Audiences à Kosyam : Les avocats sollicitent les appuis-conseils du président Kaboré

dimanche 6 novembre 2016 à 22h56min

Le président Roch Kaboré a reçu en audience dans son palais ce 7 novembre 2016, une délégation de l’agence panafricaine intergouvernementale eau et assainissement pour l’Afrique venue faire une ‘’offre de savoir-faire’’. Le conseil de l’ordre des avocats du Burkina s’est également entretenu avec le président du Faso. Il a été entre autres question des problèmes d’opérationnalisation du centre de formation professionnelle des avocats.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Audiences à Kosyam : Les avocats sollicitent les appuis-conseils du président Kaboré

Le Burkina Faso dispose d’un centre de Formation professionnelle depuis novembre 2015. Ledit centre est sensé former des avocats burkinabè, mais aussi, être à mesure d’accueillir et de former les avocats de toute la sous-région UEMOA (Union économique et monétaire ouest-africaine).

Le projet est ambitieux, mais des problèmes émaillent son opérationnalisation. Le manque d’argent est la principale difficulté. « Le centre de formation a recours à des enseignants vacataires de très haut niveau que nous trouvons aux plans national et international à un coût très élevé », explique Me Mamadou Savadogo, bâtonnier de l’ordre des avocats du Burkina Faso. Ce n’est pas tout. Le coût des instruments pédagogiques est également très élevé selon le bâtonnier, alors que les ressources attendues pour financer le centre de façon autonome ne sont pas arrivées.

« Les appuis institutionnels que nous attendions ne sont pas venus(…) les ressources que nous escomptions avec le développement des droits de plaidoirie ne sont pas venues, parce que les actes d’exécution qui nous permettaient d’imposer ces droits n’ont pas encore été pris », a poursuivi Me Mamadou Savadogo.

Du coup, le centre se retrouve dans une situation où il ne peut faire face aux difficultés financières, d’où son recours au président du Faso pour trouver une solution.

Au cours de l’audience, le Conseil de l’ordre des avocats et le bâtonnier ont également fait part au président Kaboré de la rentrée solennelle du barreau qui aura lieu en mars 2017 à Ouagadougou. « Au sein de l’UEMOA, nous avons convenu de faire les rentrées solennelles des barreaux à tour de rôle », a indiqué le bâtonnier qui a poursuivi en expliquant que tous les avocats de l’espace sous régional, mais également du monde entier seront au Burkina en mars 2017, « compte tenu de ce que notre pays a traversé ». Ils viendront constater l’état de la justice burkinabè.
Pour la réussite de l’événement, Me Savadogo est venu demander l’accompagnement des plus hautes autorités de l’Etat.

EAA, vers une sortie de crise ?

Avant les avocats, le président du Faso a reçu Théophile Gnagne administrateur provisoire de l’Agence panafricaine intergouvernementale eau et assainissement (EAA) et sa délégation.

Le premier responsable est venu ‘’vendre’’ l’expertise de son institution dans les domaines de l’eau et de l’assainissement. Forte de ‘’ses années d’expérience’’ selon Théophile Gnagne, l’agence est à même d’opérer des innovations stratégiques nécessaires pour que le secteur privé puisse apporter le financement additionnel dans l’atteinte des objectifs dans les domaines de l’eau et de l’assainissement.

Dans ce sens, il a fait cas de la centrale de 1 mégawatt d’électricité à partir du biogaz produit par les boues de vidanges issues de fosses sceptiques. Ce projet financé par une ONG américaine pour le compte de l’ONEA est par exemple une initiative de EAA, auteur de cette technique.

La crise qui secoue l’institution depuis 2014 et qui selon l’administrateur provisoire, se situe à deux niveaux a été évoquée lors de la rencontre. Le volet technique, que ‘’l’expertise de l’institution a permis de surmonter.

Il reste le volet diplomatique. « C’est une crise institutionnelle dont la solution pourrait être diplomatique. Nous ne sommes pas experts en la matière, nous nous appuyons sur les autorités de certains pays notamment le Burkina. C’est dans ce sens que nous avons porté les difficultés à la connaissance du président du Faso qui nous a assuré de tout son soutien », a déclaré Théophile Gnagne à sa sortie.

Tiga Cheick Sawadogo
Lefaso.net

Portfolio

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés