Lutte contre l’insécurité routière : La police nationale explique le code de la route aux journalistes

mardi 27 septembre 2016 à 17h42min

La police nationale a organisé ce mardi 27 septembre 2016, une conférence de presse au cours de laquelle elle a expliqué les règles élémentaires du code de la route aux journalistes. Une occasion de lever l’équivoque sur le feu jaune ou orange qui anime les débats dans les émissions interactives et sur les réseaux sociaux et aussi de faire le bilan de l’opération de lutte contre l’insécurité routière lancée en mai dernier par la police nationale.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Lutte contre l’insécurité routière : La police nationale explique le code de la route aux journalistes

Ils sont nombreux les présumés « brûleurs de feux » qui se plaignent d’avoir été arrêtés par la police alors qu’ils seraient passés au feu orange. L’officier de police Pulchérie Domba de la section des accidents est revenue de façon explicite sur la signification du feu orange et de ce qu’il implique, au cours de son exposé devant les hommes de médias.

A en croire l’officier, le feu jaune ou orange annonce le feu rouge et ne dure que trois à cinq secondes. Il faut donc ralentir et marquer l’arrêt, sauf si on est très engagé et qu’on ne peut s’arrêter dans les conditions de sécurité suffisantes. Elle précise que l’engagement se mesure par rapport à l’intersection et non au support des feux, comme de nombreux usagers semblent le penser. Elle appelle par ailleurs, les usagers de la route à éviter d’accélérer lorsque le feu passe à l’orange.

Le feu rouge marque, lui, l’arrêt absolu. Lorsqu’on marque l’arrêt, l’avant du véhicule ne doit pas empiéter sur le passage piéton ou dépasser l’aplomb du signal.

Quant au feu vert, c’est une autorisation de passer et non une obligation de passer. Ce qui signifie que lorsqu’en passant au feu vert, on peut créer des embouteillages à l’intersection, il faut éviter de le faire, sous peine de sanction.

La piste cyclable aux motos et la chaussée aux voitures

A Ouagadougou, il n’est pas rare de voir des motos de cylindrée inférieure à 125 cm3 abandonner la piste ou la bande cyclable pour emprunter la chaussée réservée aux voitures.

Concernant ces cas, l’officier Pulchérie Domba a tenu à rappeler que la piste cyclable est réservée aux bicyclettes et aux cyclomoteurs de cylindrée inférieure à 50 cm3 et aux vélomoteurs de cylindrée comprise entre 50 et 125 cm3. Les motocyclettes de plus de 125 cm3 ont le droit de rouler sur la chaussée réservée aux voitures. Cependant, selon les textes, le motocycliste doit porter un casque homologué sous peine de sanction.

Pulchérie Domba, dans son exposé est également revenue sur la limitation de vitesse. Elle a rappelé que la vitesse est limitée en agglomération à 50km/h. Cependant, le maire par soucis de sécurité et pour des raisons d’étroitesse des voies peut décider de réduire cette vitesse en la faisant passer un chiffre en dessous.
Elle est aussi revenue sur le carrefour à sens giratoire communément appelé « rond-point ». A ce niveau, il faut retenir que le panneau triangulaire sur lequel est écrit « Cédez le passage » donne la priorité à gauche. Mais à l’absence de toute signalisation, la priorité est toujours à droite.

Des résultats satisfaisants depuis mai 2016

Depuis le début de l’opération de lutte contre l’insécurité routière lancée en mai 2016, la police dit avoir noté une baisse sensible des cas d’accidents. Les chiffres sont passés en effet de 918 cas d’accidents en avril 2016 à 786 en juin 2016. Une baisse qui satisfait la police, malgré les difficultés qu’elle rencontre sur le terrain. La principale difficulté étant la méconnaissance du code de la route.

La police nationale exhorte donc les usagers de la route à apprendre et à respecter le code de la route pour éviter les infractions et réduire par ricochet les cas d’accidents de la circulation. Et comme le souligne Talimon Héma, commissaire de police de la division de la communication et des relations publiques, « On ne s’arrête pas au feu pour faire plaisir au policier posté et échapper à la sanction, mais pour préserver sa vie. »

Justine Bonkoungou (Stagiaire)
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés