Syndicalisme : Les agents du Ministère des affaires étrangères font le bilan des dix ans de lutte

LEFASO.NET | Jacques Theodore BALIMA • mardi 18 avril 2017 à 16h30min

Le Syndicat autonome des agents du Ministère des affaires étrangères (SAMAE) a commémoré le samedi 15 avril 2017, les dix ans de la grève du 10 avril 2007 par une conférence publique. L’activité a enregistré la présence de Bassolma Bazié, secrétaire général de l’Unité d’action syndicale (UAS) et du président du mois des centrales syndicales, Paul Kaboré et des militants du SAMAE.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Syndicalisme : Les agents du Ministère des affaires étrangères font le bilan des dix ans de lutte

La « grève historique » du SAMAE a dix ans. Pour se rappeler cette lutte qui avait fait couler beaucoup d’encre, de salive mais aussi de sueur à l’époque, les responsables du syndicat ont organisé une conférence publique. « 10 avril 2007-10 avril 2017, dix ans de lutte du Syndicat autonome des agents du Ministère des affaires étrangères (SAMAE), bilan et perspectives », c’est autour de ce thème que se sont retrouvés les militants et responsables syndicaux. « Le SAMAE a jugé qu’il était nécessaire de rendre hommage à nos devanciers. Par devoir de mémoire, il était important de nous remémorer ces événements d’avril 2007 », a justifié le secrétaire général du SAMAE, Wendpanga Jean Didier Ramdé.

Des acquis mais aussi des attentes

En dix ans de lutte, le SAMAE a engrangé des acquis. Il s’agit notamment de la reconnaissance de l’existence du syndicat au sein du Ministère des affaires étrangères, la réintégration au sein du Ministère de certains agents qui avaient été mutés dans d’autres ministères, etc.

JPEG - 80.2 ko
Les Militants du SAMAE ont tenu à être témoins de la commémoration

Si ces acquis ont été obtenus, il reste, selon le secrétaire général du SAMAE, des points de lutte qui attendent toujours d’être examinés. « Ce jour-là, le SAMAE avait appelé ses militants à revendiquer de meilleures conditions de vie et de travail. Malheureusement cette manifestation a reçu une réaction disproportionnée de la part du gouvernement en place. Les sanctions sont tombées en violation des droits car la grève était légale, elle était autorisée par les autorités municipales de l’époque », se rappelle encore Wendpanga Jean Didier Ramdé. Estimant qu’ils ont subi des préjudices suite aux mesures prises par le gouvernement, les militants du SAMAE exigent désormais réparation. « Tout fait de l’homme qui cause un préjudice à quelqu’un lui fait obligation de réparer », soutient le premier responsable du SAMAE.

JPEG - 66.8 ko
Militants et responsables syndicaux ont posé pour la postérité

En plus de la réparation des préjudices, les syndicalistes revendiquent un statut autonome et un plan de carrière mieux adapté pour les agents du Ministère.

La journée a été marquée par des communications animées par des responsables de l’UAS, Bassolma Bazié et le président du mois des centrales syndicales. Les conférences ont porté sur les évènements de 2007, les stratégies déployées par le SAMAE pour exister jusqu’à nos jours.

Jacques Théodore Balima
Lefaso.net

Portfolio

  • Les aînés du SAMAE étaient aussi présents
Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés