L’édito d’Abou Bamba DOUKARE : De la démocratie sans mentalité démocratique

mardi 10 janvier 2017 à 01h10min

L’épreuve de démocratie a montré ses limites aux pays des hommes intègres. Il y a un moment où nous écrivions que les « choses seraient pires qu’avant » et l’histoire semble nous donner raison avec le cours des événements auxquels nous avons assisté en un an de gestion MPP du pouvoir.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
L’édito d’Abou Bamba DOUKARE : De la démocratie sans mentalité démocratique

Le degré d’arrogance des élus locaux et nationaux (députés et conseillers) est tel qu’aujourd’hui, nombreux sont ceux qui attendent une nouvelle insurrection. Nous ne sommes pas fier d’avoir raison mais… en patriote, il faut tout de même reconnaître que nous avons écrit de par le passé que cette classe politique issue du CDP n’avait rien à nous offrir de nouveau et pire, l’élève allait « dépasser le maître ».

Le déroulement des événements montre clairement une fois de plus que le MPP est né de la frustration des aigris du CDP qui avaient été écartés et que le combat que ce parti est ses alliés mènent est juste une question de revanche et non une volonté de sortir le peuple du trou où Blaise Compaoré et son régime l’avait laissé.

Comment comprendre des erreurs de gestion qui se multiplient. Le front social avec des négociation secrètes que d’aucuns appellent les « mouta mouta ». Après les textes relatifs aux avantages qui ont tout l’air d’une corruption hérités de la transition, le pouvoir semble cultiver désormais le secret des délibérations sur les termes de ses négociations avec les autres corps de métier. Qui a vu le bilan de la grève sans service minimum du personnel de santé ? Qu’est-ce que ce corps a obtenu ? Et le bilan de la SCAAD à laquelle on a substitué le PNDES ? Combien a coûté l’élaboration et la voyage de cette délégation à Paris ?

Il n’y a pas que l’exécutif qui ait fait à sa tête. Le législatif n’est pas en reste. Nous allons économiser cette histoire de tablettes offertes ainsi que le million qui ont largement été commentés par les réseaux sociaux pour nous en tenir aux circonstances qui en disent plus long que les faits. En effet, nous rappelons qu’en démocratie, les règles du jeu prévoient la séparation des pouvoirs et à ce titre, les rôles et avantages de chacun sont connus et balisés par la loi. L’exécutif gère le pouvoir d’Etat, le législatif contrôle l’action gouvernementale et le judiciaire s’assure de l’application effective des règles de droit qui fondent la vie dans une société démocratique. Par conséquent, la circulation des biens et ressources entre ces entités est canalisée par la loi. Les députés perçoivent leur budget qu’ils gèrent avec tout ce que cela comporte comme défaillance, car les règles ne prévoient un contrôle qu’à postériori, c’est-à-dire après la dépense et il n’y a pas de sanction en cas de défaillance. Et après les neuf cent et quelques milles annoncés comme émolument, combien gagne en réalité un député : frais de sessions ordinaires (2X45 jours), frais de sessions extraordinaires qui durent toute l’année, frais de mission, frais de formation, frais de carburant, sans oublier que même en mission, ils perçoivent les frais de session… Avec des avantages aussi extravagants, on comprend pourquoi la lutte est aussi serrée pour rentrer à l’Assemblée Nationale ! Qu’une commission parlementaire vienne, au nom de la redevabilité, nous donner les chiffres réels avec les documents comptables certifiés.

Pour revenir à notre cours de science politique, retenons que le gouvernement ne peut pas « offrir quelque chose », même pas de médaille à un député au risque de tomber sous le coup de la loi de la séparation des pouvoirs. On vient de décorer les anciens députés de la transition ; ce qui doit tomber sous le coup de la même loi, car il y a bien décoration parce qu’ils ont été au parlement alors que cette action ne peut pas être motif de décoration. Par conséquent, l’offre de tablette de la part du gouvernement est une faute du gouvernement et son acceptation par l’Assemblée Nationale est une imprudence. Et si l’on tient compte de la loi anti-corruption sur le montant des cadeaux, on tombe directement sous le coup de la loi est il y a des textes qui doivent s’appliquer. Dans ce cas, on n’a pas besoin de lever l’humanité, car nous sommes dans une situation de flagrant-délit.

L’occasion est belle et bien donnée aux magistrats burkinabè de démontrer leur indépendance car la situation l’impose. Après avoir empoché des sommes aussi faramineuses pour les mettre à l’abri de la corruption, nous avons un cas où l’enquête n’est même pas longue et il y a assez de place à la MACO pour ces députés qui sont sensés faire et connaître les lois. Ce serait une première dans notre démocratie qui va donner une bonne leçon de gouvernance à l’Afrique et les suppléants ne seront certainement pas contre cet avis.

Le plus gros problème de notre système, c’est bien notre classe politique formatée par 27 années de Compaorose et à qui on demande d’être démocrate. Toutes ces personnes ont juste appris à se servir et non à servir. Tout se passe comme si la démocratie se résumait à l’existence des institutions (exécutif, législatif et judiciaire).
Tout ce que nos politiques font au quotidien est contraire à la mentalité démocratique et il ne suffit pas de passer par les élections pour faire ce qu’on veut. Comment comprendre que des gestes de bonne gouvernance comme le recrutement des DG par concours est remplacé par celui des DG orange ? Comment comprendre que des personnes nommément citées dans des dossiers de contrôle d’Etat et / ou sous peine arrivent-ils à se faire nommer DG, se faire élire conseiller, puis maire… Comment comprendre qu’on s’est précipité pour créer des commissions d’enquête parlementaire sur le minier et le foncier en s’attaquant spécifiquement à ceux qui ont échappé à la fièvre orange ?

Avant Salif Kaboré qui est si corrompu, nous dit-on, ses prédécesseurs sont-ils aussi blancs ? Quand on nomme des personnes qui ont leur nom sur des listes aussi célèbres comme celle du verger du pauvre vieux de Koudougou, quelle moralité donne-t-on du pouvoir ? Et toutes ces personnalités dont les directeurs de cadastre détiennent les noms dans leurs tiroirs qui sont encore en poste ? Seront-elles prêtes à rendre des centaines de parcelles à elles attribuées et redistribuées aux épouses, maîtresses… ?

Et combien ont coûté ces différentes enquêtes parlementaires ? Peut-être qu’il faut quelques 10 millions aux membres de ces commissions pour qu’ils viennent rendre compte. Tout ceux qui ont fait un peu de droit savent qu’une commission d’enquête, parlementaire soit-elle, doit s’entourer de précautions nécessaires pour le bon déroulement de sa mission et surtout l’exploitabilité se son produit. On s’attendait à ce que les conseillers juridiques du président et du conseil des ministres leur rappellent que les rapports en question ne sont pas exploitables sur le plan pénal. Mais bon, nous sommes convaincus que le gouvernement a écouté ceux qui veulent lui faire plaisir et tout cela ferait « pshiiiit ».

Maintenant, la question reste de savoir combien nous coûtent ces atermoiements et ces errements législatifs, judiciaires et exécutif ?

Pour terminer, nous voulons rappeler à ceux qui sont au pouvoir qu’ils doivent comprennent que l’arrogance du gouvernant l’expose. A répéter sur toutes les antennes que « nous avons été légitiment élus », vous rappelez au peuple que vous méprisez tant qu’il peut « se foutre de votre légitimité » et vous « chasser comme un certain Blaise Compaoré » qui a fui en Côte d’Ivoire avec la sienne.
Un ministre invité dans une émission de controverse est allé jusqu’à dire qu’il est ministre « du gouvernement légitimement élu ». Alors c’est dire jusqu’où peut nous mener l’arrogance et s’il avait bien regardé le code électoral, le gouvernement n’est pas élu ; heureusement d’ailleurs pour certains comme lui !

Bonne année 2017 à tous avec l’espoir que les promesses de nos gouvernants soient tenues.

Abou Bamba DOUKARE (ABD)

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 9 janvier à 16:27, par sabda
    En réponse à : L’édito d’Abou Bamba DOUKARE : De la démocratie sans mentalité démocratique

    Courage Abou ;
    Comme dirait l’autre :"C’est du propre !"

    Répondre à ce message

  • Le 9 janvier à 16:31, par Cheikh
    En réponse à : L’édito d’Abou Bamba DOUKARE : De la démocratie sans mentalité démocratique

    Ah mon cher Bamba ! C’est long et fastidieux, mais pas convaincant. Pour quelqu’un qui avait déjà un parti pris dès le départ, on ne saurait perdre plus de 3 minutes à te lire, car ton esprit était déjà formaté dans un sens." Critiquer rien que le train qui est en retard", voilà quelle est ta devise. Cassandre ou oiseau de mauvaise augure ? L’on ne sait quel qualificatif t’attribuer, mais tu te donnes des pouvoirs de divination que tu ne possèdes pas.Pour apprécier de la sorte, il faut disposer d’un cadre de référence dans le temps et dans l’espace ! Mais alors à quel régime du passé ou d’ailleurs te réfères-tu à ce titre, pour te montrer si acrimonieux ? Celui du CDP ou celui du Mali ou de la Côte d’Ivoire ? En tout cas pas aux régimes occidentaux avec lesquels nous n’avons rien de commun en tout cas ? Reviens-y assez rapidement, pour qu’on fasse le bilan ensemble.

    Répondre à ce message

  • Le 9 janvier à 16:37, par sabda
    En réponse à : L’édito d’Abou Bamba DOUKARE : De la démocratie sans mentalité démocratique

    Sur un ring quand l’adversaire box très bas tu es obligé de boxer aussi bas sinon tu prends un KO.Pour simplement dire que Salif et toute sa bande tiennent notre démocratie très bas,dans la boue avec leur réaction de rue et de mépris.Ce qui nous oblige à boxer très bas.
    Voler très haut et redresser et vous nous verrez à votre hauteur et même plus parce que nous au moins on reflechit avant de parler et on nargue pas nos electeurs !!
    BONNE GUERISSON A TOUTE L’ASSEMBLEE des depités !!

    Répondre à ce message

  • Le 9 janvier à 17:00, par Nybo
    En réponse à : L’édito d’Abou Bamba DOUKARE : De la démocratie sans mentalité démocratique

    Mon cher Bamba, vous avez apparemment un problème personnel avec certains élus. Si c’est le cas, je ne pense qu’ici soit la tribune appropriée. De plus vous vous fondez sur des références complètement hors de propos, ou vous avez des problèmes de vocabulaire. Je ne vois pas en quoi dire qu’on est élu du peuple rime avec arrogance. On sent de la frustration et de la passion dans votre écrit, ce qui n’est pas du tout le tempérament de quelqu’un qui veut apporter au débat démocratique. Allez sur des faits concrets de gouvernance que de ressasser des éléments de seconde zone. Retenez aussi que les prophéties, si on peut appeler les vôtres ainsi, sont un don dont la plausibilité se mesure à l’aune du tempérament de la personne détentrice. Visiblement, vous semblez être quelqu’un qui a un parti pris. Courage néanmoins !

    Répondre à ce message

  • Le 9 janvier à 17:10, par TUANSI autrement dit " t’as raison"
    En réponse à : L’édito d’Abou Bamba DOUKARE : De la démocratie sans mentalité démocratique

    tu as tout dit et tu as" tout à fait raison " (comme dit un vieux Bwa) !
    C’est sans commentaire ! comme eux mêmes l’ont dit, s’ils n’y prennent garde une insurrection comme celle qui les a installés là qui viendra les balayer !!!
    Ils l’auront cherché !
    Burkinabè a les yeux ouverts depuis les 30/31 OCTOBRE 2014 ! Sankara avait dit "quand les "uns mangent , les autres regardent ainsi naissent les révolutions"
    On a pas eu peur de leur gourou avec ils reconnaissent avoir dîné,avoir bouffé du wack à travers le monde, eux une petite brise suffira pour les balayer !
    Amen !

    Répondre à ce message

  • Le 9 janvier à 18:08, par Moi aussi
    En réponse à : L’édito d’Abou Bamba DOUKARE : De la démocratie sans mentalité démocratique

    Merci pour cette piqure de rappel.
    Vraiment, pour beaucoup d’apprentis démocrates, il suffit d’avoir des élections, de voter de temps en temps des lois et d’avoir toutes les institutions normales d’une république. Je peux comprendre un tel concept venant du citoyen lambda mais pas de la classe intellectuelle, dirigeante ou politique. Là, je suis scié.
    « Le plus gros problème de notre système, c’est bien notre classe politique formatée par 27 années de Compaorose et à qui on demande d’être démocrate. Toutes ces personnes ont juste appris à se servir et non à servir. Tout se passe comme si la démocratie se résumait à l’existence des institutions (exécutif, législatif et judiciaire). »

    Merci pour ton article mon frère

    Répondre à ce message

  • Le 9 janvier à 19:06, par Alexio
    En réponse à : L’édito d’Abou Bamba DOUKARE : De la démocratie sans mentalité démocratique

    Je dois rappeller l auteur que notre democratie est tres jeune pour que ses tares citees sont eliminees, comme il a bien reconnu. Lheritage de de 27ans de la dictature Compaore. Rome ne sest pas construit un jour, mais mutuellement. La democratie perfecte n a jamais exister, car ses hommes et femmes sont des imparfaits. Comme le citoyen lamda lui-meme. Je sui d accord avec vous sur les conflits d interets des uns et des autres concernant les trois separates entites.

    A l occurence le legislatif,l executif et le judiciaire. C est la ou la naivite du peuple peut etre mise en defit. Mais avec une presse libre au Faso, les irreguralites seront demasquees et mettrons les acteurs sous le banc des acciuses qui n est pas digne de leur representation.

    La France est democratique plus de 200 siecles mais les memes fautes de gestions de la chose publique n est pas eradiquer. Les scandales politiques sont le sport favorite des politiciens et surtout pour ceux qui veulent tenter leurs chances parceque les rapports de force du moment sont leur cote. Ces rapports sont reversibles par les cours du temps. Blaise Compaore en est fait les frais aujourdhui. Qui sait demain apres les prochaines elections ?

    Le Train de notre democratie a pris son petit bonhomme son chemin pour la prochaine gare qui deposera sur le quai ou pas le gouvernement Kaba, selon les memes regles democratiques.

    Répondre à ce message

  • Le 9 janvier à 19:13, par La flèche
    En réponse à : L’édito d’Abou Bamba DOUKARE : De la démocratie sans mentalité démocratique

    Malheureusement même les députés de l’opposition se taisent , vont prendre les différents avantages indus et circulent sans penser à cette jeunesse sans travail qui ne demande que 500 000 frs pour ouvrir un kiosque de vente de lemouroudji de telephone portables made in China ou aller éléver quelques poule à Banakélédaga. Sincèrement les 123 000 000 auraient pu créer 123 emplois. Mais on préferer donner à des gens qui ont déjà beaucoup d’argent.

    Répondre à ce message

  • Le 10 janvier à 14:33, par Le républicain
    En réponse à : L’édito d’Abou Bamba DOUKARE : De la démocratie sans mentalité démocratique

    Pauvre de Bamba Doukaré, un proverbe dit que le meilleur lutteur est celui qui est assis tout en regardant les autres luttés. Parlant des députés, vos analyses sont infondées. Une analyse pertinente doit se faire en intégrant l’environnement. Savez vous combien perçois un député au Mali, au Niger, au Togo, au Bénin, au Ghana, en CI etc. Avant de débiter de tels propos, prenez suffisamment des informations réelles pour fonder votre opinion. Aujourd’hui, chacun reste chez et bombe la poitrine et se qualifie d’insurgé. La lutte menée au Burkina est l’œuvre de la synergie d’action des citoyens soucieux du développement de notre pays. Vous pensez que les insurrections se décrètent dans un pays ? Non. Prenez des renseignements sur les hommes prétendus intègres. Par ex combien perçoivent les présidents et les conseillers dans les institutions ? Que Dieu bénisse le Burkina.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés