Soutenance de thèse de doctorat : Hervé Hien décortique la problématique des soins des personnes âgées présentant plusieurs pathologies

mercredi 15 juillet 2015 à 23h23min

En vue de l’obtention du grade de Docteur en Sciences de la Santé Publique (PhD), Hervé Hien a défendu avec succès, le 2 juillet 2015 à l’Université catholique de Louvain en Belgique, sa thèse sur le thème « Utilisation inappropriée des médicaments chez les personnes âgées avec des multimorbidités : traceur utile pour l’analyse du système de soins au Burkina Faso ».

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Soutenance de thèse de doctorat :  Hervé Hien décortique la problématique des soins des personnes âgées présentant plusieurs pathologies

La recherche de Hervé Hien résulte du constat selon lequel en Afrique sub-saharienne et particulièrement au Burkina Faso, la prise en charge des personnes avec des multimorbidités, notamment chez les personnes âgées, est encore peu prise en compte dans l’organisation des systèmes de soins. Les objectifs du chercheur étaient de comprendre les problèmes de santé (pathologies chroniques) dont souffrent les personnes âgées, les modalités de leur prise en charge, les dysfonctionnements éventuels du système de soins y relatif et les raisons éventuelles de l’utilisation des Médicaments potentiellement inappropriés (MPI).

Après quatre années de recherche sous la direction du Pr Jean Macq de l’Université Catholique de Louvain, Hervé Hien, en s’appuyant sur une enquête ménage réalisée en 2012 auprès de 389 personnes âgées vivant à Bobo-Dioulasso et des enquêtes dans des formations sanitaires de la localité en 2013-2014, est arrivé aux conclusions suivantes : l’âge moyen des personnes âgées vivant à domicile est de 69 ans, les personnes âgées polymédiquées (qui prenaient au moins 3 médicaments) est de 39%. Parmi celles-ci, 65% présentaient des multimorbidités (souffraient d’au moins deux maladies chroniques) et 59% avaient consommé au moins un Médicament potentiellement inapproprié. Les personnes interrogées ont recouru à la fois à des soins formels et informels (automédication avec les médicaments de la rue, la médecine traditionnelle) pour le même épisode de maladie. Elles souffraient de pathologies chroniques comme l’hypertension artérielle (82.3%), la malnutrition (39.2%), les troubles visuels (28.3%), le diabète (26.5%).

La recherche a aussi mis en lumière des dysfonctionnements dans le dispositif organisationnel de soins de la personne âgée qui se traduisent par une gestion dans l’urgence des pathologies chroniques, une absence de coordination avec d’autres prestataires de soins, une faible mise en œuvre des activités d’Information, d’éducation et de communication (IEC) pour renforcer l’autonomie des patients, une faible formation continue des prestataires, une absence de normes et de protocoles de prise en charge des personnes âgées, notamment celles souffrant de pathologies chroniques. Des insuffisances comme l’absence au travail des prestataires, la faiblesse de leur formation initiale, l’absence de suivi-évaluation de leurs prestations, leurs rapports (paternalistes) avec la personne âgée lors de la consultation contribuent également, selon Dr Hien, à expliquer l’utilisation des MPI par les personnes âgées.

Face à ces goulots d’étranglement, le chercheur propose, au niveau macro, l’intégration de la prise en charge rationnelle des personnes âgées avec des multimorbidités dans la politique de l’Assurance maladie universelle (AMU), l’inclusion de prestataires privés dans l’AMU pour un décloisonnement du système de soins, la mise en place d’un comité national d’experts chargé de concevoir des directives pharmaceutiques et thérapeutiques centrées sur la prise en charge des personnes âgées présentant plusieurs pathologies. Au niveau méso, il propose la mise en place d’un comité régional d’experts constitué de spécialistes des hôpitaux de région et des hôpitaux de districts pour assurer la formation continue des prestataires. Il suggère enfin au plan micro, la mise en place des comités pharmaceutiques et thérapeutiques dans les hôpitaux de district pour améliorer la prescription rationnelle et la qualité de la prise en charge des personnes souffrant de plusieurs pathologies chroniques.

Dr Hien Hervé est médecin de santé publique, chercheur au Centre MURAZ à Bobo-Dioulasso et attaché de recherche à l’IRSS-DRO du Centre national de recherche scientifique et technologique (CNRST).

Lassané Yaméogo

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2016 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés