Coopération UNICEF-Burkina Faso : Vers l’adoption d’un nouveau programme de coopération de trois ans

LEFASO.NET | Par Justine Bonkoungou (Stagiaire) • mercredi 22 février 2017 à 23h03min

Ce mercredi 22 février 2017 s’est tenu à Ouagadougou un atelier de validation stratégique de la structure du programme de coopération UNICEF-Burkina Faso (CPD 2018-2020). Cet atelier qui a réuni l’ensemble des partenaires de l’UNICEF a été l’occasion d’examiner et d’amender le prochain programme de coopération qui devra conduire les actions de l’UNICEF au Burkina Faso.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Coopération UNICEF-Burkina Faso : Vers l’adoption d’un nouveau programme de coopération de trois ans

En 2017, prend fin le Programme de coopération UNICEF-Burkina 2011-2017. Pour le remplacer, un autre, le Programme de coopération 2018-2020 dont l’élaboration a débuté en 2016 et devrait s’achever en mars 2017. Ce présent atelier constitue donc une étape importante dans le processus d’élaboration du programme de coopération avant son examen en septembre 2017 lors de la session ordinaire du Conseil d’Administration de l’UNICEF en septembre 2017.

Il sera l’occasion de valider de manière participative et consensuelle les orientations stratégiques des interventions de l’UNICEF au Burkina Faso comme un jalon important pour la préparation du prochain cycle de programme pour la période 2018-2020. Il s’agit plus concrètement selon Mme Rinko Kinoshita, représentante adjointe de l’UNICEF, « d’affiner les orientations stratégiques des six composantes du programme, chacune organisée autour d’une théorie de changement, en vue de garantir la pertinence et l’efficacité de sa mise en œuvre. »

Un point de vue partagé par Gustave Bambara, directeur des politiques de populations représentant le directeur général de l’économie et de la planification, qui estime pour sa part, que cet atelier présente un enjeu stratégique parce qu’il « permet à l’UNICEF de voir leur stratégie de développement pour accompagner la mise en œuvre du Plan national de développement économique et social (PNDES, ndlr). C’est dire que tous les acteurs aujourd’hui qui interviennent sur ce programme de coopération entre le Burkina Faso et l’UNICEF vont voir les théories du changement pour apporter vraiment une réponse à la vulnérabilité pour les femmes et les enfants. Et comme vous le savez, dans un processus de planification, il faut associer tous les partenaires pour que nous ayons les mêmes orientations et les mêmes stratégies pour permettre la mise en œuvre effective de ce programme de coopération et atteindre les objectifs que nous visons à travers le PNDES. »

Mme Kinoshita a aussi saisi l’occasion de cet atelier pour féliciter le gouvernement burkinabè pour les résultats obtenus au cours du cycle de programme actuel dans les domaines tels que la lutte contre la malnutrition, l’amélioration de l’enregistrement des naissances, l’amélioration de l’accès à l’eau potable et aux services de santé, ainsi que la protection des enfants contre les pratiques néfastes que sont l’excision et le mariage des enfants.

Justine Bonkoungou (stagiaire)
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 23 février à 12:25, par Kôrô Yamyélé
    En réponse à : Coopération UNICEF-Burkina Faso : Vers l’adoption d’un nouveau programme de coopération de trois ans

    - Vous ne voulez pas écouter le Kôrô Yamyélé mais vous allez finir par accepter ce que je vous propose dans les orientations stratégiques de vos interventions en matière de population.

    Il faut surtout mettre l’accent sur les mossis et les peuls ! Ce sont eux qui se multiplient comme des fourmis-magnats. Regardez dans les cours mossis dans les villages ! Il y a toujours plein d’enfants poussiéreux aux ventres rebondis qui grouillent chaque fois. Et que dire de nos amis les peuls ? C’est comme les mossis, et vous ne verrez jamais une femme peule en ville et vendant du lait sans un bébé au dos ! Remarquez ! A croire que dans les campements peuls , les cases bruissent trop la nuit !

    Quant à nos autres amis de l’Ouest que sont les bwabas, bobos, dagaras, lobis, gourounsis, etc. il faut les rayer de vos orientations stratégiques. Ils n’ont plus besoin de planification de naissance ! Le patassi et les liqueurs frelatées tchrr-tchrr ont fait le travail à votre place. Concentrez vos moyens sur les mossis et les peuls pour plus de résultats et d’impacts

    CONCLUSION : Que ceux qui refusent de regarder la vérité en face m’insultent maintenant !

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés