Réponse du Cadre de concertation national des OSC au procureur du Faso et au syndicat autonome des magistrats burkinabè ( SAMAB)

Déclaration • vendredi 10 juin 2016 à 04h30min

Suite à la manifestation Pacifique organisée devant le palais de justice de Ouagadougou, le jeudi 02 juin 2016, le Comité exécutif du CCNOSC à travers certains medias a eu connaissance le vendredi 03 juin de la réaction du Procureur du Faso près le Tribunal de Grande Instance de Ouagadougou, et celle du Juge Antoine KABORE Secrétaire général du Syndicat Autonome des Magistrats Burkinabè (SAMAB).

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Réponse du Cadre de concertation national des OSC au procureur du Faso et au syndicat autonome des magistrats burkinabè ( SAMAB)

Ces deux sorties médiatiques qui avaient vraisemblablement pour objectif de jeter le discrédit sur l’objet du sit in organisé par le CCNOSC, ont fini par nous conforter sur notre opinion relative au mal qui ronge la justice de notre pays. Il est regrettable de constater que le procureur du Faso qui est sensé être un dépositaire du droit, sorte de son mutisme pour protester contre une autorisation légale transmise par la délégation spéciale de la ville de Ouagadougou à L’APDC (organisation membre du CCNOSC).la liberté de manifester et d’opinion telle que régit par la loi, s’impose à tous y compris aux acteurs de la justice.

Il est important pour le CCNOSC de rappeler au SAMAB, que le juge est investi du pouvoir du peuple, par consequent, il est insensé d’exprimer une arrogance verbale tendant à dédouaner la justice de toutes critiques venant du justiciable. La démarche pacifique du CCNOSC a travers cette initiative, avait pour but essentiel de lancer un message fort et ferme à l’égard de l’appareil judiciaire. Et cette démarche à naturellement fait suite à l’incompréhension née de la libération sans motifs valables d’individus trempés dans des crimes économiques et de sangs. fidèle à notre rôle de veille Citoyenne, nous avons tiré la sonnette d’alarme. C’est pourquoi il est important de situer les propos tenus par la présidente d’honneur du CCNOSC (Mme Safiatou LOPEZ) dans son contexte. Sa mise en garde formulée en direction de la justice découle directement du mécontentement général de la population qui se manifeste au quotidien par un désaveux croissant vis à vis des décisions de cette même justice. Et c’est à juste titre qu’elle a interpelé la conscience de nos juges en se référant au sort subit par la défunte Assemblée Nationale (symbole de l’aveuglement et de la déviation du régime déchu). Par principe moral, incendier un édifice public ou privé est condamnable. Cependant il faut reconnaître et admettre que les Burkinabès épris de liberté, assument et restent fiers d’avoir posé cet acte ayant permis de mettre fin à l’oppression et la présidence à vie de Blaise Compaoré. D’ailleurs, pour immortaliser la portée historique de ce haut lieu (Assemblée Nationale en ruine), un musé y verra le jour et un monument y sera érigé pour symboliser la victoire du peuple Burkinabè. Pour être plus concret dans la réalisation de ce projet, le Président de l’Assemblée Nationale, Monsieur Salifou DIALLO, a remis il y’a peu, un chèque de dix millions (10.000.000) F CFA au Professeur IBRIGA (représentant de la Société Civile) en guise de contribution. La vision de Madame Safiatou LOPEZ se résume en ces termes :« la justice doit se mettre au service du peuple et non à la disposition des bourreaux de ce peuple ». Mme LOPEZ n’a fait que tiré sur la sonnette d’alarme dans l’espoir que l’appareil judiciaire s’inscrive dans une dynamique de justice équitable et crédible.

Malheureusement le Procureur du Faso et le Secrétaire Général du SAMAB, ont mal assimilé l’objectif spécifique de cette manifestation. pire, ces deux personnages s’inscrivent dans une dynamique d’arrogance, de menaces,et de mépris vis à vis des aspirations légitimes du peuple. Pour rafraîchir la mémoire de nos hommes de lois,il faut souligner que l’indépendance de la justice,demeure le fruit de la lutte Citoyenne, du combat populaire pour plus d’égalité, d’équité et de justice. L’indépendance de la justice, découle du combat citoyen d’hommes et de femmes qui se sont battus fièrement pour l’alternance dans ce pays. Nos juges sont donc mal placés pour s’approprier exclusivement cet acquis populaire.
Dans la lutte glorieuse pour le changement et l’alternance, nos juges sont restés de paisibles téléspectateurs du combat citoyens. Paradoxalement, ils ont été des premiers à tirer profit des acquis populaires à travers l’indépendance de la justice. A l’annonce de la revalorisation salariale dont ils jouissent allégrement, nous sommes restés sereins sans versés dans la contestation. Tout simplement parce que nous estimions que cela mettrait fin à la corruption et à l’achat des consciences dans le milieu judiciaire. Nous avions espoir d’une justice au service de ce peuple longtemps assoiffé d’un changement vrai et non d’une justice au service des riches et des plus nantis. Le CCNOSC, s’insurge contre cette justice à double vitesses. Des individus assoiffés de pouvoir ont porté atteinte à la sûreté de l’État et ont ôté la vie à d’honnêtes citoyens. Que cette justice nous dise, combien de personnes croupissent dans nos prisons dans un état de santé piteux sans avoir le privilège de bénéficier d’une quelconque liberté provisoire ? Que pouvons nous attendre d’une justice qui rend en une journée deux décisions contradictoires sur un même dossier ? Cela dénote tout simplement de la grande magouille qui règne dans nos palais de justice. Une justice équitable et responsable, ne saurait agir de la sorte. Qu’allons nous dire de ces juges qui sont mêlés dans des affaires d’extorsions de plusieurs millions de nos francs au grand malheur de citoyens impuissants ? Que dire des milliards de l’opérateur économique Ousmane concorde que certains juges se sont partagés avec son ex employé ? Le Procureur du Faso, observe un mutisme complice dans la gestion de ces dossiers. Aucun juge n’est au dessus de la loi, par conséquent, ils doivent répondre de leurs actes. En tout état de cause, le CCNOSC demeure une structure responsable, raison pour laquelle elle reste déterminée dans le combat pour plus de justice et d’équité. Ses membres, en aucun cas , ne flechiront face aux intimidations d’où qu’elles viennent.
Le Procureur du Faso ferait mieux d’engager des actions concrètes en vu de rehausser l’image fortement ternie de l’appareil judiciaire. La corruption qui gangrène ce milieu contribue largement à l’essor d’une justice à double vitesses.

Voilà pourquoi, le CCNOSC :

1. Dénonce avec la dernière énergie la décision honteuse de la justice Burkinabè d’accorder des libertés provisoires sans motifs valables à des putschistes tels que Eddie KOMBOIGO. La question dans le cas d’espèce, n’est pas seulement de savoir si l’accusé remplissait les conditions de la mise en liberté provisoire. Il s’agit plutôt de chercher à savoir pourquoi d’autres détenus remplissant les mêmes conditions n’ont point bénéficié de cette même liberté provisoire ?
Le citoyen lambda ne peut que se dire avec juste raison qu’il existe une justice à double vitesses. Celle qui favorise le plus fort, le riche au détriment du plus faible.

2. Réaffirme son attachement à l’indépendance de la magistrature, socle d’un Etat de Droit.

3. Réitère sa volonté ferme à œuvrer pour l’érection d’une justice digne et crédible. Le peuple ne saurait subir les conséquences désastreuses des décisions de justice rendues au nom de l’indépendance de la justice. Raison pour laquelle, il est plus qu’important que l’indépendance de la justice soit incarnée par des acteurs de justice crédibles en phase avec l’équité et la transparence.

4. Il interpelle les acteurs de la Justice à plus de responsabilité, en particulier la Présidente du Conseil Supérieur de la Magistrature à œuvrer à la moralisation du secteur de la justice.

Enfin, le Cadre de Concertation National des OSC, reste attacher à l’alerte sociale et la veille citoyenne, il reste déterminé à conduire une lutte permanente contre toutes les formes d’injustices et d’impunités. L’action engagée le 02 Juin contre la forfaiture et la parodie de justice n’est que le début de nos actions.

La lutte continue jusqu’à l’érection d’une justice sociale digne et crédible en phase avec les aspirations légitimes du peuple.

Fait à Ouagadougou, le 09 Juin 2016

Pour le CCNOSC
La Présidente d’honneur

Mme Safiatou LOPEZ / ZONGO

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 10 juin 2016 à 01:03, par Droit d’expression
    En réponse à : Réponse du Cadre de concertation national des OSC au procureur du Faso et au syndicat autonome des magistrats burkinabè ( SAMAB)

    Mme Lopez/Zongo, vous faites honte ! Vous osez pondre un tel écrit pour justifier vos propos qui témoignent de votre irresponsabilité. Le contexte ne saurait justifier vos propos irresponsables. Aucune personne réfléchie ne mettrait dans la tête ds gens l’idée de brûler le palais de justice, ni aucun bien public ou privé. Vous ferez mieux de vous excuser pour les propos tenus et éviter de parler au nom du peuple. Qu’est-ce qui prouve que vous avez écrit ce texte au nom du Cadre de concertation ?

    Répondre à ce message

  • Le 10 juin 2016 à 02:08, par moi
    En réponse à : Réponse du Cadre de concertation national des OSC au procureur du Faso et au syndicat autonome des magistrats burkinabè ( SAMAB)

    Bande de manupulés ! On vous connait ici. Quelle legitimité avez vous pr pretendre parler au nom du peuple ? Je vous donnerai raison si cette gonflée de lopez n’est pas arretée dès demain ! Si on ne la met pas au gnouf, je serai d’accord qu’il n’y a pas de justice dans ce burkina. Bande de manupulés ! On vous connait ici. Quelle legitimité avez vous pr pretendre parler au nom du peuple ? Je vous donnerai raison si cette gonflée de lopez n’est pas arretée dès demain ! Si on ne la met pas au gnouf, je serai d’accord qu’il n’y a pas de justice dans ce burkina. Bande de manupulés ! On vous connait ici. Quelle legitimité avez vous pr pretendre parler au nom du peuple ? Je vous donnerai raison si cette gonflée de lopez n’est pas arretée dès demain ! Si on ne la met pas au gnouf, je serai d’accord qu’il n’y a pas de justice dans ce burkina. merde alors

    Répondre à ce message

  • Le 10 juin 2016 à 04:54, par le paysan
    En réponse à : Réponse du Cadre de concertation national des OSC au procureur du Faso et au syndicat autonome des magistrats burkinabè ( SAMAB)

    que DIEU bénisse la ccnosc dans ce mois béni. fait un sondage de la population vous aurez les résultats .la grande partit des magistrats ont été éduquer par blaise compaoré la course a l’argent et non le travail .les magistrats et avocats injustes sont les plus nombreux . LA LOI DIVINE EST LA la loi de la nature est la. que DIEU protège le FASO et qu’il fasse disparaitre les magistrats injustes. amina.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juin 2016 à 06:40, par Papa
    En réponse à : Réponse du Cadre de concertation national des OSC au procureur du Faso et au syndicat autonome des magistrats burkinabè ( SAMAB)

    Bienvenu a un offiier a l’image de Jhonn Jerry Rowlings pour ballayer toute la pourriture neosabonde qui infecte notre pays. Le peuple a besoin d’une categorie d’hommes integres, patriotes et soucieux de l’avenir du pays et de son peuple, meme si ce dernier est militaire car le peuple n’a plus le choix. Quand on se noie on s’accroche meme a la queue du crocodile . Aidez-moi a comprendre qu’on detienne en prison des voleurs de velos et de poulets et qu’on libere des tueurs d’innoncents et des pilleurs des caisses publiques . Ces juges meritent qu’on leurs decernent la medaille de la plus haute distingtion et meme le prix nobel de la paix. toute chose a une fin et elle ne saura tarder.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juin 2016 à 07:17, par Ivre
    En réponse à : Réponse du Cadre de concertation national des OSC au procureur du Faso et au syndicat autonome des magistrats burkinabè ( SAMAB)

    Vous n’aviez pas à parler et à sortir de la sorte. Et vous sembliez isolés. À peine la moitié d’un quartier de mon micro-village. Il y a eu, et il y aura des moments où votre aide sera précieuse. Et c’est évident que personne ne vous verra comme au temps de la Nation, de l’insurrection. Madame Lopez, soyez un peu balle à terre. Vous savez comment les Africains perçoivent la femme. La femme se doit d’être sage et patiente. Mais vous ... Que dire ? Et sans vous mentir, les gens ne se sont mis à vous critiquer gratuitement.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juin 2016 à 07:33, par ngoonga
    En réponse à : Réponse du Cadre de concertation national des OSC au procureur du Faso et au syndicat autonome des magistrats burkinabè ( SAMAB)

    Quelle détermination ??? On veut vous taire par les mêmes pratiques à savoir si vous êtes en règles vis à vis des impôts. Les impôts ne sont pas les richesses d’un individu.

    Courage

    Répondre à ce message

  • Le 10 juin 2016 à 07:56, par judicieux
    En réponse à : Réponse du Cadre de concertation national des OSC au procureur du Faso et au syndicat autonome des magistrats burkinabè ( SAMAB)

    Mme LOPEZ allez y au tribunal militaire pour vos prochaines marches car c’est là-bas qu’on a libéré EDI KOMBOIGO et autres. Après ça allez y voir le président du Faso qui nomme le commissaire du gouvernement de ce tribunal et change ces juges d’instructions. Pourquoi c’est juste après avoir dessaisi deux juges qu’on accorde certaines libertés provisoires. Demandez l’indépendance du tribunal militaire plutôt et vous verrez le bon travail. Tous ces dignitaires libérés le sont soit au tribunal militaire soit à la Haute cour de Justice. Allez y là-bas et laisser les magistrats du TGI travailler. Les règles devant ces deux juridictions d’exception sont très différentes de celle devant le TGI. Vérifier la composition et les règles de procédures (militaires, députés et un nombre très limité de magistrats

    Répondre à ce message

  • Le 10 juin 2016 à 07:59, par le fetiche
    En réponse à : Réponse du Cadre de concertation national des OSC au procureur du Faso et au syndicat autonome des magistrats burkinabè ( SAMAB)

    je suis tout a fait d’accord.la justice burkinabé si on devrait la noté ne mérite même pas la note 00/20. et ce que je ne comprend pas ce sont ces même médiocres qui sont les premiers a bénéficier des fruits de la lutte.je ne peux pas comprendre que les agents du ministère de l’Économie et des finances qui font rentrer l’argent dans les caisses de l’État pour permettre le fonctionnement du pays et payer les fonctionnaires sont même mal payer que ces magistrats.il est temps que le président du Faso prenne ses responsabilités pour rectifier le tir.wait and see !!

    Répondre à ce message

  • Le 10 juin 2016 à 08:04, par barkibiga
    En réponse à : Réponse du Cadre de concertation national des OSC au procureur du Faso et au syndicat autonome des magistrats burkinabè ( SAMAB)

    Bonne dame tu n’a fait que dire la vérité.mais il ne faut pas confondre désormais il faut viser le palais de justice indiqué qui est le tribunal militaire .ne confondons pas cè eux qui lance leurs mandats les retirent les annulent, et libèrent les assassins du peuple.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juin 2016 à 08:07, par Staline
    En réponse à : Réponse du Cadre de concertation national des OSC au procureur du Faso et au syndicat autonome des magistrats burkinabè ( SAMAB)

    Bravo à Lopez. Vous avez dit haut ce que les burkinabè pensent bas. l’indépendance à la justice ne doit pas être une prime à l’impunité, à l’arrogance chez les magistrats. Comme ils sont au palais, ils pensent ainsi taire définitivement ceux qui ne partagent pas leur manière de faire. si le procureur veut, elle n’a qu’à faire comparaitre le président de la délégation spéciale pour avoir autorisé la manifestation. Franchement au début, je pensais que le CNOSC n’avait pas respecté ces procédures.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juin 2016 à 08:09
    En réponse à : Réponse du Cadre de concertation national des OSC au procureur du Faso et au syndicat autonome des magistrats burkinabè ( SAMAB)

    le juge burkinabè sera bientôt un vulgaire type dans la société malgré son gros salaire. c’est ceux qui n’ont jamais eu de problèmes de justice au faso qui croient encore en ces gens en toge. affinité, lenteur et corruption en outrance voila ce qui caractérisent notre justice

    Répondre à ce message

  • Le 10 juin 2016 à 08:09, par lelle
    En réponse à : Réponse du Cadre de concertation national des OSC au procureur du Faso et au syndicat autonome des magistrats burkinabè ( SAMAB)

    J’ai du mal à faire la différence lorsque je vois des déclarations de LOPEZ et de son groupie de GUINKO ; ils agissent au nom de la société civile ou au nom du MPP ; Nous avons compris que la transition a utilisé certaines OSC pour parvenir à leurs fins ; aujourd’hui c’est le MPP qui en fait autant ; C’est déplorable qu’on donne de telles autorisations car dans les objets de votre association, vous ne faites pas cas de telles actions ; si vous vous départissez du MPP, peut -être qu’on croira à votre bonne foi ;

    Répondre à ce message

  • Le 10 juin 2016 à 08:11, par Valea
    En réponse à : Réponse du Cadre de concertation national des OSC au procureur du Faso et au syndicat autonome des magistrats burkinabè ( SAMAB)

    Voilà qui est bien dit, à partir d’aujourd’hui comptez moi comme un de vos militants. Je vous regardais de loin mais je vois que vous êtes de vrais patriotes qui luttent contre la justice aux ordres de l’argent. A chaque fois que tu as affaire à la justice, les magistrats font tout pour que ton affaire ne finisse pas vite. C’est pourquoi le procureur dans sa déclaration, vous invitait à aller poser une plainte, tout cela pour leur permettre de tirer leur prébende en palabrant à longueur de journée. Eux oublient que des patriotes n’ont pas une minute à perdre en allant s’assoir sur des bancs de justice pour écouter des balivernes en laissant leurs chantiers en veille.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juin 2016 à 08:12, par Le burkinabè
    En réponse à : Réponse du Cadre de concertation national des OSC au procureur du Faso et au syndicat autonome des magistrats burkinabè ( SAMAB)

    bonjour ! les internautes 1,2 et 5 soyez honnête. ce qu’ils disent dans cette lettre est ce vrai ou faux ? liberté provisoire pour liberté provisoire pour cause de maladie comme ils le disent combien de prisonniers croupissent dans les prisons alors qu’ils sont malades ? combien sont morts en prison de leur maladie ? restons digne dans la pauvreté et quelque soit notre bord pour dénoncer l’injustice. ces messieurs qui sont au pouvoir depuis qu’ils sont arrivés grâce au sang versé par ce peuple les avez vous entendu parlez des marthyrs ? du jugement des présumés coupables ? non mais on nous pourrit l’air avec l’affaire zida. oui zida doit rendre compte pour des malversations commises au premier ministère, mais est ce que ça c’est plus important que des vies humaines ? les avez vous entendu parler des crimes économiques des 27 ans du régime passé ? alors soyons tous responsables pour dire non quelque soit notre bord. cette justice notre justice je ne la crois plus regardez vous même les décisions qu’ils rendent. soit il y a un problème de niveau ça je ne pense pas soit il sont ioncapables d’être intègres et vivre burkinabè et j’y crois à cette éventualité.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juin 2016 à 08:17, par Tapsoba R(de H)
    En réponse à : Réponse du Cadre de concertation national des OSC au procureur du Faso et au syndicat autonome des magistrats burkinabè ( SAMAB)

    Juste relever que s en prendre à la justice sur le dossier SORO à la cour de cassation ayant fait l objet de deux décisions contradictoires le même jour,c est lui faire un faux procès.Car ici ,vous avez laissé la proie pour saisir son ombre.Et pour cause :Il vous aurait été loisible de vous poser la question simple :
    - A qui a profité la falcification du plumitif ce jour là ?
    Au regard de l évolution de ce dossier depuis cette date jusqu à maintenant,sauf celui qui porte des oeillères,il est évident que nos juges de la cour de cassation avaient plus fort devant eux ,qu il n etait plus question de DROIT mais...
    - Sinon pourquoi devant ce flagrant délit,n a t-on pas engagé une procédure disciplinaire contre les auteurs de ce forfait ?
    - Pourquoi le mandat tant promis n est plus à l ordre du jour,le choix de la "dénonciation" ayant été privilégiée ?

    Répondre à ce message

  • Le 10 juin 2016 à 08:17
    En réponse à : Réponse du Cadre de concertation national des OSC au procureur du Faso et au syndicat autonome des magistrats burkinabè ( SAMAB)

    Lopez ou Dopez, tu n’es qu’une incendiaire, si tu crois que tu auras l’occasion une seconde fois tu te trompes. Ta hargne vient du fait que t’est pas une femme mais une fille mere incapables d’éduquer.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juin 2016 à 08:20, par Mon pays
    En réponse à : Réponse du Cadre de concertation national des OSC au procureur du Faso et au syndicat autonome des magistrats burkinabè ( SAMAB)

    Continuiez seulement dans votre haine, cela ne vous mènera nulle part, sauf dans l’abîme. Ce pays nous appartiens à nous tous.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juin 2016 à 08:22, par Belco
    En réponse à : Réponse du Cadre de concertation national des OSC au procureur du Faso et au syndicat autonome des magistrats burkinabè ( SAMAB)

    On se connait tous ici, Burkina est une savane ou tout se voit et se sait ; personne ne joue un vrai rôle d’éveille ici, a part quelques trois ou cinq OSC qui semble être crédibles, tout le reste court derrière des gombos frais des politiciens et sont affiliés à des partis politiques. Mon œil oui. Du verbiage. tchrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrr

    Répondre à ce message

  • Le 10 juin 2016 à 08:24, par la verité
    En réponse à : Réponse du Cadre de concertation national des OSC au procureur du Faso et au syndicat autonome des magistrats burkinabè ( SAMAB)

    safiatou lopez je te soutient pour ton acte héroïque continue comma ça.ces magistrats pensent que c’est en intimidant qu’ils arriveront a bout.vous étiez là a coté du peuple pour l’insurrection et aujourd’hui encore vous êtes là.ces gens qui écrivent pour vous insulter,ce sont ces même magistrats la .mais tenez bon madame.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juin 2016 à 08:29, par kouadio
    En réponse à : Réponse du Cadre de concertation national des OSC au procureur du Faso et au syndicat autonome des magistrats burkinabè ( SAMAB)

    Mme Lopez, celui qui a ecrit ce torchon pour vous est pire que vous... Vous menacez d’incendier le palais. Ce jour la vous etiez avec Guinko, celui qui a conduit les vandales qui ont incendie des domiciles et des bureaux en octobre 2014. C’est pour dire que vos maitres veulent encore voir du sang et du feu car ils sont incapables de gerer le pays. Ils cherchent des alibis pour cacher les consequences de leur ’’usure biologique’’ comme l’a si bien martele, le Pr Dicko a BF1

    Répondre à ce message

  • Répondre à ce message

  • Le 10 juin 2016 à 08:31, par Romano
    En réponse à : Réponse du Cadre de concertation national des OSC au procureur du Faso et au syndicat autonome des magistrats burkinabè ( SAMAB)

    Si je suis d’accord avec le CCNOSC que le peuple Burkinabé est fier d’avoir d’avoir mener le bon combat en empêchant la forfaiture du régime COMPAORE, je ne suis pas d’avis avec lui quand à une quelconque fierté que ce peuple éprouverait pour avoir brûlé l’AN. De mon point de vue, les incendies des bien publics (dont l’Assemblée Nationale) et privés restent des dommages collatéraux. Ces incendies sont regrettables et ne doivent inspirer aucune fierté particulière au peuple insurgé.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juin 2016 à 08:36, par lemonument
    En réponse à : Réponse du Cadre de concertation national des OSC au procureur du Faso et au syndicat autonome des magistrats burkinabè ( SAMAB)

    J’ai comme l’impression que GUINKO n’a pas digéré la manière dont Antoine KABORE, le SG du SAMAB l’a manipulé lors du débat dimanche passé sur Radio Burkina ; Antoine s’est fait le plaisir de rappeler à GUINKO les b.a.ba du DROIT et montrer à GUINKO qu’il doit repartir à l’école du droit car il avait fait un passage manqué dans la même fac ;
    Aussi nous pouvons comprendre votre sortie car vous êtes à la solde du MPP et c’est ce que la magistrature refuse ;
    Le président veut revenir à la tête du conseil supérieur de la magistrature et le peuple doit refuser une fois de plus cette atteinte à l’indépendance de la justice

    Répondre à ce message

  • Le 10 juin 2016 à 08:41, par jo l’indien
    En réponse à : Réponse du Cadre de concertation national des OSC au procureur du Faso et au syndicat autonome des magistrats burkinabè ( SAMAB)

    LINGANI Issaka a diffamé KAM Guy Hervé ; il a attrait en justice et LINGANI a été condamné ; vous avez dit que vous allez brûler le palais, on va vous attraire et vous allez aussi répondre ; c’est cela aussi être une OSC responsable ;
    Quand le parquet a fait sa déclaration-ménace, LOPEZ a vite fait de suivre Rock lors de ces dernières sorties dans le cadre de la CEDEAO et l’UEMOA ; on se dit courageux on vocifère et après on va pleurnicher pour demander la protection

    Répondre à ce message

  • Le 10 juin 2016 à 08:45, par WARABA
    En réponse à : Réponse du Cadre de concertation national des OSC au procureur du Faso et au syndicat autonome des magistrats burkinabè ( SAMAB)

    Je dirais bravo au CCNOSC pour sa brillante déclaration à l’endroit des magistrats de notre pays. Peuple du Burkina, épris de paix et de justice. ton insurrection ne doit pas servir à payer honteusement ceux qui t’exploitent par ton ignorance du droit ou de tous domaines dont les acteurs se prennent pour des experts pour abuser de ta confiance. ils ont demandé l’indépendance, ils l’ont eu suite à des séries de grèves azimuts indignes de ceux là même qui se disent pouvoir à l’instard de l’exécutif, du législatif.quelle drôle de comparaison ? héé ! la cupidité quand tu nous tiens !!! Tous les jours, ils crient à l’immixtion de l’exécutif dans leur domaine, tous les jours, ils clament leur virginité, dites moi, quel(s) magistrat a rendu une décision dans ce même Faso et il a été inquiété et contraint à l’exil ? quel haut fait de la magistrature burkinabé depuis son avènement ? immixtion de l’exécutif ou pas, est ce que c’est un membre du gouvernement qui vient siéger à la place des magistrats au palais de justice pour rendre les décisions bidons ou bloquer le jugement des dossiers emblématiques que nous connaissons ? ce qui est sûr et certain, tout se passe entre et par vous-mêmes magistrats. on est fatigué de votre distraction, de votre cirque, de votre film. Ils n’ont pas pu juger les dossiers qui sont à leur portée de mains (aff. juge NEBIE, NORBERT ZONGO, SANKARA, etc...) ce sont des dossiers lointains comme ceux de SORO GUILLAUME qu’ils veulent juger. on comprend votre combat pour l’impunité, mais nettoyez votre maison d’abord avant de sortir aller ailleurs. juste un peu de conséquence et de responsabilité !!! la fonction de juger n’est pas donnée à tout le monde. le peuple a besoin des hommes et des femmes bien éduqués et intellectuellement à la hauteur pour comprendre le métier de juge. c’est un sacerdoce. ce n’est pas pour jouir des privilèges et des fortunes sur le dos du peuple. certains magistrats ont fait leur preuve en termes de combat pour la justice au Burkina, d’autres parmi eux ont même démissionné pour devenir des avocats ou autres fonctions d’auxiliaires de justice... les mauvaises graines dépasse les bonnes graines. mettons nous au-dessus de tout complexe et reconnaissons humblement que la maison sent mauvaise. elle nécessite une thérapie. mais laquelle ? et comment ? surtout des gens qui n’ont pas de leçons à recevoir de personne, même de ceux qui les ont enseigné ou investi !!! A MEDITER : NOTRE CHERE PATRIE A BESOIN DES HOMMES ET DES FEMMES POLITIQUEMENT CONSCIENTS, TECHNIQUEMENT COMPETENTS ET SOCIALEMENT UTILES !!!

    Répondre à ce message

  • Le 10 juin 2016 à 08:49, par jo le rapide
    En réponse à : Réponse du Cadre de concertation national des OSC au procureur du Faso et au syndicat autonome des magistrats burkinabè ( SAMAB)

    Pourquoi vous n’êtes pas allés faire le Sit-in devant le Tribunal militaire ; c’est eux qui ont libéré Eddie et votre pression d’OSC qui est en réalité politique vise à ne pas libérer Djibril et Diendéré ; Aussi, quand vous dites que la magistrature est restée silencieuse cela montre que vous ne suivez pas l’actualité ; Qui a été le premier syndicat à condamner le coup d’Etat qui a failli nous emporter ? c’est bien les magistrats ; ils ont quitté leur obligation de réserve et ont dit qu’ils ne soutenaient pas un pouvoir illégal ;
    Au fait devenez un parti politique et foutez nous la paix ;

    Répondre à ce message

  • Le 10 juin 2016 à 08:50, par will
    En réponse à : Réponse du Cadre de concertation national des OSC au procureur du Faso et au syndicat autonome des magistrats burkinabè ( SAMAB)

    l’indépendance de la justice doit commencer d’abord par une purification au sein de la justice.Ce sont les memes qui ont commis des forfaitures qui se débattent pour se sortir de l’affaire. Tout citoyens est justiciable dans ce cas les juges qui sont mouillés doivent etre dénoncés et jugés si nous voulons vraiment une indépendance de la justice.Dans le cas contraire c’est de la poudre au yeux.Imaginez vous que se sont des pratiques qui ont perduré des années et des années. je crois bien à" l’indépendance du juge à travers sa conscience supérieure" et non à l’indépendance de la justice. Indépendance par rapport à quoi ? et à qui ?
    Tout système à besoin d’une régularisation.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juin 2016 à 08:58, par ramsess
    En réponse à : Réponse du Cadre de concertation national des OSC au procureur du Faso et au syndicat autonome des magistrats burkinabè ( SAMAB)

    sincerement notre justice est corrompu. il faut avoire un dossier laba pour comprendre. je pense comme lopez, si la justice ne change pas achevons notr netoyage...

    Répondre à ce message

  • Le 10 juin 2016 à 08:58, par Verité
    En réponse à : Réponse du Cadre de concertation national des OSC au procureur du Faso et au syndicat autonome des magistrats burkinabè ( SAMAB)

    Bon courage à vous madame Lopez. Moi je n’ai jamais fait confiance à notre justice.
    A la maco, plusieurs prisonniers sont malades, il ne sont pas libérés parce qu’il sont pauvre. dommage pour cette justice

    Répondre à ce message

  • Le 10 juin 2016 à 09:01, par OA
    En réponse à : Réponse du Cadre de concertation national des OSC au procureur du Faso et au syndicat autonome des magistrats burkinabè ( SAMAB)

    Je suis déçu de certaines réactions(11,16,17.....). Prenez votre temps et réfléchir un peu : cette justice là qui réclame sa liberté à quoi ça sert rien que pour nuire aux honnêtes citoyens.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juin 2016 à 09:02, par Leuk
    En réponse à : Réponse du Cadre de concertation national des OSC au procureur du Faso et au syndicat autonome des magistrats burkinabè ( SAMAB)

    Bjr. Il y a un proverbe qui dit que quand tu guéris un homme d’une impuissance sexuelle son premier test est avec ton épouse. Tout ceux qui ont marchés, qui ont été frappés à coups de matraque pour l’indépendance de la justice burkinabé seront les premiers à être cocufier.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juin 2016 à 09:07, par lopezeries
    En réponse à : Réponse du Cadre de concertation national des OSC au procureur du Faso et au syndicat autonome des magistrats burkinabè ( SAMAB)

    D’abord ce texte est bien écrit et c’est le style de mon ami et courageux combattant intrépide de la liberté, l’excellentissime Guy Hervé KAM. A César donc ce qui est à lui. Ceci étant dit, deux observations :
    - 1. Je considère que ce texte de la moche LOPEZ est une vaine tentative d’intimidation de la justice afin d’éviter que Mme le Procureur n’envisage des poursuites contre cette dame qui a tenu des propos d’incitation à la violence ne soit pénalement recherchée. C’est de bonne guerre, mais c’est bien tenté.

    - 2. Mais de l’autre côté on ne peut s’insurger contre une justice à géométrie variable et ne pas cautionner les deux déclarations des acteurs judiciaires. Pardon, de grâce,respectons unanimement notre justice.

    En conclusion, je partage sans conteste la veille citoyenne, mais cette veille citoyenne doit se faire dans le strict respect des institutions, sinon, cette veille risque de perdre sa saveur et sa popularité. Il faut surtout veiller à mettre la forme et sur ce plan, je veux bien y contribuer. Comment fait-on pour devenir un militant du balai citoyen ?

    Répondre à ce message

  • Le 10 juin 2016 à 09:09, par l’aigri
    En réponse à : Réponse du Cadre de concertation national des OSC au procureur du Faso et au syndicat autonome des magistrats burkinabè ( SAMAB)

    Courage à ceux qui défendent les principes démocratiques ;Souvent et chaque fois maintenant, je me rends compte que certains internautes n’ont pas encore compris que le MPP veut tout contrôler ; d’abord on change de juge au tribunal militaire ainsi que le commissaire du gouvernement ensuite on veut contrôler toute la magistrature en revenant au CSM ( Conseil Supérieur de la Magistrature) ; cette déconnexion tant voulue a été rendue possible par la transition ; et aujourd’hui RSS veulent le remettre en cause ; Donc le COMBAT aujourd’hui ce n’est pas contre les magistrats qui peuvent être bons comme mauvais tout comme tout être humain) mais le combat c’est plutôt et aussi surtout pour l’indépendance de la JUSTICE, une indépendance à l’abri de toute pression extérieure ;

    Répondre à ce message

  • Le 10 juin 2016 à 09:16, par lemechant
    En réponse à : Réponse du Cadre de concertation national des OSC au procureur du Faso et au syndicat autonome des magistrats burkinabè ( SAMAB)

    LOPEZ et ses acolytes, si vous voulez être juges , il n’est pas encore tard ; sinon vous ne pouvez pas dire que les motifs qui ont prévalu à la libération de Eddie par le JUGE MILITAIRE ne sont pas sérieux ; au délà de l’aspect de santé, il ya peut-être dans le dossier plusieurs éléments qu’on ne maitrise pas et sur lequel le juge militaire ne doit pas communiqué au regard du principe du secret de l’instruction ; Sinon il y a des situations où la détention se fait pour protéger l’inculpé lui-même ; Donc dans cette situation, ce n’est pas la liberté qui est voulue ; DONC SOUTENONS LE JUGE MILITAIRE au lieu de faire des SIT-IN devant la justice civile qui ne gèrent pas ces dossiers

    Répondre à ce message

  • Le 10 juin 2016 à 09:20, par Sidzabda
    En réponse à : Réponse du Cadre de concertation national des OSC au procureur du Faso et au syndicat autonome des magistrats burkinabè ( SAMAB)

    Déclaration légitime et véridique. Effectivement, croupissent dans les maisons d’arrêt les voleurs de poulets pendant que les grands bandits se pavanent à Ouagadougou. L’empressement avec lequel le procureur a réagi m’a fait beaucoup peur. Cela veut qu’ils sont prêt pour un rien de s’attaquer à un citoyen, lui décerner un mandat de dépôt alors que les gros voleurs se pavanent en pleine ville. Où était cette justice quand les militaires en 2011 arrosaient leurs maison d’obus et de tirs à l’armes lourdes ? où est cette justice devant quand il s’agit de trouver les assassins de ses confrères ?
    Qu’a fait cette justice avec GUIRO Ousmane dans ses cantines pleines de milliards ?
    Oubien c’est de l’intimidation ???
    Ah si c’est cela, c’est raté d’avance et le procureur gagnerait à se taire à jamais car il n’y jamais deux sans trois. A force de pousser le peuple à son dernier retranchement, il finirait par réagir et cette

    Répondre à ce message

  • Le 10 juin 2016 à 09:22
    En réponse à : Réponse du Cadre de concertation national des OSC au procureur du Faso et au syndicat autonome des magistrats burkinabè ( SAMAB)

    bravo a vous je n aimes pas mme lopez mais cette fois ci elle a raison

    Répondre à ce message

  • Le 10 juin 2016 à 09:24, par belof
    En réponse à : Réponse du Cadre de concertation national des OSC au procureur du Faso et au syndicat autonome des magistrats burkinabè ( SAMAB)

    Respects Mme LOPEZ. Tu as tout dit. Que Dieu te bénisse. Tu as tout le soutien du peuple insurgé. La justice a intérêt à se cadrer avec les aspirations réelles du peuple. Nous ne voulons pas d’une justice arrogante et une oppressive.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juin 2016 à 09:29, par deralter
    En réponse à : Réponse du Cadre de concertation national des OSC au procureur du Faso et au syndicat autonome des magistrats burkinabè ( SAMAB)

    dame lopez vous voulez transformer nos institutions en musés, sachez que si vous vous amusez avec notre justice, c’est votre maison qui sera un musé et qui sait peut être votre parrain pourra contribuer à son édification. A bon entendeur je vous salue

    Répondre à ce message

  • Le 10 juin 2016 à 09:31, par decrin
    En réponse à : Réponse du Cadre de concertation national des OSC au procureur du Faso et au syndicat autonome des magistrats burkinabè ( SAMAB)

    Mes chers amis tous les faits que Mme LOPEZ a relevés sont-ils vrais ou faux ? Faite un petit sondage dans votre alentour ; combien de Burkina sont satisfaits de notre justice ? Est ce qu’on se demande souvent ce que les parent de nos martyrs ressentent avec cette situation ? Félicitons et encourageons cette dame qui a toujours du jus pour clamer haut ce que nous passons le temps à murmurer dans nos bureaux pendant les heures de service.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juin 2016 à 09:38, par Le Mercure
    En réponse à : Réponse du Cadre de concertation national des OSC au procureur du Faso et au syndicat autonome des magistrats burkinabè ( SAMAB)

    Madame Safiétou LOPEZ nous sommes de cœur et d’actions avec vous. Toute manifestation qui sera organisée dans le sens de débarrasser notre peuple de cette peste qui est la justice corrompue du Burkina rencontrera l’ assentiment de la population Burkinabè éprise de paix et de justice équitable pour tous. Toute menace ou intimidation d’où qu’elle vienne et de qui sera combattue avec la dernière énergie.
    Monsieur le procureur et le juge Antoine Kabore avant de menacer ou de chercher à moraliser les honnêtes citoyens faites d’abord correctement votre travail ce pour quoi vous êtes payés par le contribuable burkinabè en toute intelligence et en toute conscience.
    Le secrétaire général du SAMAB est trop imbu de sa personne et ce sont ces personnes malintentionnée qui pourrissent l’appareil judiciaire. Tout temps c’est lui qui parle d’argent, de moyen et on ne voit pas ce qu’il fait réellement. Tout ça va finir un jour. La justice reste la seule fausse not de notre insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juin 2016 à 09:39, par SALAMBERE
    En réponse à : Réponse du Cadre de concertation national des OSC au procureur du Faso et au syndicat autonome des magistrats burkinabè ( SAMAB)

    Une juste réponse, une réponse juste à chacun de l’interpréter selon ce qu’il perd et ce qu’il gagne. Vous avez tout le soutient du Peuple quoi qu’il advienne. Et cela à été démontré on reste en veille

    Répondre à ce message

  • Le 10 juin 2016 à 09:44, par Le Mercure
    En réponse à : Réponse du Cadre de concertation national des OSC au procureur du Faso et au syndicat autonome des magistrats burkinabè ( SAMAB)

    Soutien au CCNOSC pour son action héroïque. Il n’y aura d’intimidation des juges ici. Vous devez travailler comme ce que le peuple insurgé veut.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juin 2016 à 09:59, par la mècche
    En réponse à : Réponse du Cadre de concertation national des OSC au procureur du Faso et au syndicat autonome des magistrats burkinabè ( SAMAB)

    Merci internaute 37 appelé deralter ; tu as tout dit ; et les comédiens de Safiatou après leur réunion pour la rédaction de ce message ont décidé de prendre en otage la toile vu qu’ils ont été copieusement lavé lors de leur sit-in ; mais on sait les reconnaitre à travers leur message ; nous avons tout compris, vous ne pourrez pas mettre la pression sur la JUSTICE pour faire plaisir à Rock

    Répondre à ce message

  • Le 10 juin 2016 à 10:01, par le politicard
    En réponse à : Réponse du Cadre de concertation national des OSC au procureur du Faso et au syndicat autonome des magistrats burkinabè ( SAMAB)

    Notre justice est vraiment corrompue, même les magistrats l’admettent. Ils ont étés formés à l’école de magistrature de Blaise Compaoré dont les textes du droits ont étés édictés par les hommes forts de l’ancien régime. Aucun pauvre n’a été associé à leur travail de juriste.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juin 2016 à 10:01
    En réponse à : Réponse du Cadre de concertation national des OSC au procureur du Faso et au syndicat autonome des magistrats burkinabè ( SAMAB)

    quittez là bas ; vs avez flatté les gens surtout la jeunesse et aller vs croupir avec la transition.
    ce que le régime de Blaise nous fait pendant 27 ans me fait moins mal que ce que vous avez fait en 14 mois avec la transition car VOUS et votre TRANSITION vous avez abuser de notre confiance de notre combat alors que le régime compaoré nous faisait la force et à force d’abuser de sa force on a eu la force de vaincre notre peur et lui tenir tête. Mais vs avez profité de la situation, vous êtes des saprophytes. quittez labàs et fermez là car vous faites honte à l’histoire.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juin 2016 à 10:03, par TAPSOBA TIBILA
    En réponse à : Réponse du Cadre de concertation national des OSC au procureur du Faso et au syndicat autonome des magistrats burkinabè ( SAMAB)

    Les osc demandent seulement aux juges d’être crédibles dans leurs actions et dire rien que le droit a l’égard de tous les citoyens mais pas une mauvaise pensée a leurs endroits.
    Ne vous laissez rattraper pour les mauvaises actions.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juin 2016 à 10:03, par la mère
    En réponse à : Réponse du Cadre de concertation national des OSC au procureur du Faso et au syndicat autonome des magistrats burkinabè ( SAMAB)

    internaute 11, si le juge devient un vulgaire type, il vivra avec des vulgaires personnes comme vous ;

    Répondre à ce message

  • Le 10 juin 2016 à 10:12
    En réponse à : Réponse du Cadre de concertation national des OSC au procureur du Faso et au syndicat autonome des magistrats burkinabè ( SAMAB)

    Il faut arrêter de faire un faux procès à LOPEZ. personne ne peut maîtrisé l’énergie de la foule. l’assemblé national a été brûlé mais ce n’est pas lopez qui a dit de le brûlé.D’aucun pense qu’elle devrait être arrête pour ces propos tenu. mais je répond à ces gens que des politiciens on employer des mot plus grave dans ce pays avant l’insurrection populaire et lors des campagnes passées mais ils ne sont pas arrêter. C’est pourquoi je suis tout à fait d’accord qu’il y’a une justice à deux vitesse dans ce pays

    Répondre à ce message

  • Le 10 juin 2016 à 10:23
    En réponse à : Réponse du Cadre de concertation national des OSC au procureur du Faso et au syndicat autonome des magistrats burkinabè ( SAMAB)

    par Jmanga
    Je déplore cette justice BURKINABE au 21e siècle qui soit incapable dans leurs intimes convictions de réconcilier un couple dans le seul soucis du bien des enfants et non de la mondanité loin, loin de nos valeurs sociétale. Vraiment triste. Le mieux est de ne pas avoir à faire à eux.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juin 2016 à 10:25, par bili bili
    En réponse à : Réponse du Cadre de concertation national des OSC au procureur du Faso et au syndicat autonome des magistrats burkinabè ( SAMAB)

    Monsieurs de la justice ..vous feriez mieux decouter madame LOPEZ..car elle a dit haut ce que beaucoup de burkinabes pensent bas.
    Voilaa des gens qui ne sont meme pas capable de juger lassasinat de leur propre collegue : juge Nebie. Et cest vous qui voulez donner des lecons de civisme aux gens ?
    Monsieurs les Supert fonctionnairs ; dites mous oou se trouve les dossiers Tom Sank..norbert Zongo..et tous ses assasinats des 30 et 31 octobre en passant par le putch de votre ami Diendiere.
    Ecoutez !..faut pas nous enerver hein ! !.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juin 2016 à 10:46, par je ne suis pas surpris
    En réponse à : Réponse du Cadre de concertation national des OSC au procureur du Faso et au syndicat autonome des magistrats burkinabè ( SAMAB)

    Rock a augmenté le salaire des magistrats croyant qu’avec ça, il aura les magistrats avec lui ; c’était pas mal connaitre les magistrats avec à leur tête l’intersyndical et les jeunes magistrats qui ne veulent pas connaitre le même sort que les vieux ; Que faire alors ? il faut :
    1) faire en sorte que le peuple déteste les magistrats
    2) Diaboliser les magistrats
    3) Reprendre la tête du conseil supérieur de la magistrature et faire ce qu’on veut des dossiers
    NB : Cette campagne de diabolisation des magistrats à l’intérieur comme à l’extérieur du pays a commencé après les élections municipales ; Donc ils ont maintenant les mains libres pour faire ce qu’il veut ; il suffit de regarder la composition de la commission constitutionnelle pour comprendre

    Répondre à ce message

  • Le 10 juin 2016 à 10:51, par tom cat
    En réponse à : Réponse du Cadre de concertation national des OSC au procureur du Faso et au syndicat autonome des magistrats burkinabè ( SAMAB)

    chers internautes, vous ne voyez pas que vous êtes menés en bateau ? lisez bien les posts de LEMONUMENT et de l’AIGRI. la chose se dessine en filigrane et on surfe sur vos passions pour atteindre un objectif plus subtil. attendez et vous allez voir.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juin 2016 à 11:44, par lemonument
    En réponse à : Réponse du Cadre de concertation national des OSC au procureur du Faso et au syndicat autonome des magistrats burkinabè ( SAMAB)

    Internaute Tom cat, soyez plus explicite

    Répondre à ce message

  • Le 10 juin 2016 à 11:49
    En réponse à : Réponse du Cadre de concertation national des OSC au procureur du Faso et au syndicat autonome des magistrats burkinabè ( SAMAB)

    une personne dit « ça va nous faire mal que le palis de justice connaisse le même sort que l’assemblée nationale en octobre 2015 » et elle veut venir avec un cadre de concertation des osc de pacotille nous faire croire qu’elle a dit autre chose. comme on le dit ces derniers temps le peuple que vous prétendez défendre n’est plus dupe. nous comprenons tout. donc gare à vous si ce palais que le même sort que celui de bobo vous allez comprendre ! si vous allez à la source pour avoir les vrais informations et venir rendre compte à ce que vous défendez la justice nous serons heureux. sinon des menaces nous ne serons jamais avec vous.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juin 2016 à 12:21, par yay
    En réponse à : Réponse du Cadre de concertation national des OSC au procureur du Faso et au syndicat autonome des magistrats burkinabè ( SAMAB)

    Malheureusement Lopez vous foncez droit au mur car la prochaine fois c’est toi qui ira en prison.
    Comment êtes vous devenu aussi mauvaise et à la limite tu garde beaucoup de haine envers tes anciens collaborateur ?
    Mais allez régler votre problème entre vous car ce que les burkinabè ont besoin aujourd’hui se resume comme suit :
    - justice pour les martyrs et tous les burkinabè : vérité justice et reconciliation entre burkinabè
    - partage équitable des ressources du pays( pas avec des vautours comme toi et ton groupe)
    - emploi pour les jeunes (pas uniquement pour ton groupe =milice de lopez)
    - reconciliation entre les fils du pays (comme nelson madela a fait en afrique du sud)
    Donc Lopez en tant que femme ,il faut faire attention car beaucoup savent qui tu es et si ces gens decide de parler on verra qui tu es ?

    Répondre à ce message

  • Le 10 juin 2016 à 12:23, par Benito le champion
    En réponse à : Réponse du Cadre de concertation national des OSC au procureur du Faso et au syndicat autonome des magistrats burkinabè ( SAMAB)

    J’ai honte de vous tous. Il faut d’abord comprendre la procédure avant d’agir. Est-ce que les libertés accordées sont conforment au droit ? Est-ce que la procédure a été respectée en la matière ? Tout ce que vous faites c’est de la cacophonie, des tonneaux vides. La meilleure façon de contester une décision de justice, c’est d’exercer les voies de recours qui vous sont offertes. La majorité du peuple agité est juridiquement analphabètes à tel point qu’il est difficile d’expliquer les règles juridiques. Je propose qu’on supprime la justice pendant 6 mois et au bout de ce délai, on fera un songe pour réinstaller la justice ou la supprimer carment.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juin 2016 à 12:44, par Le Sage
    En réponse à : Réponse du Cadre de concertation national des OSC au procureur du Faso et au syndicat autonome des magistrats burkinabè ( SAMAB)

    Bonjour à tous, et bon courage. Mais j’ai bien peur que tout cela ne soit un coup d’épée dans l’eau, car les libérations, il y en aura encore (suivez mon regard) et il faut vous y préparer moralement. Les motifs, nous les aurons en son temps. Bon courage à nous tous.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juin 2016 à 12:54, par yameogo
    En réponse à : Réponse du Cadre de concertation national des OSC au procureur du Faso et au syndicat autonome des magistrats burkinabè ( SAMAB)

    Ces magistrats doivent reconnaître que par leur incompétence et leur laxisme, ils sont à l’origine des maux en cours au Burkina Faso. Si les populations ont tendance à se rendre justice, c’est parce que nos sont corrompus. Si les burkinabè sont dans leur ensemble mécontents, c’est parce que nos magistrats demeurent encore des vassaux du régime déchu dont ils libèrent les représentants. Leur connivence avec certains bandits à qui ils accordent des faveurs a favorisé l’émergence des kolweogo. En somme notre justice est malade. Ces magistrats n’ont donc pas de leçon à donner à qui que ce soit. Ils devraient même être éjectés des tribunaux pour incompétence ou mauvaise moralité. Le procureur et Antoine kabore auraient dû remercier les manifestants du 02 juin car ils leur ont offert une belle occasion de faire leur introspection et de se remettre en cause.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juin 2016 à 13:11, par HINASO
    En réponse à : Réponse du Cadre de concertation national des OSC au procureur du Faso et au syndicat autonome des magistrats burkinabè ( SAMAB)

    Vous savez, cette dame m’énervait durant la transition mais en qui concerne ses attaques contre la justice, elle a la légitimité populaire. Notre justice, il ne faut pas se voiler la face est depuis 30 ans à l’origine des malheurs que connaissent les 90% des burkinabè. Je ne cautionne pas ces propos incendiaires mais notre justice est tristement corrompue et attriste trop de familles par ses décisions hasardeuses nimbées de calculs politiciens. Et puis , franchement notre justice est également tristement célèbre dans sa rapidité à juger ce qu’elle qualifie d’outrage à magistrat pendant que des dossiers dont les faits sont clairement établis dorment dans leur tiroirs. Quelle paradoxe !
    Mme LOPEZ a raison quant elle affirme que la justice à un penchant pour les gourous au détriment des faibles, toutefois je ne l’encourage pas à aller dans le sens consistant à attaquer les palais de justice. Cela n’est pas patriote.Il faut que nos juges se réveillent sinon dans un an maximum, l’institution judiciaire avec ses juges corrompus rencontreront le Peuple. Le burkinabé critique et patiente même dans la douleur mais quand il se réveille, aucun vent contraire ne peut l’arrêter. Le Peuple répondait à ceux qui disaient chaque fois que Blaise est fort en ces termes : s’il est fort ,qu’il sache qu’il gouverne un Peuple plus fort que lui. Mais ils n’ont jamais écouté la voix de ce Peuple. Et ce sera la même chose pour notre justice qui se croit trop fort par ses accointances avec les hommes forts au grand dam des plus démunis.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juin 2016 à 13:17, par patarbtalé
    En réponse à : Réponse du Cadre de concertation national des OSC au procureur du Faso et au syndicat autonome des magistrats burkinabè ( SAMAB)

    je pense que c’est mieux qu’on aille doucement pour la sauvegarde de ce pays.
    que chacun mette de l’eau dans son vin afin que nous construisons ensemble notre pays aimé

    Répondre à ce message

  • Le 10 juin 2016 à 13:18, par Marie
    En réponse à : Réponse du Cadre de concertation national des OSC au procureur du Faso et au syndicat autonome des magistrats burkinabè ( SAMAB)

    Quelqu’un pourrait-il expliquer a ces populistes zeles et sans vision que nous sommes dans une Republique avec des lois et non dans une jungle ? Il faut que ces energumenes genre Safiatou Lopez comprennent que leur quart-d’heure de noteriete est passee avec la transition. Non mais, c’est quoi cette anarchie. Si elle n’y prend garde c’est sa maison a elle et son business qui vont prendre le feu. Ce qui est irritant c’est qu’ils s’expriment toujours au nom du peuple. Parlez pour vous. Quand vous etes sortis manifester la semaine derniere, on vous aurait compte sur les doigts de la main. Et ceux qui la soutiennent ici ne sont rien d’autres que ces 3 ou 4 acolytes envoyes qui prennent differents alias pour faire du bourrage. Non mais, elle parle d’arrogance de Mr. le Procureur representant du peuple. Parce qu’elle n’est pas arrogante elle qui n’est elue par personne et qui s’arroge le droit d’invectiver au nom du peuple qui ne l’a jamais designee ? On devrait la coffrer et siffler la fin de la recreation.
    La justice n’est pas au service d’individus mus par la vengeance.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juin 2016 à 13:30, par sid zabda
    En réponse à : Réponse du Cadre de concertation national des OSC au procureur du Faso et au syndicat autonome des magistrats burkinabè ( SAMAB)

    Bravo à Lopez moi je n’ai jamais eu confiance à nos magistrats, ils n’ont jamais au grand jamais depuis les 27 ans de règne de Blaise régler un problème. Des magistrats dont leurs sports favoris la course effréné vers l’argent. L’on a eu des dossiers d’importance national mais on passe le temps à nous pomper l’air en nous parlant de procédure, d’enquête et autres et enfin on abandonne le dossier.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juin 2016 à 13:34, par EBENEZER
    En réponse à : Réponse du Cadre de concertation national des OSC au procureur du Faso et au syndicat autonome des magistrats burkinabè ( SAMAB)

    Les magistrats( civils ou militaires) comme les membres des OSC sont interpellés chacun à interroger leur conscience et à œuvrer dans la probité.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juin 2016 à 13:52, par Belco
    En réponse à : Réponse du Cadre de concertation national des OSC au procureur du Faso et au syndicat autonome des magistrats burkinabè ( SAMAB)

    Les agités vous ne savez pas le montage grossier qui est derrières l’action de ces soi disant OSC ; Personne n’est dupe encore , on vous a tous vu à la télé à Kossyam tout récemment. Ne flattez personne on sait qui est qui maintenant. On a soutenu des gens des medias, des presses privés croyant qu’ils étaient ce qu’on pensait d’eux la suite on la connait. Depuis là qui d’entre vous a dit mot sur l’annulation du mandat d’arrêt contre Guillaume Soro ? On connait tous vos bord politique. Qui vous flattez ? Celui qui veut se faire flatter qu’il le fasse. Vives les magistrats et la justice burkinabé !

    Répondre à ce message

  • Le 10 juin 2016 à 13:54, par Kôrô Yamyélé
    En réponse à : Réponse du Cadre de concertation national des OSC au procureur du Faso et au syndicat autonome des magistrats burkinabè ( SAMAB)

    - Tous les internautes qui s’en prennent à Mme LOPEZ n’ont rien compris ou sont des OSC ripoux, gloutonnes et jalouses ! Sachez chers injurieux que Mme LOPEZ est bel et bien dans son rôle d’OSC. Et en tant que tel elle doit faire de l’interpellation, de l’alerte.

    Quant aux juges menaceurs et frileux, je m’excuse mais ils doivent réviser leurs Cours de Droit International. Sachez chers juges frileux et menaceurs que dans le Droit International, les OSC sont reconnus comme actrices du Droit International tout comme leus rôles d’alerte et d’interpellation. C’est justement ce rôle que Safiatou LOPEZ a brillamment joué en vous interpellant sur votre manière de faire à savoir libérer des supposés criminels de sang et économique sans explication sous le prétexte de l’indépendance de la justice.

    Chers messieurs les juges ’’Bangre naaba’’, Safiatou LOPEZ vous a fait un appel du pied et vous n’avez rien comprit de cet appel et vous êtes tombés à bras raccourcis sur elle. La phrase suivante de son texte en dit long : ’’Malheureusement le Procureur du Faso et le Secrétaire Général du SAMAB, ont mal assimilé l’objectif spécifique de cette manifestation. pire, ces deux personnages s’inscrivent dans une dynamique d’arrogance, de menaces,et de mépris vis à vis des aspirations légitimes du peuple’’. En Effet vous avez mal assimilé cet appel qui au contraire devrait mieux vous imprimer dans votre posture de justice libre. Au lieu de celà vous vous en prenez à elle en tombant encore dans les bras des politiques et du pouvoir.

    Mais sachez chers juges qu’aucune menace ne peut nous ébranler dans ce pays. Qu’aviez-vous fait quand des braves hommes étaient assassinés ici sous vos nez et vos barbes jusqu’à ce que votre collègue le Grand juge NÉBIÉ soit barbarement tué, et aussi le Juge NANA qui enquêtait sur son cas est mort de manière suspecte ? Qu’aviez-vous fait en dehors de vous murer dans un silence complice ? Oú en sommes-nous avec les dossiers Sankara, Norbert Zongo, Dabou Boukary et bien d’autres que vous avez mit sous la trappe ? Ne vous inquiétez pas, ces dossiers sortiront ! Il n’y a pas longtemps dans un journal, un écrit accusait des juges d’avoir prit de l’argent à un justiciable et même qu’un GSP était cité, où en êtes-vous avec ce dossier qui vous incrimine directement sans coup férir en citant des noms à l’appui ? Où en êtes-vous avec ce dossier si vraiment vous êtes propres ? A croire qu’au Burkina on n’aura jamais de juge FALCONE !!

    Ne menacez pas les gens mais nettoyez dans vos propres rang car bien des juges sont compromis dans des affaires qui sentent mauvais ! Mais fichez la paix à LOPEZ car ce n’est pas sur ce terrain que les burkinabè vous attendent !

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 10 juin 2016 à 14:07, par HORUDIAOM
    En réponse à : Réponse du Cadre de concertation national des OSC au procureur du Faso et au syndicat autonome des magistrats burkinabè ( SAMAB)

    A ceux qui insultent Mme LOPEZ, je pense que vous ne rendez pas service à la justice. Si vous êtes magistrats,ou amis de magistrats, acceptez les critiques. Vous sortirez grandi. Je condamne toute tentative d’incendie du palais de justice mais je ne cautionne pas l’affairisme et la corruption des magistrats. Et puis, à supposer que Mme LOPEZ soit téléguidée par le président Roch, si la justice n’avait pas prêté le flanc ; qu’est ce qu’elle pouvait dire. Reconnaissons que un des grands maux de notre société est le comportement honteux de certains magistrats. Aucun haut fait depuis la fin de la révolution Sankarienne. Durant 27 années de pouvoir de Blaise COMPAORE, jusqu’à ce jour, qu’est ce qu’ils ont fait de bon. Si ce n’est la condamnation des voleurs de cabris et de coq. Ils libéraient les criminels moyennant de l’argent et faisaient affaire avec les François COMPAORE. Certains ont même été nommé ambassadeur, d’autres conseillers technique à la présidence.Sous ce même régime, aucun magistrat ne bronchait. Et quand ils ouvraient la bouche, c’était pour vous dire en off que le pouvoir les met la pression. L’insurrection est arrivée et la transition a matérialisé l’indépendance de la justice. Le pouvoir de Roch a mis en application les différents décrets pris sous la transition avec des émoluments farfelus pour ces derniers. Maintenant c’est le copinage et les deales à profusion au nom de cette même indépendance acquise dans le sang des martyrs de l’insurrection. Soyons un peu honnête. En ce qui concerne la mise à l’écart du ministre de la justice et du président du Faso au niveau du conseil supérieur de la magistrature, je pense que c’est une bonne chose. Je n’imagine pas Barack OBAMA ou Angela Merkel convoquer les juges pour s’imprégner de l’évolution des dossiers en justice. Le ministre de la justice à la limite peut s’en informer à travers les procureurs et autres. Encore une fois, cette indépendance ne donne pas droit aux magistrats de foutre le bordel et de faire ce qu’ils veulent. En définitive, ils ont bel et bien des leçons à recevoir du peuple Burkinabé. C’est grâce à ce vaillant peuple qu’ils ont acquis tous ces avantages et l’indépendance aujourd’hui. Messieurs les magistrats, forgez vos personnalités et tenez compte des aspirations légitimes du peuple Burkinabé.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juin 2016 à 14:48, par SANG DE MARTYRS
    En réponse à : Réponse du Cadre de concertation national des OSC au procureur du Faso et au syndicat autonome des magistrats burkinabè ( SAMAB)

    1) la sortie du CCNOSC est noble si la sincérité de l’écrit égale à celle de l’esprit de ses membres ;car c’est d’ailleurs très bien de prévenir ou d’interpeller les magistrats et juges pour qu’ils prennent garde des dégradations du climat sociale qui pourraient survenir de leurs incompétence et/ou de leurs soif permanent de se faire des sous.
    2)la sortie du CCNOSC serait ignoble si vraiment ils sont à la solde d’un parti politique ; ce serait pour eux "creuser sa propre tombe" car tôt ou tard la vérité fini par se savoir ; et dans ce cas ca ne saurait tardé ;
    En avant contre une justice à double vitesse ;
    En avant pour l’indépendance de la justice ;
    En avant pour la paix des âmes des martyrs de l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014
    LA PATRIE OU LA MORT NOUS VAINCRONS...

    Répondre à ce message

  • Le 10 juin 2016 à 15:42, par ka
    En réponse à : Réponse du Cadre de concertation national des OSC au procureur du Faso et au syndicat autonome des magistrats burkinabè ( SAMAB)

    Avec tout ce qui se passe actuellement avec la lâcheté des juges à cause de leurs amateurismes, il est temps que le peuple sorte pour une vraie rectification de notre justice. Madame Lopez, je vous garantis qu’à la prochaine sortie pour la pourriture et les mensonge sur le dossier de Thomas Sankara, c’est tout le peuple Burkinabé qui sera à vos côtés à cause du maître Sankara qui a décidé de s’assoir sur ce dossier pour mieux grossir. Surtout ne vous baissez pas les bras à cause des dénigrements de quelques magistrats corrompus par l’ancien régime, dont ils avaient l’habitude d’encaisser des dessous de table et garder des innocents en prison, ou étouffer les dossiers des crimes impunis, ou de libérez un criminel économique comme GUIRO qui les habillaient avec le denier publique volé à la direction de la douane. Quoi qu’il arrive, la vérité fini toujours par se savoir dans le pays des hommes intègres. Allons seulement !

    Répondre à ce message

  • Le 10 juin 2016 à 15:57, par ok
    En réponse à : Réponse du Cadre de concertation national des OSC au procureur du Faso et au syndicat autonome des magistrats burkinabè ( SAMAB)

    Les forumistes achetés qui sont chargés de répondre et de dénigrer, arrêter cela. Je ne pense pas que Mme Lopez va brûler un quelconque Palais de justice. Elle rappelle simplement aux magistrats dits acquis de CHANGER. Aux Magistrats, s’il vous plait, libérez tous les prisonniers malades et le Vaillant PEUPLE du BURKINA saura que vous êtes VRAIMENT INDÉPENDANTS. Sinon, on ne vous suit plus et l’attitude de certains dépeint sur tous les autres et peut être préjudiciable à tout le Corps.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juin 2016 à 16:06, par Le justicier
    En réponse à : Réponse du Cadre de concertation national des OSC au procureur du Faso et au syndicat autonome des magistrats burkinabè ( SAMAB)

    OSC, Veille citoyenne trala trala mon œil oui. Quand ces OSC vocifèrent comme cela, elles sont simplement de service. On a vu la même Safiatou LOPEZ/ZONGO pendant la Transition avec ses déclarations tapageuses. On sait où la transition nous a conduits. Elle a crié sur tous les toits ici qu’un cheveu de L-C ZIDA ne devrait être touché, aujourd’hui ZIDA est où avec ces OSC Tube-digestives. On se connait ici au Faso. Comme ZIDA n’est plus au pouvoir on court vite s’accoquiner avec le MPP au pouvoir pour les dividendes.
    Les dossiers sont au Tribunal militaire et vous vous allez faire sit-in à la Justice civile ! Tout de même ! Le TGI ne sait même pas comment sont traités ces dossiers. Les dossiers des anciens ministres sont à la Haute cour de Justice dont l’ex-Présidente, a été remplacée par un député MPP, la veille citoyenne ne trouve mot à dire et c’est la justice civile qui est la courte échelle !
    Et lorsque vous parlez de la libération de Eddie KOMBOÏGO, c’est le Ministre de la Justice qui a soutenu que c’est pour des raisons de santé ! Aucun magistrat qu’il soit militaire ou non ne vous a dit cela. Allez voir le dossier d’Eddie, il est vide. Aucun PV n’y figure tout comme beaucoup de dossiers de certains maires. E. KOMBOÏGO a été arrêté et déféré sans avoir été entendu.Au moins dans chaque dossier il y a des avocats. Une petite enquête ne serait pas de trop !
    Cette campagne de diabolisation ne surprend personne. On s’y attendait. Qui a plus peur de l’indépendance de la Justice ? Réfléchissons donc !

    Répondre à ce message

  • Le 10 juin 2016 à 16:24, par Kobyagda
    En réponse à : Réponse du Cadre de concertation national des OSC au procureur du Faso et au syndicat autonome des magistrats burkinabè ( SAMAB)

    Bonsoir,
    Tout est à révolutionner dans notre système judiciaire car tous ces juges (qui sont à la une) ont été conçu par blaise Compaoré... ils ne sont plus dignes de porter leurs fameuses robes de service ; il faut un nettoyage complet.
    Lopez, vous aviez tout mon soutien
    Ombre Blanche

    Répondre à ce message

  • Le 10 juin 2016 à 16:29, par Citoyen libre
    En réponse à : Réponse du Cadre de concertation national des OSC au procureur du Faso et au syndicat autonome des magistrats burkinabè ( SAMAB)

    Safiatou LOPEZ/ZONGO avec son OSC fabriquée de toutes pièces nous pompent l’air maintenant. Elles croient que ce sont elles seules qui ont mené l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014 ! Détrompez-vous ! Il y a quelques années le mot insurrection, certains ne se l’imaginaient pas ; certains se bombaient la poitrine qu’une insurrection est impossible au BF. Et pourtant ! Aujourd’hui une infime partie des insurgés veut revendiquer la paternité. Non ! Si chacun ou chaque organisation devait dire ce qu’il ou elle a fait comme action, certaines OSC fantoches se la fermeront définitivement.
    Alerte sociale, veille citoyenne, un verbiage creux ! Au Bénin par exemple on peut dire que la veille citoyenne est là. On prend des décrets pour décharger des personnes de la conduite de dossiers, la veille citoyenne ne pipe mot. Après, il y a des libérations la veille citoyenne va faire sit-in devant la Justice civile en lieu et place de la Justice militaire !
    Il faudra revisiter l’histoire de la magistrature burkinabè avant de faire certaines déclarations à l’emporte pièce ! En 1999, en 2001 et en 2005 ou 2007 les magistrats ont mené des luttes pour l’amélioration de leurs conditions de vie et de travail. Et puis, veille citoyenne, alerte sociale, qui peut me donner le sort du juge d’instruction qui avait décerné mandat de dépôt contre le Naaba de Tenko ? Et le sort du juge par qui le dossier David OUEDRAOGO a connu une instruction puis un jugement !
    Au Bénin le Juge dans l’affaire Patrice TALON, après la décision s’est réfugié aux USA ! Voilà Patrice TALON, Président du Bénin aujourd’hui ! Juste pour dire que votre soi-disant veille citoyenne est très intéressée et ne peut protéger personne. Elle court seulement derrière les espèces sonnantes et trébuchantes.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juin 2016 à 18:07, par saw
    En réponse à : Réponse du Cadre de concertation national des OSC au procureur du Faso et au syndicat autonome des magistrats burkinabè ( SAMAB)

    LOPEZ est une personne qui compte au Faso. Elle insinue juste qu’on va peut être bruler la justice, et tous les "super fonctionnaires tremblent". Mme LOPEZ vous avez dit tout haut ce que la majorité des burkinabè pense. Mme LOPEZ restée zen, aucun juge ne pourra vous inquiéter au Faso à cause de cette phrase.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juin 2016 à 18:17, par saw
    En réponse à : Réponse du Cadre de concertation national des OSC au procureur du Faso et au syndicat autonome des magistrats burkinabè ( SAMAB)

    LOPEZ est une personne qui compte au Faso. Elle insinue juste qu’on va peut être bruler la justice, et tous les "super fonctionnaires tremblent". Mme LOPEZ vous avez dit tout haut ce que la majorité des burkinabè pense. Mme LOPEZ restée zen, aucun juge ne pourra vous inquiéter au Faso à cause de cette phrase.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juin 2016 à 18:56, par Jeunedame seret
    En réponse à : Réponse du Cadre de concertation national des OSC au procureur du Faso et au syndicat autonome des magistrats burkinabè ( SAMAB)

    Belle illustration. SAFIATOU LOPEZ = une référence. Si le ministère des femmes pouvait un jour te citer comme bel exemple d’exploit féminin ! Lopez, sache que la réaction arrogante du SAMAB/sababo est juste un show linguistique pour cacher un préjudice de responsabilité. On a des dossiers contre des magistrats qui souffrent depuis des années de la magouille juge/magistrats. Mais les choses sont à leur apogée. Et chacun va répondre. Les magistrats pensent t’intimider et décourager les autres en transfigurant les choses. Mais ça ne passera pas. LOPEZ...lead on !

    Répondre à ce message

  • Le 10 juin 2016 à 21:35, par lopezeries
    En réponse à : Réponse du Cadre de concertation national des OSC au procureur du Faso et au syndicat autonome des magistrats burkinabè ( SAMAB)

    Vous surfez tous sur des braises. Les magouilles dans la magistrature ne doivent pas être la cause des dérapages verbaux de cette dame qui foule au pied les principes élémentaires de respect de l’intégrité du palais et des acteurs judiciaires. L’arbre ne peut cacher la forêt.

    Répondre à ce message

  • Le 11 juin 2016 à 10:20, par Figo
    En réponse à : Réponse du Cadre de concertation national des OSC au procureur du Faso et au syndicat autonome des magistrats burkinabè ( SAMAB)

    On peut ne pas aimer le lièvre (et je n’aime pas les OCS politisées), mais il faut souvent reconnaitre qu’il court vite. Les arguments développés sont-ils exacts ou non ? Des juges de haut rang se sont-ils dédient en un jour oui ou non ? Comment comprendre ça du seul point de vue du droit ? Des juges sont-ils trempés dans des affaires de corruption oui ou non ? des prisonniers en instance de jugement ayant des domiciles bien connus et des soucis de santé ont-ils vu leur demande de mise en liberté provisoire refusée oui ou non ?
    Que les acteurs de la Justice, la vraie commencent à s’assumer en sanctionnant les corrompus présents dans leurs rangs. Autrement, il sera normal que la population s’en inquiète et veuille même aller plus loin. Le droit doit s’appliquer à tous, même au juge, surtout au juge. Si ça continue, ne vous étonnez pas qu’un jour des sans culottes envahissent le Palais de Justice, pour y rendre Justice.

    Répondre à ce message

  • Le 13 juin 2016 à 17:30, par zadig
    En réponse à : Réponse du Cadre de concertation national des OSC au procureur du Faso et au syndicat autonome des magistrats burkinabè ( SAMAB)

    Allons, supprimons la justice et on saura là où ça nous mènera..

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés