Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Aucune cause juste ne peut être servie par la terreur. Kofi Annan» 

Situation nationale : L’Association des blessés de l’Insurrection populaire contre les candidatures de l’ex-majorité

Accueil > Actualités > Politique • • jeudi 20 août 2015 à 00h21min
Situation nationale : L’Association des blessés de l’Insurrection populaire contre les candidatures de l’ex-majorité

L’association des blessés de l’insurrection populaire du Burkina (ABIP-BF) a organisé ce mercredi 19 août, une conférence de presse à la maison des jeunes et de la culture de Ouagadougou. Objectif, dire leur opposition et leur mécontentement vis-à-vis des candidatures du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), ex-parti au pouvoir.

« C’est avec stupeur que nous avons appris que des individus qui ont crié sur tous les toits la modification de l’article querellé de notre constitution (article 37, ndlr) pour que leur « homme fort » s’éternise au pouvoir, veuillent revenir aux affaires par le biais d’une élection dite inclusive », décrit avec véhémence Dramane Ouédraogo, président de l’ABIP-BF en cette matinée du mercredi. Face à la presse, il n’a pas manqué d’exprimer la vision des victimes de l’insurrection. Pour lui, l’association ne saurait comprendre le fait que les auteurs du « coup d’état constitutionnel » ambitionnent de revenir au pouvoir. « C’est donc incompréhensible que ceux qui ont tiré sur nous, ceux qui, par leurs gourmandises du pouvoir ont voulu conduire notre pays dans un chaos, veuillent aujourd’hui être dans la course pour la gestion du pourvoir public », proteste le président.

Officiellement, l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014 a fait 650 blessés sur le plan national et 150 blessés dans la province du Kadiogo, ont annoncé les conférenciers. Pour ces victimes, la cicatrice demeure toujours. De ce fait, elles ne sauraient donc se taire et lancent à la population un appel au discernement : « Chers parents, chers frères, chers amis, camarades insurgés, les bourreaux des Burkinabè d’hier veulent se présenter aux yeux du monde comme étant victimes de la loi, victimes de la fierté de notre peuple sans avoir pris le soin de faire leur mea-culpa, encore moins demander pardon au peuple Burkinabè ».

Les membres de l’ABIP-BF sont non seulement contre les candidatures des partisans de la modification de l’article 37 de la constitution, mais aussi contre les menaces que ces derniers ont proférées à l’encontre de la transition. « En plus de cela, ils osent même menacer dans leurs propos publics, la sérénité de la transition, de notre pays ».

S’y opposer oui, mais comment les en empêcher ?

Pour empêcher les candidatures des partisans de l’ex-majorité, les blessés de l’insurrection font appel à la sagesse et à la raison des juges constitutionnels. « Mesdames et messieurs les juges constitutionnels, le peuple burkinabè croit en vous et compte sur votre esprit de discernement. Il sait que vous statuerez conformément à l’esprit de notre insurrection, en respectant les aspirations profondes de notre peuple insurgé, à savoir la volonté de rompre définitivement d’avec la gestion clanique du pouvoir d’Etat, la patrimonialisation du pouvoir d’Etat, la restauration de la démocratie véritable ».

Les membres de l’ABIP-BF estiment également que la communauté internationale doit se prononcer sur ces agissements. « A la communauté internationale, nous lui demandons de ne pas rester muette sur la situation de notre pays car, le peuple reste et restera toujours vigilant. Si des gens qui ont confisqué les libertés de notre peuple pendant 27 ans, des dirigeants qui ont muselé et bâillonné leur peuple ne veulent pas se mettre aujourd’hui à la place que leur donne ce peuple, alors interviendra inéluctablement l’exclusion qu’ils ont tant décriée ».

A l’endroit de la population burkinabè, les victimes de l’insurrection espèrent leur soutien, « Mobilisons-nous pour que ces valeurs si chères aux Burkinabè ne soient pas détériorées par des individus qui ne méritent plus, en tout cas pour le moment, la confiance du peuple ».

Diane Kagambèga (stagiaire)
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Nouveau règlement de l’Assemblée nationale : Le format du discours du Premier ministre devant le parlement sera réduit
58è anniversaire de l’indépendance : Le Burkina a revisité son histoire à Manga
Message à la nation du président du Faso : Les Burkinabè sont-ils réellement disposés à l’unité et à la cohésion nationale ?
Sondage d’opinion « Présimètre » : Roch Kaboré obtient 4,91 sur 10 pour sa 3e année de gouvernance
Demande d’extradition de François Compaoré : Les commentaires du gouvernement burkinabè sur la décision de la Cour d’appel de Paris
Crise au conseil municipal de Gourcy : « Nous serons désormais obligés de nous défendre contre nos agresseurs » (Responsable provincial des jeunes du MPP)
Loi sur le vote des Burkinabè de l’étranger : Les Burkinabè d’Espagne s’insurgent contre les missions d’explication
Politique : Le PDS/Metba se prépare pour les élections de 2020
Réseau des femmes Leaders : Projecteurs sur la participation politique de la jeunesse féminine burkinabè
Gestion 2017 du gouvernement : Une « dégradation des indicateurs » dans la gestion financière et comptable
Bonne gouvernance : La présidence du Faso et le Premier ministère donnent l’exemple !
Loi sur le vote des Burkinabè de l’étranger : Des missions d’explication dans 38 pays
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés