La « Sagesse du mercredi » de Sayouba Traoré

mercredi 8 février 2017 à 18h08min

Cet écrit est volontairement court. Car comme aiment à dire les Mossé : « goam bilfou séka yaam soaba ». Peu de mots suffisent pour se faire comprendre par les esprits bien disposés à entendre. Et lorsque les bavards impénitents se taisent, ou font court, toutes les oreilles doivent filtrer ce silence.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
La « Sagesse du mercredi » de Sayouba Traoré

"Réog poulg wandaa anifi". Traduction : "on taille le bonnet du phacochère en sa présence". Explications : il est impossible d’imaginer une coiffe pour quelqu’un qui a une figure distordue et des dents saillantes, en son absence. La philosophie de nos ancêtres avait tout prévu. Quand la situation est particulière, il faut une solution adaptée. Autrement dit : quand c’est Samogo, il faut un traitement de Samogo.

On ne le voit pas d’emblée, mais la situation de notre pays impose d’aller au sursaut national. Nous sommes en guerre. Une guerre insidieuse, il est vrai. Une guerre d’usure imposée par des forces obscures à un pays aux finances faméliques. "Saa san nag yasé, bii yarsa mè ra nag taab yé".

Traduction : "si la pluie bat des colporteurs Yarsé, il est indiqué que les colporteurs Yarsé évitent de se battre entre eux". Tous ensemble ! Cela ne veut pas dire que les uns et les autres deviennent subitement aveugles, sourds et amnésiques. Toutefois, un esprit lucide voit bien qu’il le faut. On reprendra nos querelles après. Tous ensemble : ! Parce que la vérité, c’est la vérité.

Bonne journée à tous !

Sayouba Traoré

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 8 février à 22:35, par Zeus
    En réponse à : La « Sagesse du mercredi » de Sayouba Traoré

    Excellent, Sayouba ! Rien à redire !
    Tous ensemble !

    Répondre à ce message

  • Le 8 février à 23:28, par Barka
    En réponse à : La « Sagesse du mercredi » de Sayouba Traoré

    Grand frère, merci pour ces mots de sagesse. J’espère que ceux qui ont des oreilles, entendront. Le danger qui était à nos frontières est maintenant là. Djibo, c’est à moins de 200 km de Ouaga. Beaucoup des personnes à Ouaga quand elles se lèvent et prennent leur café le matin tout tranquillement semble l’ignorer. S’il vous plait, arrêtons nos querelles mesquines et mobilisons nous. L’heure est vraiment grave !

    Répondre à ce message

  • Le 8 février à 23:48, par Tounsida
    En réponse à : La « Sagesse du mercredi » de Sayouba Traoré

    Le message est court mais plein d’enseignements. Merci pour cette sagesse.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février à 04:32, par AMADE
    En réponse à : La « Sagesse du mercredi » de Sayouba Traoré

    Je ne sais pas si je vous ai compris mais il me semble que vous voulez dire que le pays nous appartient tous et tous nous devons travailler à le développer. Les votes sont terminés . Le MPP a gagné Rock est au pouvoir . Mais tous les autres partis n’ont pas quitté le pays en attendant 2020 pour revenir . Dans l’administration il y a tout le monde pour ne pas dire tous les partis. Qui va arrêter de travailler en attendant que son parti soit au pouvoir ? Donc tous ensemble la main dans la main pour développer notre pays . On y gagnera mieux que les critiques faciles.

    Répondre à ce message

    • Le 9 février à 08:56, par Aleeno
      En réponse à : La « Sagesse du mercredi » de Sayouba Traoré

      M. Amade, je pense que vous n’avez pas compris le message de Sayouba Traoré. Il a souligné dans son écrit que "nous sommes en guerre, une guerre insidieuse." Tous les événements récents qui se sont passés dans le nord de notre pays en sont évocateurs et devraient attirer votre attention.

      Répondre à ce message

  • Le 9 février à 06:36, par Yiriba
    En réponse à : La « Sagesse du mercredi » de Sayouba Traoré

    Le premier sentiment devant cette installation par la force de combattants terroristes dans le pays est l’impuissance et l’incapacité de savoir quoi faire en tant qu’individu et citoyen. Comme l’a bien souligné l’auteur de cet article M. Traoré, c’est d’abord de rester uni (ensemble) et mettre de côté nos querelles. Pour diviser une nation, les terroristes ont des recettes infaillibles. Imposer la religion selon leur interprétation et convaincre une partie de la société qu’ils arrivent à approcher qu’elle est victime de l’intolérance ou simplement des personnes persécutées à cause de leur croyance par le gouvernement. Ainsi la fracture s’installe dans la société. Que devrons-nous donc faire ? RESISTER ! Parce que nous ne pouvons pas croire à Dieu par la baïonnette et de cette manière. Ce n’est pas cela que l’histoire des Hommes nous enseigne sur la religion. Je suggérerai donc au Gouvernement, l’instauration d’une loi sur les mesures d’urgence qui autorise des interventions immédiates auprès des personnes et groupes qui pourraient porter atteinte à la sécurité nationale. Considérant que les terroristes sont en gestation, ou même actifs parmi nous, une des façons de résister, est de pouvoir contrôler les activités et langage subversifs dans les centres de radicalisation ou de recrutement de combattants. Ces centres sont généralement identifiables dans le pays et la population dans son ensemble doit contribuer et s’engager à cet effort pour la paix. Le Sénégal pourrait nous inspirer par quelques méthodes dans la gestion de ce problème.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février à 09:37, par MAMA LAWOTO
    En réponse à : La « Sagesse du mercredi » de Sayouba Traoré

    Merci pour ce message sobre empreint de sagesse et d’interpellation. Nous avons tant parlé, après un petit détour au nord Burkina juste avant les élections, nous avions flairé le danger, et nous avions interpelé les autorité de l’époque quand à un risque d’une guerre asymétrique. Que nenni, les anciennes comme les nouvelles en font à leur tête, et tous semblent vraiment inquiéter personne.
    Vivement qu’on se ressaisisse car c’est un schéma de Boko Haram qui se dessine lentement mais surement au nord, avec comme acteurs principaux du film, des Burkinabè radicalisés jusqu’à la moelle épinière puisqu’ils ont la sagesse de prévenir leurs victimes du drame qui les attend.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février à 11:06, par DANY
    En réponse à : La « Sagesse du mercredi » de Sayouba Traoré

    Pour une fois petit mossi a bien parlé ! donc mes leçon sont bien apprises !

    Répondre à ce message

  • Le 9 février à 11:14, par Boanga-carga
    En réponse à : La « Sagesse du mercredi » de Sayouba Traoré

    Bravo ! Sayouba,
    Tu as tout dit en quelques phrases, pas besoin d’analyse au risque de travestir la substance.
    par Boanga-carga

    Répondre à ce message

  • Le 9 février à 11:27, par JO
    En réponse à : La « Sagesse du mercredi » de Sayouba Traoré

    Je partage le point de vue de M. Traoré. L’interpellation touche effectivement toutes les couches de la société en marquant des points d’arrêt sur les OSC, les partis politiques et le politique.
    Si l’insécurité n’épargne personne, le mieux que l’on puisse faire et l’option ou le pari gagnant serait bien sure notre union et notre dépassement des intérêts partisans.
    Néanmoins, une préoccupation demeure.
    Où sont la langue et l’image dans notre politique actuel habilité à parler d’union et de paix ?
    Récemment nous avons vu et entendu la CODER parler de paix et d’union mais le peuple a joué à la sourde oreille et pour ceux qui ont entendu, la plupart ont vomi. La vérité sent mauvais quand elle sort de certaine bouche. Il est difficile d’accepter la prédiction de la bible ou coran si le prédicateur devait venir des lieux obscurs.
    M. Traoré, nous sentons le patriotisme qui brûle en vous et votre bonne volonté est assez visible mais l’arbre ne doit pas cacher la forêt.
    Le politique doit pouvoir se sacrifier sur l’autel de la bonne volonté.
    Il faut peut être a défaut d’une tête neuve pour commander le corps, il faut trouver des membres neufs plus digne. Parce que quoi qu’on dise, à défaut du messie, il faut se contenter du diable aux beaux yeux. Nos gouvernements ont besoin de sang neuf et plus de mains innocentes.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février à 11:32, par Lawal
    En réponse à : La « Sagesse du mercredi » de Sayouba Traoré

    Bien dit Sayouba
    ce texte donne à réfléchir à chacun de nous ;
    bon vent à toi

    Répondre à ce message

  • Le 9 février à 11:47, par FURIEUX
    En réponse à : La « Sagesse du mercredi » de Sayouba Traoré

    Bien dit. Gare au politicard qui tentera d’utiliser la situation a des fins electoralistes. Il ecoppera d’une sanction encore pire que celle d’Ablasse au precedent scrutin. Nous devons nous unir. Gare aux politicards et a leurs partisants assoiffes de pouvoir. Rappelez vous toujours : les Burkinabes ne sont pas les idiots que vous pensez qu’ils sont.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février à 11:52, par KIRIKOU
    En réponse à : La « Sagesse du mercredi » de Sayouba Traoré

    Merci Kasm-soaba ! aussi avec toute ma bonne foi , j’interpelle le gouvernement à voir dans quelle mesure pourrait on rappeler les fautifs radiés de l’armée et de la police pour étoffer le manque à combler des effectifs.

    Je crois que les victimes qui ont été violées ont pardonné à leurs agresseurs ( car ;l’amour de Dieu surpasse toute autre chose) ; je parle de ce cas précis parce que le matériel perdu ,les richesses pillées ne valent rien devant leur dignité bafouée.

    Au reste ,si nous comprenons cela avec le méa culpa à chacune des sorties des radiés pour se faire entendre ,je vous rassure qu’on aura les meilleurs de notre armée et de notre police dans les années à venir.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février à 17:18, par JM Pigkassonou
    En réponse à : La « Sagesse du mercredi » de Sayouba Traoré

    Je suis d’ accord que l’ heure est grave il nous faut nous unir pour reprendre notre pays qui est insidieusement pris en otage par des forces du mal. Mais, il y a lieu de multitasker ici. On ne peut pas laisser faire n’ importe quoi sous le pretyexte que le pays est en train d’ etre occupe. On ne suspendra pas notre citoyennete parce que les terroristes nous harcelent. Nous allons toujours exiger du gouvernement de faire son devoir. En ayant toujours l’ oeil vigilant et exigent, il pourrait meme developper une meilleure attaque contre ces terroristes. dans l’ histoire, les dictateurs ont battu le tambour de guerre pour confisquer le droit des citoyens a s’ exprimer. On ne perd pas sa citoyennete parce que le pays est occupe. On ne la suspend pas non plus. Ca peut etre dangereux.

    Répondre à ce message

  • Le 11 février à 07:27, par mamougs
    En réponse à : La « Sagesse du mercredi » de Sayouba Traoré

    Quelle sagesse ? Je suis fier de vous. Si les sages comme vous il y en avait beaucoup le burkina Faso aurait avance dans son combat contre les forces du mal.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2016 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés