Découpage administratif du Burkina : 558 demandes de création de nouveaux départements, 46 dossiers pour de nouvelles provinces

LEFASO.NET | Moussa DIALLO • jeudi 6 avril 2017 à 00h46min

Le ministre de l’administration territoriale et de la décentralisation était à l’Assemblée nationale, le 04 avril 2017, pour répondre à des questions orales à lui adressées par les parlementaires. Interpelé par le député Lona Charles Ouattara sur le projet d’érection de hameaux de culture en villages administrativement constitués, il a saisi l’occasion pour aborder la question des demandes de création de nouveaux départements/communes et de nouvelles provinces. Actuellement, 558 dossiers de demande de création de nouveaux départements sont sur sa table. Mais aussi 46 demandes de création de nouvelles provinces.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Découpage administratif du Burkina : 558 demandes de création de nouveaux départements, 46 dossiers pour de nouvelles provinces

Le village est la plus petite entité administrative au Burkina Faso. Actuellement, le pays des Hommes intègres compte 8902 villages administrativement constitués. Les villages sont érigés par arrêté du ministre de l’administration territoriale qui est chargé de la création, organisation et administration des circonscriptions administratives. Le dernier arrêté date du 27 mars 2015. « Après cet arrêté, il a été élaboré un projet d’arrêté d’érection de hameaux de culture en villages, objet de la question de Lona Charles Ouattara », a précisé le ministre Siméon Sawadogo. Mais, le processus a été interrompu jusqu’à la fin des élections présidentielle, législatives de 2015 et municipales de 2016. Car, l’érection d’un nouveau village induit la création d’une nouvelle circonscription électorale pour les élections municipales. « Il ne sera pas opportun de procéder à l’érection de nouveaux villages qu’à la fin du processus électoral », a laissé entendre Siméon Sawadogo.

Les députés ont également interrogé le ministre de l’administration territoriale sur l’éventualité d’un nouveau redécoupage administratif du Burkina avec de nouveaux départements, communes et provinces, mais aussi les critères de ce redécoupage.. Mais, « il ne faut pas que l’érection de hameaux de culture en villages soit l’objet de marchandage politique », a prévenu le député Oudagou Goulla.

Redécoupage administratif : une question délicate

Un certain nombre de dossiers d’érection de hameaux de culture en villages sont actuellement sur le bureau du ministre. Les dossiers de demandes création de nouvelles communes/départements également s’empilent sur le bureau du ministre de l’administration territoriale. Mais, « c’est une question délicate. On avait lancé le processus en 2014 et nous avions reçu 558 dossiers de demande de création de départements. Nous avons aussi reçu 46 demandes de création de nouvelles provinces. Nous avons ce dossier entre les mains et nous sommes en train de travailler afin de trouver une solution », a précisé Siméon Sawadogo.

Pour le ministre Sawadogo, cet engouement s’explique par le fait que les populations ont compris les enjeux de la décentralisation. « Les populations ont compris que les collectivités territoriales sont d’une importance capitale. Donc, c’est devenu une passion qui peut entamer la cohésion sociale, la cohésion nationale si on y prend garde. On est en train de marcher sur des œufs sur cette question. Et puis, la plupart de ces demandes sont supportées. Mais, nous sommes en train de voir quelle formule est la plus acceptable parce qu’on ne peut pas créer 1000 départements, on ne peut pas créer 200 provinces », a-t-il souligné.

Moussa Diallo
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 6 avril à 04:13, par fils de l’homme
    En réponse à : Découpage administratif du Burkina : 558 demandes de création de nouveaux départements, 46 dossiers pour de nouvelles provinces

    Mr le Ministre, si vous voulez un Burkina unique, indivisible et en paix oubliez ces demandes d’érection de nouveaux villages, départements et provinces. Cela s’apparente à une demande d’autonomie les entités (village, département, province) les unes par rapport aux autres.Et si on peut accepter de détacher une entité d’une autres sur demande des populations alors qu’on ne s’étonne pas que certaines populations demandent un jour à être rattacher à des pays voisins parce que se sentant plus liée culturellement à ces pays. Le découpage administratif du pays doit répondre à une politique nationale qui vise a mieux administrer le territoire et a rapprocher les populations de l’administration plutôt qu’a répondre aux désirs d’autonomisation de certaines populations.
    Il faudra plutôt revoir la superposition "département - commune rurale" qui en mon sens pose un problème. Cela me laisse penser qu’au moment de la création des communes rurales ceux qui étaient commis a la réflexion n’ont pas voulu réfléchir en l’absence d’un copier-coller venant de la France.

    Répondre à ce message

  • Le 6 avril à 05:38, par YIRMOAGA
    En réponse à : Découpage administratif du Burkina : 558 demandes de création de nouveaux départements, 46 dossiers pour de nouvelles provinces

    C’est pas aux ressortissants de faire des demandes , mais au Gouvernant de décider où ériger en quoi ? Si vous êtes incapable d’innover comme le CDP de l’époque, le chemin de sortie ? L’administration coloniale n’a pas sollicité l’avis des ressortissants locaux pour opérer un découpage qui a servi même après leur époque ? Maintenant que les populations ont quintuplé, imaginez un plan de découpage selon que les populations se retrouvent sans idée de politique divisionniste ? Un exemple simple, la Boucle du Mouhoune, une grande région, peut être , enfin, le Sourou avec combien de provinces peut être divisé en transformant certains gros villages en départements ?? Pas aux ressortissants, avec des calculs politiciennes de demander ?

    Répondre à ce message

  • Le 6 avril à 07:39, par Deux gros villages au Sanguié
    En réponse à : Découpage administratif du Burkina : 558 demandes de création de nouveaux départements, 46 dossiers pour de nouvelles provinces

    Deux gros villages dans la province du Sanguié attendent de fusionner pour devenir un département. L’un compte autour de 12000 habitants et l’autre autour de 10000. Chaque village pris individuellement peut mobiliser plus de 5 millions de chiffres d’affaires. Ces deux villages constituent un poids économique dans la commune de Réo. Il s’agit de Zoula et Goundy, deux villages frères et amis qui vivent en parfaite harmonie et symbiose avec une frontière virtuelle le long de la quelle des concessions y sont construites. Alors, autorités administratives et politiques, les populations de ces deux gros villages ont les yeux tournés vers vous afin que leur demande deposée depuis janvier 2014 soit prise en compte au moment venu. Vive la décentralisation !

    Répondre à ce message

  • Le 6 avril à 08:36, par Sidnaba
    En réponse à : Découpage administratif du Burkina : 558 demandes de création de nouveaux départements, 46 dossiers pour de nouvelles provinces

    Mr le Ministre vous n’avez rien compris de ce phénomène. Il ne s’agit pas d’engouement pour la décentralisation mais pour le régionalisme, le sectarisme voir l’ethnissime. C’est plutot l’absence criarde de la promotion du vivre ensemble qui provoque ce nouveau phénomène. Aujourd hui comme hier sous le régime déchu, les nominations des cadres aux postes de responsabilités dans notre administration publique ainsi que le favoritisme dans l’octroi des marchés publics favorisent l’émergence d’une classe de nouveaux riches qui cherchent à pérenniser leur pouvoir économique et politique dans leur milieu car très peu sont connus dans les grandes agglomérations. C’est triste mais c’est ainsi.

    Répondre à ce message

  • Le 6 avril à 08:57, par beti
    En réponse à : Découpage administratif du Burkina : 558 demandes de création de nouveaux départements, 46 dossiers pour de nouvelles provinces

    IL faut arrêter ce massacre les demandes n’émane pas des populations elles mêmes mais des individus calculateurs pour des fins politiques. le morcellement des villages n’a fait que exacerbé les tension entre les familles et les villages. pensons comment ces villages pourront se développer.

    Répondre à ce message

  • Le 6 avril à 09:22, par Le réaliste
    En réponse à : Découpage administratif du Burkina : 558 demandes de création de nouveaux départements, 46 dossiers pour de nouvelles provinces

    Attention aux politiciens vereux qui veulent diviser nos populations. Menons plutot une politique d’un veritable developpement.

    Répondre à ce message

  • Le 6 avril à 09:24, par lebronze
    En réponse à : Découpage administratif du Burkina : 558 demandes de création de nouveaux départements, 46 dossiers pour de nouvelles provinces

    558 PREFETS 46 HAUT COMMISSAIRES AVEC DES SECRETAIRES GENERAUX ET LE TOUR EST JOUE. ALLONS SEULEMENT

    Répondre à ce message

  • Le 6 avril à 09:42, par Cequejenpense
    En réponse à : Découpage administratif du Burkina : 558 demandes de création de nouveaux départements, 46 dossiers pour de nouvelles provinces

    On peut continuer a creer des departements peut-etre... et des villages. Mais s’il vous plait, laissez les provinces a 45. En tout cas, il y a des provinces qui ont une histoire. Une cohesion bien avant meme la creation du Burkina. Il y a de ces provinces qui a l’origine n’etaient constituees que d’un meme groupe ethnique avant les migrations (des mosses entre autre dans ces locatite). En tout cas bcp comme moi ne souhaitons pas le redecoupage des provinces du Grand Ouest et particulierement le pays San (Sourou-Nayala).

    Répondre à ce message

  • Le 6 avril à 09:43, par kognak
    En réponse à : Découpage administratif du Burkina : 558 demandes de création de nouveaux départements, 46 dossiers pour de nouvelles provinces

    Cheres autorités,la creation de nouvelles communes ,de nouvelles provinces ne sont pas à mon sens opportun à l’heure actuelle.Deja nous sommes à quarante cinq provinces et trois cent soixante voir communes.Si vous jetez un coup d’oeil sur le develloppement economique des ces entités,tout est chetif sur tous les plans.soyez realistes .Il faut d’abord concentrer vos energies pour developper les communes et des provinces deja existantes.Aussi il faut eviter de creer des foyers de tension dans les communes.Le burkina est un petit pays de par sa taille mais compte deja plus de quarante provinces.A cette allure ;chacun demandera que son village qui compte cinq concessions soit érigée en région.Ma proposition est annulée toutes les demandes et vous concentrez votre énergie pour les provinces déjà existantes.Mieux s’il en vaille la peine de reduire les regions en ramenant le nombre a dix pour un Control de l’état central.SVP ne créez pas ou ne destabilisez le burkina en voulant satisfaire les hommes politiques.

    Répondre à ce message

  • Le 6 avril à 09:55, par Cequejenpense
    En réponse à : Découpage administratif du Burkina : 558 demandes de création de nouveaux départements, 46 dossiers pour de nouvelles provinces

    Aussi, faites tres attention pour les hameaux de culture. Tres souvent, les hameaux sont habites par des "etrangers" a la localite. (Je sais que c’est les meme burkinabe et le meme Burkina. Mais soyons realiste).
    La pratique est tres rependue chez mes esclaves mossi : un monsieur arrive dans un village et demande l’hospitalite. On lui donne (preter est le bon terme) une terre cultivable. Il decide de construire pres de son champs. Au bout de quelques mois, il fait venir femmes et enfants, puis frere, neveux cousins, etc. Ca construit. Au bout de quelques annees, d’autres mossis de passage s’y installent. Il s’autoproclame naaba. Et veut maintenant detacher cet hameau du village.
    Vous allez assister a la chasse aux "etrangers" si vous n’y prenez garde.

    Répondre à ce message

    • Le 7 avril à 08:22, par Kôrô Yamyélé
      En réponse à : Découpage administratif du Burkina : 558 demandes de création de nouveaux départements, 46 dossiers pour de nouvelles provinces

      - Mon frère cequejepense, aaaaahhhhhh !!! Toi tu dis la vérité ! Vraiment tu connais bien l’astuce des mossis ! C’est exactement cette astuce qui a fait que Hérédougou entre Ouahabou et Pâ est aujourd’hui un village !! Un migrant mossi est venu dans la zone vers 1973. Il a demandé la terre et les autochtones bwabas de Pâ la lui ont donné paisiblement. Il a fait ses champs, contruit ses maisons et ayant bien eu à manger, il fait venir d’autres parents mossis. Puis d’autres viennent s’ajouter.

      Et puis voilà que sous la Révolution (RDP), le pouvoir demande de faire un recensement. Arrivés sur ce lieu, les agents recenseurs demandent : ’’Quel est le nom de ce village ?’’. On appelle le premier mossi qui s’y est installé. Très rapidement, il interroge deux à trois personnes de son clan et dit aux recenseurs : ’’Ce village se nomme Hérédougou’’. Hérédougou pour donner aussi une coloration locale car ceci signifie ’’Village du bohneur’’ en dioula. Vous voyez comment ce mossi a usurpé un village !? Quand les bwabas ont voulu remettre en cause cette forfaiture, personne ne les a écouté. Et je suis sûr qu’il y a plein de cas de ce genre dans l’Ouest du burkina. Ce n’est pas pour rien que le député Charles Lona Ouattarra a posé cette question, lui qui est de wéléni et qui vit certainement ce genre de situation. Il a dû être interpellé par ses populations !

      Par Kôrô Yamyélé

      Répondre à ce message

      • Le 7 avril à 11:32, par SOME
        En réponse à : Découpage administratif du Burkina : 558 demandes de création de nouveaux départements, 46 dossiers pour de nouvelles provinces

        mon koro c’est pourquoi chez les dagara lobi là, nos cousins là les mossi, ils sont peu toleres. Ou disons plutot que c’est une certaine fraction de mossi avec une certaine mentalité n’est pas tolérée. Il y a meme des localités où ils n’osent pas s’installer, meme s’ils s’installent dans des villages environnants. Et meme les eglises evangelistes de ces derniers temps n’y sont pas admis...

        Mais aussi il existe des localités comme Dano ou il y a une bonne symbiose avec les mossi installés, jusque meme avec des liens forts avec des regions comme koudougou. A Dano il y en a qui se sont tellement bien integrés que l’on les prendrait pour des dagara quand on ne les connaissait pas avant. On leur reproche ce reflexe qu’a tout mossi qui, une fois installé quelque part, se retourne et tente d’imposer aux locaux son naba et son organisation sociale et dicter comment on doit vivre. Le pire, c’est que cette mentalité touche meme des soi disants intellectuels. C’est ce que je reproche fondamentalement a Boukaré kabore le lion, une fois installé a coté de Bobo pour faire son champ.

        L’exemple de Dano n’a pas toujours ete ainsi, car au debut quand les mossi avaient vu que l’on leur avait donné des terres a cultiver et a vivre, ils ont commencé a former un "gouvernement" avec un naba, et sa cour etc, et ils ont voulu l’imposer aux locaux. On leur a donné un ultimatum ! Vous avez le droit de vous organiser comme vous voulez, mais cela reste a votre niveau et n’a aucune valeur et vous n’avez aucune decision a prendre. C’est pas a negocier : vous acceptez ou vous partez ou vous aide a partir.

        Qui peut oser un seul instant se comporter ainsi dans une region mossi ? Le minimum du respect, c’est respecter les us et coutumes de celui qui t’accueille... Cette colonisation sournoise typique de la mentalité mossi du nabaisme a imposer aux autres, est quelque chose qui mine serieusement la cohesion nationale. C’est cette meme mentalité qui mine toute la vie politique quand des officiels nationaux se precipitent pour etre adoubés par le moro naaba. C’est inacceptable !
        SOME

        Répondre à ce message

      • Le 9 avril à 06:23, par Gangobloh
        En réponse à : Découpage administratif du Burkina : 558 demandes de création de nouveaux départements, 46 dossiers pour de nouvelles provinces

        C’est justement le but de la création ou l’etection de certains hameaux de champs en village. Au sud ouest comme à l’ouest , les allogènes refusent de rester dans les villages et s’installent dans les champs avec leurs animaux, ce qui créent toujours des tensions car leurs animaux sont souvent dans les champs des autochtones.. ces hameaux grossissent et deviennent des soit disant village avec un nabaa qui avec la complicité de l’administration et de certains fils malhonnêtes, avec des calculs malsains , défie l’autorité du chef autochtone. La cocote sautera un jour .

        Répondre à ce message

  • Le 6 avril à 10:06, par RAS
    En réponse à : Découpage administratif du Burkina : 558 demandes de création de nouveaux départements, 46 dossiers pour de nouvelles provinces

    P=Il faut du sérieux dans le découpage administratif. Je pense que c’est plus pour des raisons politiques qu’administrative. Plus de provinces et plus de régions cela fera un ajout de députés au nombre des 127 déjà existants que l’on trouve déjà trop. Créer de petites communes comment vont - elles fonctionner ? Puisque ces communes doivent lever l’impôt auprès des populations pour assurer son fonctionnement. Avec la crise financière mondiale, il faut penser et bien penser avant d’ajouter des communes pour fragiliser d’autres communes et que ces communes soient sans moyens de se développer. Il ne faut pas oublier que les PTF ont de moins en moins de sous, alors apprenons à compter sur nos propres moyens.

    Répondre à ce message

  • Le 6 avril à 10:39, par B.Y.E
    En réponse à : Découpage administratif du Burkina : 558 demandes de création de nouveaux départements, 46 dossiers pour de nouvelles provinces

    À mon humble avis le pauvre Faso n’a pas besoin de ce morcellement. Il a plutôt besoin qu’on fusionne certaines de ses entités territoriales et administratives fragmentées à dessein.
    L’érection de nouveaux villages peut se comprendre dans une moindre mesure. Mais les départements et les provinces je ne comprends pas trop surtout en terme de développement. Que de charges inutiles et non avenues dans notre contexte !
    Le Burkina a plus besoin de routes qui rapprochent mieux ses habitants, de centres de santé, d’écoles qui éradiquent respectivement le mal du corps et l’ignorance de l’âme et j’en passe !

    Répondre à ce message

  • Le 6 avril à 11:09, par Emmanuel Sorgho
    En réponse à : Découpage administratif du Burkina : 558 demandes de création de nouveaux départements, 46 dossiers pour de nouvelles provinces

    Cette question est une véritable bombe sociale. Chacun veut que son village devienne département ou province. A cette allure, même les concessions deviendront des villages. Il y a un véritable malaise dans ce pays qu’il faut exorciser. Le vivre ensemble a pris un coup. Et tout ça, ce sont les conséquences des 27 ans de règne de Blaise COMPAORE au cours desquels on a tiré à souhait sur la fibre ethnico-politique. Au Boulgou, Garango veut devenir province ; Bitou et Zabré également. Et pour qui connait la zone, il ne sera pas étonnant de voir Beguedo et Niaogo déposer également des demandes. L’ancien Boulgou pourrait être saucissonné en 6 provinces. Mais comme c’est notre volonté, allons seulement.

    Répondre à ce message

  • Le 6 avril à 11:54, par Sawadogo baradey
    En réponse à : Découpage administratif du Burkina : 558 demandes de création de nouveaux départements, 46 dossiers pour de nouvelles provinces

    Ce que je souhaite, c’est juste un nouveau reamenagement des régions, pas pour en rajouter mais juste réaménager. Tenez, la région du Centre Sud doit avoir pour capitale la ville de Pô ; le plateau central doigt aussi être réaménagé. Le Kourweogo (ma province d’origine) et l’Oubritenga doivent être rattachés au Centre. Le Ganzourgou pourrait rejoindre le Centre Est. Toutefois, je refuse la constitution de certains hameaux en villages, juste pour satisfaire des hommes politiques. En général, ce ne sont pas les populations, elles même qui en font la demande mais les politiciens .

    Répondre à ce message

  • Le 6 avril à 11:56, par je suis du nouveau regime
    En réponse à : Découpage administratif du Burkina : 558 demandes de création de nouveaux départements, 46 dossiers pour de nouvelles provinces

    Il fo qu’on arrête avec ça rapidement.Les hameaux de cultures en village ne devrait pas être une question posée à l’assemblée.Ce sont les graines de la division.
    C’est vrai que les hommes politiques sont trop calculateurs, mais il faut voir comment préserver la cohésion sociale d’abord.L’érection des hameaux de culture en village n’est pas opportun.Attendons 2 générations.

    Répondre à ce message

  • Le 6 avril à 12:35, par DAOUEGA
    En réponse à : Découpage administratif du Burkina : 558 demandes de création de nouveaux départements, 46 dossiers pour de nouvelles provinces

    Si l’initiative de l’érection appartenait aux autor
    ités administratives, sous le contrôle de la hiérarchie ; on pouvait limiter facilement et objectivement les nombres des circonscriptions à créer.

    Répondre à ce message

  • Le 6 avril à 12:55, par Kôrô Yamyélé
    En réponse à : Découpage administratif du Burkina : 558 demandes de création de nouveaux départements, 46 dossiers pour de nouvelles provinces

    - Lu pour vous sur maliweb.net

    Au Mali, une opération militaire est en cours à la frontière avec le Burkina Faso. Elle mobilise des soldats burkinabè et maliens, appuyés par des soldats français de l’opération Barkhane.

    Des hélicoptères français, des blindés et des militaires venus de trois pays – la France donc, le Mali et le Burkina Faso -, agissent en ce moment de concert dans une opération de coopération transfrontalière dénommée « Panga ».

    Depuis le 26 mars, plusieurs centaines de soldats enchaînent ainsi les opérations dans la zone d’Hombori, entre Gao et Mopti dans le centre du Mali.

    L’objectif est de débusquer des terroristes qui s’y cacheraient, notamment dans la forêt de Fhero qui s’étend de part et d’autre de la frontière entre le Mali et Burkina Faso. Cette forêt abriterait de nombreux terroristes selon plusieurs sources sécuritaires. « Notre objectif, c’est de la débusquer, ou a minima de les déranger et de les faire sortir », confie un militaire français.

    Sur le sol burkinabè

    Ce n’est pas la première opération de ce genre mais c’est la première fois qu’un tel niveau de coopération est atteint, souligne cette même source. Des soldats français venus d’Ansongo sont même passés temporairement côté burkinabè pour mener des opérations, en appui des armées du Burkina et du Mali.

    Un poste de commandement tripartite a été installé à Mopti dans le centre du pays pour coordonner les efforts. Il restera en place toute la durée de l’opération qui doit se prolonger encore quelques jours. Par RFI Publié le 06-04-2017

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 6 avril à 14:02, par wilibali
    En réponse à : Découpage administratif du Burkina : 558 demandes de création de nouveaux départements, 46 dossiers pour de nouvelles provinces

    Pauvre de nous. Je pense que ces demandeurs de provinces et de départements ne sont pas au sérieux, ce sont encore des intellectuels par leur ambition politique inavouées qui sont en train de mener les paisibles et innocentes populations par le nez. Pendant qu’à l’échelle macro nous travaillons à la constitution de grands ensembles économiquement viables, à l’échelle micro des gens sans scrupule œuvrent à la création de petites entités qui à coup sûr ne seront pas économiquement viables. nombreux sont les communes/départements qui ne peuvent mobiliser 5 000 000 de francs CFA, au lieu d’envisager de les supprimer, ils veulent en rajouter. Que DIEU sauve le Faso de ces politiciens

    Répondre à ce message

  • Le 6 avril à 14:04, par Ka
    En réponse à : Découpage administratif du Burkina : 558 demandes de création de nouveaux départements, 46 dossiers pour de nouvelles provinces

    Merci mon ami Kôrô Yamyélé de nous le faire lire cette analyse de RFI : Ce n’est pas un poisson d’Avril, puisque cette mission du nom ’’PANGA’’ pour ratisser la zone entre le Nord du Burkina et le Mali est activée.

    Répondre à ce message

  • Le 6 avril à 17:03, par Zereson
    En réponse à : Découpage administratif du Burkina : 558 demandes de création de nouveaux départements, 46 dossiers pour de nouvelles provinces

    Il s’agit de rapprocher l’administration des administrés.Et de ce fait le ministère devrait se penser de façon objective sur les critères et mettre de côté les considérations politiques. Certains villages répondent à cette nécessité. c’est le cas de Lahirasso dans la province du Houet trop loin des centres administratifs les plus proches:39 km de Padéma le chef-lieu de département dont il relève(il en est même plus peuplé), 40 km de Bondoukuy, 30km de Kouka et 39km de Solenzo. C’est donc légitime que les habitants de ce gros village(un des plus grands producteurs de coton du Houet) demande à être érigé en commune !

    Répondre à ce message

  • Le 6 avril à 17:22, par okm
    En réponse à : Découpage administratif du Burkina : 558 demandes de création de nouveaux départements, 46 dossiers pour de nouvelles provinces

    Nous souhaitons qu’à travers ces nouveaux découpages, les administrés ne soient plus obligés de parcourir plus de 50 km pour obtenir un document ou règle un problème administratif. Concrètement, un administré moyen de Saponé qui relève de la région du centre sud (manga ) ne peut en aucun cas y faire un aller retour à vélo le même jour. Sans compter les frais de séjour quand on sait que l’hospitalité légendaire n’existe plus de nos jours.
    Les plus nantis n’en font pas un problème car c’est un pique nic
    Bon vent aux nouveaux redécoupage. Vive le Burkina faso !!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 6 avril à 20:59, par war
    En réponse à : Découpage administratif du Burkina : 558 demandes de création de nouveaux départements, 46 dossiers pour de nouvelles provinces

    Le probleme est mal pose car les populations qui respectent les criteres(5000 habitants et 5000 000fcfa de budget) peuvent demander a etre erigees en communes rurales a l’interieur du meme departement comme prevu dans la loi portant decentralisation au bf.par contre les departements sont decides et decoupes par le pouvoir en place et ne doivent en aucune maniere relever de demandes.c’est l’etat qui decide pour sa deconcentration en fonction xe ses moyens.La loi prevoit qu’un departement peut compter plusieurs communes respetants chacune les criteres et l’objectivite.il faut eviter de creer des bantoustans pour des potentats politiques mais s’appuyer sur les demandes pour etudier au cas par cas et de maniere impartiale les demandes d’erection en commune ;le mali et le ghana qui sont les exemples reussis de decentralisation comptait chacun plus de 600 communes et districts contre 368 communes et arrondissement au bf.il faut permettre aux villages de nouveaux regroupements et separation pour amorcer le developpement local sous l’appui des departements.je pense qu’il faut supprimer les departements et province tout en renforcant les regions en transferant les moyens des departements et provinces a la region pour donner une pleine puissance aux gouverneurs avec des services provinciaux et departementaux en charge des communes de leurs ressorts.cela evitera les redondances et la mutualisation des maigres moyens.on pourra alors prevoir 17 regions et pres de 500 communes soit une commune pour environ 30 000 habitants en moyenne

    Répondre à ce message

  • Le 6 avril à 21:21, par gaston
    En réponse à : Découpage administratif du Burkina : 558 demandes de création de nouveaux départements, 46 dossiers pour de nouvelles provinces

    je suis contre ces micro morcellements du pays .cela ne sert a rien mais un désir d’hiérarchisation . les usa cherchent ils a augmenter le nombre d’Etats ?

    Répondre à ce message

  • Le 7 avril à 05:56, par Barsalogbiga
    En réponse à : Découpage administratif du Burkina : 558 demandes de création de nouveaux départements, 46 dossiers pour de nouvelles provinces

    Fait de manière intelligente et responsable ce découpage facilitera le developpement à la base , la cohésion sociale et rendra notre administration plus efficace. Aujourd’hui dans mon natal certains parents parcourent 60 à 80 km pour accéder aux services déconcentrés de l’État et nous avons des départements qui comptent 60 à 75 villages administratifs et pas des moindres svp. Alors comprenons que ce découpage est vital à certains endroits. Courage à Mr le Ministre de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation !

    Répondre à ce message

  • Le 7 avril à 09:03, par AMOS
    En réponse à : Découpage administratif du Burkina : 558 demandes de création de nouveaux départements, 46 dossiers pour de nouvelles provinces

    Nous avons vu la guéguerre que ce projet a crée, heureusement que l’article 37 a fait temporisé le projet sinon des villages et des communautés allaient s’affronter. Un conseil : nouvelles autorités administratives , faites des enquêtes sur le terrain pour comprendre quelles enjeux cela a pour les populations et en décider de l’opportunité. Je suis certains comme quelqu’un l’a dit plus haut que la cohésion sociale actuelle prendra un cout , si ce projet venait à être concrétisé ; je suis du Burkina profond et je sais que des villages et des communautés se regardent en chiens de faïence déjà suite à cette affaire.

    Répondre à ce message

  • Le 7 avril à 10:15, par ob
    En réponse à : Découpage administratif du Burkina : 558 demandes de création de nouveaux départements, 46 dossiers pour de nouvelles provinces

    Mon village est ancien chef lieu de canton qui compte dix (10) village. Une demande a été déposée pour l’ériger en département. Gare à celui qui va se dire politiquement qu’il est posé, et il va vouloir détourner ça au profit d’un petit village qui n’est entouré que de trois petits villages aussi. C’est là les choses sérieuses vont commencer. Véritablement les zones qui le méritent le soient. N’oublions pas qu’il faut approcher l’Administration des administrés.

    Répondre à ce message

  • Le 7 avril à 10:56, par ob
    En réponse à : Découpage administratif du Burkina : 558 demandes de création de nouveaux départements, 46 dossiers pour de nouvelles provinces

    Mon village est ancien chef lieu de canton qui compte dix (10) village. Une demande a été déposée pour l’ériger en département. Gare à celui qui va se dire politiquement qu’il est posé, et il va vouloir détourner ça au profit d’un petit village qui n’est entouré que de trois petits villages aussi. C’est là les choses sérieuses vont commencer. Véritablement les zones qui le méritent le soient. N’oublions pas qu’il faut approcher l’Administration des administrés.

    Répondre à ce message

  • Le 7 avril à 12:22, par dafra
    En réponse à : Découpage administratif du Burkina : 558 demandes de création de nouveaux départements, 46 dossiers pour de nouvelles provinces

    Si c’est pour rapprocher l’administration des administrés, construisons des routes, modernisons l’administration avec les TIC , et travaillons consciencieusement. Sinon la poudrière sociale va exploser.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés