Bobo-Dioulasso : Le CHUSS enregistre ses premiers quintuplés

vendredi 23 octobre 2015 à 23h24min

Pour sa deuxième gestation, Mariam Ouattara, née en 1989, a accouché d’un quintuplé le lundi 20 octobre aux environs de 12heures à l’hôpital Souro Sanon de Bobo-Dioulasso. Si la maman est encore hospitalisée en maternité après l’intervention chirurgicale, les quatre bébés- ils sont cinq mais le cinquième est décédé- se portent très bien.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
 Bobo-Dioulasso : Le CHUSS enregistre ses premiers quintuplés

C’est la première fois, depuis 30 ans que le Centre universitaire hospitalier Souro Sanou (CHUSS) de Bobo-Dioulasso enregistre des quintuplés selon le professeur Boubacar Nacro, chef du département pédiatrie. Une nouvelle qui ne cesse d’attirer les plus curieux qui veulent en être convaincus. En effet, ce lundi 20 octobre, Adama Coulibaly, né en 1983 conduisait son épouse Mariam Ouattara, résidant à Toussiana à l’hôpital de Bobo-Dioulasso. Après les consultations et l’échographie, les professionnels de la santé découvraient ainsi une grossesse normale de sept mois mais multiple. D’où l’urgence d’une intervention chirurgicale. « Les bébés sont arrivés aux environs de 12heures, raconte Odile Kaboré, infirmière en néonatalogie ». C’est une collègue à elle, qui était de service ce jour mais tout s’était bien passé sans grande complication. Vendredi 23 octobre, les bébés –deux filles et deux garçons- pesaient entre 1kg 200 et 1kg 700. « Tous les quatre se portent bien », rassure-t-elle. Adama Coulibaly, vigile de profession et père des quintuplés n’en revient toujours pas. « Au début, on ne savait pas que c’était une telle grossesse. Mais elle se plaignait fréquemment de maux de ventre. Nous sommes allés en consultation au CSPS de Tousiana pour en savoir un peu plus », se souvient-il encore. Vu le volume très étendu du ventre, il leur a été suggéré de faire référence à l’hôpital de Banfora, où le couple Coulibaly apprendra qu’il n’attendait pas qu’un seul bébé, encore moins deux, mais plutôt cinq.

Grossesse multiple, un cas très rare !

De l’avis du Professeur Boubacar Nacro, chef du département pédiatrie de l’hôpital Souro Sanou, plusieurs mécanismes expliquent ces genres de grossesses : la division, par exemple d’un œuf en 5, ce qui est très rare. Dans ce cas précis enregistré pour la première fois au CHUSS de Bobo, le professeur a estimé que ce sont cinq ovules qui ont été fécondées par cinq spermatozoïdes parce qu’il y a plusieurs placentas. Il y a, renchérit-il, heureusement pas eu de complications, mais quatre enfants, c’est véritablement dur. « Nous regrettons la disparition du cinquième. Les bébés sont pour l’heure en sous- poids et nous souhaiterons qu’ils atteignent un poids suffisant avant de les libérer », fait noter Pr Nacro. Il confie, par ailleurs, qu’il n’y a pas que les poids, ces nouveau-nés doivent être maintenus dans une température ambiante, ce qui est malheureusement dur au CHUSS. Et pour cause : les coupures intempestives d’électricité, une salle bondée et très infecte avec des conditions hygiéniques déplorables… ce qui peut souvent porter préjudice aux nouveau-nés. Quant à leur pronostic vital, le professeur estime que même s’il est encore difficile d’en donner, il reste pour l’heure bon pour ces quintuplés. En attendant, le sieur Adama Coulibaly, vigile sollicite l’aide de bonnes volontés pour subvenir aux besoins de ses bouts de chou.

Bassératou KINDO
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés