Commune de Falagountou : L’exécutif municipal a rendu compte de sa gestion 2016 à ses administrés

LEFASO.NET | Par Oumar OUEDRAOGO • mardi 6 juin 2017 à 23h04min

« Espace de dialogue communal de Falagountou ». C‘est autour de ce concept que le Conseil municipal de Falagountou, dans la région du Sahel, a dressé le bilan de sa gestion 2016 aux populations et dévoilé les perspectives 2017. Cet exercice de redévabilité, qui a eu lieu le dimanche, 28 mai 2017 dans le village de Gourara, a mobilisé, en plus des forces-vives, des partenaires de la commune dont la société minière Iam Gold Essakane SA.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Commune de Falagountou : L’exécutif municipal a rendu compte de sa gestion 2016 à ses administrés

« Falagountou, un paradis au milieu du Sahel ». C’est le slogan de l’actuel maire de la commune rurale de Falagountou, Saïdou Maïga. C’est pourquoi s’est-il donné pour repère, la bonne gouvernance. « La gestion des Biens publics oblige à rendre compte aux mandataires que sont les populations. En devoir de toute obligation légale, il s’agit d’un devoir moral car, nous ne sommes rien devant le peuple : nous ne sommes que ses serviteurs. Ceux qui ignorent cette donne l’ont toujours appris à leurs dépens », perçoit le maire Saïdou Maïga, ministre de l’environnement sous la transition.

L’« Espace de dialogue communal de Falagountou » répond donc à cette vision. Il se veut un cadre pour promouvoir la culture de la redevabilité et de bonne gouvernance autour de l’action du Conseil municipal pour une pleine adhésion des acteurs au développement. Par ricochet, il est une tribune pour recueillir les critiques et autres suggestions des populations dans la dynamique de construction. Et pour cet exercice démocratique, délocalisé dans le village de Gourara, les populations n’ont pas été avares en réactions à la fin de l’exposé-bilan du maire.

Membres de bureaux des comités villageois de développement, autorités coutumières et religieuses, directeurs et chefs de services communaux, membres de groupements féminins et masculins, associations de développement, représentants des élèves des établissements, syndicats, membres du Conseil municipal, partenaires techniques et financiers de la commune, services techniques partenaires…, tous ont suivi le bilan passé au peigne fin par le premier responsable de l’exécutif municipal. Les populations, qui n’attendaient pas mieux, ont loué non seulement la démarche (de reddition de comptes), mais également les réalisations faites en une année de mandat.

Dans ce chapelet d’actions, on peut retenir la construction des maisons des jeunes et des femmes ; la réhabilitation et la réalisation de forages et forages pastoraux ; la construction de CSPS (Centres de santé et de promotion sociale), d’une banque de céréales, de salles de classe ; l’électrification de seize écoles de la commune et la CEB (circonscription de l’enseignement de base) à l’aide de système photovoltaïque ; la réalisation de digue de protection ; l’acquisition de moulins au profit des villages de la commune ; la récupération des terres dégradées ; la réalisation d’un parc à vaccination.

A ces réalisations physiques, et non exhaustives, on ajoute la formation des conseillers municipaux et de bien d’autres acteurs de développement local. Le Conseil municipal s’est également investi dans la résolution des conflits sociaux majeurs (problème de chefferie à Falagountou) et l’amélioration de la gouvernance locale par le renouvellement des bureaux CVD (comités villageois de développement) de treize villages sur quatorze.

« Au niveau de l’éducation, le maire et ses adjoints ont sillonné les différents villages pour inciter les parents à inscrire leurs enfants à l’école et à les y maintenir. Une campagne a été également menée à l’endroit des élèves du lycée contre le mariage précoce et le mariage forcé. Au plus fort de la crise sécuritaire, les premiers responsables de l’éducation et l’exécutif municipal se sont déplacés auprès des enseignants, à leur poste de travail, pour les encourager à poursuivre leurs activités », a confié le bourgmestre, Saïdou Maïga. Au plan de la cohésion sociale, on note le renforcement du dialogue inter-religieux et pour lutter contre le radicalisme. Toutes ces réalisations l’ont été, dans bien des parties, grâce à l’appui financier d’Iam Gold Essakane SA. [ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

O.L.O
Lefaso.net

Portfolio

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés