Affaire Thomas Sankara : Un dossier ouvert au tribunal militaire

mercredi 25 mars 2015 à 07h13min

Accompagné de Me Ambroise Farama et de Me Julien Lalogo, Me Bénéwendé Stanislas Sankara a été reçu en audience par le président du Faso. Au centre des échanges avec le locataire du palais de Kosyam, l’évolution de l’affaire Thomas Sankara. C’est du moins, ce qu’a confié Me Sankara ce mardi 24 mars 2015 à sa sortie d’audience.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Affaire Thomas Sankara : Un dossier ouvert au tribunal militaire

Après moult tractations sur fond ‘’d’incompréhension’’, le gouvernement de la Transition et les avocats de la famille du défunt président Thomas Sankara, ont entrepris de jouer sur le rapprochement. En effet, rappelle Me Bénéwendé Sankara, ces avocats - lui à leur tête – ont été « reçus le 20 mars par Mme la ministre de la Justice ». A l’occasion, la ministre Joséphine Ouédraogo a indiqué que « le dossier n’était plus à son niveau, mais qu’il avait évolué et est au niveau du tribunal militaire ». C’est du moins, ce qu’a confié Me Sankara, avant d’ajouter, « Nous avons eu la confirmation de ce que le dossier Thomas Sankara est désormais entre les mains d’un cabinet d’instruction au sein du tribunal militaire ». Une confirmation obtenue auprès du Commissaire du gouvernement dudit tribunal.

Ce qui, selon Me Sankara, marque une « évolution judiciaire » dudit dossier. La nouvelle de cette « évolution », Me Sankara et ses confrères ont tenu à la porter de vive voix au président du Faso. Et l’explication de cette démarche en est que, précise Me Sankara « c’est un dossier d’opinion ».
A l’en croire, le président du Faso « a réaffirmé l’engagement des autorités de la Transition à travailler pour la manifestation de la vérité, non pas seulement dans le dossier Thomas Sankara, mais dans tous les autres dossiers ». Déjà, les avocats de la famille du président Thomas Sankara disent « féliciter les autorités pour avoir respecté leur engagement ».

Place à la mise en branle de la procédure d’instruction

Il appartient désormais au cabinet d’instruction ainsi saisi, de mettre en branle la procédure qui sied, pour réunir les éléments de preuve à même de permettre à l’instance de jugement de trancher. Une procédure qui inclura - nécessairement - l’exhumation de la tombe présentée comme étant celle du défunt président.
Du reste, précise Me Bénéwendé Sankara, « Le décret qui a été pris en Conseil des ministres est une mesure conservatoire qui devra en principe, permettre au juge d’instruction, de ne plus avoir d’obstacle et de résistance ». En effet, en sa séance du 4 mars dernier, le Conseil des ministres a adopté un rapport relatif à un « décret portant autorisation d’exhumation et d’expertises des restes du Président Thomas Isidore Noël SANKARA ». Mais ledit Conseil des ministres précise que « L’adoption de ce décret permet aux ayants-droit de feu Thomas Isidore Noël SANKARA, Président du Faso du 4 août 1983 au 15 octobre 1987, d’ouvrir la tombe supposée contenir son corps et de faire procéder à toutes expertises nécessaires à l’identification ».

Mais Me Sankara d’espérer que le juge d’instruction fera sainement recours à ce décret pour procéder, sous la coordination du ministère de la Justice, à ladite exhumation qui, selon lui, est un acte de procédure entrant dans le cadre de l’incontournable instruction. L’affaire Thomas Sankara va-t-elle vraiment ‘’bouger’’ sous la Transition après 18 ans de léthargie ? Les jours à venir nous permettront sans doute d’en savoir.

Fulbert Paré
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 25 mars 2015 à 03:00, par Nabiiga
    En réponse à : Affaire Thomas Sankara : Un dossier ouvert au tribunal militaire

    Le dossier de Thom Sank, j’ai eu, par le passé, à m’exprimer sur combien c’est un faux problème. Faux, non pas pour dire que la famille de notre héros est une famille de semeur de troubles, mais plutôt et surtout au niveau de ceux qui l’ont assassiné. L’armée, où qu’elle soit au monde, est connue pour sa rigueur, son respect de hiérarchie et la discipline qui en découle. L’armée burkinabè ne fait pas l’exception. Autrement dit, l’ordre a été donnée à un contingent d’aller neutraliser Thomas et ses compagnons, exactement comme dans le cas de Sapouy. Une fois la mission terminée, un rapport détaillé à été soumis au donneur de l’ordre. Ensuite, une autre ordre a été hurlée pour que les corps soient enterrés à un lieu compris dans l’ordre qui a été donnée. Le travail a été fait et un rapport détaillé à été, une fois encore, fait au donneur de l’ordre indiquant qui a été enterré dans quelle tombe. Voici mon argument. Même si certains membres de ces hommes envoyés à neutraliser Thomas ou encore à enterrer les corps ne sont plus sur cette terre, il est de notoriété publique, nationale et internationale que les donneurs de ces deux ordres dont la première pour assassiner et la deuxième pour enterrer, sont toujours sur cette terre avec nous, qui en Côte d’Ivoire, qui au pays, à Ouaga même, en train de semer des troubles ci et là. Qu’au moins un d’eux sinon eux tous, se lève pour nous dire où exactement Thomas a été enterré. N’est pas la fin de cauchemar. Pourquoi soumettre la famille de Thomas un deuxième deuil. Ce n’est pas gentil en ce qui concerne tous les Burkinabè.

    Répondre à ce message

  • Le 25 mars 2015 à 03:02
    En réponse à : Affaire Thomas Sankara : Un dossier ouvert au tribunal militaire

    Comme quoi, la justice est une question de choix politique. Le fait d’avoir bloqué ce dossier pendant 18 ans prouve que les "bloqueurs" y sont pour quelque chose dans l’assassinat du président Thomas Sankara indépendamment de la présomption d’innocence des auteurs, co-auteurs et complices de ce crime odieux. On peut ne pas être d’accord avec les idées d’un compatriote et de surcroît frère d’arme qui a contribué à vous faire connaître du grand public.
    Mais de là à passer par les armes ce compagnon, c’est un pas qu’il ne fallait pas franchir.
    C’est d’ailleurs pourquoi le destin a poursuivi certains auteurs qui, entêtés et omnibulés éperdument à modifier l’article 37 ont été contraints à l’exil forcé. Ils ont des milliards qu’ils ont nécessairement détournés de leurs buts premiers, à savoir construire le Faso, mais sont-ils aujourd’hui vraiment heureux ? Je ne le crois pas puisque Blaise demande dans son exil forcé quant est-ce qu’il y aura conseil des ministres. Début de démence précoce ou sénile ? Dieu seul le sait.... Ce qui est sûr et certain, pour ne pas dire immuable, enlever volontairement, qu’elles que soient les circonstances la vie d’un homme, d’une femme ou d’un enfant, ou avoir la haine contre autrui conduit incontestablement et immanquablement à un destin macabre.
    Blaise ne mérite pas franchement le titre d’ancien président pour être ainsi sorti par la petite fenêtre de l’histoire de notre pays, pas plus que l’amnistie qu’il s’est, auto, autoritairement, fait accorder. Quel gâchis ?
    Mais pouvait-il échapper à son destin avec le demi-frère de conseiller, François, qu’il a eu ? Dieu est le seul maître au monde et du monde. Gloire lui soit rendu pour que la vérité triomphe sur ces affaires d’assassinats macabres et de crimes économiques. Le citoyen.

    Répondre à ce message

  • Le 25 mars 2015 à 07:52, par hervos one
    En réponse à : Affaire Thomas Sankara : Un dossier ouvert au tribunal militaire

    Amadoun Hampathé BA disais ceci :"quand la justice tarde à venir c’est qu’elle est allé au loin chercher un gros fouet vert et flexible pour mieux,chatier les coupables " tchogo tchogo justice sera faite sur tous les crimes quels qu’els soit et de quelques manières que ce soit. humaine ou divine mais malheureusement, pas morale par ce que ses gent làs n’en n’ont pas. ce que je craind par contre c’est que la justice militaire ne soit plus corrompu que la justice civile qui est elle meme pourri et soit intimidée par le RSP de gilbert diendiéré qui n’a aucun intérét à ce que ces dossiers s’ouvrent.

    Répondre à ce message

  • Le 25 mars 2015 à 07:58, par Ladji SANOGO
    En réponse à : Affaire Thomas Sankara : Un dossier ouvert au tribunal militaire

    Haaa !!!!!!!!!
    Vraiment je n’ai jamais pour l’interet superieur de la nation, pensé un jour que ce dossier brulant pouvait être discuté à mon palais mais helas l’homme propose et Dieu dispose

    Répondre à ce message

  • Le 25 mars 2015 à 07:59, par adakanla
    En réponse à : Affaire Thomas Sankara : Un dossier ouvert au tribunal militaire

    je pense que nous nous acheminons inexorablement vers le bout du tunnel pour la justice de l’homme qui a tracé les vrai sillon du développement de ce pays.Il merite un deuil digne de son rang ;un homme plusieurs fois imité mais jamais egalé.

    Répondre à ce message

  • Le 25 mars 2015 à 08:04, par La Doctrine
    En réponse à : Affaire Thomas Sankara : Un dossier ouvert au tribunal militaire

    Que Dieu bénisse le Burkina Faso. La justice est importante pour un pays en voie de développement. Que justice soit rendue !

    Répondre à ce message

  • Le 25 mars 2015 à 08:18, par sy
    En réponse à : Affaire Thomas Sankara : Un dossier ouvert au tribunal militaire

    MOI, PERSONNELLEMENT JE SUIS POUR LA JUSTICE MAIS APRÈS UNE GRANDE ANALYSE JE VOIS QUE NOUS AURONS BEAUCOUP A FAIRE AVEC CES DOSSIERS DU CAPITAINE SANKARA ET SES COMPAGNONS. L’INTERNAUTE 1 A BIEN SOULIGNE LE LIEN AVEC TOUTE L’ARMÉE CONCERNÉE AU CAS OU SE SONT LES ORDRES QUI ONT ÉTÉ DONNES ET IL FALLAIT EXÉCUTER ET FAIRE LE POINT AU SUPÉRIEUR HIÉRARCHIQUE. ET SI NOUS DEVRONS SUIVRE DANS CE LANCE IL FAUT SAVOIR QU’IL Y AURA PAS UN BON JUGEMENT CAR BEAUCOUP D’ENTRE EUX SONT TOUJOURS AU POUVOIR DE TRANSITION SOIENT DIRECTS OU INDIRECTS SANS OUBLIER QUE SE SONT LES MÊMES QUI SONT HORS LE GOUVERNEMENT ET DONNENT DES INSTRUCTIONS POUR LA PRISE DES DÉCISION DU GOUVERNEMENT DE TRANSITION. MAIS L’ARMÉE RESTERA TOUJOURS L’ARMÉE OUI C’EST LE SEUL CORPS DANS NOTRE CHER FASO EST INTÈGRE ET SE PROTÈGE. LES AVOCATS DE LA FAMILLE DE SANKARA ONT FAIT UN BEAU TRAVAIL POUR OBTENIR CE QUI SE PASSE AUJOURD’HUI AVEC LES DOSSIERS DE NOTRE PROPHÈTE THOMAS SANKARA. OUI, L’AFRIQUE A PERDU SON PROPHÈTE QUE DIEU NOUS AVAIT ENVOYÉ POUR NOUS SAUVER. LES FRANÇAIS, LES AMÉRICAINS ET QUELQUES MOUTONS DIRIGEANTS DE L’AFRIQUE DE L’ÉPOQUE DE THOMAS SANKARA ONT ASSASSINE L’AVENIR DE TOUT UN CONTINENT. COMME LE DISAIT L’ÉCRIVAIN ALAIN DUMOND " L’AFRIQUE NOIRE EST MAL PARTIE" MOI J’AJOUTERAIS QUE L’AFRIQUE DANS SON ENSEMBLE EST MAL PARTIE. REPOSES EN PAIX NOTRE PROPHÈTE CAPITAINE THOMAS SANKARA.

    Répondre à ce message

  • Le 25 mars 2015 à 08:21, par Moi
    En réponse à : Affaire Thomas Sankara : Un dossier ouvert au tribunal militaire

    Nous allons enfin connitre la verite sur la mort de notre Messie sankara

    Répondre à ce message

  • Le 25 mars 2015 à 08:22, par SING
    En réponse à : Affaire Thomas Sankara : Un dossier ouvert au tribunal militaire

    Vous saviez pour Gilbert DIENDERE, traitre oui dans cette affaire mais celui qui assassiné notre cher Président c’est belle et bien Blaise et ses mercenaires envoyés par les occidentaux.

    Répondre à ce message

  • Le 25 mars 2015 à 08:23, par Has
    En réponse à : Affaire Thomas Sankara : Un dossier ouvert au tribunal militaire

    Thomas repose en paix je suis contre la procedur dxhumat@ du corp d lex chef detat.les morts snt sacres ch ns

    Répondre à ce message

  • Le 25 mars 2015 à 08:32, par jaimemapatrie
    En réponse à : Affaire Thomas Sankara : Un dossier ouvert au tribunal militaire

    Merci à la transition. La balle est desormais dans votre camp chère militaire.Faite le necesaire pour que l’on puisse tou savoir sur cet affaire pour le bien de vos enfant.
    Eduquer nou à prendre la relève d’une armé digne et respecté.Tant que verité ne sera pa faite il n’y aura pa de paix veritable dans ce pays.
    COURAGE A VOU ET MERCI A TONTON KAF ET ZID.

    Répondre à ce message

  • Le 25 mars 2015 à 08:46, par une citoyenne
    En réponse à : Affaire Thomas Sankara : Un dossier ouvert au tribunal militaire

    Vraiment que Dieu vous accompagne, les coupables vont payer tôt ou tard.

    Répondre à ce message

  • Le 25 mars 2015 à 08:50, par Kalifa
    En réponse à : Affaire Thomas Sankara : Un dossier ouvert au tribunal militaire

    Pourquoi mettre de côté les autres compagnons de SANKARA ? Ce sont des humains aussi qui ont été tués.

    Répondre à ce message

  • Le 25 mars 2015 à 08:54, par MOUS
    En réponse à : Affaire Thomas Sankara : Un dossier ouvert au tribunal militaire

    Aucun crime n’est plus important que l’autre. Ouvrez aussi les dossiers des gens de l’OUEST qui ont été tués. Il n’y a pas deux Burkina.

    Répondre à ce message

  • Le 25 mars 2015 à 08:58, par DOMONO
    En réponse à : Affaire Thomas Sankara : Un dossier ouvert au tribunal militaire

    C’est vrais. Quand c’est EUX on juge. Quand c’est nous on ne dit rien. On tend vers la création de deux Burkina comme ailleurs.

    Répondre à ce message

  • Le 25 mars 2015 à 09:03, par l’Intègre
    En réponse à : Affaire Thomas Sankara : Un dossier ouvert au tribunal militaire

    dans son premier discours, THOM SANK (paix à son âme) disait : "nous savons qu’aujourd’hui, en Haute Volta même, sont en train de trembler tous ceux qui ont peur d’une jeunesse mobilisée. qu’à cela ne tienne, nous irons de l’avant. qu’à cela ne tienne, nous ne connaîtrons jamais l’échec parce que le jour ou l’ennemi aura eu raison de nous, c’est que nous ne sommes plus en vie. tant que nous serons en vie, nous connaîtrons le succès." ce qui signifie que tant qu’il y’aura toujours une jeunesse au Burkina Faso baptisé par Thomas SANKARA, ses assassins ne dormiront jamais tranquille. incha la

    Répondre à ce message

  • Le 25 mars 2015 à 09:14, par Alex
    En réponse à : Affaire Thomas Sankara : Un dossier ouvert au tribunal militaire

    Connaître la vérité fait baisser la douleur. Dans le cas du dossier Thomas Sankara, il est important de connaître la vérité sur les circonstances de son assassinat. Comment peut-on assassiner un Chef d’Etat, de surcroit quelqu’un qu’on prend comme son ami, on le fait enterrer par des prisonniers à la hâte et on délivre un faux acte de décès ! Quelle monstruosité ? La méchanceté avec laquelle, Sankara et ses compagnons (tout comme Norbert Cie) ont été exécuté me fait trop mal. Bravo à la Transition. Je sais que le moment viendra. Blaise avec sa longue liste d’assassinats ne mérite même pas le titre d’ancien Chef de l’Etat. Le Burkina a été purement et simplement dirigé par un monstre pendant 27 longues. Maintenant, le peuple veut un dirigeant humain et humaniste. Quelque soit la durée de la nuit, le jour fini toujours par se lever. Je propose que la gendarmerie garde le juge d’instruction pour raison de sécurité car il y a des exécutants et des commanditaires tapis dans l’ombre et qui peuvent surgir à tout moment pour nuire.

    Répondre à ce message

  • Le 25 mars 2015 à 09:24, par l’Intègre
    En réponse à : Affaire Thomas Sankara : Un dossier ouvert au tribunal militaire

    Dans tout ça, ou se trouve celui qui a mis la première balle sur le front de Thomas SANKARA qui s’est d’abord agenouillé avant de s’écrouler ; l’ex député KAF ? quel gâchis ? Qu’il vienne vomir tout ; le peuple lui pardonnera ne se reste que pour ça.

    Répondre à ce message

  • Le 25 mars 2015 à 09:28, par désespoir
    En réponse à : Affaire Thomas Sankara : Un dossier ouvert au tribunal militaire

    j’ai honte de la justice burkinabé honte du peuple burkinabé, pitié pour ces innocents qui meurent sans mot dire à leurs proches, sans consolation avant leur dernier soupir, sans personne pour leur fermer les yeux implorants , tout simplement parce qu’ils sont burkinabé . J’ai honte d’être burkinabé ;

    Répondre à ce message

  • Le 25 mars 2015 à 09:32, par AMAD OUEDRAOGO
    En réponse à : Affaire Thomas Sankara : Un dossier ouvert au tribunal militaire

    Chers burkinabé, quelque soit le temps que ça prendra il faut un jour la justice et vérité sur les crimes surtout de sang sous le règne de ce type. Sinon les générations à venir n’auront pas la paix. Dieu tout puissant frappera sa colère sur nous.

    Répondre à ce message

  • Le 25 mars 2015 à 09:43, par leveridict
    En réponse à : Affaire Thomas Sankara : Un dossier ouvert au tribunal militaire

    L’histoire est vraiment cruelle, Comme si c’était hier, ces même auteurs de l’assassinat du camarade capitaine et ses compagnons s’agitaient partout, d’autres même avaient pris le pouvoir d’Etat comme leurs champs de mil et ne tardaient pas à lâcher ceci « si tu fais on te fait et il n’y a rien ».aujourd’hui l’espace leur est rétréci de tel sorte qu’ils ne savent plus ou même la tête et je sais que d’autre même dans leurs pensée se disent si je savais ! Mais hélas trop tard. Eh oui, ainsi va la vie de l’argents vous avez eu, de belles maison vous en avez eu mais la paix du cœur vous manque présentement. Comme quoi tu peux tout faire mais la vérité fini toujours par triompher un jour.

    Répondre à ce message

  • Le 25 mars 2015 à 10:01, par le patriote
    En réponse à : Affaire Thomas Sankara : Un dossier ouvert au tribunal militaire

    dans tous les cas ; tout le monde a intérêt à ce que la lumière soit faite. Sinon le Burkina ne connaitra jamais la paix. Qui est fou pour s’engager dans une lutte pour une cause perdu en cherchant à protéger x ou y .... Que chacun récolte ce qu’il a semé. Ceci est valable pour tous. Au moins Thom sank a été très utile pour son pays, l’Afrique et le monde. Il est notre fierté, mourir pauvre en laissant juste une valise et un vélo de course..... C’est cela la dignité qui élève ce peuple très riche en culture.
    Poussez et allez au fonds, la jeunesse s’est réveillée et elle se battra pour son avenir et son rayonnement à travers le monde. Là ou des tontons ont été très lâches en accompagnant un dictateur ridicule qui ne peut même pas dire en face de son peuple sa forfaiture les enfants ont pris leur responsabilité. ça fait pitié dire qu’il a même oser défier les institutions religieuses.

    Répondre à ce message

  • Le 25 mars 2015 à 11:31, par SOME
    En réponse à : Affaire Thomas Sankara : Un dossier ouvert au tribunal militaire

    a n°1 c’est justement ce que l’on demande a l’autorité militaire : dire qui a donné les ordres a qui ? car chacun ne se leve pas un beau jour pour faire ce qu’il veut dans l’armée surtout dans de telles actions, etc. On veut les noms et les responsabilités dans la chaine de commandement.
    ensuite alors on pourra avancer.
    SOME

    Répondre à ce message

  • Le 25 mars 2015 à 13:03, par Gédéon
    En réponse à : Affaire Thomas Sankara : Un dossier ouvert au tribunal militaire

    Mais bon sang, pourquoi ne pas traiter définitivement ces dossiers SANKARA et Norbert ZONGO... pour que nous ayons la praix. Tôt ou tard la vérité finit par faire jour. Donc, faisant la vérité, la paix et la réconciliation maintenant. Ainsi nous gagnons en temps et en énergie. Ce sont les bases d’un développement harmonieux et durable d’une société d’hommes intelligents.

    Répondre à ce message

  • Le 25 mars 2015 à 14:04
    En réponse à : Affaire Thomas Sankara : Un dossier ouvert au tribunal militaire

    Laissez le Général Gilbert DIENDERE tranquillement !!! Vous ne pouvez même pas imaginer comment cet homme a souffert dans son âme de sa fidélité au Président Blaise Compaoré qui ne méritait pourtant pas la CONFIANCE de cet homme de valeur. A chaque instant, le Général Gilbert DIENDERE était constamment soupçonné par le clan de François Compaoré et des autres kaf kaf de vouloir faire un coup d’Etat au Président Blaise Compaoré. Cette méfiance frisait la mytomanie. Je demande donc à ceux qui parlent ou écrivent au hasard de respecter cet homme de valeur parce qu’il le mérite amplement. A l’heure de vérité, vous serez surpris de l’innocence totale de cet officier supérieur de valeur. Il le témoigne d’ailleurs par son calme et sa sérénité à Ouaga. C’est le conseil que je donne à ceux qui ne le savent pas. Maintenant ceux qui savent et racontent n’importe quoi, je m’en remets à Dieu pour leur sort. Le Citoyen.

    Répondre à ce message

  • Le 25 mars 2015 à 14:14, par Damis
    En réponse à : Affaire Thomas Sankara : Un dossier ouvert au tribunal militaire

    Sankara c’est Mort à 37 ans, l’article qui a fait fuir Blaise est de 37, quel coïncidence !!! juste pour dire que l’âme de Sankara est toujours et sera toujours parmi nous ! Tous ces qui sont à l’origine de ce crime odieux serons démasqués par ces millier de Sankara qui ont fait fuir un de ces auteurs !! A bas les criminelles, a bas les traitres et les hommes sans cœur !!! "l’esclave qui n’est pas capable d’assumer sa révolte ne mérite pas que l’on apitoie sur son sort, cet esclave répondra seule de son malheur, s’il croix à la condescendance suspecte d’un maitre qui prétend l’affranchir. Seule la lutte libère" THOMAS SANKARA

    Répondre à ce message

  • Le 25 mars 2015 à 15:45, par l’Intègre
    En réponse à : Affaire Thomas Sankara : Un dossier ouvert au tribunal militaire

    anecdotes sur Sankara par l’inspecteur Bognini . "En mai 1987, la belle famille française de Bognini séjourne au Faso. Malheureusement, la vieille (sa belle mère) décède à Ouagadougou. Sankara se déplace personnellement à la cité An 3 pour présenter ses condoléances. « C’était vraiment touchant et ma famille n’oubliera jamais cette marque d’estime », note le retraité Bognini, 25 ans après les faits. Un autre jour à la présidence, Sankara prend sa moto suzuki et fait un tour dans la cour de la présidence sous les regards amusés de ses collaborateurs. Quelques mois après, Bognini vient avec la voiture de sa femme. Sankara récupère la clé et fait un tour dans la cour. Quand il sort du véhicule, il dit que c’est une bonne marque. « Dites à votre épouse qu’elle a fait un bon choix, sa voiture ne consomme pas beaucoup », me dit-il." c’est domage

    Répondre à ce message

  • Le 25 mars 2015 à 16:55
    En réponse à : Affaire Thomas Sankara : Un dossier ouvert au tribunal militaire

    Que la lumière soit !

    Répondre à ce message

  • Le 25 mars 2015 à 19:33, par descendant de Thomas sankara
    En réponse à : Affaire Thomas Sankara : Un dossier ouvert au tribunal militaire

    Tant que le dossier Thomas Sankara ne trouvera pas d’aboutissement, la jeunesse burkinabè et les générations à venir ne vivront pas heureux sur la terre libre du Burkina Faso car blaise compaoré à sacrifié le Burkina Faso au européens en versant le sang des innocents leaders de la lutte pour la liberté et la prospérité du Burkina Faso. Gloire à Thomas sankara et mille fois malheurs à ceux qui l’ont fait disparaître..

    Répondre à ce message

  • Le 25 mars 2015 à 23:39
    En réponse à : Affaire Thomas Sankara : Un dossier ouvert au tribunal militaire

    Il y a un adage qui dit que "le jour de l’accouchement, il n’y a pas de honte". Cette histoire de Sankara, nous Burkinabè, et le monde épris de paix, devons lutter pour tout savoir. Le monde a connu Hitler, Mussolini, l’homme à la R 16, Mesrine, l’homme des canettes, celui des cantines, celui des parcelles, Al Capone, Calamity Jane et tous les autres marginaux, mais nous connaissons leur histoire. Il est temps pour l’Afrique de restituer notre histoire. Celle des Lumumba, Sankara, Nkruhma, Um Niobé,........ (tiens ! ces noms ne sont pas connus par l’ordi et je dois les intégrer). Pour notre Afrique, ces martyrs sont des marginaux particuliers qui ont voulu sortir du giron du colonisateur. Gloire à ces Hommes et qu’Ils reposent en paix. Que justice leur soit rendue.

    Répondre à ce message

  • Le 26 mars 2015 à 11:24, par KONATE ABDOULAYE
    En réponse à : Affaire Thomas Sankara : Un dossier ouvert au tribunal militaire

    C’est un pas très significatif pour l’éclatement de la vérité ; nous demandons au gouvernement de la transition d’aller jusqu’au bout de son effort.Mais notre crainte se situe a l’après élection. qui va prendre le pouvoir, on en sait moins. Si c’est une main tassée du sang de THOMAS SANKARA la vérité peut encore tarder à venir.Je lance un appel à tous les burkinabés que notre révolution tant saluée dans le monde doit obligatoirement aboutir à la vérité pour le père de révolution, THOMAS SANKARA. ce serait lâche de notre part si nous ne continuons pas la lutte car si les gens lui ont tué nous ne devrions pas contribuer à l’enterrer.telle serait notre action si l’on gardait silence après la transition.PAIX A SON AME

    Répondre à ce message

  • Le 26 mars 2015 à 11:56, par ABLO
    En réponse à : Affaire Thomas Sankara : Un dossier ouvert au tribunal militaire

    C’est un pas significatif pour l’éclatement de vérité.Nous saluons cette acquis et encourageons le gouvernement de transition à aller au bout de son effort.Notre inquiétude se situe à l’après élection.Qui va prendre le pouvoir ? on est sait moins.Si c’est une main tassée du sang de THOMAS, la vérité va encore tarder à venir.Je lance ici un appel au peuple citoyen du BURKINA FASO que notre révolution doit obligatoirement aboutir à la vérité pour le père SANKARA. ce serait pour ma part lâche de notre part si nous ne continuons pas la lutte car si les gens lui ont tué,nous ne devons pas contribuer à l’enterrer.si nous ne pouvons pas le redonner vie il est de devoir de faire éclairer tout sur son assassinat.PAIX A SON AME

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés