Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La forêt pour grandir a besoin d’arbres. Frédéric Titinga Pacéré» 

Que devient l’ancien maire Marin Casimir Ilboudo ?

Accueil > Actualités > Politique • • lundi 27 juin 2016 à 00h53min
Que devient l’ancien maire Marin Casimir Ilboudo ?

Au moment où des Organisations de la société civile ‘’dénoncent’’ « une justice à double vitesse » au sujet de certains dossiers et que des parents de détenus déplorent un manque de célérité dans le traitement des dossiers de leurs proches, l’on ne peut s’empêcher de s’interroger sur le cas de ces anciens maires qui, sous la transition, avaient fait l’objet d’arrestations pour ‘’mauvaises gestions’’. A ce jour, seul Marin Casimir Ilboudo, ancien maire de la commune de Ouagadougou est toujours à la MACO. Ce qui suscite de nombreuses interrogations.

C’est le 24 juin 2015, que l’ex-maire de Ouagadougou, Marin Casimir Ilboudo, a été arrêté et mis en garde-à-vue à la brigade de gendarmerie de Boulmiougou. Des sources de la gendarmerie avaient indiqué que « il est suspecté de malversations financières, attributions abusives de parcelles, vente à la société STAF de terrain et du magasin de l’ex-dépôt de l’OFNACER situé au quartier Larlé ». Par cet acte, le gouvernement de Transition ‘’entendait faire rendre des comptes aux dirigeants du régime de Blaise Compaoré, dont certains se sont rendus coupables de malversations financières’’. Les faits qui lui sont reprochés se seraient donc déroulés alors que M. Ilboudo était maire de Baskuy.

Le 29 juin 2015, il est déféré à la Maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou (MACO). Bientôt une année que l’ancien occupant de l’hôtel de ville « attend de connaître son sort ». Avec la vague des libérations provisoires dont certains de ses confrères ont bénéficié (les derniers en date étant les maires de Bobo-Dioulasso), les proches avaient espéré que l’ancien bourgmestre de la capitale bénéficie aussi des mêmes circonstances. Mais jusque-là…rien. « Depuis qu’il a été déféré à la MACO, on ne lui dit rien ; aucun juge ne passe devant lui, à plus forte raison de le situer sur les faits qu’on lui reproche », dévoile un de ses proches.

« Aujourd’hui, ce qui est encore inquiétant, c’est qu’il y a une campagne de désinformation et de division des proches tendant à faire croire que Marin Casimir Ilboudo refuse de sortir de la MACO, tant qu’on ne lui dit pas ce pour quoi il est accusé ou s’il n’a pas été jugé. Ce qui est archi-faux ! Comment quelqu’un peut-il refuser une libération provisoire alors qu’il a toute sa famille dehors … ? Il est là-bas depuis…, personne ne se présente devant lui pour lui dire quoi que ce soit… », déplore une autre source pour qui, Marin Casimir Ilboudo n’est simplement qu’une victime politique, conséquence d’un règlement de compte personnel. Au moment où son successeur, Armand Roland Pierre Béouindé s’apprête à prendre fonction, des proches et autres observateurs espèrent que Marin Casimir Ilboudo soit enfin situé sur son sort.

Journaliste de formation, Marin Casimir Ilboudo a exercé au quotidien d’Etat Sidwaya. Membre de l’Association des journalistes du Burkina (AJB) et du Syndicat national des travailleurs de l’information et de la culture (SYNATIC), M. Ilboudo est titulaire d’une Maîtrise en langues vivantes (Anglais), obtenue en 1984 à l’Université de Ouagadougou, après avoir transité par l’école primaire de La Salle où il fit une partie de ses études secondaires, avant le Lycée Philippe Zinda Kaboré où il obtint son BAC série B.

Membre fondateur du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), ex-parti au pouvoir, Marin Casimir Ilboudo est resté fidèle à sa famille politique, malgré le soulèvement populaire.

Oumar L. OUEDRAOGO
Lefaso.net

Messages

  • Belle question. Le Burkina est devenu un pays à plusieurs vitesses. Marin n’a rien fait plus que Simon, Zakaria, Séraphine. ...

  • C’est vraiment triste. L’ancien maire est simplement victime politique.

  • Marin Ilboudo est le seul qui peut tenir tête à Simon lors des élections dans la province de la capitale, il fallait donc le mettre hors de compétition. Mais comme l’élection est passée, liberez le monsieur ou bien vous envoyer Simon le rejoindre à la MACO. Honte à Zida et à son gouvernement de la Transition, honte à la justice, Honte au régime en place.

  • Mauvaise pioche M. le Maire. C’est ça aussi la politique.
    Te souviens-tu ? Quelques semaines après ta prise de fonctions à la Mairie, François t’a flatté pour que tu cherches à nuire à ton prédécesseur qui est très puissant aujourd’hui. Tu as tenu des propos discourtois envers lui. Ton mentor ayant fui, tu comprends alors que ta gestion (pour ne pas dire votre gestion) sera passée au peigne fin !
    D’ailleurs, si on te demande les principales avancées de ta gestion, tu citeras quoi ? Ta méthode CDR contre les VADS ?
    Laisse-moi en dehors de tout ça hein ! Je ne fais que te rappeler l’histoire.

  • Que pouvons-nous attendre du président Roch ? Une démocratie exemplaire et donc une justice impartiale mais ce n’est pas ainsi va la bonne gouvernance dans le pays des HOMMES INTÈGRES !!! Honte aux assoiffés des règlements de compte. Qui est plus riche que ceux qui sont aujourd’hui à la tête du pouvoir ? On se donnait tous au Burkina ! Soyons fair-play et miséricordieux surtout que beaucoup se montres plus croyants et plus voraces des églises plus que d’autres. Nous demandons aux autorités de faire parler leur foi, leur intégrité, leur honneur et donc l’honneur du peuple burkinabè. Courage à Marin qui, comme Nelson Mandela autrefois souffre de l’injustice. Le vent tourne toujours !

  • réconciliation ! voilà ce qui manque au Burkina : le pays ne peut être dirigé par des règlements de compte !

  • Internaute 4 ta haine va te perdre, pourquoi tirer sur l,ambulance, ;en principe la politique ne doit pas conduire en prison. Voyez vous les résultats aujourd’hui, incendie par ci, violences électorales par là sans oublier les nombreux morts. Soyons positifs, liberons tous nos prisonniers politiques, faisons la paix,allons faire la réconciliation seule voie pour construire la nation burkinabe.

  • C’est plus pour des raisons politiques que pour des raisons de mauvaise gestion.

  • Pour ces genres d entorses domage qu on ne voit pas nos fameuses OSC et DEFENSEURS DES DROITS humains reagir C EST CA LE BURKINA NOUVEAU !!!! Burkina a deux vitesse

  • Le maintien de Marin casimir Ilboudo n’est que la résultante de la haine, d’une volonté éhontée de le punir pour ses positions tenues depuis qu’il était maire de Baskuy. Marin n’a jamais caché ses opinions par rapport à la gestion de la municipalité : tous ceux qui ont assisté à des séances du conseil municipal de Ouagadougou en savent quelque chose. Il n’a jamais hésité à marquer son désaccord par rapport à la gestion de certains dossiers de la ville. En cela, peut-être à cause de son passé de journaliste, il a été été conséquent envers lui-même par rapport à son appréciation de la gestion municipale.
    Quant à son dossier judiciaire, je pense que la justice doit faire son travail, en toute honnêteté, sans aucune pression, d’où qu’elle vienne.

  • réconciliation ! voilà ce qui manque au Burkina : le pays ne peut être dirigé par des règlements de compte !

  • J’espère qu’il connaît au moins ses droits et qu’il a des avocats. Ou bien c’est vous qui voulez vous chargé de sa défense ? Cette information ne nous intéresse nullement. Il faut cesser de jouer au griot et faire simplement votre métier de journaliste. S’il ne s’était pas intéressé à la gestion de la chose publique et s’était contenté d’enseigner, rien ne lui serait arrivé. D’ailleurs, qu’en savez-vous de sa gestion passé ? Vous ne dites mot la-dessus. Faites alors son bilan, Monsieur le Journaliste devenu avocat pour la circonstance.

  • Honte à l’internaute 4. Nous avions dit soulèvement populaire nous n’avions pas dit règlement de compte. Que Simon aille se faire foutre. Nous avions chassé Blaise par manque d’Etat de droit mais pas pour que des gens saisissent l’occasion pour se venger. Leur sort risque d’être pire que pour le Dictateur de Blaiso.
    Laisser passer mon post !!!!

  • Oumar L Ouédraogo du Faso.net nous affirme en introduction ceci :"A ce jour, seul
    Marin Casimir Ilboudo.....est toujours à la MACO". A mon avis, il faut un rectificatif car
    Stanislas Ilboudo, ancien maire d’arrondissement est lui aussi toujours à la MACO.

  • Celui qui traite les journaliste de griot a la conscience cryptée.J’ en passe.
    Je tien juste à dire que le Burkina a mal à son intégrité.Je fais partir des insurgés mai je suis souvent animé par des sentiments de regrets quant je pense que notre insurrection permet aujourd’hui a certain de se régler des comptes. Que dieu nous guide.

  • J’ai pitié pour les familles des insurgés qui sont mort, ils ont été grugés par les OSC et autres . Comment Marin peut être prison et Simon Compaoré en liberté. C’est vraiment malheureux pour ce pays

  • Monsieur le journaliste fait attention, que voulez vous dire en mettant en exergue le fait que Marin est journaliste ? C’est pour venir nous dire que la liberté d’expression est menacée ?. Qu’un journaliste est en prison dans l’exercice de son métier ?? ehi ehi ehi, Bon courage a Marin

  • si les faits qu’on lui reproche sont avérés, pourquoi passer plus d’une année sans pouvoir le juger. mème pas entendu par un juge ?le parquet doit communiquer.

  • La faute grave n’est pas le maintien de M. Casimir Marin Ilboudo mais la libération de ses compères, complices et coquins. La question importante n’est pas le maintien de M. Ilboudo en prison mais la libération de gens à la réputation sulfureuse comme Pascal Ouedraogo qui s’est octroyé plusieurs centaines de parcelles à Sighnoguin. Quand un simple chaîneur de la Direction de la Topographie devient un des plus riches de ce pays, il y a au moins de quoi se poser des questions.

  • Omar quitte dans ça déh. D’habitude des articles ne sèment pas le doute mais celui-là ahh monafioh, surtout la conclusion de ton article par sa formation et son appartenance politique. vous êtes journaliste et on ne vous fera pas de dessin quand à l’interprétation et le rôle d’une conclusion.

  • quelle justice !pas mieux qu’une base de koglweogo.je comprends pourquoi ils sont en noir. vive linjustice,vive le gèle des magistrats.

  • Pitié ! Kogweogo vaut mieux que notre semblant de gouverment et de justice. Honte à Simon Compaoré qui devrait croupir à la maco avec Marin.

  • On posera des questions à Marin le jour où l’on entendra Simon sur la gestion de la GPG et de la Mairie.
    Il s’agit bien de Simon COMPAORE le multimilliardaire !!!

  • internaute 12 tu dis que s’il avait fait que enseigner on n’allait pas le mettre en prison, rire tu me fais honte. dabo boukary faisait qu’etudier et il a été enlevé et torturé à mort.
    faisons comme en afrique du sud rassemblons tout blanc, noir et construisons notre pays

  • quil prends son courrage dans deux son provisoir est en cour.
    il nous a ete montrer depuis de ne plus considerer et faire confiance a la justice
    et se serais des reglements kokolo.

  • Je donne, en toute indépendance et liberté mon point de vue sur la question. A mon humble avis, le maintien de Monsieur Ilboudo MARIN sous mandat de dépôt à la date de ce jour est davantage incompréhensible, d’autant plus que son dossier est clôturé et délocalisé à Ziniaré, selon l’intéressé qui attend avec impatience son jugement. La détention provisoire pour les besoins de l’instruction de son dossier est dès lors, détournée de sa finalité et galvaudée. L’argument de la garantie de représentation ne tient pas la route car ce Monsieur ne fuira jamais pour abandonner sa mère que je connais bien et qui nous faisait de bons petits plats avec Alexis son frère cadet, malheureusement qui n’est plus de ce monde. (mon coéquippier au foot, dit l’homme des cornners directs au but de l’Ecole de Droit et de l’étoile filante), sa femme et ses enfants au Burkina Faso. Ce n’est pas le genre de personne, mon professeur d’anglais de Lycée. J’ai une compassion naturelle pour lui. Si le Juge d’instruction libère M. Ilboudo, le Tribunal le retrouvera devant la juridiction Correctionnelle de Ziniaré pour ses explications devant ladite juridiction. Marin n’est pas le genre à fuir ses responsabilités. J’opine donc que sa détention provisoire n’est plus justifiée et il mérite, sous réserve de l’appréciation souveraine du Magistrat instructeur, une mesure de liberté provisoire. Me Paul KERE, Avocat.

  • monsieur le journaliste, avez chercher aussi à recueillir la version de la justice ?j’en doute fort !Dans un état de droit fut-il bancal, peut on jeter quelqu’un en prison sans qu’il ne soit entendu par un juge ?Renseignez vous bien avant de vous prononcer.un bon journaliste cherche toujours à équilibrer l’information !peut être que vous êtes de bonne foi, peut être pas !

  • Libérez Casimir et envoyez Simon à sa place pour une justice équitable.Nul n’est au dessus de la loi. Dommage !!!

  • Il doit être libéré, si on a libéré les Salia Sanou et consorts, lui qui à fait moins de dégâts que eux doit être aussi libéré ; on a que foutre des règlements de comptes personnels, lui au moins a le niveau universitaire , il a occupé la mairie de Ouaga avec ce niveau.

  • "A ce jour, seulMarin Casimir Ilboudo.....est toujours à la MACO".
    Il y a des milliers de locataires qui croupissent à la MACO bien avant 2015.

  • Marin , l’insubmersible ! Marin , un homme réglo ! que ta justice paraisse comme la lumière et ton droit comme un soleil en son midi , amen ! amen ! amen !

  • Que devient l’ancien maire Marin Casimir Ilboudo ? Il est à la MACO. C’est ce que vous dites dans votre article.
    Maintenant, posez autrement la question.
    Que deviendra l’ancien maire MCI après sa sortie de la MACO ? Question pour un champion....

  • Que devient l’ancien maire Marin Casimir Ilboudo ? Il est à la MACO. C’est ce que vous dites dans votre article.
    Maintenant, posez autrement la question.
    Que deviendra l’ancien maire MCI après sa sortie de la MACO ? Question pour un champion....

  • Pauvres juges, les gens veulent une chose et son contraire, quand vous liberez on vous insultes, vous ne liberez pas on vous insultes. En réalité beaucoup ne veulent pas la justice mais ce qui les arrange. Mais c’est à vous de travailler pour combattre la corruption, oeuvrez pour une vraie justice, appliquez la déontologie, un jour ça va payer.

  • Ca veut dire que ce pauvre Marin Casimir Ilboudo n’a aucun appui mais fallait pas le lui rappeler ce fait indéniable quand il était installé gaillardement dans le fauteuil de maire Ouagadougou.Maintenant voilà,tes courtisans ont vite fait de te lâcher.Bien fait pour toi

  • QUE ce soit SIMON MARIN OU autre ne perdez patience le peuple est là et il sera toujours là nous sommes tous pressés . MPP CDP ADF UPC et autre répondront devant le peuple et devant l’histoire tôt tard la révolution reviendra les biens mal acquis seront justifié.
    on ne pille pas le peuple impunément je dis non non et non . qui est en prison qui ne l’est pas ce n’est pas notre affaire ce sont les copains d’hier qui se règlent les comptes ils n’ont cas se gérer. Car la préoccupation de notre peuple c’est le développement la justice et la démocratie.
    pour le peuple nous nous sacrifierons ;
    la patrie ou la mort nous vaincrons.

  • Notre justice est corrompue. Qu’il tienne bon son jour va arriver.

  • Je desespere du burkina quand je lis certains postes.on parle ou ecrit comme dans cabaret.on veut quelque chose et son contraire.generalement dans les debats de cabaret je ne mets pas ma bouche.certains font des affirmations comme des va.....on oublie de poser la question essentielle ;de quoi on l accuse ?ses avocats sont la et savent de quoi on l accuse.je veux bien la reconciliation mais j aime plus la justice.

  • Désolé, je suis un fervent défenseur de la liberté de la presse, et même de la méthode discutable qui consiste à lancer une problématique pour faire réagir des institutions qui communiquent peu (comme la justice), mais dans le cas présent, l’article est vraiment trop tendancieux, j’espère que ce n’est pas volontairement...

    1°) Un prévenu, surtout un maire qui a des prérogatives, ne peut pas être déféré en maison d’arrêt et de correction sans la décision d’un juge. Et s’il a des avocats, le juge est tenu de les informer, ou alors lui même, de ce dont leur client est accusé. Comme l’article lui même cite les charges déjà annoncées alors qu’il était en garde à vue, il est donc inexact de dire qu’il ne sait pas ce qu’on lui reproche. Et par définition ses avocats ont accès à son dossier d’instruction. A défaut du juge, ses avocats le tiennent donc informé.

    2°) Un prévenu ne "bénéficie pas des mêmes circonstances" qu’un autre par imitation ! Chaque prévenu qui le souhaite fait une demande de mise en liberté provisoire. Dans le cas de plusieurs anciens dignitaires du régime Compaoré, on soupçonne que certains aient présenté des certificats médicaux de complaisance pour appuyer leur demande. Et même si cela a suscité une levée de boucliers dans l’opinion publique, ils l’ont obtenue. Pourquoi voulez vous alors qu’un juge ordonne de lui même de libérer quelqu’un qui n’en a pas fait la demande avant le procès ?

    3°) En quoi est-ce une désinformation de dire que le prévenu Ilboudo, contrairement aux autres, n’ayant pas demandé de liberté provisoire, on peut l’interpréter comme sa volonté de ne pas l’obtenir ?

    4°) Selon quelle procédure le juge doit-il "passer devant un prévenu pour le situer" comme le suggère l’article ? Quand un juge veut entendre un prévenu pour les besoins de l’instruction, il le fait convoquer, extraire de la prison et conduire dans son bureau par les gardes de sécurité pénitentiaires (GSP). Vous aurez remarqué que la grève perlée des GSP dure depuis plus de deux mois, et donc que depuis ce temps, les prisonniers ne comparaissent plus devant leurs juges, les audiences ne se tiennent plus faute de prisonniers présents et les gardés à vue ne sont plus ni présentés devant un juge, ni transférés en maison d’arrêt et de correction. Ce blocage concerne TOUS les prisonniers du Burkina, en quoi le cas de l’ancien maire est-il particulier ?

    5°) Les faits reprochés à l’ancien maire ayant été rappelés en début d’article, liés donc à des délits et/ou crimes économiques alors qu’il était maire d’arrondissement, et son arrestation ayant été faite sous la transition, l’instruction faite par la justice ordinaire (et non militaire ou le ministre de la défense peut intervenir dans la procédure), en quoi peut-on parler de règlement de comptes politique ? En quoi Marin Casimir Ilboudo (MCI) serait-il plus virulent, plus dangereux, plus sujet à la vengeance que Salia Sanou, Eddy Comboigo et autres ? Quel conteur voudrait nous faire avaler que MCI est un "poids lourd" de la politique nationale qui "fait peur" aux RSS au point de faire pression sur les juges pour le maintenir en prison ? Soyons un peu sérieux ?

    Si donc ceux qui défendent les intérêts de l’ancien maire nous montrent des demandes de liberté provisoire refusées à un citoyen soupçonné de crimes économiques, alors que des gens accusés de choses similaires et même des supposés putschistes sont libérés, nous nous mobiliseront tous contre ce "deux poids, deux mesures". Sinon, le juge et l’opinion publique considéreront que du haut de son orgueil, l’homme refuse de "s’abaisser" à faire cette demande, et il est donc logique qu’il reste en prison. Il serait donc plus productif pour ses partisans de l’inciter à faire cette demande, de préférence avec un "vrai-faux" certificat médical comme il est devenu de coutume sous nos cieux !

  • Hopaaaa !!! La justice des vainqueurs ! C’est celui qui n’a fait que 2 ans à la mairie qui doit rendre compte et ceux qui ont fait 17 ans sont blancs comme neige.
    C’est ça le Burkina nouveau !!!!!!!!!! J’ai honte !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

  • Internaute 24, contentez-vous de réagir sur l’article. Je me suis en fait adressé au Journaliste, mais je ne savais pas que c’était vous ? Pourquoi la référence à Dabo Boukary ? A moins que vous vous expliquez d’avantage, je ne vois pas le rapport entre le métier d’enseignant et Dabo Boukary. C’est parce que le journaliste a parlé du profil de MCI que j’ai dit que s’il avait embrassé le métier d’enseignant il ne serait pas en prison.

  • Internaute 39 adepte de l,exclusion et de la justice a deux vitesses, continue de déverser ta haine sur le cdp, c,est ton rôle et ta mission bonne continuation c est ça aussi la liberté d,expression, pauvre burkina,

  • M. Sebgo, j’apprécie vos interventions dans ce forum des internautes. Restez sur vos opinions et votre conception des choses sur le forum du fasonet.
    Sachez sincèrement qu’il y a, à la MACO, des personnes détenues sans décision judiciaire. C’est une flagrante violation de la Constitution Burkinabè par des magistrats du parquet passibles de sanctions disciplinaires devant le Conseil Supérieur de la magistrature.

  • Internautes 42 et 43, Eliane et sid soba booba :
    1°) Eliane, je n’ai rien contre le CDP en tant que parti, même si je trouve vos post en faveur de ce parti trop partisans et pas toujours objectifs ! J’y ai de très bons amis, (que je ne comprends pas mais que je respecte) y compris certains qui y sont restés après la chute de Blaise Compaoré. Ce que je dis ne concerne pas les gens en tant que membres d’un parti politique mais en tant que justiciables. Je dis que certains certificats médicaux pourraient être contestés, et je dis que certains ont ainsi obtenu une liberté provisoire bien mal employée, vu qu’ils ont fui le territoire national alors qu’ils s’étaient engagés à y rester ou se sont lancés dans un activisme politique qui pourrait être interprété comme une façon d’influer sur la justice ! Et je dis que les gens doivent arrêter de crier au complot dès qu’une décision de justice ne les arrange pas. D’ailleurs, Djibril Bassolet n’est plus du CDP, mais je dis aussi que sa liberté provisoire (vu ce dont on l’accuse) est discutable. Si j’ai tort ou que je dis des choses inexactes, montrez-le moi ?

    2°) Au contraire, j’ai été comme beaucoup surpris par les scores réalisés par ce parti (CDP) aux législatives et municipales, alors que pour les élections couplées ce parti avait ses comptes gelés. Même si on veut mettre une partie de ce succès sur "l’habitude", le "bétail électoral" et tout ce qu’on voudra, force est de reconnaitre que pour un parti décapité, c’est un résultat plus qu’honorable et que j’ai admiré, malgré que je ne les supportais pas. Même appréciation pour la NAFA, et vous pouvez vous référer à mes précédentes interventions sur ce forum pour voir que je l’ai déjà dit au moment des faits. Alors, ayez l’obligeance de me laisser loin de ces "grenadiers voltigeurs" que vos différents partis payent pour inonder le net de post partisans SVP !

    3°) Merci pour l’appréciation Booba. Personnellement, je me suis inscrit très tôt dans la mouvance contre la modification de l’article 37 et le sénat, pour la dissolution du RSP et contre le "coup d’état le plus bête du monde" comme l’ont appelé les média occidentaux. C’est une chance que notre position ait gagné, sinon peut être que nous serions tous dans la clandestinité ou en exil aujourd’hui parce qu’on chercherait à nous identifier et retrouver ! Mais on essaye quand même de rester objectif, républicain et démocrate. C’est pourquoi je dis qu’il n’est pas normal que des gens qui sont soupçonnées d’avoir participé à un coup d’état qui a fait des morts aient la liberté provisoire, alors que les "simples" accusés de détournements se verraient refuser la même chose... A MOINS DE NE PAS EN AVOIR FAIT LA DEMANDE ! Alors que ceux qui veulent apporter la contradiction nous montrent les demandes de liberté provisoire refusées à l’ancien maire, et je m’inclinerai et me joindrai à vous pour combattre la "justice à deux vitesses" !

    N.B : Aujourd’hui, pour prendre date et être clair dans mes positions, depuis le début, je condamne l’approche du ministre d’état Simon Compaoré de vouloir "encadrer" les koglweogo. Les premiers koglweogo, qui ont travaillé avec les FDS et obtenu de bons résultats ont laissé la place à des bandits, hors-la-loi infiltrés par des rebelles, anarchistes et voleurs dont certains ont des agendas politiques cachés, partisans du racket et de la torture qui doivent être combattus de façon claire et déterminée.
    Il y va de la paix, de la liberté, de l’économie et de notre stature internationale en tant qu’état de droit qui a signé toutes les conventions sur les droits de l’homme. Cette attitude du ministre Compaoré est suicidaire, elle peut conduire à la guerre civile et à l’isolement économique et diplomatique du Burkina. Tout atermoiement dans la prise de décisions fermes entrainera le renforcement de ces groupes indisciplinés et partant une éradication plus difficile et plus douloureuse au final. C’est mon opinion et je la partage !

  • « Marin ILBOUDO passé un an a la MACO. C’est parce qu’il est ancien maire ou intello qu’on en parle ou bien ? Le commun des mortels n’ignore pas qu’il y a plusieurs etres humains qui passent plus de temps que ca a la MACO sans etre entendus ne serait-ce qu’une fois par le juge qui les y envoie. C’est la realite de notre systeme judiciaire. Faites un recencement de ces cas, vous verrez. Marin ou Jean Paul, Moussa ou Seyni, si c’est pas politique, c’est economique. Et puis ou etait Marin (dans son etat de maire) quand des truands encourageaient Blaise a conduire le pays au chao ? Tchuuurrrrrrrrrrrrrrr, des gens sans personnalite, sans dignite. L’argent etait leur seul maître, seule vocation. Laissez le gouter a l’injuste

  • Il est devenu gérant d’un maquis à Tampouy

  • M. Oumar L.OUEDRAOGO, pour l’une des rares fois, permettez-moi de mettre en doute l’objectivité de votre écrit. Moi qui vous lis depuis un bon bout de temps, j’avoue que je n’ai pas reconnu votre plume. Ne produisez pas des écrits tendancieux, je vous admire bien pour vous voir tomber si bas. Morceaux choisis :
    Avec la vague des libérations provisoires dont certains de ses confrères ont bénéficié (...), les proches avaient espéré que l’ancien bourgmestre de la capitale bénéficie aussi des mêmes circonstances. Mais jusque-là…rien. Journaliste de formation, Marin Casimir Ilboudo a exercé au quotidien d’Etat Sidwaya. Membre de l’Association des journalistes du Burkina (AJB) et du Syndicat national des travailleurs de l’information et de la culture (SYNATIC), M. Ilboudo est titulaire d’une Maîtrise en langues vivantes (Anglais), obtenue en 1984 à l’Université de Ouagadougou, après avoir transité par l’école primaire de La Salle où il fit une partie de ses études secondaires, avant le Lycée Philippe Zinda Kaboré où il obtint son BAC série B.
    Pour faire court, je vous renvoie cher Oumar au post de Sidpawalamde Sebgo, internaute 39 (au passage, chapeau pour la pertinence de l’analyse et la courtoisie du ton, M.SEBGO !).
    De tout coeur, j’espère ne plus être obligé d’intervenir sur ce forum pour crier ma déception.

  • Aaaaah !!! Sacré Sidpawalamde Sebgo, internaute 39 et 44 que j’admire de tout mon cœur pour la pertinence, la perspicacité de ses analyses, la régularité, la constance de ses prises de position avant, pendant et après l’insurrection qui a su toujours regardé « là où a-t-il heurté le caillou plutôt que de se plaindre de son point de chute ». Pour ma part, vous êtes l’un des rares prototypes de l’homme intègre tant recherché au Faso, qui s’exprime sans complexe et sans ambigüité et qui éclaire toujours la lanterne de nous les jeunes qui avons entendu parler notre idole Thom Sank, écouté et lu notre bien aimé Norbert Zongo (tous illustres disparus prématurément du fait de l’égoïsme, de la cupidité et de la méchanceté de l’homme, paix à leur âme). Si j’avais vraiment la possibilité de vous rencontrer un jour … j’en serai ravi. Continuez SVP de nous éclairer davantage par vos posts aussi croustillants que riches en enseignements, en leçons au bonheur de tous les internautes de Lefaso.net épris de la « vrai justice », magnifiant la justice sociale et qui aiment par-dessus tout la « vérité vraie ».
    Liberté Pour Tous (LPT)

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Situation nationale : « Leur PNDES n’est qu’un fiasco, un pétard mouillé », mate Eddie Komboïgo
Situation nationale : Les universitaires et experts associés affiliés au MPP se penchent sur le défi sécuritaire au Burkina
Rentrée politique du CDP : Des ovations nourries pour l’ancien président, Blaise Compaoré
CDP : Une rentrée politique, de grands défis en face !
Audience parlementaire : Alassane Bala Sakandé reçoit une délégation de généticiens burkinabè
Hausse du prix du carburant : Le pouvoir du MPP fait payer aux Burkinabè ses propres erreurs de gestion, selon l’opposition
Politique : « Celui qui a remporté la guerre est celui qui détermine les conditions de la paix » (Boubacar Sannou du CDP)
Assemblée nationale : Alassane Bala Sakandé désigné président de l’Union parlementaire africaine
Assemblée nationale : Le Balai citoyen présente son nouveau projet à Bala Sakandé
Politique : L’UPC a « enfin » obtenu son récépissé, « mais la question de fond demeure »
15e édition des Journées de la commune burkinabè (JCB) : Rendez-vous à Kaya du 15 au 17 novembre 2018
Rentrée politique : Le CDP dénonce une gestion « des plus obscures » des gouvernants actuels
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés