Nicolas Méda, ministre de la santé : « Les prix pratiqués à l’hôpital de Bogodogo sont plus bas que ceux de Yalgado »

LEFASO.NET | Jacques Theodore BALIMA • vendredi 7 avril 2017 à 14h31min

Le Ministre de la santé, Pr Nicolas Méda, a effectué, dans la soirée du jeudi 6 avril 2017, une visite sur le site de l’hôpital de district de Bogodogo. « L’hôpital de Bogodogo est ouvert et reçoit des patients », a-t-il indiqué après avoir visité les locaux.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Nicolas Méda, ministre de la santé : « Les prix pratiqués à l’hôpital de Bogodogo sont plus bas que ceux de Yalgado »

C’est un ministre satisfait et comblé qui a visité à pas de course les locaux de l’hôpital de district de Bogodogo. Accompagné des responsables dudit hôpital et des représentants du personnel, le patron de la santé burkinabè a pu constater l’état de la structure. Des bâtiments flambants neufs qui ont poussé du sol sur plusieurs hectares, des équipements de pointe et du personnel bien formé. L’hôpital de district de Bogodogo se prépare à être une référence dans la sous-région.

Face au questionnement de la population sur le fonctionnement effectif de la structure, le Ministre Méda se veut clair : « Nous sommes ici à l’hôpital de district de Bogodogo pour constater que l’hôpital est ouvert. Nous avons constaté que pratiquement tous les services médicaux sont ouverts. Toute la population peut désormais venir ici pour rechercher les soins nécessaires. ».

Les services de cardiologie, de neurologie, d’endocrinologie, de pédiatrie et bien d’autres sont déjà fonctionnels. A l’intérieur de la cour, quelques rares patients ou accompagnants devisent sous les appâtâmes.

Coûts de soins bas, prestations de qualité

Les frais de prestation avaient suscité un tollé au sein de la population la semaine passée. Certaines sources affirmaient même que les coûts avaient été multipliés. Le Pr Méda veut rassurer les populations : « L’hôpital de Bogodogo est ouvert et reçoit des patients. Vous avez entendu que les prix ont été multipliés par 400%. Ce n’est pas vrai. Il y avait une gradation des prix mais actuellement ce sont les prix de l’ancien Centre médical avec antenne chirurgicale (CMA du secteur 30) qui sont pratiqués ici. Ces prix sont même plus bas que ceux pratiqués à Yalgado ».

En dépit de ces prix de prestation, l’hôpital de Bogodogo entend être une référence dans le traitement de certaines pathologies pour la sous-région. Mieux que Yalgado. Il s’agit notamment de l’ophtalmologie. « Je me suis arrêté en ophtalmologie pour admirer la qualité des équipements qui y sont installés pour prendre en charge la maladie des yeux. D’après les techniciens, ce service peut être classé en Afrique de l’Ouest parmi les premiers en termes de qualité de soins pour les yeux. Le Burkina sera donc au hit-parade pour prendre en charge au mieux les maladies des yeux », s’est félicité le Pr Méda.

Finition dans un mois

Le Ministre de la santé a, par ailleurs, découvert des services dans lesquels les travaux ne sont pas encore finis. En chirurgie, par exemple, les travaux ont été suspendus depuis deux mois par manque de certains matériaux. En présence du Ministre, l’entrepreneur en charge des travaux a rassuré que ce sera fin prêt dans un mois. « Il y a eu globalement une construction qui n’était pas aux normes pour assurer la sécurité des patients en chirurgie. Les plafonds pouvaient dégager de la poussière pendant les interventions chirurgicales. Pour la sécurité des patients, il était inadmissible qu’un tel résultat soit accepté. Les changements sont donc en train d’être opérés pour mettre des revêtements qui garantiront la sécurité des patients », a ajouté le Pr Méda.

C’est aussi le cas du laboratoire et du service de l’imagerie médicale. Selon le Ministre de la santé, l’hôpital trouvera la plénitude de ses fonctions d’ici la fin de l’année 2017. Un soulagement pour les Burkinabè qui ont souvent des difficultés à se soigner.

Jacques Théodore Balima
Lefaso.net

Portfolio

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 7 avril à 14:55, par Cequejenpense
    En réponse à : Nicolas Méda, ministre de la santé : « Les prix pratiqués à l’hôpital de Bogodogo sont plus bas que ceux de Yalgado »

    C’est trop facile de dire que c’est faux. Alors que vous meme vous reconnaissez "il y avait une gradation des prix..."
    Dites simplement que vous etes revenu aux anciens prix. Mais ne prenez pas les patients pour des menteurs. Ou alors la caisse de l’hopital vole t-elle les pauvres patients ?
    Pfff !

    Répondre à ce message

    • Le 7 avril à 17:14, par Tapsoba R(de H)
      En réponse à : Nicolas Méda, ministre de la santé : « Les prix pratiqués à l’hôpital de Bogodogo sont plus bas que ceux de Yalgado »

      Si les prix pratiqués au CMA est encore en vigueur dans cet hopital,le ministre ne peut pas dire que des nouvelles tarifications ne sont pas prévues,l hopital attend seulement les avis du conseil d administration ,selon sa directrice générale Diane Kaboré in le quotidien "Le pays".
      « Cette transition a-t-elle impacté négativement les malades en termes de coûts des actes médicaux ?

      En ce qui concerne les malades, nous ne pensons pas qu’il y ait des changements négatifs ou dégradants. Vous convenez avec moi que le passage du CMA au CHU exige le relèvement de tout : le plateau technique a été relevé, la qualification des ressources humaines a été relevée. Nous avons eu un renfort venant essentiellement du CHU Yalgado Ouédraogo qui constitue pour nous, le grand frère. Il y a eu un relèvement au niveau des actes. Vous comprenez également que les tarifs qu’on est appelé à appliquer, seront différents de ceux applicables au niveau d’un CMA. Pour fixer les prix en ce qui concerne notre établissement, il faut prendre en compte plusieurs éléments : les équipements, le matériel, les intrants, sans prendre en compte même les charges de salaires. Il y a un projet d’actes et de tarifs qui a été élaboré avec la participation de tous les acteurs dont les partenaires sociaux. Pour le moment, nous attendons le retour, via notre Conseil d’administration, d’un ensemble de documents sur lesquels doivent se prononcer les tutelles technique et financière. Nous pouvons dire qu’il y aura une hausse des tarifs par rapport à ce qui se pratiquait au niveau de l’ex-CMA du secteur 30.

      Cela ne va-t-il pas poser un problème d’accessibilité des soins pour la population, en grande majorité pauvre ?

      Le souci d’accessibilité de la population aux soins est réel et justifié. Ce que j’ai envie de dire à ce sujet, c’est que nous attendons tous, ce que le Conseil d’administration nous dira par rapport aux actes et tarifs qui ont été soumis à l’appréciation des tutelles technique et financière.

      Il nous est revenu qu’il y a des nouveaux tarifs qui sont appliqués depuis que la procédure de glissement a commencé. Quel est votre commentaire sur le sujet ?

      Il y a eu un malentendu à ce niveau. Nous attendons la réaction des deux tutelles, technique et financière, par rapport au document d’actes de soins et de tarifs. S’il y a eu comme un commencement d’application de ces tarifs, c’est maladroit. Je pense que j’ai déjà instruit mes services, depuis hier matin (mercredi 29 mars), pour que les tarifs de l’ancien CMA puissent s’appliquer jusqu’à ce que nous ayons les décisions des deux tutelles, dans l’un ou l’autre sens. Je voudrais relever que nous avons décidé de traiter intégralement les exonérations au profit de la population. Nous avons pris nos responsabilités et instruit nos services pour que la loi sur les exonérations soit entièrement respectée, pour permettre à la population de mieux se soigner. »

      Répondre à ce message

  • Le 7 avril à 15:23, par juste
    En réponse à : Nicolas Méda, ministre de la santé : « Les prix pratiqués à l’hôpital de Bogodogo sont plus bas que ceux de Yalgado »

    Le problème se situe à d’autre niveau. On ne construit pas une GRAND HOPITAL de ce type en pleine poussière. Le bitumage des voies du contour ne peuvent résoudre ce problème.il faut un rayons de bitumage d’au moins 1km pour éviter que cet hôpital ne devienne un centre de maladies.

    Répondre à ce message

  • Le 7 avril à 15:55, par tibo
    En réponse à : Nicolas Méda, ministre de la santé : « Les prix pratiqués à l’hôpital de Bogodogo sont plus bas que ceux de Yalgado »

    Il aurait fallu interroger un ou deux patients sur les prix et les comparer avec ceux d’avant. En deux phrases l’article ne serait pas accusé de public reportage puis que c’etait les patients qui accusaient. Comme vous le savez on a des difficultes a croire a nos responsable malgre notre bonne foi tant ils nous mentent en nous regardant dans les yeux. Bon courage.

    Répondre à ce message

  • Le 7 avril à 16:43, par LeBosseur
    En réponse à : Nicolas Méda, ministre de la santé : « Les prix pratiqués à l’hôpital de Bogodogo sont plus bas que ceux de Yalgado »

    Bravo à Roch de nous avoir construit un hôpital en un an. Blaise en 27 ans à construit combien d’hôpitaux ? On reconnait les vrai maçons au pied du mur. Merci labas

    Répondre à ce message

  • Le 7 avril à 18:14, par Praticien de la santé
    En réponse à : Nicolas Méda, ministre de la santé : « Les prix pratiqués à l’hôpital de Bogodogo sont plus bas que ceux de Yalgado »

    L’arrivée de monsieur Nicolas MEDAH le 20 février 2017 comme ministre de la santé a été accueilli par un ouf de soulagement non seulement pour beaucoup de praticiens de la santé comme nous, mais aussi par la population en générale qui a souffert des querelles de personnes et d’intérêts du précédent ministre Smaila Ouédraogo.Je voudrais juste avec courtoisie rappeler au ministre ,que suite à visite le 06 avril 2017 à l’ex CMA du secteur 30 érigé en hôpital de district de Bogodogo,il a fait une comparaison qui ne sied pas. En effet, il a fait savoir que l’hôpital de Bogodogo applique les anciens prix de CMA qui sont moins chers que ceux du CHU Yalgado. Monsieur le ministre en sa qualité de médecin sait que les tarifs des CSPS, CMA qui sont des échelons primaires de soins sont normalement moindres par rapport à ceux des CHR et CHU. La directrice de l’hôpital de Bogodogo a bien précisé que le Conseil d’administration attend la validation de la nouvelle grille tarifaire de cet hôpital et que cela sera logiquement supérieure au tarif appliqué dans un CMA.Il y avait une application subite des tarifs à la hausse à Bogodogo où les frais de consultation oscillaient entre 8.000 et 10.000 FCFA. C’est suite à la désapprobation générale soulevée dans la presse que la directrice a ordonné le statu quo en attendant la décision du Conseil d’administration. Cher ministre, prenez le temps de bien évaluer les réalités du département sensible de la santé avant d’apprécier et de prendre des décisions. Cela évitera de tomber dans les gaffes de la précipitation qui étaient le mode opératoire de l’ex ministre. Nous fondons beaucoup d’espoir en vous pour une administration de qualité du département de la santé. Merci de prendre en compte cette interpellation sympathique.

    Répondre à ce message

  • Le 7 avril à 20:42, par Jackson
    En réponse à : Nicolas Méda, ministre de la santé : « Les prix pratiqués à l’hôpital de Bogodogo sont plus bas que ceux de Yalgado »

    « Je me suis arrêté en ophtalmologie pour admirer la qualité des équipements qui y sont installés pour prendre en charge la maladie des yeux. D’après les techniciens, ce service peut être classé en Afrique de l’Ouest parmi les premiers en termes de qualité de soins pour les yeux. Le Burkina sera donc au hit-parade pour prendre en charge au mieux les maladies des yeux » : Très cher professeur, si la qualité du matériel est capitale pour des soins de qualité, ce qui nous fait CRUELLEMENT défaut dans nos services de santé, ce sont des médecins et personnels soignants consciencieux, qui soient disponibles (les équipements seuls ne peuvent pas nous auto-soigner), attentionnés (prendre le temps de bien écouter les malades : ils rêvent souvent quand on leur parle et soignent autre chose que le mal qui nous a conduit à l’hôpital), et efficaces (mise à jour permanente des connaissances, respectant les procédures et protocoles en vigueur, et ayant l’amour de leur métier).
    Mon très cher Professeur, si vous arriviez déjà à réduire les erreurs médicales liées à la défaillance humaine, nous serons déjà très heureux !!!
    En tous cas, bonne chance à vous et félicitation pour ce nouvel hôpital.

    Répondre à ce message

  • Le 7 avril à 22:54, par verité
    En réponse à : Nicolas Méda, ministre de la santé : « Les prix pratiqués à l’hôpital de Bogodogo sont plus bas que ceux de Yalgado »

    On construit sans songer à planter des arbres. On oublie que les arbres sont les premiers bienfaiteurs pour les malade : l’ombre, le fait que ça bloque la poussière et bien d’autres avantages.

    Répondre à ce message

  • Le 8 avril à 00:48, par Cheikh
    En réponse à : Nicolas Méda, ministre de la santé : « Les prix pratiqués à l’hôpital de Bogodogo sont plus bas que ceux de Yalgado »

    Vivement, tous nos compliments à ceux qui ont fait oeuvre utile, en tirant à temps sur la sonnette d’alarme. Car les germes d’une arnaque apparaissaient bien évidemment, dans le processus des tarifications appliquées par cet hôpital. Sinon comment voulez-vous que la Directrice générale s’empresse à rançonner prématurément les patients, sur la base des nouveaux tarifs, sans prendre le temps d’attendre l’avis du Conseil d’Administration. Il s’agit ici d’un mépris notoire de sa part, vis à vis des conditions de vie du citoyen lambda, comme pour leur cracher au visage, ce qu’on attend chaque jour dans ce milieu, à savoir : "Si vous n’avez pas les moyens restez chez vous, ou adressez-vous ailleurs". C’est à croire aujourd’hui si en matière de santé, ce protocolaire serment d’hyppocrate, peut vraiment tenir la route, aux côtés de l’Argent-Dieu ?

    Répondre à ce message

  • Le 8 avril à 07:42, par Militant SYNTSHA
    En réponse à : Nicolas Méda, ministre de la santé : « Les prix pratiqués à l’hôpital de Bogodogo sont plus bas que ceux de Yalgado »

    Je ne suis pas contre que l’hôpital de Bogodogo soit doté d’équipements médicaux ultra modernes. Mais je m’insurge contre la duperie et une certaine malhonnêteté intellectuelle qui sont liées à ces équipements. Dès le départ, il était prévu que cet hôpital soit un second pôle du CHU Yalgado. C’est ainsi que les équipements ont été commandés pour une répartition entre les deux hôpitaux. Même si par la suite, l’ex ministre pour des raisons subjectives a décidé d’ériger Bogodogo en un hôpital plein, cela ne saurait justifier légalement et honnêtement que la part d’équipements qui revient de droit à Yalgado soit détournée pour Bogodogo. Confisquer indûment les équipements du CHU Yalgado pour l’hôpital de Bogodogo, c’est un peu comme déshabiller Paul pour habiller Pierre. Lors de nos récentes grèves du SYNTSHA avant le remaniement ministériel, nous avions posé la préoccupation du cadre de travail qui nécessite des équipements adéquats pour le CHU Yalgado où travaillent un grand nombre de nos militants. L’ex ministre Smaila Ouédraogo avait promis que cette question d’équipement sera résolue. Comme ce ministre s’est avéré un spécialiste de fausses promesses et d’engagements non tenus, nous comprenons à présent qu’il a voulu briser notre grève et nous rouler dans la farine. Par conséquent, nous exhortons le nouveau ministre de la santé le Pr Nicolas DAH à plus de discernement pour apporter des solutions rationnelles aux préoccupations des agents de santé et aux problèmes structurels du système sanitaire national. Je crois que le ministre, le Premier ministre et le Président du Faso n’ont nullement pour objectifs de créer un déséquilibre entre les hôpitaux publics en suréquipant certains au détriment d’autres. Je leur demande au nom de la justice et de l’équité, de remettre au CHU Yalgado la part d’équipements médicaux qui lui revient de droit comme prévu dans la commande de ces matériels. Nous ne pouvons continuer de donner le meilleur de nous-mêmes au CHU Yalgado avec un plateau technique qui nécessite d’être relevé dans l’intérêt des malades pour des soins de qualité.

    Répondre à ce message

  • Le 8 avril à 08:46, par BEMKAYONDO
    En réponse à : Nicolas Méda, ministre de la santé : « Les prix pratiqués à l’hôpital de Bogodogo sont plus bas que ceux de Yalgado »

    Mr le tout nouveau ministre, ne soyez pas ridicule et ne prenez pas les gens pour des menteurs. Je confirme ce qui est dit par la population. En effet j’ai un parent qui est suivi en traumato, lors de notre dernier rendez-vous, nous avons été notifié que pour la prochaine consultation en avril ça sera 10000 fcfa avec le professeur. Et je publierai la quittance pour vous contredire quand le RDV arrivera. Si c’est la joie de votre nomination qui vous fais jager mr DA, descendez de votre arbre et restez dans le peuple avec lequel vs étiez hier et vous traitez de menteur aujourd’hui. Quelle honte.

    Répondre à ce message

  • Le 8 avril à 10:27, par AFGANO
    En réponse à : Nicolas Méda, ministre de la santé : « Les prix pratiqués à l’hôpital de Bogodogo sont plus bas que ceux de Yalgado »

    Le chantier de cet hôpital date de depuis 2009 aux lendemains des inondations du 1er septembre 2009 . La construction de cet hôpital a connu de nombreuses péripéties .On se rappelle que le gouvernement Luc Adolphe TIAO avait ordonné un audit sur cet hôpital . Le rapport d’audit ne sera jamais connu ni publié . L’audit avait été fait par l’ IGF . Cet hôpital est un concentré de scandales quant aux conditions d’octroi des différents marchés . Hélas ,des gens ont bouffé des milliards de CFA et ils vont s’en tirer tranquillement .Ah le BURKINA est terrible .

    Répondre à ce message

  • Le 9 avril à 10:19, par Isaac
    En réponse à : Nicolas Méda, ministre de la santé : « Les prix pratiqués à l’hôpital de Bogodogo sont plus bas que ceux de Yalgado »

    Comment peut-on annoncer l’ouverture effective de l’hôpital de Bogodogo prochainement tout en sachant qu’un maillon essentiel de la chaîne médicale n’est pas encore en état de fonctionner. Il s’agit du laboratoire. On aura beau vanter la modernité des équipements et de la coquetterie des bâtiments de cet hôpital, mais son service sera handicapé tant que le laboratoire d’analyses médicales ne sera pas opérationnel. Car, les médecins seront obligés de référer les malades dans des laboratoires de cliniques privées à coûts élevés. Franchement, cet hôpital a connu trop de lenteurs pour sa réalisation depuis sa conception en 2009 suite à l’inondation du 1er septembre. On sait que sous l’ex ministre Smaila Ouédraogo, beaucoup de choses ont été faites dans la précipitation politicienne et affairiste avec des problèmes de délais non respectés de finition des travaux et des zones d’ombres pour sur les compétences de certains fournisseurs pour l’installation d’équipements techniques comme le domaine informatique. Il appartient donc au nouveau ministre de bien examiner les dossiers de cet hôpital pour situer des responsabilités en cas de besoin et prendre des mesures pour son fonctionnement complet.

    Répondre à ce message

  • Le 12 avril à 08:46, par Militant SYNTSHA
    En réponse à : Nicolas Méda, ministre de la santé : « Les prix pratiqués à l’hôpital de Bogodogo sont plus bas que ceux de Yalgado »

    L’internaute Le Vigilent devra redoubler de vigilance pour faire honneur à l’orthographe du français.Ensuite,il faut qu’il comprenne que le militant SYNTSHA donne des arguments de logique et de droit.En effet,les équipements commandés aux noms du CHU Yalgado et de l’hôpital de Bogodogo doivent leur remis respectivement comme il se doit.Ce n’est pas parce que l’ex ministre Smaila Ouédraogo a décidé selon ses humeurs et intérêts que Bogodogo ne sera plus un second pôle de Yalgado qu’il faut confisquer la part de matériels du CHU Yalgado. C’est une question de légitimité,de droit et d’honnêteté intellectuelle.Pour la question de la grève sans service minimum du SYNTSHA,sachez que cela est la faute de l’ex ministre à cause de ses agissements désordonnés et fausses promesses.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés