Politique au Faso : Le PPR est né

LEFASO.NET | Par Aïssata Laure G. Sidibé • mercredi 16 novembre 2016 à 22h55min

Le président du Parti du peuple républicain, Tambi François Kaboré, a animé une conférence de presse, ce mercredi 16 novembre 2016, à Ouagadougou. Cette rencontre avait pour objectif de présenter le parti à l’opinion nationale et internationale.

Politique au Faso : Le PPR est né

« Renforcer nos capacités à vivre, à travailler et à profiter ensemble des fruits de nos efforts collectifs de développement », telle est la devise du Parti du peuple républicain (PPR) reconnu par le ministre en charge de l’administration territoriale, Simon Compaoré, le 26 octobre 2016. A travers cette conférence de presse, le parti a signé son entrée sur l’échiquier politique du Burkina Faso. C’est Tambi François Kaboré, précédemment directeur de cabinet de l’ancien chef de file de l’opposition, qui a été désigné à la tête du parti. Affilié au chef de file de la majorité politique MPP (Mouvement du peuple pour le progrès), la nouvelle formation se veut « un parti du peuple, il n’appartient pas à un individu, ni à un groupe d‘individus ». Et pour militer au sein du dernier né du monde politique, il suffit d’avoir une conviction que les Burkinabè peuvent faire autrement la politique. Selon M. Kaboré, l’idée de la création du PPR a germé suite à « la trahison de l’esprit insurrectionnel au lendemain de la victoire, surtout au niveau du positionnement stratégique des partis politiques ».

« En tant que filles et fils de ce pays, nous avons été interpellés par nos consciences respectives pour œuvrer à la matérialisation en termes de programmes et d’actions concrètes, les aspirations des insurgés et des Burkinabè en général et empêcher les fossoyeurs de l’insurrection populaire de salir les pages glorieuses de l’histoire de notre pays que le peuple a écrite en payant le prix fort », a-t-il laissé entendre. Selon lui, la création du parti répond à un double objectif. Il ambitionne conquérir le pouvoir d’Etat en vue de formuler et de mettre en œuvre de nouvelles stratégies de développement pour mieux répondre aux attentes des populations insurgées. Il entend également procéder aux transformations structurelles nécessaires pour créer un environnement durable et capable d’assurer la mise en œuvre de nouveaux paradigmes dans la gouvernance politique.

Pour ce faire, il va apporter son soutien à l’action du chef de l’Etat, Roch Kaboré que le peuple a choisi pour présider au destin du Burkina Faso pour un mandat de 5 ans. Aussi, conscient qu’on ne peut pas effacer en seulement quelques mois, les conséquences d’un pouvoir qui a duré 27 ans, le PPR estime que la population doit faire preuve de patience. Au gouvernement, le parti a demandé de s’organiser pour permettre une participation saine et responsable des populations au processus du développement à travers la concertation et le dialogue. Dans cette dynamique, le président du PPR a dit qu’il convient d’envisager une transition post transitionnelle qui permettrait d’apporter des solutions collectives et consensuelles aux attentes des populations, après la transition post insurrectionnelle.

La question de la justice pour les insurgés a été l’une des préoccupations soulevées par les journalistes. A cette préoccupation, M. Kaboré a répondu qu’à force de fermer les portes à toutes les erreurs, la vérité reste dehors. « Ceux qui ont commis des fautes doivent payer. Et on doit prendre des dispositions urgentes pour ce ça soit fait dans les délais. Ce qui est frustrant c’est qu’on laisse des gens en prison pendant longtemps et on ne les juge pas. Donc, pour nous, c’est faire en sorte que les dossiers avancent très rapidement car nous ne sommes pas pour l’impunité », a-t-il fini par dire.

A l’entame de la conférence, l’assistance a observé une minute de silence à la mémoire des victimes de l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014.

Aïssata Laure G. Sidibé
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 16 novembre 2016 à 23:30, par Alpha En réponse à : Politique au Faso : Le PPR est né

    Vs gagnerez a vs unir ke de vs divisez pr vos intérets égoistes et mesquins.on n’a pas besoin de 1000 partis politiques pr développer le BF.de grace,ne ns dites pas que c’est pr dévélopper le BF mes plutot vos ventres.on vs connait maintenant.honte et pitié....le yaaré

    Répondre à ce message

    • Le 17 novembre 2016 à 11:11, par changeons En réponse à : Politique au Faso : Le PPR est né

      Bien dit. Le Burkina n’a pas besoin de 1000 partis politiques. A ce rythme, chaque village aura son parti politique et bonjour les dégâts. Il était mieux pour ce vieux de s’installer tranquillement dans son village et cultiver son mil rouge au lieu de créer un parti politique qui ne fera long feu. Que Dieu nous aide.

      Répondre à ce message

  • Le 17 novembre 2016 à 00:34, par Peuple En réponse à : Politique au Faso : Le PPR est né

    œuvrer à la matérialisation en termes de programmes et d’actions concrètes, les aspirations des insurgés et des Burkinabè en général et empêcher les fossoyeurs de l’insurrection populaire de salir les pages glorieuses de l’histoire de notre pays que le peuple a écrite en payant le prix fort ». À la télé jai bien entendu du conférencier que c’est l’opposition actuelle qui est le fossoyeur de l’insurrection.
    Si intellectuellement on doit suivre ce monsieur cela revient à dire que c’est à l’opposition de mettre les aspirations de l’insurrection en marche et non le gouvernement actuel. Donc pour défendre l’insurrection il crée son parti pour aller à la majorité afin de contraindre l’opposition. Burkinabé a traduire en programme politique les aspirations du peuple burkinabé . Lequel peuple qui a portant massivement elu Rock a travers le MPP pour cela.
    M KABORE je pense que vous n’aviez pas besoin de justifier votre départ pour le Riiboo. Votre sigle en dit long. MPP et PPR il n’y a que le M qui a fait mouvement vers le R.

    Le cerveau normal à du mal à comprendre qu on charge une opposition pour les défaillances d’un gouvernement en place.

    Répondre à ce message

  • Le 17 novembre 2016 à 07:49, par Kôrô Yamyélé En réponse à : Politique au Faso : Le PPR est né

    - Voilà ! Les manges-mils ont repris leurs habituels vols. Créer des partillons pour aller s’agglutiner autour du parti au pouvoir. Ce fut la même chose avec le régime de Blaise Compaoré et son CDP, parti au pouvoir. Normal car ce sont les mêmes serviteurs zélés de Mr Blaise Compaoré qui sont aujourd’hui aux commendes. Ceci est une preuve que rien n’a changé et ce sont les mêmes habitudes : on instrumentalise des gens, on leur donne un peu d’argent et ils créent des partis-apprentis qui attendent d’être utilisés au moment venu. A croire que Son Excellence Mr Blaise Compaoré dirige encore et toujours le pays de là où il se trouve. Excellence Mr Blaise Compaoré, revenez prendre votre place car rien n’a varié et tout est du pareil au même que quand vous étiez là au pouvoir ici. Le Kôrô Yamyélé vous dit de revenir récupérer votre place car rien n’a changé et c’est même quelquefois pire que quand vous étiez là.

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 17 novembre 2016 à 08:05, par SIDERE En réponse à : Politique au Faso : Le PPR est né

    Information aux internautes.
    TAMBI kabore a vu sa candidature aux législatives de 2015 rejetée à l’UPC. Il est allé pour déposer sa candidature à la NAFA et son président RASMANE a rejeté et tout le monde peut le vérifier en appelant le Président de la NAFA pour confirmer. Tambi a voulu être députe du Kadiogo au compte de la NAFA, d’où sa mise à l’écart de l’UPC.
    Alors question. qui a trahi l’esprit de l’insurrection, ? C’est TAMBI, lui qui n’a pas voulu non seulement s’asseoir avec ceux qu’il a combattu, mais intégrer ceux qu’il a combattu.
    Néanmoins, bon vent à lui, mais la vérité s’impose.

    Répondre à ce message

  • Le 17 novembre 2016 à 08:10, par BARABARA Dianda En réponse à : Politique au Faso : Le PPR est né

    Il n’y avait pas meilleure façon de se retrouver à la soupe. Il fallait plutôt commencer par là plutôt que de chercher à casser ton ancien parti politique. Si tel est ton désir, toi et tes camarades, alors bon appétit et surtout sachez qu’il ne sera pas facile pour vous d’échapper aux mêmes critiques que vous formuliez contre vos amis d’hier. On reconnait le bon maçon au pied du mur. Je serais curieux de savoir si vous serez exempts de toutes critiques dans la gestion de votre PPR, des ressources financières et de vos militants. La critique facile n’est jamais loin lorsqu’il s’agit d’autrui. Comme vous mêmes êtes au centre des affaires maintenant, on verra. Tâchez d’être plus convaincants que ce que vous avez développé devant les journalistes dans votre conférence de presse.

    Répondre à ce message

  • Le 17 novembre 2016 à 08:16, par TIRA En réponse à : Politique au Faso : Le PPR est né

    Tambi a 65 ans d’age et c’est à ce moment qu’il crée un parti pour soit disant développer le pays.De quel développement parle ce croulard ? C’est le rejet de sa candidature aux législatives 2015 à l’UPC au profit de la jeunesse qu’il n’arrive pas à digerer. La jeunesse du Burkina Faso doit s’éloigne de ce genre de parti ou ce vieux père va l’exploiter avant de mourir

    Répondre à ce message

  • Le 17 novembre 2016 à 08:47, par Bédjou En réponse à : Politique au Faso : Le PPR est né

    Mr KABORE,je viens de vous suivre sur la radio WAT FM ce matin même et je puis dire que vous manquez véritablement d’arguments sincères pour justifier la création de votre parti. Il n’yavait pas lieu de créer un parti au prétexte que vous incarnez plus les aspirations des insurgés que le parti que vous quittiez. Vous faites vraiment pitié et j’aimerais connaitre votre poids politique. N’était-il pas mieux pour vous de vous fondre directement et simplement dans un parti politique de la majorité ?

    Répondre à ce message

    • Le 17 novembre 2016 à 11:06, par RAWA En réponse à : Politique au Faso : Le PPR est né

      On ne vous comprend plus. Si c’est le même monsieur qui a écrit contre Diabré, je crois me souvenir que vous lui disiez d’aller créer son parti s’il se sent capable. Maintenant qu’il cré son parti comme vous le lui aviez conseilllé, vous dites qu’il aurait plutôt du aller "se fondre" au parti de la majorité. Que voulez vous à la fin ? Laissez le type aussi faire son expérience de chef de parti.

      Répondre à ce message

      • Le 17 novembre 2016 à 16:28, par Gorko En réponse à : Politique au Faso : Le PPR est né

        Mon cher RAWA je vous informe que celui qui a écrit la longue missive est Louis Armand Ouala et non Tambi kaboré. Mr Ouali n’a pas encore officiellement créer un parti et n’a pas encore adhérer à un parti.Certains le suspect d’un rapprochement avec le MPP de part ses écrits.Nous n’en avons pas de beaucoup de partis pour développer le Burkina.Mais comme tout le monde être tête de rat qu ’une queue de lion chacun crée son parti.Nous en démocratie certes, mais il faut l’assemblée ou c’est le MATDSI prennent des décisions courageuses pour dissoudre certains partis dont les militants ne remplissent pas une cabine téléphonique et se résume au seul PRESIDENT

        Répondre à ce message

        • Le 17 novembre 2016 à 17:15, par ledissident En réponse à : Politique au Faso : Le PPR est né

          En fait la démarche de Mr Tambi est solitaire et opportuniste. Il était en discussion avec d’autres contestataires de l’UPC et brusquement, sans crier gare, il prend quelques insignifiants et il créé le parti sans attendre les autres. La presse lui a d’ailleurs demandé si les autres dissidents étaient avec lui et il a dit qu’il ne pouvait pas répondre à leur place et qu’ils fallait que les journalistes leur posent directement la question ! drôle de réponse ! Dans la salle, il n’avait aucun des dissidents. Or tout le monde sait qu’à un moment donné ils tenaient des réunions. Donc il ya eu divergences ! intéressant pour la suite/

          Répondre à ce message

        • Le 17 novembre 2016 à 18:07, par temps de l’action En réponse à : Politique au Faso : Le PPR est né

          c’est plutôt les partis separatistes nombrilistes qu’on va dissoudre

          Répondre à ce message

  • Le 17 novembre 2016 à 08:57, par "LE VIEUX" En réponse à : Politique au Faso : Le PPR est né

    BON DEBARRAS : CE MONSIEUR NE M’INSPIRAIT PAS CONFIANCE. QUAND IL A TENTÉ EN VAIN DE SE POSITIONNER CANDIDAT A LA DEPUTATION DEVANT LES JEUNES (SES ENFANTS), IL S’EST RESIGNER.
    MAIS BONNE GENS, QUEL A ETE L’IMPACT DU DEPART DE COMPAORE TAMBI SUR L’UPC ?

    * DANS L’ARRONDISSEMENT 3 L’UPC DECROCHE LA MAIRIE ET DANS 4 AUTRES COMMUNES DE OUAGA CONTRE ZERO (0) EN 2012.

    * AUX LEGISLATIVES L’UPC OBTIENT 33 DEPUTES CONTRE 19 EN 2012.

    CE MONSIEUR DEVAIT SUIVRE L’EXEMPLE DU TRES HONORABLE ET INTEGRE DENIS NIKIEMA QUI EST LÀ POUR CONSEILLER ET ENCADREZ LES JEUNES AU DETRIMENT DE SA PERSONNE.
    SI LA HONTE POUVAIT TUER.

    CE

    Répondre à ce message

  • Le 17 novembre 2016 à 09:49, par le Gardien En réponse à : Politique au Faso : Le PPR est né

    Encore un candidat des insurgés de plus.Quand des acteurs politiques sans aucune convictions ni d’idéologies que celles du ventre et des privilèges prolifèrent la vitalité de notre scène politique sera moribonde.Il rejoint juste le camp des vainqueurs pour ne pas rater un si bon festin. Qu’à fait jusqu’à là les nouvelles autorités allant dans le sens de rendre justice aux insurgés ?Pratiquement rien,ce monsieur doit plutôt donner les vraies raisons de son nomadisme politiques.Son ralliement ou plutôt son allégeance motivée est sans doute le plus contre nature lui un vieux libéral subitement métamorphosé en social démocrate convaincu peut être par l’odeur enivrante de la soupe.Quelles valeurs peut transmettre ce monsieur Kaboré en tant que géniteur et aussi leader politique ?

    Répondre à ce message

  • Le 17 novembre 2016 à 09:59, par BORO BOUBACAR En réponse à : Politique au Faso : Le PPR est né

    On vous voyait venir.C’est malheureux de voir des gens qui ont été vomis par leur jeunesse dans leur parti lors des dernières consultations électorales et qui s’ en meneur de programme politique après toutes ces leçons donnée au cour des derniers évènements douloureux qu’à connu notre pays. Un pur montage aux fins de déstabiliser l’opposition dont certains sont reconnus comme " des bêtes politiques". Cela ne sert à rien. Proposez nous des alternatives de sortie de crise et épargnez nous de ces actes de vengeance, d’acharnement et de chantage érigés malheureusement aujourd’hui en politique de gouvernance

    Répondre à ce message

  • Le 17 novembre 2016 à 10:50, par Abdoul En réponse à : Politique au Faso : Le PPR est né

    Chacun donne son opinion sur une question donnée cela est normal car la liberté d’expression est reconnu dans notre constitution.Mais si vous n’avez pas d’idée , pas d’ambition , pas de proposition de développement , n’essayer pas de décourager ceux qui proposent. Critiquer c’est bien mais proposer des solutions c’est meilleur.
    En ce qui me concerne je pense que la création du PPR est une excellente idée car il est apporteur de nouvelle proposition de développement au sein de la majorité présidentielle.

    Répondre à ce message

    • Le 18 novembre 2016 à 18:54, par info En réponse à : Politique au Faso : Le PPR est né

      Monsieur Abdoul,
      Les mosse disent que prétendre que la parole n’a pas de valeur, c’est flatter la mère du sourd muet.! Dites la vérité à ce monsieur : son affaire ne tient pas la route. Qu’il veuille soit disant aider Roch, c’est son droit. Encore que je ne vois pas en quoi Roch a besoin de lui ! mais qu’il nous dise qu’il rejoint Roch parce que le Cfop a trahi les insurgés, là il insulte la mémoire de nos martyrs. En quoi le pouvoir du MPP défend les acquis de l’insurrection ? Lors de la commémoration de l’insurrection par le gouvernement , on a vu comment la mobilisation était nulle. A la conférence qu’ils ont organisé le dimanche 30 au CBC, c’était pitoyable. Mais là où les arguments de Mr Tambi tombent à l’eau, C’est que Roch lui même a envoyé Simon négocier avec Zeph pour une commémoration commune. Et à la cérémonie devant l’assemblée, Simon a tenu à saluer publiquement l’action de Zeph. Roch lui même salue l’action de Zeph, et pendant ce temps Tambi dit que Zeph a trahi l’insurrection et que pour cette raison il rejoint Roch. C’est ce qui s’appelle être plus royaliste que le roi ! La conférence de la CFDC le samedi 30 a refusé du monde. La salle était pleine à craquer d’insurgés de 8h à 21h et la majorité présidentielle elle même a dépêché une forte délégation. Si elle l’a fait ; c’est parce qu’elle cherche une occasion pour se rapprocher des insurgés et qu’elle sait que ceux ci sont du coté de Zeph, depuis qu’il a clarifié la situation au sein de l’opposition en créant la CFDC. Mr Tambi a frappé à coté. On s’attendait à voir un vrai parti sérieux avec peut être les dissidents de l’UPC notamment les Ouali et Kafando surtout qu’on sait qu’’ils étaient en concertation depuis des mois. Là on se retrouve avec une affaire sans tète ni queue au service des intérets de Tambi seul.Sans doute qu’ils n’ont pas réussi à s’entendre, ce qui déjà en dit long sur leur sérieux. Vraiment Pitoyable ! :

      Répondre à ce message

  • Le 17 novembre 2016 à 10:53, par RAWA En réponse à : Politique au Faso : Le PPR est né

    Je ne comprend pas. S’il était à l’UPC en tant que directeur de cabinet du chef de fil de l’opposition (ce n’est pas rien), comment peut-il se faire élire sous la bannière de la NAFA puisqu’il n’est pas membre de la NAFA ?

    Répondre à ce message

    • Le 17 novembre 2016 à 17:31, par tornade En réponse à : Politique au Faso : Le PPR est né

      Mr Rawa, voici la réponse à votre question par Zemstaaba/ Lisez :
      Si le ridicule pouvait tuer ! Mr Kabore, vos arguments ne tiennent pas la route. La défense des acquis de l’insurrection n’est pas du coté du MPP. Elle est du coté de certains opposants et OSC. Nous voyons le MPP à l’œuvre et il faut vraiment être de mauvaise foi ou avoir faim, pour prétendre défendre les insurgés en s’alliant au MPP. En ce qui vous concerne, je crois à la seconde hypothèse. Vous étés obsédé par le poste de ministre et vous ne vous en cachez pas. Tous vos proches le savent. Mais au moins soyez honnête et dites les choses clairement au lieu de nous embrouiller. Tous ceux qui vous ont côtoyé à l’UPC, plus précisément au Kadiogo, savent que vos motivations ne sont rien d’autre que alimentaires. Vous agissez par dépit, pas par conviction. Le problème c’est que vous ne représentez rien. Vous avez été battu lamentablement aux primaires des législatives par Rainatou Sawadogo, l’actuelle maire de l’arrondissement 3 ; Vous êtes allé vous plaindre chez le Président du parti, en lui disant de vous imposer. Il a tenté mais vu la réaction des militants, il a été obligé de renoncer. Il vous a imposé comme 3eme sur la liste nationale. Malheureusement pour vous, vous avez joué un double jeu. Vous vous êtes caché aller déposer un dossier à Nafa pour participer à leurs primaires ; C’est vrai que votre femme est la cousine de Djibril Bassolet mais tout de même ! Les dirigeants de Nafa ont d’ailleurs refusé votre parachutage et ont vendu la mèche auprès des militants de l’UPC, ce qui a entrainé des protestations au sein du parti au point que la direction de l’UPC a été obligée de barrer votre nom et de donner votre place à l’actuel député Zerbo Moussa. C’est cela votre triste histoire. Vous êtes revenu à la charge au moment des municipales et la même Rainatou vous a encore battu aux primaires. A plate couture ! Vous êtes revenu à la charge au moment de la désignation des représentants du parti à la Ceni. Pour cela, le parti avait mis en place un comité présidé par le doyen Denis Nikiema. Vous l’avez contacté mais quand il a évoqué votre nom, la commission a estimé qu’on ne pouvait pas envoyer un traitre representer le parti à la Ceni. C’est après tous ces échecs que vous avez choisi de partir. Donc, votre démarche n’a rien à voir avec le sort des acquis de l’insurrection. C’est parce que vos intérêts personnels ne sont plus satisfaits à l’UPC.Si le parti vous avait nommé à la Ceni,alliez vous créer le PPR ? Jamais ! Vous pouvez abuser ceux qui ne vous connaissent pas, mais pas ceux qui vous ont connu à l’UPC. Bon vent à vous et maintenant on verra bien ce que vous pesez réellement ! Wait and see !

      Répondre à ce message

    • Le 17 novembre 2016 à 17:49, par kacou En réponse à : Politique au Faso : Le PPR est né

      Mr Rawa, c’est incroyable mais vrai. Je suis un militant de l’UPC et je vous le confirme.Les choses se sont passées au moment de la confection des listes pour les élections couplées, donc vers Mai/Juin 2015. C’est sous la transition. Mr Kabore n’était plus dircab officiel du CFOP, car la CFOp était dissous. Mais il continuait d’exercer la fonction auprés du président de l’UPC. C’est par lui que nous passions pour voir le Président. Quand il a été battu aux primaires par l’actuelle maire du 3eme arrondissement, il a voulu qu’on l’impose comme candidat au Kadiogo. Le Président a tâté le terrain mais nous lui avons dit qu’il n’est pas question. personnellement j’ai fait partie d’une délégation qui a dit au président que nous avons quitté le CDP à cause des méthodes de parachutage et qu’il était hors de question qu’on accepte cela à l’UPC. Le Prsident n’a pas insisté.Donc Tambi était out ! A ce moment, on n’avait pas encore arrété la liste nationale, qui se fait à la dernière minute, une fois que les listes provinciales sont achevées. C’est dans cet intervalle que, oui et oui, Mr Tambi est allé déposer un dossier à Nafa. Vous lisez bien : le dircab du CFOP, toujours en fonction, qui va négocier avec Nafa pour figurer sur leur liste comme tète de liste au Kadiogo, à l(insu de son propre parti et de son patron. Vous vous imaginez. Entretemps, la question de la liste nationale est discutée au niveau de la direction et on décide de lui donner la 3eme place. Le même jour, l’information circule que Tambi avait un dossier à Nafa. Ce sont les gens de Nafa qui nous ont alerté. Après vérification, c’était vrai. Comme il a eu gain de cause à l’UPC, Tambi court reprendre son dossier à Nafa, mais le mal est déjà fait. Nous avons contacté la direction pour dire que les militants ne sont pas d’accord pour qu’on lui donne la 3eme place sur la liste nationale parce que c’est un traitre. Qu’un militant lambda fasse cela, on peut comprendre. Mais un membre du BPN, de surcroit dircab du président du parti. C’est choquant et cela donne une idée sur la moralité du personnage. C’est comme cela que son nom a été barré et on a décidé de donner la place à un militant de Bobo, en la personne de Zerbo Moussa, aujourd’hui député. Si les journalistes veulent, ils n’ont qu’a investiguer du coté de Nafa. Ils seront situés.

      Répondre à ce message

  • Le 17 novembre 2016 à 10:59, par Innocent En réponse à : Politique au Faso : Le PPR est né

    Franchement, c’est déplorable quand on voit cela. Il veut dire quoi exactement ? Donc il quitte l’UPC, crée son parti, rejoint le parti au pouvoir, et il parle de défendre la mémoire des victimes de l’insurrection. J’ai vraiment pitié pour certains de nos hommes politiques : tous égoïstes. Personne ne pense pouvoir aider le pays sans nécessairement être au devant de la scène face aux projecteurs des médias. Pauvre Faso.

    Répondre à ce message

  • Le 17 novembre 2016 à 11:02, par PAWEOGO En réponse à : Politique au Faso : Le PPR est né

    la création de ce parti est un non événement. Pitié pour toi. c’est trop plat, ne salit pas l’esprit de l’insurrection. Les traites on les connait. Comment est ce qu’on veut aller à la soupe et prétexter que c’est parce que certains ont trahi l’esprit de l’insurrection. Vous voulez encore créer les même conditions que la compaorose. Il n’y a ni hauteur d’esprit, ni cohésion entre ce que vous dites et la création.

    Répondre à ce message

  • Le 17 novembre 2016 à 11:22, par vigilance En réponse à : Politique au Faso : Le PPR est né

    Il y a lieu quand bien même de saluer le courage de ce monsieur. Quand tu ne te sent plus dans un parti, on est libre de le quitter pour intégrer un autre qui répond à vos conviction. Mieux on crée le sien. C’est mieux d’y rester pour y créer de la zizanie comme le font d’autres.
    Ce que je déplore c’est que l’article est inaché. Il devrait être accompagné d’un encadré sur la composition du bureau de ce nouveau parti pour permettre à l’opinion de savoir les départs au sein du BPN de l’UPC. Sinom, comme ça cè Tambi seul qu’on voit.
    Et puis pourquoi la tenue de l’assemblée constituante n’a pas été médiatisée ?

    Répondre à ce message

  • Le 17 novembre 2016 à 11:58, par le mouvancier En réponse à : Politique au Faso : Le PPR est né

    Bravo au vieux kabore de tomber dans le bras de votre frere kabore. Rien de plus normal de mivgrer pour sauver le soldat rock du nauvrage imminent . Mais vos justifications avouees hier sont legeres. En tout nous n’avons pas vu aucune spécificités. Davantage de ressemblances ont été exprimées si bien que l’on a compris que vous etes installés dans l’anti chambre du mpp . le ppr est en observation en attendant de se fondre fondre au mpp.Avec vous le nombre des revendicateurs de la paternité de linsurrection saggrandit mais a la difference vous avez larrogance de distribuer des bons et mauvais points . Qui sont les froussards. Qui sont sont les manipulateurs ? Qui sont les saprophytes ? Etc Vieux kabore vous etes pathetiques dans votre argumentaire . A votre décharge on tolère votre soif et votre faim ....Allez donc a la table prenez des forces pour courrir car des jeunes pour courrir pour vous vous en chercherez. Bon courage dans lattente de 2020 pour mesurer votre poids réel

    Répondre à ce message

  • Le 17 novembre 2016 à 12:50, par CP1 En réponse à : Politique au Faso : Le PPR est né

    Non convainquant. Vous ne pourrez pas incarner la volonté des insurgés en créant un parti pour supporter le MPP qui est décrié par beaucoup d’insurgés, et les vrais insurgés, pas les insurgés de l’après insurrection pour des postes politiques.
    Il faut penser à assainir le paysage politique au Burkina Faso.
    1) supprimer la subvention aux partis politiques sans exception, ou alors réduire drastiquement ce financement pour financer la santé, l’éducation, en somme les services sociaux. Les participants et sympathisants convaincus se cotiseront pour préparer et battre les campagnes.
    2) Supprimer les salaires des députés, la députation devient comme une fonction, alors que tout comme les conseillers communaux, les députés ne devraient pas avoir de salaire mais indemniser pour leur participation effective aux sessions et pour les missions qu’ils effectueront pour le compte de l’Assemblé Nationale,
    3) supprimer les postes de récompense politique ou du moins éviter, le président élu travaille avec tous les compétences
    4) interdire qu’un parti politique soit présent dans une administration, y compris les gadgets (tee shirt, de tout parti politique ou pagne interdit dans les bureaux)
    5) interdire tout parti d’appeler ses militants de secteurs structurés (exemple appel aux militants d’un parti de domaine de l’éducation, cela amène à ce que dans les militants s’organiser dans les administration, mais le parti devrait pouvoir réfléchir sur l’éducation)
    6) interdire les OSC partisanes, affilier à des partis politiques.

    Répondre à ce message

  • Le 17 novembre 2016 à 12:52, par le panafricain En réponse à : Politique au Faso : Le PPR est né

    c’est PPS !! ou PPR

    du calme , votre partis veut un changement et soutient ROCK !
    ecoute le NTD a permi au MPP de pouvoir former un gouvernement et la mise en place de l’AN, et meme permettre au MPP de pouvoir obtenir des Mairies ; mais le MPP a toujours refuser d’accompagner le NTD de DABILGOU d’avoir des Mairies ; esperons que votre parti va aider ROCH a faire son bilan et rebeloter !!!! ,il ne reste que 4 ans allons seulement

    Répondre à ce message

  • Le 17 novembre 2016 à 15:32, par SAM En réponse à : Politique au Faso : Le PPR est né

    si il y’a une chose que je n’ai toujours pas compris et je cherche toujours les réponses c’est que les politiciens utilisent leS
    noms de nos martyres pour faire leur politique.N’ayant pas de programme politique ils utilisent les martyres comme programmes politique.je dis stop et stop ??

    Répondre à ce message

  • Le 17 novembre 2016 à 17:02, par zemstaaaba En réponse à : Politique au Faso : Le PPR est né

    Si le ridicule pouvait tuer ! Mr Kabore, vos arguments ne tiennent pas la route. La défense des acquis de l’insurrection n’est pas du coté du MPP. Elle est du coté de certains opposants et OSC. Nous voyons le MPP à l’œuvre et il faut vraiment être de mauvaise foi ou avoir faim, pour prétendre défendre les insurgés en s’alliant au MPP. En ce qui vous concerne, je crois à la seconde hypothèse. Vous étés obsédé par le poste de ministre et vous ne vous en cachez pas. Tous vos proches le savent. Mais au moins soyez honnête et dites les choses clairement au lieu de nous embrouiller. Tous ceux qui vous ont côtoyé à l’UPC, plus précisément au Kadiogo, savent que vos motivations ne sont rien d’autre que alimentaires. Vous agissez par dépit, pas par conviction. Le problème c’est que vous ne représentez rien. Vous avez été battu lamentablement aux primaires des législatives par Rainatou Sawadogo, l’actuelle maire de l’arrondissement 3 ; Vous êtes allé vous plaindre chez le Président du parti, en lui disant de vous imposer. Il a tenté mais vu la réaction des militants, il a été obligé de renoncer. Il vous a imposé comme 3eme sur la liste nationale. Malheureusement pour vous, vous avez joué un double jeu. Vous vous êtes caché aller déposer un dossier à Nafa pour participer à leurs primaires ; C’est vrai que votre femme est la cousine de Djibril Bassolet mais tout de même ! Les dirigeants de Nafa ont d’ailleurs refusé votre parachutage et ont vendu la mèche auprès des militants de l’UPC, ce qui a entrainé des protestations au sein du parti au point que la direction de l’UPC a été obligée de barrer votre nom et de donner votre place à l’actuel député Zerbo Moussa. C’est cela votre triste histoire. Vous êtes revenu à la charge au moment des municipales et la même Rainatou vous a encore battu aux primaires. A plate couture ! Vous êtes revenu à la charge au moment de la désignation des représentants du parti à la Ceni. Pour cela, le parti avait mis en place un comité présidé par le doyen Denis Nikiema. Vous l’avez contacté mais quand il a évoqué votre nom, la commission a estimé qu’on ne pouvait pas envoyer un traitre representer le parti à la Ceni. C’est après tous ces échecs que vous avez choisi de partir. Donc, votre démarche n’a rien à voir avec le sort des acquis de l’insurrection. C’est parce que vos intérêts personnels ne sont plus satisfaits à l’UPC.Si le parti vous avait nommé à la Ceni,alliez vous créer le PPR ? Jamais ! Vous pouvez abuser ceux qui ne vous connaissent pas, mais pas ceux qui vous ont connu à l’UPC. Bon vent à vous et maintenant on verra bien ce que vous pesez réellement ! Wait and see !

    Répondre à ce message

  • Le 17 novembre 2016 à 17:20, par tornade En réponse à : Politique au Faso : Le PPR est né

    Si ce que dit l’internaute N°4 dit Sidere est vrai, alors Roch doit faire attention. Comment peux t-on se réclamer de l’insurrection et aller demander à figurer sur la liste des législatives de Nafa ? Mr Kabore doit s’expliquer. Et la majorité doit refuser des opportunistes de ce genre !

    Répondre à ce message

  • Le 17 novembre 2016 à 19:37, par zoungrana En réponse à : Politique au Faso : Le PPR est né

    Franchement je suis dégouté par ce que je lis. Quand on voit ces kôro de loin on a du respect pour eux mais quand on les connait mieux on a envie de vomir ! En fait ce monsieur est un opportuniste sans aucune morale ! Un Dircab du CFOP qui se cache pour aller négocier une place sur les liste de Nafa ! Et qui vient aujourd’hui nous pomper l’air avec des histoires de défense des acquis de l’insurrection. Quand on sait que Djibril Bassolet a voulu aider Guinguéré à renverser la transition pour ramener Blaise et le CDP ! Comment des gens comme cela peuvent diriger des partis politiques ? Il va au MPP tout simplement parce qu’il espère avoir un poste. Ca fait pitié. Il parait qu’il a travaillé aux Nations unies. Avec tout l’argent qu’il a eu a eu aux nations unies il a encore besoin de mendier ? De toutes façons il sera servi. Il n’a qu’a demander à ceux qui sont au MPP ou à la majorité présidentielle s’ils gagnent quelque chose. Le gâteau ne leur suffit pas à fortiori des ouvriers de la 25eme heure ! Quand il va arriver là bas, il va se mordre les doigts parce que ce n’est pas ce que l’on croit !
    C’est vraiment triste ! Le MATDSI devrait regarder la moralité des gens avant de leur donner un récépissé !

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2016 à 07:09, par SAM En réponse à : Politique au Faso : Le PPR est né

    si il y’a une chose que je n’ai toujours pas compris et je cherche toujours les réponses c’est que les politiciens utilisent leS
    noms de nos martyres pour faire leur politique.N’ayant pas de programme politique ils utilisent les martyres comme programmes politique.je dis stop et stop ??

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2016 à 13:59, par yelmingaan blaan saa hien En réponse à : Politique au Faso : Le PPR est né

    RPR=rictus d un parti ridicule ; ; ; ; ; ; ; ; ; ; ; ; ; ; ; ; ; ;

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2016 à 18:27, par info En réponse à : Politique au Faso : Le PPR est né

    Pour information : la dame qui est assise à la tribune à coté de Tambi Kabore et qui porte une casquette se nomme Mme Touré. Elle est la sœur directe de Fatou Diendéré. Elle participait aux activités du Cfop avec une association de femmes qu’elle dirigeait. A l’époque, certains disaient que c’est une espionne infiltrée par sa grande sœur.

    Répondre à ce message

    • Le 18 novembre 2016 à 19:44, par diaspo En réponse à : Politique au Faso : Le PPR est né

      A l’internaute info : votre information est juste sauf que la dame est divorcée. Je suis un de ses voisins et je sais qu’elle n’est plus avec son mari. Donc elle n’est plus Mme Touré. Pou le reste, je confirme !

      Répondre à ce message

  • Le 21 novembre 2016 à 11:15, par BurkinaFaso En réponse à : Politique au Faso : Le PPR est né

    Pour le peu que je sais voilà les faits :
    Nous avons chassé M Blaise COMPAORE parce qu’il créait au sein du peuple Burkinabè des groupes. Il ne prônait donc pas l’union et la légalité au Burkina Faso.
    M Rock KABORE est président aujourd’hui parce que la majorité l’a choisi à la fin d’une élection approuvée par les autorités nationales et internationales.
    M Zéphirin DIABRE a perdu cette même élection parce qu’il n’a pas su convaincre justement la majorité.
    Aujourd’hui il y a des personnes qui quittent son parti comme M François KABORE avant ou après les élections parce qu’elles ne sont pas satisfaites de son organisation.
    M François KABORE a lutté contre M Blaise COMPAORE alors qu’il était au pouvoir ; il a risqué sa vie et celle de sa famille ; preuve qu’il n’a pas peur de la difficulté et des critiques et si, selon ses dires, il reste fidèle à la volonté de la majorité du peuple sur quel fait pourront nous nous bases pour en douter ?
    Aujourd’hui, il crée son parti en s’alliant avec toujours la volonté de la majorité du peuple. Sans le connaître, je détecte en lui une personne qui croit au progrès, à l’union du peuple (je préfère celui qui cherche, qui change d’idée, de parti, en assumant les préjugés de personnes qui s’autoproclament connaisseurs ou acteurs derrière les mots parce qu’il reconnaît ses erreurs plutôt que celui qui s’obstine dans une idée, un parti, par peur justement de ses mêmes préjugés).
    Parce que l’expérience nous a appris qu’aucun politicien, sauf bien sûr les regrettés, pourra être à la hauteur de nos espérances. En conclusion que tous ceux qui ont combattu en pense et/ou physiquement pour le changement donc pour l’égalité, l’union du peuple (comme M KABORE François) agissent ; pourvu que les actions n’aillent pas à l’encontre des objectifs du peuple.
    Je suis presque sûr de rien le concernant mais je suis sûr qu’il apportera quelque chose au parti au pouvoir, il participera donc au progrès, à la réalisation des objectifs du peuple. Pour le reste laissons les critiques des évènements du futur dans le présent aux voyants et aux ignorants.
    Plutôt fidèle à une personne, je le soupçonne d’être fidèle à des idées.

    Répondre à ce message

    • Le 21 novembre 2016 à 21:51, par yesman En réponse à : Politique au Faso : Le PPR est né

      Monsieur Burkina Faso,
      Ceux qui critiquent Tambi le connaissent mieux que vous. Il ne mérite pas que vous le défendiez parce que c’est un opportuniste.
      Vous dites qu’il a risqué sa vie dans le combat contre Blaise. Est il le seul ?As t’il plus risqué sa vie que Zeph ?
      Il dit qu’il rejoint Roch pour défendre les insurgés. En quoi ce gouvernement défend les insurgés ?
      Et surtout, pourquoi Tambi est il aller négocier pour figurer sur la liste de Nafa ? Y a t’il pire trahison ?
      Son affaire est gâté avant même de commencer. Ecoutez les commentaires en ville et sur les radios. A sa place je disparaît pour de bon.

      Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés