Meilleures conditions de vie et de travail : l’Unité d’action syndicale fait le point de sa rencontre avec le gouvernement

jeudi 12 novembre 2015 à 02h44min

Les responsables de l’Unité d’action syndicale (UAS) font le point de leur rencontre avec le gouvernement. Sur seize points, beaucoup ont obtenu un consensus. Seulement leur mise en œuvre tarde à voir le jour. C’était ce mercredi 11 novembre 2015 au cours d’une conférence de presse animée à Ouagadougou.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Meilleures conditions de vie et de travail : l’Unité d’action syndicale fait le point de sa rencontre avec le gouvernement

Au cours de la rencontre gouvernement/syndicat qui s’est déroulée du 1er au 11 septembre 2015, l’exécutif avait pris un certain nombre d’engagements et même fixé des échéances pour leurs mises en œuvre. Seulement, le coup de force perpétré par les éléments de l’Ex-Régiment de sécurité présidentielle (RSP) a perturbé le calendrier préalablement fixé par le Gouvernement. Ne voyant toujours rien venir après la gestion du coup d’Etat, l’Unité d’action syndicale (UAS) a rencontré le Premier ministre Yacouba Isaac Zida, le 6 novembre dernier, pour rappeler la nécessité de tenir les promesses. « En réponse, le Premier ministre a indiqué que les perturbations dans la mise en œuvre de bon nombre de points sont dues à des contraintes de temps et non à un manque de volonté », a indiqué Bassolma Bazié, président du mois des centrales syndicales.

Plusieurs points à l’ordre du jour

Avec Yacouba Isaac Zida, les syndicats ont abordé plusieurs points dont la relecture des lois 027 et 208, la baisse du prix des hydrocarbures, le contrôle de l’utilisation du gaz butane par les véhicules automobiles, la tenue de la session du Cadre de concertation tripartite sur les prix de quatorze produits de consommation, les mesures concernant le système LMD et le continuum, la saisine de la RAGEM( Régie autonome de gestion des équipements marchands) pour la baisse des loyers des marchés et yaars, la prise de circulaire pour rappeler l’exigence des notations pour la constatation des avancements des agents publics.

Selon le conférencier, à tous ces points, le Premier ministre a donné un avis favorable. Sauf celui sur les 2ie où des enseignants ont été licenciés, Yacouba Isaac Zida a indiqué que ceux qui ont vendu les notes méritaient bien d’être licenciés. « Nous lui avons suggéré d’entendre toutes les parties afin d’éviter une situation regrettable », a ajouté Bassolma Bazié.

En ce qui concerne la mise en œuvre du continuum, le chef du gouvernement a promis la construction dans trois à quatre mois de 600 collèges d’enseignement général (CEG). « Nous attendons de voir. Parce qu’on nous avait également dit que cette année il n’y aurait pas d’écoles sous paillotes ou d’abris précaires. Malheureusement, nous comptons encore plus de 2000 écoles sous paillotes au Burkina Faso », a ajouté le conférencier.
La réalisation de ces promesses reste fermement attendue par les syndicats qui indiquent déjà que si rien n’est fait, ils se feront certainement entendre pour rappeler au gouvernement son devoir de tenir ses promesses.

Jacques Théodore Balima
Lefaso.net


Déclaration liminaire de la conférence de presse du mercredi 11 novembre 2015

Mesdames et messieurs de la presse !

L’Unité d’Action Syndicale (UAS) vous remercie d’avoir répondu favorablement à son invitation pour la présente conférence de presse qui porte sur la dernière rencontre Gouvernement/Syndicats.

En rappel, ladite rencontre s’est tenue du 1er au 11 septembre 2015 après deux reports. Elle a essentiellement porté sur la plate-forme minimale du 1er mai 2015. Il est à noter que dans le cadre de la préparation desdites négociations, l’UAS a d’abord adressé une lettre-circulaire aux structures pour situer les enjeux des négociations et définir des tâches, ensuite convoqué une Assemblée Générale des délégués syndicaux et du personnel de Ouagadougou autour des réponses écrites du gouvernement qu’elle avait reçues dès le 10 août 2015.

Face au refus du gouvernement d’avancer sur certains points comme la baisse des prix des hydrocarbures, le mouvement syndical a dû menacer de se retirer des négociations, ce qui a favorisé des avancées sur certains points.

Le communiqué final signé le 11 septembre consacre un certain nombre d’engagements du gouvernement. Parmi ceux-ci, on note des acquis politiques et des acquis économiques et sociaux dont :
- La suppression des « zones rouges » ;
- Le principe de la relecture de l’arrêté conjoint portant procédure de traitement des retenues pour faits de grève ;
- La relecture de la loi 013 consacrant le retour à un statut général de la fonction publique avec une nouvelle grille salariale ;
- Le principe de la relecture du Code du Travail et de la loi 027 sur les collectivités territoriales ;
- Le principe d’une baisse significative des prix des hydrocarbures ;
- La mise en œuvre du check off ;

Comme vous avez pu le constater, le coup d’Etat du Régiment de Sécurité Présidentielle (RSP), intervenu seulement cinq jours après la fin de la rencontre, a perturbé la mise en œuvre de ces engagements. Face au retard que prenait la mise en œuvre de ceux-ci. L’UAS a introduit une demande d’audience auprès du Premier ministre. Celle-ci a eu lieu le vendredi 6 novembre 2015 à partir de 10h, et a porté sur les points suivants :
le point sur le Communiqué final de la rencontre Gouvernement / Syndicats de l’année 2015 ;
les crises sociales et les atteintes à la liberté syndicale ;
des dossiers sociaux ;
et des divers.

A propos des engagements pris lors de la rencontre Gouvernement/Syndicats 2015, le Président de Mois des Centrales Syndicales, chef de la délégation syndicale, Bassolma BAZIE, a relevé que si certains points font l’objet de mise en œuvre, d’autres attendent encore un début d’application, en l’occurrence, la relecture des lois 027 et 028, la baisse du prix des hydrocarbures, les contrôles sur l’utilisation du gaz par les véhicules automobiles, la tenue de la session du cadre de concertation tripartite sur les prix de 14 produits de grande consommation, les mesures concernant le système Licence-Master-Doctorat (LMD) et le continuum, la saisine de la RAGEM pour la baisse des loyers des marchés et yaars, la prise de circulaire pour rappeler l’exigence des notations pour la constatation des avancements des agents publics.

En réponse, le Premier ministre a indiqué que les perturbations sur la mise en œuvre de bon nombre de points sont dues à des contraintes de temps et non à un manque de volonté. A ce niveau, le Ministre LOADA a déploré le manque de réactivité souhaité pour certains points et réaffirmé l’engagement du Gouvernement à respecter la parole donnée. Le Premier Ministre a annoncé que de nouvelles échéances seront fixées et l’UAS sera tenue informée.

Concernant la relecture de la loi 013, le Premier Ministre a affirmé qu’un projet de statut général de la fonction publique a été adopté en Conseil des ministres du 4 novembre 2015 sera transmis au Conseil National de la Transition dans la semaine à venir et que des copies seront transmises à l’UAS.

Concernant la baisse des prix des hydrocarbures, le Premier Ministre a annoncé une diminution de 30 F.CFA, selon les recommandations du rapport du comité interministériel de détermination du prix des hydrocarbures déposé le 15 octobre 2015. En avril 2012, les prix des hydrocarbures étaient fixés comme suit : super 730 F ; Gasoil 656 F ; mélange 740F ; pétrole 610F. Suite aux trois diminutions successives dont le cumul est de 80F, les prix actuels au niveau des stations doivent être : super 650F, Gasoil 576F, mélange 660F, pétrole 530F. Les acteurs intervenants dans le domaine des hydrocarbures sont interpellés pour la mise en œuvre véritable de la baisse cumulée des 80F ; de même que les acteurs du domaine des transports pour une baisse des tarifs dans le transport.

S’agissant de la relecture du Code du travail (loi 028), le Ministre en charge de la Fonction publique a expliqué que le patronat souhaite suspendre sa participation au processus. Il a reçu à cet effet une lettre de ce dernier revendiquant la parité au sein de la commission et prétextant un climat anti-secteur privé en ce moment. Le ministre va recevoir le patronat ce lundi 9 novembre 2015.

Sur la question de l’IUTS injustement prélevée sur les indemnités et primes dans le secteur privé et dans les sociétés d’Etat, un groupe de travail sera mis en place pour l’examiner a indiqué le ministre LOADA.

En réponse aux préoccupations dans le domaine de l’éducation, le Premier Ministre a annoncé la construction de plus de 600 CEG dans 3 à 4 mois comme début de solution au problème du continuum éducatif. Sur le LMD, il s’est agi de rappel des mesures d’accompagnement du système, à savoir l’installation de la connexion haut-débit et l’appui aux étudiants pour l’acquisition de tablettes.

Sur les crises sociales et atteintes à la liberté syndicale, l’UAS a interpellé le gouvernement pour la résolution d’un certain nombre de crises sociales : il s’agit de la crise dans les mines de Tambao et Bissa Gold (où près de 110 travailleurs ont été licenciés), de la crise à 2IE, de la crise à l’Université de Ouagadougou, et de celles dans certains ministères. Les sanctions contre certains travailleurs qui ont respecté les mots d’ordre de l’UAS lors de la résistance au putsch, la situation préoccupante à Guenon et l’affaire Immeuble Sanfo viennent allonger la liste des crises qui minent le monde du travail au Faso et pourraient détériorer le climat social.

Au niveau des mines, le Premier Ministre a reconnu avec l’UAS que la législation en matière d’externalisation ou « sociétés de placements » mérite d’être revue eu égard aux problèmes engendrés par cette pratique. Selon lui, la situation à Bissa Gold est en grande partie liée au gel des comptes du PDG par le juge qui a permis, plus tard, de prélever le montant équivalent aux salaires des travailleurs.

Concernant la mine de Tambao, le gouvernement explique avoir maintenu la suspension de l’exploitation du manganèse pour l’intérêt de la Nation.

Au niveau de 2IE, le Premier ministre a estimé que les enseignants qui ont vendu les notes méritent les licenciements. A ce sujet, l’UAS a interpellé le gouvernement sur la nécessité d’écouter les deux parties et de recouper les informations afin d’éviter d’être embarqué dans une situation regrettable. Elle a signifié au Gouvernement qu’elle reste sur sa faim sur la question des libertés syndicales, notamment le licenciement de délégués syndicaux et délégués du personnel.

Concernant l’Université de Ouagadougou, le gouvernement fait savoir qu’il y a des propositions de sortie de crise : différer le paiement des loyers des cités, reprendre les œuvres sociales, et en contrepartie les étudiants devront reprendre les cours, etc.

Les crises dans certains ministères :
Concernant le Ministère de l’Economie et des Finances, le Premier Ministre estime que la situation a évolué. Au Ministère des Affaires Etrangères, il dit que le personnel a l’impression d’un mépris et que des concertations s’avèrent nécessaires. S’agissant du Ministère de la Justice, Yacouba Isaac ZIDA soutient que les Greffiers ont déjà leur statut particulier et que des instructions ont été données pour revoir la situation des Greffiers. Le Ministre LOADA a annoncé une rencontre avec le SYNACIT le même jour, après l’audience.

Sanctions pour participation à la résistance :
Le Gouvernement a pris l’engagement de faire des communiqués pour inviter le secteur privé à annuler de telles sanctions. Des dispositions seront également prises pour le public. L’UAS a rappelé qu’elle réagirait si ces représailles contre les travailleurs ne prenaient pas fin. A cet effet, le Ministère de la Fonction publique a déjà publié le 9 novembre un communiqué pour condamner et exiger le rétablissement des travailleurs arbitrairement sanctionnés dans leurs droits.
Le Premier Ministre a pris l’engagement de travailler à donner une suite favorable à tous ces dossiers.

En divers, l’UAS a évoqué l’harmonisation du temps de formation (à 2 ans) dans les écoles de formation du Ministère des Finances. Selon le Ministre de la Fonction Publique, cette question sera traitée de façon globale par l’introduction d’un dossier en Conseil des ministres, conformément à une recommandation de l’Assemblée Générale des sociétés d’Etat.

Le Gouvernement a également été interpellé sur le fait d’avoir ignoré le mouvement syndical dans les hommages aux martyrs. En réponse, le Premier Ministre a évoqué un problème d’organisation.

En conclusion, le chef de la délégation syndicale a remercié le Gouvernement tout en l’encourageant pour la tenue des différents engagements.

Le Premier Ministre a remercié l’UAS pour les échanges directs et francs.

Je vous remercie !

Le Président de mois des centrales syndicales
Bassolma BAZIE

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés