pour peupler la planète et vivre en communauté dans la paix, l’amour, la justice, la tolérance, la solidarité, le pardon,.... dans la foi en un mot. Cette vie en communauté est permanente car IL nous a donné le pouvoir de procréer et d’alimenter cette communauté, afin que cette flamme ne s’éteigne jamais. Il nous a également donné le pouvoir de distinguer le bien du mal. il y a du tout dans la communauté (des bons, des croyants, des non croyants, des peureux, des méchants, des voleurs, des assassins, des fous, des attardés mentaux, des illuminés, etc.). La pratique de la religion doit tout d’abord être personnelle et discrète avant d’être communautaire car c’est le chemin par lequel, nous parlons directement à notre créateur, sans intermédiaire. Notre foi sincère et notre crainte d’Allah doivent se traduire au sein de la communauté par nos actes positifs et nobles et non par par une démonstration anarchique et discriminatoire de nos pratiques religieuses.

  • Le 14 juin à 15:56, par Diallo Mamoudou
    En réponse à : « La première des choses dans la religion, c’est de ne pas déranger quelqu’un », rappelle le Chef missionnaire de la communauté Ahmadiyya, Mahmood Nasir Saqib

     D’abord je signale que nulle n’a le droit de qualifier son semblable de non musulman. Donc (internaute 13) mets de côté tous les différents comités islamiques que tu viens de citer. Si ces comités étaient composés de gens imprégnés des enseignements véritables de l’Islam, ils auraient compris que le Prophète lui-même à défendu toute personne de sa Oum’ma (Communauté) de qualifier autrui qui se réclame de l’islam de non musulman.
     Ensuite vous parlez d’une étude sur laquelle vous ne donnez pas de détails. On ne peut donc pas croire en vos arguments qui frisent l’arbitraire et la calomnie.
     Enfin, en Islam le débat n’est pas interdit tant qu’il respecte chacun des partis. La question sur la venue ou non d’un prophète après Mohammad n’est pas aussi tranchée comme tu le fais ressortir. La seule chose qui ne souffre pas de débat selon le Coran et les hadiths c’est qu’aucun autre prophète ne viendra avec une loi autre que le Saint coran. Autrement dit, il n’y aura plus un prophète législateur. Toutefois, tant que l’humanité existera, Dieu continuera toujours d’envoyer des prophètes pour la guider vers son message. Tous ces prophètes qui viendront après Mohammad (saw) seront dans le giron de l’Islam et ne feront, ni ne diront rien en dehors du saint coran. Ils auront le rang de prophète réformateur et non de prophète législateur comme Mohammad (saw) ou Moïse (as).
     Quant aux Ahmaddis, je vous prie d’adopter une attitude prudente envers eux. S’ils sont des « imposteurs », Allah a le pouvoir, mieux que quiconque de régler la question. Je ne crois pas que Dieu ait délégué une partie de ses pouvoirs à certaines personnes pour brimer d’autres sur la terre. « L’amour pour tous, la haine pour personne ». Il n’y a pas mieux que ce mode de vie. Si quelqu’un dit et vit cette philosophie, peu importe qu’on le qualifie de non-musulman, il peut être fier car plus utile à l’humanité que ceux qui se réclament de l’islam, qui endeuillent des familles innocentes et qui stigmatisent les autres confessions religieuses.
     S’il vous plait allez sur ces sites pour mieux démonter les arguments de l’internaute n°13 : www.islamahmadiyya.fr ; www.alislam.org

  • Le 14 juin à 16:28, par Horus
    En réponse à : « La première des choses dans la religion, c’est de ne pas déranger quelqu’un », rappelle le Chef missionnaire de la communauté Ahmadiyya, Mahmood Nasir Saqib

    Je vois que le modérateur a apparemment retiré le premier message de Cissé. Ce sont les gens comme toi Cissé justement qui êtes les terroristes dont tu parles dans ton second poste. Celui qui veut boire la bière, boit sa bière, celui qui veut manger du porc ou du chien c’est son problème. Tu es qui pour juger les autres ? Chacun vit sa vie selon ses croyances. Ce qui se passe entre toi et Dieu reste entre toi et Dieu. C’est personnel. Le Burkina Faso, mon pays, est un pays laïc. Les animistes ont existé avant la venue de l’Islam et du Christianisme pourtant ils n’emmerdent personne. Les bouddhistes/Taoïstes sont environs 3 milliards et représentent près de 40% de la population mondiale mais ils n’emmerdent personne. Si l’internaute 1 dit que le muezzin ou le haut-parleur du pasteur ou du prête le dérange c’est son droit et il le dira. C’est toi qui te prend pour l’envoyé de Dieu pour venir imposer tes croyances aux autres ?

  • Le 14 juin à 17:41, par le desesperé
    En réponse à : « La première des choses dans la religion, c’est de ne pas déranger quelqu’un », rappelle le Chef missionnaire de la communauté Ahmadiyya, Mahmood Nasir Saqib

    Aucune religion n’amènera quelqu’un au paradis car Dieu n’a créé aucune religion...c’est tes rapports directs avec ton prochain et avec Dieu qui peut t’amener au paradis..

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés