Région des Hauts-Bassins : les grossesses non désirées en milieu scolaire sont monnaie-courante

mercredi 24 juin 2015 à 03h11min

La caravane de presse sur les violences à l’égard des femmes et des filles (VEFF) a pris fin le 20 juin 2015 dans la belle cité de Sya dans la région des Hauts-Bassins. Dans cette région, les cas de violences les plus récurrents sont les grossesses non désirées surtout en milieu scolaire et cela viole le droit des filles à l’éducation qui, pour la plupart, abandonnent leurs cursus scolaires suite à cet état de fait.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Région des Hauts-Bassins : les grossesses non désirées en milieu scolaire sont monnaie-courante

La région des Hauts-Bassins tout comme les autres régions connait diverses formes de violence à l’égard des femmes et des filles. Toutefois, elle se reconnait particulièrement pour les cas des grossesses non-désirées en milieu scolaire. Celles-ci sont principalement dues à l’orpaillage mais également à la recherche du mieux-être et même que certains parents n’hésitent pas à donner leurs filles en mariage dès leur bas âge. « L’enseignement national et de l’alphabétisation a enregistré en 2013, 27 cas de grossesses non désirées dans une même classe de 6e. Les auteurs n’étaient autres que des personnes du corps enseignant et des élèves eux-mêmes. Pour le premier, c’était compliqué et on a dû gérer cela au niveau de l’administration » a signifié le directeur régional de la Promotion de la femme et du genre de la région des Hauts-Bassins (DRPFG/HB).

Dans son programme d’activités, la DRPFG initie des séances d’information et de sensibilisation à l’endroit des élèves et des étudiantes afin qu’elles puissent prendre des précautions et éviter au maximum ce problème de grossesses non désirées. Egalement, les hommes sont pris en compte dans cette sensibilisation. L’heure est maintenant à la répression dans cette région. Voilà pourquoi le ministère a introduit incessamment une loi au niveau du Conseil national de la transition afin qu’une base juridique soit adoptée pour la préservation des droits des femmes. « En attendant que cela ne soit effective nous nous rabattons du côté des parents, de la direction régionale de l’enseignement pour voir comment juguler le problème » a confié M. Ouédraogo.

Selon les témoignages d’une femme du service de la Promotion de l’éducation des filles et du genre (PEFG), Fatima Nanan/ Sidibé, les cas de grossesses non désirées dans les écoles sont plus récurrents dans le Kénédougou et dans le Tuy. D’où l’intérêt de la mise en place des associations des mères éducatrices. Nous effectuons des sorties de sensibilisations suivies de projections, dans les provinces au profit des filles de CE2, CM1 et CM2, a assuré Mme Nanan. Pour le sort des 27 filles enceintées dans la même classe, l’agent de la PEFG a affirmé que certaines d’entre elles continuent les études mais par contre pour d’autres, les parents ne veulent plus qu’elles aillent à l’école.

Quant au président du réseau communautaire de lutte contre les VEFF dans les Hauts-Bassins, Abbé Georges Roland Débé, il a laissé entendre que selon des études sociologiques, la cause des violences se trouve dans la religion et dans la tradition. Ainsi, ne pas associer les leaders religieux et la communauté traditionnelle, c’est une lutte qui risque de ramer à contre-courant. « Ils peuvent apporter leur contribution active malgré la pesanteur. Quand la femme est épanouie c’est toute la société qui en bénéficie de même que la religion » a-t-il dit.
Une des participantes a manifesté sa désapprobation quand on a dit que la pauvreté est en partie responsable des grossesses non désirées. Pour elle, la société est responsable car elle a démissionné de son rôle d’éducateur. « Les médias qui sont sensés sensibiliser, informer, et éduquer diffusent des films obscènes à la télévision quoi de plus normal que nos enfants veuillent imiter » a-t-elle grogné.

Aïssata Laure G. Sidibé (Stagiaire)
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés