Première session parlementaire de la 7e législature : 19 lois et quatre résolutions adoptées

mardi 31 mai 2016 à 01h25min

Ouverte le 02 mars 2016, la première session parlementaire de la 7e législature a clos ses travaux le 30 mai. La cérémonie a consisté en un seul acte : le discours du président de l’Assemblée nationale, Salifou Diallo. Avant de dresser le bilan chiffré de cette session parlementaire, il a appelé le gouvernement à réagir promptement pour rétablir l’autorité de l’Etat en faisant respecter les lois et les règlements de la république, et mettre au pas ceux qui s’adonnent à l’incivisme.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Première session parlementaire de la 7e législature : 19 lois et quatre résolutions adoptées

Le bilan statistique de la première session ordinaire de l’année 2016 de l’Assemblée nationale donne les chiffres suivants : 21 projets de lois reçus dont un projet de loi retiré de l’ordre du jour, un autre ajourné, deux propositions de résolution ont été inscrites à l’ordre du jour. Au jour d’aujourd’hui, on dénombre 19 lois votées et quatre résolutions ont été adoptées. A cela, s’ajoute 17 questions orales au gouvernement dont 4 avec débat, et 13 sans débat. Aussi, 40 questions écrites ont été transmises au gouvernement. Ces chiffres ont été donnés par le président du parlement burkinabè, Salifou Diallo, qui se réjouit de ce bilan.

La clôture de la première session parlementaire de la 7e législature de l’Assemblée nationale burkinabè intervient dans un contexte marqué par l’organisation réussie des élections locales le 22 mai 2016. Mais aussi la crise économique persistante de par le monde ainsi que la persistance des défis sécuritaires tant au niveau national qu’international.

Sur la question du terrorisme dont aucun pays ne pourrait y faire face tout seul, le président de l’Assemblée nationale a recommandé au « gouvernement d’œuvrer de concert avec les autres Etats de la sous-région afin d’unir nos forces, mutualiser nos ressources pour une lutte résolue, efficace et sans concession contre le terrorisme ».

Mettre au pas ceux qui s’adonnent à l’incivisme

Après l’organisation des élections municipales, le patron du pouvoir législatif estime qu’il faut se féliciter du raffermissement de la démocratie et de la liberté dans notre pays. Cependant, « certains de nos concitoyens confondent liberté et libertinage qui confine en incivisme gluant et intolérant », fait-il remarquer. C’est pourquoi Salifou Diallo a lancé un appel pressant au gouvernement pour « qu’il réagisse promptement pour rétablir l’autorité de l’Etat en faisant respecter les lois et les règlements de la république, mettre au pas ceux qui s’adonnent à l’incivisme qui relève plus que jamais du domaine de l’impératif. Au demeurant, pour restaurer l’autorité de l’Etat, contrer l’incivisme, notre pays dispose d’un arsenal juridique et règlementaire y relatif. Si jamais, à l’épreuve des faits, ce dispositif décelait des limites, notre Assemblée est tout à fait disposée à légiférer dans ce sens aux fins de doter notre pays des moyens juridiques appropriés pour plus d’efficacité de l’action du gouvernement ».

Car, précise-t-il, « aucun citoyen ou catégorie de citoyens quelles que soient leurs qualités et vertus ne saurait se substituer à l’Etat pour exercer des pouvoirs de coercition légales et légitimes dont l’Etat doit demeurer l’unique détenteur ».

Le président du parlement a également rappelé l’urgence pour notre justice d’examiner les dossiers pendants en vue de réconcilier les Burkinabè entre eux sur la base du sacro-saint principe vérité et justice.

Des éloges au gouvernement Tiéba

Par ailleurs, le président de l’Assemblée nationale n’a pas manqué de féliciter le gouvernement pour ses efforts à maintenir le dialogue et la concertation sociale. « Mieux, dans un contexte de reprise économique, le gouvernement a fait des efforts louables pour procéder au reclassement des agents de l’Etat dans la nouvelle grille issue de la loi 081. C’est un geste fort qu’il convient de saluer à sa juste valeur et cela d’autant plus qu’il n’y a avait pas de prévision budgétaire y afférant », a-t-il soutenu. Sans oublier de saluer la décision visant la baisse les prix à la pompe des hydrocarbures avec effet immédiat, ainsi que les efforts à créer et promouvoir des emplois au profit des jeunes et des femmes.

Des éloges au gouvernement Paul Kaba Tiéba qui était personnellement présent à la cérémonie de clôture.

Tout en souhaitant une bonne saison hivernale à l’ensemble des Burkinabè, Salifou Diallo a demandé aux députés d’être disponibles pour une éventuelle session extraordinaire avant la session ordinaire de septembre prochain.

Moussa Diallo
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés