« Si vous prouvez qu’un membre de mon gouvernement a été pris dans une histoire de malversation, dès le lendemain, il quitte le gouvernement », dixit Kaba THIEBA

mercredi 6 juillet 2016 à 09h47min

Le Premier ministre Paul Kaba THIEBA était en direct sur la Télévision nationale du Burkina ce mardi 5 juillet 2016 à 21H. Le chef du Gouvernement était l’invité de l’émission « Dialogue avec le Gouvernement », une émission d’interpellation citoyenne organisée par le Service d’Information du Gouvernement (SIG), le service communication du Premier ministère et la Radiodiffusion télévision du Burkina (RTB).
Avec les journalistes, le Premier ministre a fait le bilan de ses six mois dans la conduite de l’action gouvernementale et dressé la liste de certaines de ses priorités pour les jours et mois à venir.

« Si vous prouvez qu’un membre de mon gouvernement a été pris dans une histoire de malversation, dès le lendemain, il quitte le gouvernement », dixit Kaba THIEBA

Lutte contre l’incivisme

Pour le premier ministre « La question de l’incivisme concerne tout le monde. Et dépend aussi de l’éducation reçue en famille ». C’est pourquoi pour lutter contre l’incivisme, le Gouvernement ‪‎Thièba‬ préconise la prévention à travers l’éducation civique scolaire et post scolaire. « L’incivisme est une œuvre collective. Il n’est pas seulement l’apanage du gouvernement » a dit le premier ministre. « Tous ceux qui vont commettre des actes contraires à la loi seront remis à la justice. Par ailleurs, partout où il y a eu des violences, une enquête a été ouverte pour situer les responsabilités » a lancé le Premier ministre.

Qu’en est-il des victimes de l’insurrection et du putsch manqué ?

Sur la suite du dossier des martyrs de l’insurrection et du coup d’Etat militaire du 16 septembre, ‪‎Paul Kaba Thièba‬ demande à ses compatriotes d’être patients et de faire confiance à la justice. Le Premier ministre promet que justice sera rendue aux victimes de l’insurrection et du putsch. « Les victimes et parents des victimes seront soulagés une fois que les dossiers seront jugés ». Le Premier ministre a par ailleurs signifié que : « si les jeunes n’étaient pas sortis résister, moi-même je ne serais pas assis ici devant vous comme Premier ministre. Donc justice leur sera rendue ».
Selon le Premier ministre, « La justice doit faire son travail selon le principe de la séparation des pouvoirs. On ne gouverne pas par des états d’âme. Ce n’est pas à nous de présager des décisions de la justice. Elle a des règles et des procédures. Ne mélangeons pas les rôles. »

La question des Koglweogo

« Les koglwéogo sont une réponse à l’insécurité au Burkina. Ce n’est pas faire preuve de faiblesse que d’accepter que de bonnes volontés qui veulent aider les forces de l’ordre et de sécurité à le faire, mais dans le respect des lois. Le gouvernement n’a pas des moyens suffisants pour assurer totalement la sécurité. Mais tous ceux qui vont amender, donner des sévices corporels ou autres violences seront traduits devant les juridictions », a déclaré Paul Kaba Thièba au sujet de ces groupes d’autodéfense.

La lutte contre le terrorisme

En ce qui concerne la lutte contre le terrorisme le chef du gouvernement‬ à noté que l’Etat a pris toutes les mesures sur le plan budgétaire, financier, mais aussi du point de vue effectif, déploiement, équipement pour assurer la sécurité du pays. C’est pourquoi il insiste qu’« Il ne se passe pas un seul jour sans que le président du Faso Rock Kaboré et moi n’évoquions la question de l’insécurité au Burkina. De l’équipement des FDS (Forces de défense et de sécurité, ndlr), de la porosité des frontières, et. C’est un secret d’Etat que je ne voudrais pas étaler en public ».

La lutte contre la corruption

Evoquant la question de la lutte contre la corruption en général et de certaines rumeurs sur l’implication de membres du gouvernement dans des actes de corruption en particulier, ‪Paul Kaba Thièba‬ a déclaré : « si vous prouvez qu’un membre de mon gouvernement a été pris dans une histoire de malversation, je peux vous assurer que dès le lendemain, il quitte le gouvernement ».

Les libérations provisoires

"Le Président Rock Kaboré est un démocrate convaincu. Nous gérons la situation des ‪‎libérations provisoires‬ avec sérénité". A déclaré Paul Kaba Thièba pour qui l’indépendance de la Justice est un acquis au Burkina Faso.

La gratuité des soins

« Pour la gratuité de la santé, dans l’ensemble les résultats sont bons ; le gouvernement a pris des engagements forts pour doter la CAMEG de moyens suffisants en vue de régler les soucis de la disponibilité des médicaments » a noté le Premier ministre.

Les enseignants vacataires et les classes sous paillotes

« Sur la question des enseignants vacataires qui ne sont pas encore payés,… lorsque nous sommes arrivés aux affaires, nous étions face au budget de la Transition. Il fallait donc revoir. Ce qui prend naturellement du temps. D’où le retard. Mais nous y veillons car tout est prévu : leurs salaires et leurs indemnités. D’ici 2020, notre ambition est qu’il n’y ait plus de ‪‎classes sous paillotes‬ au Burkina. Ils sont actuellement au nombre de 4000. Des lycées et centres de formations seront également construits pour augmenter l’offre d’infrastructures pour l’éducation » a expliqué le premier ministre.

Sur la question des ‪‎25 millions‬ de FCFA perdus à Taiwan

Le premier ministre se veut rassurant. « C’est vrai il y a eu vol ou perte au cours de cette mission. Je n’ai pas une idée sur le montant. Mais ça avoisine les 25 millions de FCFA. L’enquête est en cours. Je n’ai pas envie de rentrer dans les détails. C’est un incident malheureux. Et les personnes touchées souffrent certainement dans leur mental. Mais je voudrais, toutefois, rassurer les populations qu’à aucun moment, nous n’avons fait preuve de légèreté ou de laxisme dans la gestion de fonds »

Le Premier ministre en guise de conclusion de ce premier numéro de ‪ ‎Dialogue Gouvernement‬ a demandé aux jeunes de se focaliser sur ce qui est essentiel et de faire confiance au gouvernement. Car selon lui, le gouvernement a une fenêtre historique pour mettre fin à la pauvreté et faire avancer le Burkina. ‪

Rassemblés par Pascal Lonkou YE
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 6 juillet 2016 à 10:17, par LeGrand Ouaga En réponse à : C’est l’ impunite ou quoi ?

    Il va en prison ou bine il quitte le gouvernement ? Non a l’ impunite !

    Répondre à ce message

  • Le 6 juillet 2016 à 11:03, par OJ En réponse à : « Si vous prouvez qu’un membre de mon gouvernement a été pris dans une histoire de malversation, dès le lendemain, il quitte le gouvernement », dixit Kaba THIEBA

    "C’est vrai il y a eu vol ou perte au cours de cette mission. Je n’ai pas une idée sur le montant. Mais ça avoisine les 25 millions de FCFA ..." Ainsi le PM lui-même ignore quel montant il avait prévu pour sa mission. Et pire (je l’ai suivi), il reconnait que ce n’est légal qu’une sommité comme lui se déplace à l’étranger avec un tel cash... Il a tenté de se justifier. Mais je suis resté sur ma soif. "Les défauts sont semblables à la colline, vous escaladez la vôtre, et vous ne voyez que ceux des autres" (prov. africain).

    Répondre à ce message

  • Le 6 juillet 2016 à 11:11, par Nabiiga En réponse à : « Si vous prouvez qu’un membre de mon gouvernement a été pris dans une histoire de malversation, dès le lendemain, il quitte le gouvernement », dixit Kaba THIEBA

    Merci monsieur le premier ministre pour ces éclaircissements tant attendu par lambda burkinabè sur certains dossiers brulants de votre gouvernement. Votre réponse sur la justice est très intéressant surtout lorsque vous parlez du soulagement des parents des victimes du putsch. Vous lire autrement, vous voulez insinuez qu’il y aura la justice pour ces victimes. Qu’est-ce que vous entendez au juste par cela car si justice il y en aura, il faudra bien qu’il y ait des auteurs de leurs peines pour être sanctionnés sévèrement afin qu’enfin, les parents des victimes puissent se soulager. Seulement voilà, d’ici le jugement, si jugement il y aura, il y en aura plus d’auteurs ; eux tous seront libérés ‘provisoirement’.

    La presse nous fait part de la libération du Commandant Korogo et la raison, selon toujours la presse, est qu’il n’était pas impliqué mais son pêché est qu’il avait assumé car le putsch avait été mené par des éléments sous sa commande. C’est seulement au Burkina qu’on puisse entendre des inepties pareilles. Cela étant, que fait-il alors à la MACA Gilbert Diendéré ? N’ a-t-il pas dit à qui veut l’entendre que ce n’était pas lui qui a organisé le coup de force mais bien des éléments de RSP et qu’ il n’avait fait qu’ à assumer, le même ‘assumer’ le volet politique lorsqu’on lui avait demandé ; autrement, il ne serait impliqué de près ou de loin à cet imbroglio. Si ‘assumer’ un rôle n’est pas punissable par la loi dans un crime, je me demande ce qui peut bien le commander. Lorsque des affaires volées se trouvent chez quelqu’un qui ne fait que garder ce qu’on lui avait donné à garder par les vrais volés, n’est-il pas condamnable par la loi ? Vos réponses ne sont pas convaincantes ; on attendait mieux du chef du gouvernement.

    Répondre à ce message

  • Le 6 juillet 2016 à 11:20, par Amadoum En réponse à : « Si vous prouvez qu’un membre de mon gouvernement a été pris dans une histoire de malversation, dès le lendemain, il quitte le gouvernement », dixit Kaba THIEBA : INCIDENT MALHEUREUX : 25 MILLIONS PERDUS !

    Voici une belle occasion pour redorer le blason du gouvernement qui, Dieu seul sait, peut aider a resoudre certains problemes, dont l’incivisme : la resolution de la question des 25 millions perdus en Tawain. "Un incident malheureux. Et les personnes touchees souffrent certainement dans leur mental" Soit, mais nous demandons un tout petit peu plus ! Que la loi leur soit appliquee avec la derniere vigueur.

    Tout en epousant le concept de la separation des pouvoirs, la justice ne peut pas et ne doit pas trainer les pieds quand un dossier aussi important lui tombe dans la main. Le concept, en mon sens, demande au premier ministre et a toute autre personne de ne pas metttre pression sur la justice pour influencer LES RESULTATS d’un dossier ; mais nulle part est-il dit que ces derniers ne peuvent signifier l’importance du dossier a la justice. Un eqilibre delicat a atteindre, mais vue l’importance du dossier des 25 millions, nous devons tous exiger a ce que lumiere soit faite PROMPTEMENT.

    EiD Mubarak a tous !

    Répondre à ce message

  • Le 6 juillet 2016 à 11:33, par colibri En réponse à : « Si vous prouvez qu’un membre de mon gouvernement a été pris dans une histoire de malversation, dès le lendemain, il quitte le gouvernement », dixit Kaba THIEBA

    Pas possible ! comment se peut-il que 25 millions se soient évaporés sans que personne ait "fait preuve de légèreté ou de laxisme dans la gestion de fonds" ? Comment se fait-il que le premier ministre ne sache pas exactement la somme qui a été volée ? A qui appartenaient ces fonds ? au contribuable burkinabè ou à des particuliers ? Pourquoi le PM ne veut-il pas donner des détails sur ce qui s’est passé ? Grands Dieux ! quelle infantilisation de notre peuple !

    Répondre à ce message

  • Répondre à ce message

  • Le 6 juillet 2016 à 12:16, par SOGOSSIRA de Tuiré En réponse à : Si vous prouvez qu’un membre de mon gouvernement a été pris dans une histoire de malversation, dès le lendemain, il quitte le gouvernement », dixit Kaba THIEBA

    Dommage que les journalistes n’ont pas posé de questions sur les engagements de l’état à coup de dizaines de milliards du temps de du Premier ministre LAT .
    1) le projet privée BRAFASO ( Financé à 45 milliards) du Sieur SOGLI dans lequel l’état s’est mêlé en rachat les créances de BRAFASO vis à vis des Banques à coup de milliards pour éviter la liquidation de la société.
    2) le projet de l’usine de transformation de fruit dans la banlieue de Ouaga qui avait déjà englouti plus de 16 milliards sans voir le bout du tunnel.
    Personne n’interpelle le Gouvernement sur ces affaires ni les députés ni les journalistes comme si l’état s’est arrêté et que le Faso est devenu amnésique.

    Répondre à ce message

  • Le 6 juillet 2016 à 12:31, par Autorité de l’Etat En réponse à : « Si vous prouvez qu’un membre de mon gouvernement a été pris dans une histoire de malversation, dès le lendemain, il quitte le gouvernement », dixit Kaba THIEBA

    Sous le règne de l’ex premier ministre Tertius Zongo,il faut avoir l’honnêteté intellectuelle de le reconnaître, des efforts visibles étaient faits pour le renforcement de l’autorité de l’Etat face aux abus de l’utilisation des biens publics. Ainsi, des opérations de traque étaient menées de façon inopinée contre ceux qui utilisaient des véhicules de l’Etat sans ordre de mission à des fins personnelles. Le résultat était admirable .De nos jours, c’est le laisser-aller. Pour que l’autorité de l’Etat soit restaurée, il faudrait que l’exemple vienne d’abord des autorités elles-mêmes. Ce qui est encore loin d’être le cas. On ne saurait soi-même cultiver le favoritisme, le népotisme, la politisation de l’administration publique au profit d’un groupe politique et par régionalisme et pouvoir prétendre lutter pour le respect de l’autorité de l’Etat.

    Répondre à ce message

  • Le 6 juillet 2016 à 13:08, par Jeunedame seret En réponse à : « Si vous prouvez qu’un membre de mon gouvernement a été pris dans une histoire de malversation, dès le lendemain, il quitte le gouvernement », dixit Kaba THIEBA

    naama noogan yaa a putoogan ! LA JOUISSANCE DU POUVOIR, RÉSIDE DANS SA CAPACITÉ DE NUIRE #/EXPRESSÉMENT. adage moaaga de tous les jours au FASO.

    Répondre à ce message

  • Le 6 juillet 2016 à 14:21 En réponse à : « Si vous prouvez qu’un membre de mon gouvernement a été pris dans une histoire de malversation, dès le lendemain, il quitte le gouvernement », dixit Kaba THIEBA

    reconnaissons que nos journaleux ne sont pas à la hauteur mais à leur décharge,ils ne sont pas les seuls dans ce pays. dommage

    Répondre à ce message

  • Le 6 juillet 2016 à 15:19 En réponse à : « Si vous prouvez qu’un membre de mon gouvernement a été pris dans une histoire de malversation, dès le lendemain, il quitte le gouvernement », dixit Kaba THIEBA

    Un Président de la République bon vivant et à la limite débonnaire,
    Un Premier Ministre pusillanime, timide et à la limite angoissé quand il s’exprime,
    Quelle guigne !!!
    Le jour des élections, tous les électeurs de RMCK auraient dû se casser le pied en allant au bureau de vote.

    Répondre à ce message

  • Le 6 juillet 2016 à 15:57, par SAMBIGA En réponse à : « Si vous prouvez qu’un membre de mon gouvernement a été pris dans une histoire de malversation, dès le lendemain, il quitte le gouvernement », dixit Kaba THIEBA

    Si le 1er ministre est aussi juste comme il le prêtant, il n’a qu’à rétablir la justice en accélérant le reversement des fonctionnaires dans nouvelle grille salariale et surtout en procédant à un rappel pour les fonctionnaires qui ont été injustement rémunérés pendant plus d’une décennie et reconnu par le gouvernement de Blaise, de celui de la transition qui manifestaient tous la volonté de le faire.

    Répondre à ce message

  • Le 6 juillet 2016 à 16:14, par Moi aussi En réponse à : « Si vous prouvez qu’un membre de mon gouvernement a été pris dans une histoire de malversation, dès le lendemain, il quitte le gouvernement », dixit Kaba THIEBA

    S’il est vrai que la Justice a son rythme et qu’elle est indépendante, il n’est pas moins vrai que c’est le chef du Gouvernement qui nomme le Ministre de la Justice qui, à son tour, nomme les responsables des hautes juridictions pour que la politique judiciaire du programme du candidat RMCK soit réalisée. Ou bien ?
    De plus, même dans les grandes démocraties, il y a des dossiers de justice qui présentent un caractère spécial et de ce fait, connaissent un traitement diligent.
    Je citerai :
    -  le procès du terroriste Salah Abdeslam en France (son extradition de Bruxelles à Paris fut traitée à une vitesse grand V). Bien que des juges croulent déjà sous des dossiers, ce procès en cours, connaît une célérité indiscutable,
    -  le procès de l’attentat du marathon de Boston aux USA. Le présumé a été condamné à mort par un jury populaire américain,
    -  le procès Simone Gbagbo en RCI qui a certainement surclassé des dossiers plus anciens,
    -  le procès de l’Arche de Zoé au Tchad puis en France,
    -  le procès des violeurs de la jeune Zouhoura au Tchad,
    -  le procès du président islamiste égyptien Mohamed Morsi,
    -  etc.
    Nous donner de telles explications, Monsieur le Premier des Ministres, c’est nous infantiliser et c’est inacceptable.

    Répondre à ce message

  • Le 6 juillet 2016 à 16:35, par Agent CHR Tenkodogo En réponse à : « Si vous prouvez qu’un membre de mon gouvernement a été pris dans une histoire de malversation, dès le lendemain, il quitte le gouvernement », dixit Kaba THIEBA

    Le Centre Hospitalier Régional de Tenkodogo a connu durant près de 3 mois, une perturbation dans son fonctionnement du fait d’une avalanche de mouvements d’humeurs d’agents de santé, militants du Syndicat National des Travailleurs de la Santé Humaine et Animale(SYNTSHA).Des amalgames sont faits entre les revendications syndicales et les règles de gestion administrative et financière. Une situation de dérive administrative et financière sur fond de règlements de comptes masqués, risque de déboucher sur une saignée absurde du trésor public si le gouvernement ne met pas un terme à cette stratégie machiavélique.

    Les attitudes du SYNTSHA diffèrent fondamentalement de celles des autres syndicats du Burkina Faso. En effet, la mission cardinale des syndicats se résume à la défense des intérêts matériels et moraux des travailleurs. Ainsi, les revendications syndicales qui visent la revalorisation des salaires, des indemnités, des outils et matériels de travail sont tout à fait légitimes même s’il appartient aux administrés et aux gouvernants de trouver un compromis réaliste pour satisfaire ces revendications. Ainsi, récemment des syndicats de la magistrature, de l’inspection du travail, des Finances ont mené des mouvements de grève, de revendications de meilleures conditions de travail et de vie sans cibler des attaques personnelles de règlements de comptes. Par contre, le SYNTSHA s’est singularisé dans le dénigrement de responsables de la santé dont il exige in fine la démission, chaque fois qu’il organise des mots d’ordre de grèves, avec des revendications diluées dans l’objectif principal de cabale politique qui sous-tend généralement ses luttes.
    Un précèdent dangereux risque de se produire au CHR de Tenkodogo si le gouvernement n’y met pas vite de l’ordre. Comment comprendre que le directeur général dont le contrat de 3 ans, qui a été renouvelé en février 2016 pour résultats satisfaisants, se trouve actuellement victime d’un chantage orchestré par le SYNTSHA, pour exiger sa démission, sans même attendre les résultats d’un audit que le syndicat exige ? Cela ressemble à une fuite en avant, avec un sentiment de doute qu’il puisse exister des fautes graves nécessitant la rupture du contrat du DG. Comment comprendre aussi que le syndicat et le Conseil d’Administration de l’hôpital explorent des voies amiables de départ du DG avec des propositions de paiements des années restantes de salaires et d’intérêts et dommages qui avoisineraient 40 millions de FCFA ?Si le DG est réellement coupable de fautes graves de gestion, il incombe aux structures habilitées de contrôle d’Etat, dont l’Autorité supérieure de Contrôle d’Etat et de Lutte contre la Corruption, la Cour des Comptes de se saisir du dossier .Le SYNTSHA et autres syndicats n’ont pas pour rôle, la nomination et le licenciement des agents de la Fonction publique. Cela relève du rôle régalien du gouvernement en conseil des ministres, après des avis motivés et des faits établis en toute légalité. Le DG a aussi le droit d’ester en justice s’il estime être victime d’une rupture abusive de son contrat avant terme. Dans le bras de fer qui prévaut au CHR de Tenkodogo, ce sont primordialement les malades et les populations qui sont victimes de cette situation de blocage du fonctionnement normal de l’hôpital. On sacrifie ainsi la vie des malades sur l’autel des intérêts égoïstes et des querelles nauséabondes de personnes. Si le DG devrait ainsi quitter son poste avec un paiement de ses droits à hauteur de 40 millions de FCFA, il ne sortirait sans doute pas perdant de ce conflit avec ce pactole et continuera d’exercer ailleurs en sa qualité de fonctionnaire. Ce serait une hémorragie absurde dans le trésor public pendant que les hôpitaux ont besoin d’argent pour l’achat de consommables médicaux. Des DG de la CAMEG ont été par le passé fortement indemnisés pour les pousser abusivement vers la sortie au profit des clubs d’amis politiques. C’est cette même logique que d’aucuns voudraient perpétuer au ministère de la santé. Autres temps, autres mœurs. Il est temps de changer de fusil d’épaule. Ce disque de la mauvaise gouvernance est rayé et il est important que les uns et les autres comprennent cela et opère le changement nécessaire de mentalité et de comportement. L’opinion publique a suffisamment une mauvaise appréciation de certains agents de santé qui ne cessent de défrayer la chronique. Chaque fois qu’un médecin chef de service ou un directeur d’hôpital veulent engager des actions rigoureuses de lutte contre des mauvaises pratiques dans la santé, des agents indélicats se réfugient derrière le SYNTSHA pour exiger le départ des responsables. Ce sont des méthodes qui visent à décourager le dévouement des responsables engagés pour la bonne gouvernance dans l’intérêt supérieur de l’Etat.
    Par conséquent, il appartient vivement au gouvernement, en particulier au Premier ministre et au Président du Faso de diligenter des investigations crédibles pour démasquer ce complot qui vise à rendre impossible l’administration normale des hôpitaux par certains agents de santé qui ignorent leurs prérogatives et les règles de gestion administrative et financière d’un Etat républicain. Il sied de lutter contre les mauvaises pratiques de santé d’agents indélicats qui risquent de compromettre la politique sanitaire du Président Roch Marc Christian Kaboré qui suscite dès ses premiers moments, de la satisfaction pour la gratuité des soins des enfants de moins de 5 ans, la gratuité des césariennes etc…

    Répondre à ce message

  • Le 6 juillet 2016 à 20:06, par Demasqué En réponse à : « Si vous prouvez qu’un membre de mon gouvernement a été pris dans une histoire de malversation, dès le lendemain, il quitte le gouvernement », dixit Kaba THIEBA

    internaute 14, tu n"es pas agent de l’hopital de Tenkodogo, on te connait, tu es un agent de l’hôpital de l’amitié de Koudougou et tu fais tout pour saper la lutte des travailleurs honnêtes et ce à cause des petits cadeaux que DG te donne et ta décoration qui fait toujours du bruit.Tu as dit à DG de ne pas rembourser les trois millions de restauration et de dire que c’est un cadeau qui lui faisait le prestataire. Vous avez même appelé le premier prestataire qui a marqué son accord. Tu as monté le chef de service labo avec un nouveau affecté. Tu as manigancé la section provinciale du SYNTSHA et de la GTB qui convoque une assemblée générale demain jeudi à 16 heures pour bloquer la lutte des agents de l’hôpital de l’amitié.
    En tous cas nous attendons tranquillement. Si Dg ose dire que le prestataire de la restauration l’a nourrit gratuitement, il sera poursuivi pour corruption et il ira en prison avec toi, pauvre faux agent du CHR de Tenkodogo. Dans tous les cas, si tu continue c’est la population qui viendra te déloger avec TADJOA en plein midi. PAUVRE TYPE

    Répondre à ce message

  • Le 7 juillet 2016 à 00:08 En réponse à : « Si vous prouvez qu’un membre de mon gouvernement a été pris dans une histoire de malversation, dès le lendemain, il quitte le gouvernement », dixit Kaba THIEBA

    Mr. PM has been extremely careless to be traveling with cash this amount. Mais ce n’est pas une excuse pour le voleur. C’est une affaire d’ etat et toute la lumiere doit etre faite. On n’ a pas besoin de petits voleurs autour de vous. C’est deshonorant et c’ est meme inquietant pour votre vie.

    Répondre à ce message

  • Le 7 juillet 2016 à 00:23, par Spyckly En réponse à : « Si vous prouvez qu’un membre de mon gouvernement a été pris dans une histoire de malversation, dès le lendemain, il quitte le gouvernement », dixit Kaba THIEBA

    Que d’infantilisation comme certains l’ont dit plus haut et le peuple mouton va encore trinquer.
    25millions disparaissent au cours d’une mission et on a droit a aucune forme d’explication si ce n’est que l’enquete est en cours et puis quoi encore ??? De toute facon on sait comment ca fonctionne du temps rien que du temps d’ici la qu’un autre evenement survienne et hop dans les oubliettes... Vraiment jusqu’a quand ce pouvoir tricephal va finir de nous tourner en boutique ??

    Répondre à ce message

  • Le 7 juillet 2016 à 05:25 En réponse à : « Si vous prouvez qu’un membre de mon gouvernement a été pris dans une histoire de malversation, dès le lendemain, il quitte le gouvernement », dixit Kaba THIEBA

    "Si vous prouvez qu’un membre de mon gouvernement a été pris dans une histoire de malversation, dès le lendemain, il quitte le gouvernement », dixit Kaba THIEBA

    Vraiment, faut-il rire ou en pleurer quand le PM Kaba affirme cela ? Tout le monde sait que dans cette présidence tricéphale le PM fait pitié et ne peut rien faire, ni décider de qui débarquer, ni décider de qui nommer fut-il cadre excellent. A la limite sa dauphine Coulibali peut être plus crédible avec la bénédiction bienveillante de ROCH. Notre PM n’est pas à l’aise et ça se voit autant que SIMON est submergé par les questions de la Sécurité.
    Pauvre de nous. Un conseil, reprenons la prière pour notre pays car avec cette Présidence à trois têtes, nous ne sommes pas aidés.

    Répondre à ce message

  • Le 7 juillet 2016 à 08:13, par campus koudougou En réponse à : « Si vous prouvez qu’un membre de mon gouvernement a été pris dans une histoire de malversation, dès le lendemain, il quitte le gouvernement », dixit Kaba THIEBA

    c est vraiment inconcevable,un premier se disant economiste qui perd 25 millions sans aucune idee.yaaaako le burkina

    Répondre à ce message

  • Le 7 juillet 2016 à 08:19, par LA VÉRITÉ VRAIE En réponse à : « Si vous prouvez qu’un membre de mon gouvernement a été pris dans une histoire de malversation, dès le lendemain, il quitte le gouvernement », dixit Kaba THIEBA

    « si vous prouvez qu’un membre de mon gouvernement a été pris dans une histoire de malversation, je peux vous assurer que dès le lendemain, il quitte le gouvernement ». Monsieur le premier Sinistre, mais ceux qui étaient reconnus comme délinquants à travers les rapports de l’ ASCE, et même le pouvoir corrompu des compaoroses que nous ont décrié sont nommés et réhabilités sous votre régime. Quel gage de bonne foi dans la lutte contre la corruption donnez vous ainsi au population ? En plus M.le PM, ceux qui nous combattaient hier sous la bannière du CDP en accréditant Blaise et Cie et par ricochet le MPP sont aujourd’hui vos amis. S’ils ne sont pas maires, ils sont nommés et souvent pour nous mettre la poudre aux yeux ce sont leurs filles ou fils en tout cas leurs préposés qui le sont. DONC VOTRE POLITIQUE DE LUTTE CONTRE LA CORRUPTION EST CHIMÉRIQUE ET UN VAIN MOT. PUISQUE TOUT SENT LA CORRUPTION DANS VOTRE GOUVERNEMENT A LA COMPAOROSE.

    Répondre à ce message

  • Le 7 juillet 2016 à 09:12, par neya boukari En réponse à : « Si vous prouvez qu’un membre de mon gouvernement a été pris dans une histoire de malversation, dès le lendemain, il quitte le gouvernement », dixit Kaba THIEBA

    Monsieur le Premier Ministre, un peu de respect pour le peuple burkinabé ! les 25 millions de francs cfa que vous avez perdu ne viennent pas de votre poche, mais de la sueur du peuple burkinabé et vous avez l’impérieux devoir de lui dire où sont allé ses sous. Il n’y avait pas mille personnes dans votre délégation et le peuple a le droit de savoir qui a diné son argent.
    C’est le Président Roch Marc Christian Kaboré qui vous a choisi, mais vous êtes Premier Ministre au nom du peuple souverain du Burkina Faso.
    C’est facile de ne pas vouloir rentrer dans les détails parce que cet argent ne vous appartient. Arrêtez de nous insulter et de nous infantiliser. C’est facile de ne pas vouloir en parler parce que vous voulez couvrir des gens. ça s’appelle tout simplement l’impunité ! Vous envoyez quelqu’un avec 25 millions, il revient sans les 25 millions et il refuse de vous donner des explications. Foutaises.

    Répondre à ce message

  • Le 7 juillet 2016 à 10:07, par ghrrie En réponse à : « Si vous prouvez qu’un membre de mon gouvernement a été pris dans une histoire de malversation, dès le lendemain, il quitte le gouvernement », dixit Kaba THIEBA

    Voila c’est ça on appelle l’incivisme au plus haut sommet de l’Etat. Un premier ministre économiste qui perd des millions aussi facile . Oh mon Dieu et vous voulez combattre l’incivisme non ça peut pas aller. Commencez à combattre l’incivisme en votre sein et montrez le bon exemple vous verrez que le peuple vous suivra. Vous dilapidez nos sous et vous dites que les enquêtes sont en cours. Mr le premier ministre ayant le courage de démissionner sans délai. Avec les dinosaures de RSS,vous pourrez rien faire. Vous savez que d’ici là des burkinabés vont s’immoler et provoquer une autre revolution et cette fois ci pour nettoyer tout le régime de Blaise.

    Répondre à ce message

  • Le 7 juillet 2016 à 10:15, par ka En réponse à : « Si vous prouvez qu’un membre de mon gouvernement a été pris dans une histoire de malversation, dès le lendemain, il quitte le gouvernement », dixit Kaba THIEBA

    Comme je l’ai dit au début de la nomination de Thieba et de Rosy, le président Roch sait très bien qu’avec les expériences des gestions rigoureuses que ces deux personnes ont eu a exploré dans des entreprises internationaux, peuvent être utiles au Burkina, un pays en quête d’émergence durable : Je n’en doute pas que Roch Kaboré a su utilisé la formule magique qu’a besoin le continent pour sa survie et son développement, qui est d’utilisées toutes les compétences en mettant les hommes qu’il faut à la place qu’il faut, au moment où il faut : Malheureusement les trois ministres venus de la diaspora dits compétente, compétents ‘’’Thieba, Rosy, et Bary’’’ sont des malheureux handicapés parmi des gouvernants très puissants qui ne les laissent pas à leur indépendance comme dans leurs entreprises internationales dont ils avaient la liberté totale d’agir avec une gestion rigoureuse de leur secteur. Au Burkina les dictats des RSS avec un système qu’ils ont concoctés avec un introverti représentant, et qui reste le favoritisme et non la rigueur, handicape nos femmes et hommes très compétents venus d’ailleurs. Oui mon jeune Thieba, à Dakar je t’ai suivi une journée dans les couloirs d’une banque en expansion à cause de ta compétence, surtout de ta liberté de faire les choses à ta guise, tu veux l’appliqué correctement en tant que chef de gouvernement, mais tu ne le pourras à cause des gouvernants sentimentaux baignés dans le favoritisme des parents mafieux, des amis mafieux, des régions mafieux ext. En tout cas bon vent et du courage : Avant tout, beaucoup de viande ne gâche pas la sauce, tes expériences peuvent faire la différence si tu persistes.

    Répondre à ce message

  • Le 7 juillet 2016 à 10:33, par Dépassé En réponse à : « Si vous prouvez qu’un membre de mon gouvernement a été pris dans une histoire de malversation, dès le lendemain, il quitte le gouvernement », dixit Kaba THIEBA

    La corruption ne se passe pas directement au niveau des Ministres, descendez plus bas. ce sont eux qui sèment et récoltent pour les Ministres. Braquez vos radars plus bas sinon la corruption a toujours de beaux jours au Faso.

    L’Etat manque de fermeté présentement. Les gens passent plus le temps dans des révendications et le travail est laissé au second plan. Hier c’était X qui grevait, aujourd’hui c’est Y et demain ce serait Z. Des grèves de plus de deux mois, est-ce normal ? silence totale du Ministère en charge de la question, est-ce normal ?
    Chercher à améliorer les conditions de vie et de travail, c’est normal. Mais les gens sont-ils autorisés à agir comme ils l’entendent.

    Son Excellence, le mal est profond. Il nous faut tout refaire. Les Africains n’ont pas compris que personne ne viendra construire nos pays à notre place.
    Nous préferons courrir chercher les visas avec toutes les humiliations que nous subissons mais on ne change pas.
    Les politiciens ont contribué à rendre les gens mentalement pauvres. La pauvreté d’esprit est pire que tout.

    Chaque Burkinabè doit redescendre, chacun doit prendre sa daba et se mettre au travail.
    J’ai du boulot, je souhaite une bonne journée à tous. Ici, mes objectifs sont bien définis et gare à moi si je présente de mauvais résultats et je suis fier de mon travail. Chaque jour je fais mieux qu’hier.

    Répondre à ce message

  • Le 7 juillet 2016 à 13:01, par metba tinga En réponse à : « Si vous prouvez qu’un membre de mon gouvernement a été pris dans une histoire de malversation, dès le lendemain, il quitte le gouvernement », dixit Kaba THIEBA

    le lendemain du retour de votre mission en Chine. votr démission au poste du PM pour incapacité devrait être adresse au PF. Si non, à défaut ; pensez à un ’’se soit’’ maintenant afin que tout ne soit pas volatiliser. Jusqu’à ho lala ; une dite enquête ne donnera rien.
    ’’ l’étoile de l’araignée n’attrape que les petites mouches.

    Répondre à ce message

  • Le 7 juillet 2016 à 13:38, par jan jan En réponse à : « Si vous prouvez qu’un membre de mon gouvernement a été pris dans une histoire de malversation, dès le lendemain, il quitte le gouvernement », dixit Kaba THIEBA

    Perdre 25.000.000 F, c’est inadmissible vue que les caisses de l’Etat sont vides, avec tous les moyens de paiement modernes dont nous disposons aujourd’hui, il est inconcevable pour un PM économiste, de voyager comme un commerçant.

    Répondre à ce message

  • Le 7 juillet 2016 à 14:30, par Autorité de l’Etat En réponse à : « Si vous prouvez qu’un membre de mon gouvernement a été pris dans une histoire de malversation, dès le lendemain, il quitte le gouvernement », dixit Kaba THIEBA

    Le Chef de l’Etat et le Premier ministre devraient être fermes et clairvoyants dans l’analyse des revendications sociales et des actes de troubles à l’ordre public. S’il s’avère que ce sont des manifestations illégales, il faut signifier cela et y mettre fin de gré ou de force dans les règles de l’art, selon des méthodes conventionnelles de maintien de l’ordre. Ensuite, il faut avoir le courage de sanctionner selon la loi pour l’exemple, les auteurs de préjudices et dommages causés à autrui et aux biens publics. Rappeler également à l’ordre, des syndicats qui s’écartent de leurs missions cardinales et font immixtion dans le rôle régalien du gouvernement en ce qui concerne les nominations des responsables administratifs. Il n’appartient pas aux syndicats d’orchestrer des mouvements sociaux en connexion avec des politiciens pour servir des règlements de comptes en demandant la démission ou la nomination de tel ou tel responsable administratif. Si le gouvernement laisse perdurer les chantages de groupuscules de citoyens pour dicter les nominations, les conseils de ministres perdront leurs prérogatives de nominations et il ne restera qu’aux syndicats politisés et leurs acolytes anarchistes de gouverner le Burkina dans la voie d’une dérive certaine où l’Etat disparaitrait au profit de ces groupes qui pourraient s’arroger une mission d’autodéfense.

    Répondre à ce message

  • Le 7 juillet 2016 à 15:27, par Ali En réponse à : « Si vous prouvez qu’un membre de mon gouvernement a été pris dans une histoire de malversation, dès le lendemain, il quitte le gouvernement », dixit Kaba THIEBA

    Dans une interview parue dans le journal aujourd’hui au Faso le 7 juillet 2016,le ministre de la santé a tenu des propos qui dévoilent qu’il est visiblement un soutien à l’anarchie qui prévaut dans son département. Il déclare que le rapport de force est en défaveur du DG de l’hôpital de Tenkodogo et on attend la lettre d’explication de celui de Koudougou. De quel rapport de force parle t-il ? Des mouvements d’humeurs téléguidés des agents du SYNTSHA ? Le ministre doit comprendre que dans le règlement des conflits administratifs, c’est la voie légale qui doit être utilisée pour faire valoir des arguments de droit. Il ne sied pas de parler de rapport de force car, la force brute qui peut être instrumentalisée, vise généralement à se détourner des règles de droit pour des règlements de comptes. Pourquoi c’est au ministère de la santé que les grèves et autres actions de revendications syndicales visent toujours la chasse à l’homme ?Une telle réalité donne raison à ceux qui pensent que la motivation première du ministre de la santé est d’orchestrer des conflits juste pour pouvoir nommer ses amis ,parents et copains politiques dans les directions des hôpitaux et autres services de santé comme la CAMEG où existent de grands financements. Il n’hésite même pas à remettre en cause le mécanisme d’appels à candidatures pour la sélection des DG par compétences. Les DG des CHR de Tenkodogo et Koudougou sont issus du système d’appels à candidatures pour des contrats de 3 ans renouvelables une fois. Il veut ramer à contre courant de cette règle de bonne gouvernance qui a droit de cité de nos jours, juste pour ses intérêts claniques. Qu’il ait la sagesse de demander à son collègue ministre du commerce qui a opté de passer par l’appel à candidatures pour le prochain choix du DG de la Chambre de commerce pour plus de transparence. Puisque le Premier ministre Thieba a décidé de renvoyer de son gouvernement tout ministre qui se rendrait coupable de corruption, qu’il analyse bien les comportements des ministres qui s’entêtent à remettre en cause les règles de bonne gouvernance par le système d’appels à candidatures des DG des sociétés d’Etat, d’EPE. Les tentatives de corruption pourraient justifier ce refus obstiné de bonne gouvernance.

    Répondre à ce message

  • Le 7 juillet 2016 à 16:22, par BRAVO En réponse à : « Si vous prouvez qu’un membre de mon gouvernement a été pris dans une histoire de malversation, dès le lendemain, il quitte le gouvernement », dixit Kaba THIEBA

    Tout ce que je sais, c’est que chien mange pas chien. Que celui qui a des oreilles pour entendre, entende.

    Répondre à ce message

  • Le 7 juillet 2016 à 19:55, par KANKELE TIGUI En réponse à : « Si vous prouvez qu’un membre de mon gouvernement a été pris dans une histoire de malversation, dès le lendemain, il quitte le gouvernement », dixit Kaba THIEBA

    Moi je ne parle plus beaucoup dans ce pays, dirigé par des vautours de la dernière révolution. Où ce gouvernement a mis l’indemnisation des gendarmes qui ont vu leurs engins et biens calcinés et emportés par les populations de Dédougou depuis le 03 Mai 2016 pendant que ces derniers en plein exercice de leur fonction ? Personne n’y pense plus du fait qu’ils ont pu exclure le pire. Une nouvelle révolution naîtra sous leurs yeux si ce gouvernement croit qu’il réussit à maitriser la situation.si le feu dorme ne pense pas qu’il est éteint. son activation sera douloureuse sur eux. A bon entendeur salut. Que Dieu bénis notre Faso qui est aussi cher pour nous les intègres.

    Répondre à ce message

  • Le 7 juillet 2016 à 21:28, par REGARD En réponse à : « Si vous prouvez qu’un membre de mon gouvernement a été pris dans une histoire de malversation, dès le lendemain, il quitte le gouvernement », dixit Kaba THIEBA

    Monsieur le premier ministre, vous n’avez pas de gouvernement, simon veut ta place, tu te trompe si jamais tu valse un ministre, tu saura que tu n’étais qu’un épouvantail dans cette kermesse de voyous.

    Répondre à ce message

  • Le 8 juillet 2016 à 07:12, par Prémonition En réponse à : « Si vous prouvez qu’un membre de mon gouvernement a été pris dans une histoire de malversation, dès le lendemain, il quitte le gouvernement », dixit Kaba THIEBA

    REGARD,ce n’est pas Simon qui veut la place du Premier ministre.Simon et Roch ont soutenu la nomination du PM THIEBA.C’est plutôt ceux qui veulent passer par le subterfuge de l’adoption d’une nouvelle constitution pour une 5è république qui veulent supprimer le poste de Premier ministre pour pouvoir bloquer la possibilité du Chef de l’Etat de diriger.Ils veulent un poste de vice-président car ils cherchent coûte que coûte à diriger ce pays à la place de Roch .Ils sont en train de s’accaparer les postes stratégiques à grands budgets à travers les nominations qui viennent des nombreux ministres de leur clan.Ils sont en train de confiner Roch dans un rôle de président protocolaire afin de régner eux mêmes en chefs exécutifs du pays.Avec leurs méthodes de pensée unique et de dictature,le Burkina n’est pas encore sorti de la zone de turbulence.Ils oublient que le bâton qu’ils utilisent contre le peuple pourrait se casser sur leur tête.Il faut bannir à jamais la pensée unique dans une démocratie.

    Répondre à ce message

  • Le 8 juillet 2016 à 13:09, par Kôrô Yamyélé En réponse à : « Si vous prouvez qu’un membre de mon gouvernement a été pris dans une histoire de malversation, dès le lendemain, il quitte le gouvernement », dixit Kaba THIEBA

    - Mr le PM, vous ne pouvez pas enlever certains ministres de ce gouvernement ! Vous le savez vous-mêmes et donc ne nous trompez pas et faites seulement votre travail pour lequel vous avez été débarqué ici en plein midi comme Blaise, parti aussi d’ici en plein midi ! Vous croyez que les 2 autres S vont se laisser faire par vous, fussiez-vous PM ? Ils ont risqué leurs peaux pour parvenir au pouvoir car il faut le dire tout net et sincèrement, si c’est le camp de Blaise qui avait remporté, les RSS seraient aujourd’hui dans l’outre-tombe Avec des tonnes de terre sur les ventres, et sans procès entrain de nous observer sur terre. Vous, vous n’avez rien fait ni participer à aucune lutte dans ce pays sauf à être un inconnu parfait qui se trouve avoir été connu dans le passé par Rock ! C’est tout ! Donc vous ne pouvez pas, vous en tant qu’appelé à table, les enlever ni eux, ni leurs affidés du gouvernement. Amusez-vous et c’est vous qui allez quitter prématurément la table à manger ! Donc ne nous trompez pas avec des menaces stériles car nous savons que vous ne pourrez pas le faire sans leur caution. Et puis je demande aux gens de foutre la paix à mon ami Simon qui est entrain de se démener comme il peut et avec peu de moyens ! Burkinabè, soyez honnêtes ! Que voulez que mon ami Simon fasse de mieux sans moyens ! Foutez-lui la paix !!!

    NB : Et puis Mr le PM, dites la vérités aux Samogos ! Je crois que des barbares entonnent votre nom pour semer la pagaille. Voyez comment subitement ils veulent tous être Maires et président de Conseil Régional ! Les Samogos vont foutre le bordel dans la Boucle du Mouhoun en s’adossant sur votre nom. Donc envoyez-les une message fort. Foi de Yamyélé je vous le dis !

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 8 juillet 2016 à 16:05, par Leboiteux En réponse à : « Si vous prouvez qu’un membre de mon gouvernement a été pris dans une histoire de malversation, dès le lendemain, il quitte le gouvernement », dixit Kaba THIEBA

    Depuis là on entend plus notre prof. Laurent BADO. Mon prof. programmez quelque chose à la télé. On a besoin d’entre votre opinion sur les multiples questions du pays. Les six mois de gestion du gouvernement et surtout les libérations massives, la question des koglowéogo etc... Mon Prof. Entendez-vous avec le Lion, et nous on va proposer la privatisation du gouvernement pour vous. Là la merde va finir au Faso.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés