Accord sur la facilitation des échanges : Des journalistes ont été formés

LEFASO.NET | Par Nicole Ouédraogo • mercredi 21 décembre 2016 à 19h06min

Un atelier de sensibilisation des journalistes sur l’Accord sur la facilitation des échanges de l’Organisation mondiale du commerce (AFE-OMC) , s’est tenu ce mardi 13 décembre 2016 à Ouagadougou . Organisée par l’Alliance Borderless, l’association régionale qui œuvre pour la promotion des échanges intracommunautaires, cette rencontre vise à outiller les professionnels des médias sur le contenu de l’Accord sur la facilitation des échanges et ses enjeux.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Accord sur la facilitation des échanges : Des journalistes ont été formés

Adopté en 2013, lors de la neuvième conférence ministérielle de l’OMC qui s’est tenue à Bali, en Indonésie, le protocole d’accord sur la Facilitation des échanges (accord de Bali), entrera en vigueur, lorsque les 2 /3 des pays membres l’auraient ratifié. « A ce jour, il ne reste plus que 8 huit pays pour que l’accord entre en vigueur. Le Burkina est dans le processus de préparation de la ratification dudit accord » a noté Christian Somda, directeur de cabinet, représentant le Ministre du commerce, de l’industrie et de l’artisanat, par ailleurs patron de la présente rencontre.

Et si le projet de loi est déjà à l’Assemblée nationale, l’Alliance Bordeless a jugé nécessaire d’initier cette rencontre au profit des journalistes. Ce sont au total 40 représentants des médias publics et privés qui ont pris part à cette formation. « Nous avons voulu saisir l’opportunité des initiatives déjà entreprises au niveau du Burkina, pour informer les hommes de média sur le contenu de l’accord, son impact sur le plan régional et les perspectives qui s’ouvriront à nos économies au niveau régional, une fois que l’accord sera adopté » a signifié Justin Bayili, secrétaire exécutif de l’Alliance Borderless.

II s’est donc agi de partager des informations avec les hommes de médias, en l’occurrence les tenants et les aboutissants de cet accord, en vue de les relayer auprès de l’opinion public. « C’est pour les inviter à suivre de près les reformes qui seront entreprises au niveau national. Nous avons voulu également solliciter l’accompagnement des médias pour la sensibilisation des différents acteurs en vue de faire avancer les reformes et pour que les résultats attendus soient atteints » a renchéri Justin Bayili.

Ainsi, la présente rencontre a été ponctuée par des communications sur le rôle de l’Alliance Borderless et son rôle dans la facilitation du commerce en Afrique de l’Ouest, les différents accords de l’OMC, les négociations de l’Accord sur la facilitation des échanges, sa mise en œuvre au Burkina Faso. L’impact de l’accord sur les échanges commerciaux et les initiatives au niveau régional ont été également abordés. A cet effet, les participants ont bénéficié de l’expertise d’Ambroise Balima, coordonnateur national du Centre d’investissement durable, institut euro-africain de droit économique (CID-INEADEC).

De l’avis de Justin Bayili, l’Accord de Bali vise essentiellement à créer les conditions d’un commerce mondial beaucoup plus assaini, l’insertion de l’Afrique de l’Ouest dans le commerce mondial. « Nous souhaitons que cet accord soit vu comme une opportunité qu’offre la région ouest-africaine pour accroître d’avantage les échanges intracommunautaires » a-t-il précisé. Par conséquent, cet accord devrait constituer une opportunité pour un pays enclavé comme le Burkina Faso. « Je veux dire, de tirer bénéfice de toutes les reformes qui seront entreprises et qui vont contribuer naturellement à accroître notre capacité productive au niveau régional et à mieux intégrer le pays dans le concert des nations » a confié M. Bayili.

Un moyen efficace pour éliminer les barrières

L’Alliance Borderless a également trouvé dans cet accord, un moyen efficace pour éliminer un certain nombre de barrières. Il est question notamment de simplifier les procédures administratives liées aux opérations de transit et de dédouanement .Ces éléments « vont permettre d’accroître les échanges au niveau communautaire, entre l’espace CEDEAO et le reste du monde » a indiqué le secrétaire exécutif de Borderless. Et monsieur Bayili de préciser que dès lors que certaines barrières non-tarifaires sont éliminées, que les marchandises ont la possibilité de circuler librement sur les différents corridors, « nous pensons que cela profite d’avantage à la région ouest africaine ».

Remerciant l’Alliance Borderless pour cette formation au profit des hommes de médias, Christian Somda a souligné que cet atelier visait à faire des représentants des organes de presse, des relais entre les décideurs politiques et l’opinion publique, certains partenaires et l’opinion publique sur l’accord sur la facilitation des échanges.A cet effet, il a invité les hommes et femmes de médiasà s’approprier les dispositions de cet instrument international pour en faire un succès en Afrique de l’Ouest.

Créée en 2011, l’Alliance Borderless ainsi que ses partenaires, ambitionnent de faire de la vision de la CEDEAO, une « une zone de libre –échange en Afrique de l’Ouest », une réalité.

Nicole Ouédraogo
Lefaso.net

Portfolio

Imprimer l'article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2016 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés