Air Burkina : Le Fonds Aga Khan de Développement Economique cède ses actions à l’Etat burkinabè pour 1FCFA symbolique

dimanche 14 mai 2017 à 20h00min

Le gouvernement burkinabè et la hiérarchie d’Air Burkina ont signé le jeudi 11 mai 2017 à Ouagadougou, un contrat de cessation de la gestion de la compagnie par le Fonds AKFED au profit du gouvernement burkinabè. La cérémonie de signature du contrat de cession s’est déroulée le jeudi 11 mai 2017, dans la salle de réunion du ministère des Transports, de la Mobilité urbaine et de la Sécurité Routière.

Air Burkina : Le Fonds Aga Khan de Développement Economique cède ses actions à l’Etat burkinabè pour 1FCFA symbolique

Après s’être retiré de la gestion de plusieurs compagnies telles que la compagnie Air Côte d’Ivoire, Air Ouganda et Air Italie, le Groupe Aga Khan pour le Développement Economique (AKFED) se désengage de la gestion d’Air Burkina. Dans le cadre de sa stratégie de groupe, par lettre datée du 13 juin 2016, le Groupe Aga Khan pour Développement Economique (AKFED) a exprimé son souhait de se retirer de la gestion d’Air Burkina en juin 2016, et de céder ses parts à l’Etat à un (1) franc symbolique.

A cette cérémonie de signature de cession d’actions, l’Etat du Burkina Faso était représenté par Souleymane Soulama et Edith Clémence Yaka, respectivement ministre des Transports, de la Mobilité Urbaine et de la Sécurité Routière, et ministre déléguée auprès du ministre de l’Economie, des Finances et du Développement, chargée du Budget. Le groupe AKFED avait pour représentant Mahmoud Rajan, Directeur Général adjoint.

Dans son allocution, le ministre Souleymane Soulama a, au nom du gouvernement du Burkina Faso, adressé sa reconnaissance au Prince Aga Khan qui a accepté de laisser au gouvernement le temps de se préparer pour la reprise de la gestion d’Air Burkina en agréant les reports sollicités par l’Etat. Pour le Ministre, aujourd’hui, c’est une nouvelle page de l’aviation qui se tourne dans notre pays avec la signature du contrat de cession d’actions entre le Burkina Faso et Aérienne De Participation d’une part, et d’autre part par la signature de l’avenant au contrat de sous-location d’aéronefs entre Air Burkina et Finaircraft.

L’annonce du retrait d’AKFED a suscité des inquiétudes légitimes quant au risque de rupture d’exploitation, mais cette exploitation continuera grâce à la volonté manifeste des deux parties, à savoir l’Etat et AKFED. Le gouvernement a pris toutes les dispositions nécessaires et travaillera à insuffler à Air Burkina un dynamisme nouveau, source de progrès, a dit le ministre Soulama au cours de son allocution. Il soutient par ailleurs que le développement du Burkina Faso passe par le développement du transport aérien et à ce titre, le gouvernement fera tout pour que Air Burkina vole toujours plus haut et plus loin.

Le ministre Soulama a saisi l’opportunité pour saluer la contribution éminente du comité interministériel composé des cadres venant de la Présidence du Faso, du Premier Ministère et des ministères en charge des Transports, des Finances, du Commerce ainsi que du Travail et de la Protection Sociale, qui n’ont pas marchandé leurs participations aux rencontres préparatoires et aux séances de négociations avec AKFED, six mois durant.

Service Communication Air Burkina et la DCPM du Ministère des Transports

Messages

  • ça c’est une niche de sous pour ces gestionnaires nationaux qui vont encore montrer leur incompétence et leur incivisme dans la gestion de la chose publique

  • ça c’est une niche de sous pour ces gestionnaires nationaux qui vont encore montrer leur incompétence et leur incivisme dans la gestion de la chose publique

  • ça c’est une niche de sous pour ces gestionnaires nationaux qui vont encore montrer leur incompétence et leur incivisme dans la gestion de la chose publique

  • Une compagnie comme Ethiopian Airways est détenue par l’Etat d’Ethiopie et géré par l’armée. Le burkina pourrait s’en inspiré car il faut du sérieux dans le domaine du transport aerien.
    Il aussi est temps de penser à agrandir la flotte de cette compagnie qui fait la fierté du Burkina. Pour être en phase avec l’aéroport de Donsin en construction, Air Burkina merite un gros investissement pour pouvoir permettre à cet aéroport d’etre un Hub en afrique de l’ouest vu la position geographique du Burkina.

  • ça c’est une niche de sous pour ces gestionnaires nationaux qui vont encore montrer leur incompétence et leur incivisme dans la gestion de la chose publique

  • Ça,c’est une parodie de cession de parts.Est-ce qu’au départ AGA KHAN avait des parts d’actions dans le capital d’Air BURKINA ?Je ne pense pas que ça soit le cas.Au temps de Blaise Compaoré AGA KHAN a du prendre à titre gracieux la gestion de cette compagnie sans débourser un rond.C’est le cas de la SN-SOSUCO ou lorsque le même groupe AGA KHAN reprenait la SN-SOSUCO en juin1998 le capital social était à 6 000 50 000 000 F CFA majoritairement détenu par l’ Etat BURKINABE.Huit ans ans après, rien ne reste de ce capital.Et ce groupe est obligé de solliciter chaque fois le concours de l’ Etat en vue de la recapitalisation.Le cahier de charge qui devait permettre de suivre la gestion de la SN-SOSUCO n’a jamais été respecté et chacun venait se servir la soupe.Aujourd’hui,la SN-SOSUCO Bat de l’ aile.Une production en chute vertigineuse.Aucun investissement majeur nouveau n’a été réalisé en dehors des rampes pivotantes réalisées sous la direction du premier DG après la privatisation.Depuis le départ de celui-ci en fin 2003,plus rien.L’entreprise est devenue plus qu’un cimetière industriel.
    C’est le cas de AIR BURKINA ou les bons avions de cette compagnie ont fait l’objet de vente.Et la compagnie pour continuer l’exploitation,passait par des locations qui coutent énormément chères.
    Oui,c’est le monde des affaires.On reprend les entreprises en l’ état,avec toutes les exonérations possibles aux niveau des taxes et impôts.On n’investit pas, on reprend les mêmes choses et on continue.On fait l’exploitation au bout d’un certain temps.Et lorsque la période d’exonération est finie,on déclare faite ou on met fin à l’exploitation.Et on dit qu’on remet à 1FCFA symbolique à l’Etat.C’est vraiment de la parodie de cession.AGA KHAN a fini de tirer le jus et il ne reste plus qu’à jeter la peau.
    La plupart des sociétés gérées par le groupe AGA KHAN rencontrent des difficultés dues à la mauvaise gestion.

  • “Bravo à toutes les personnes qui ont travaillé pour la reprise de cette gestion. Au fur et à mesure l’independance sera totale” Courage aux patriotes.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés